Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:01

Alerte Bahrein !

 

 

Attention, pays hautement stratégique pour les USA,

qui ne lâcheront pas le morceau !

Et tant pis pour les populations

une fois de plus sacrifiées à l'Argent-Roi !

eva

 

En quelques mots,

une minorité Sunnite qui gouverne au détriment de la majorité Chiite,

une production pétrolière exangue remplacée

par des Equipements financiers stratégiques,

et puis une position stratégique,

une base navale US stratégique,

et pour corser le tout,

l'Iran en face !

Tous les ingrédients sont réunis pour une explosion,

avec un peuple sacrifié aux intérêts usraéliens !!

La colère m'étouffe une fois de plus ! Eva

 

 

http://mariedouceur.rmc.fr/323064/Le-plus-long-pont-du-monde-pour-une-entreprise-francaise/

 

Samedi 19 février 2011 6 19 /02 /Fév /2011  
 
L'analyse d'un spécialiste de la géo-politique,
Frédéric Delorca

Alors que les mouvements populaires démocratiques se multiplient dans le monde musulman (mais sans toucher pour autant tous les pays), les grands médias français et occidentaux mettent surtout l'accent sur le cas de la Libye où la répression aurait fait plus d'une cinquantaine de morts (loin encore de 200 morts de la répression en Egypte).

 

La version électronique du Monde ce matin faisait sa "Une" sur ce pays et les 6 morts d'affrontements au  Yémen.


Il fallait cliquer pour apprendre plus loin ce qu'il se passait au Bahrein, à propos duquel le journal expliquait : "La journée de vendredi, consacrée aux obsèques de quatre chiites tués la veille dans un raid des forces  de sécurité, a tourné au bain de sang. L'armée a tiré sur un millier de  personnes qui voulaient reprendre un sit-in à Manama. Au moins 26 blessés ont  été hospitalisés, dont un "en état de mort clinique" selon un député  d'opposition."


Sur cette page le journal développait aussi des nouvelles sur l'agitationen Irak, à Djibouti, en Iran, au Koweit.

 

Le Figaro et Libération titraient aussi sur la Libye avec une mention plus modeste du Yémen et du Bahrein alors pourtant qu'Al Jazeera en anglais dès le début de la matinée citait un médecin de l'hôpital de Manama qui expliquait que les services étaient remplis de blessés et que l'armée de ce pays visait le manifestants à la tête. Les nouvelles du Bahrein n'ont fini par prendre place dans l'actualité française que lorsque le bilan de la répression de la nuit du 18 au 19 février a été diffusé par les agences.


La situation au Bahein est la mauvaise nouvelle qui vient compenser la bonne que serait pour les Occidentaux la chute du régime imprévisible du colonel Kadhafi. Cet émirat à majorité chiite mais dirigé par des sunnites est en effet une base importante de la 5ème flotte militaire des Etats-Unis d'Amérique. Ceux-ci ont appelé à la retenue dans le déploiement de la force, mais sont en réalité bien embarrassés par cette révolte.

 

Car, si en Tunisie et en Egypte l'armée a pu préparer le chemin d'une transition politique, au Bahrein elle peut difficilement présenter la moindre option alternative puisqu'elle est dirigée par des officiers sunnites qui ne peuvent que perdre leur poste si la majorité chiite actuellement marginalisée venait à obtenir plus de droits.

 

En outre une victoire des chiites au Bahrein pourrait encourager la minorité chiite d'Arabie Saoudite à faire valoir aussi ses droits.

 

 

L'impasse politique du Bahrein pourrait déboucher, selon une dépêche d'agence diffusée ce samedi sur une intervention militaire des Etat du Golfe persique.

 

Les six ministres des affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe (qui couvre 45 % des réserves pétrolières mondiales) ont renouvelé leur soutien au régime de Manama.

 

Depuis 2008 le gouvernement du Bahrein attribue les revendications des chiites à une manipulation iranienne, mais celle-ci a été démentie notamment par les cables diplomatiques étatsuniens révélés par Wikileaks.

 

Malgré la brutalité de la répression de la nuit, les manifestants avaient repris la place Pearl à 13 h et les principaux syndicats ont appelé à une grève générale dimanche.

 

La dynastie des Al Khalifa qui dirige le Bahrein peut-elle basculer ou Washington imposera-t-il un compromis politique qui préserve ses intérêts dans le Golfe ?

 

A l'heure où Obama vient d'opposer une fois de plus son véto au projet de vote par le conseil de sécurité d'une résolution qui condamne la colonisation des territoires palestiniens, au risque de mécontenter à nouveau ses alliés arabes, il lui faut absolument juguler toute source d'instabilité dans les monachies pétrolières.

 

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-bahrein-vent-de-revolution-aux-abords-de-la-base-de-la-5eme-flotte-us-67569771.html

 

Bahrein : vent de révolution aux abords de la base de la 5ème flotte US*

 

_______________________________________________________________________________________

Les manifestants bahreïniens enterrent leurs morts victimes de la répression du régime, mais continuent à appeler à la chute de la monarchie…Les manifestants bahreïniens enterrent leurs morts victimes de la répression du régime, mais continuent à appeler à la chute de la monarchie…

 

Bahreïn : La Révolution du monde arabe se propage…


La révolte dans les pays arabo-musulmans se poursuit. C’est à présent au tour du Bahreïn d'être touché. Ce jeudi 17 février, une manifestation au coeur de la capitale (Manama) a ainsi été réprimée dans le sang par la police. On fait état d’une dizaine de morts et de plus d’une centaine de blessés…

Ce royaume du Golfe comprend une population à majorité chiite (75%), écartée du pouvoir par une minorité liée aux intérêts américano-sionistes. Alors que l’exploitation du pétrole tend à s’épuiser, le Royaume de Bahreïn est devenu principalement une place financière, touchée elle aussi par la crise mondiale. Les causes les plus apparentes de la révolte des habitants sont la misère, le chômage, ainsi que les frustrations quotidiennes pour une majorité d’entre eux. Mais une autre raison motive également les manifestants bahreïniens : le vent de liberté et de dignité qui souffle actuellement dans le monde arabe…

La place qu’occupe le Bahreïn parmi les pays du Golfe, ainsi que la composante majoritairement chiite de sa population, expliquent sans doute la brutalité de la répression. Par ailleurs, situé face à l’Iran, le Bahreïn abrite une importante base navale nord-américaine, rattachée à la Cinquième flotte US, et actuellement en travaux en vue de son agrandissement.

Une fois de plus, on remarquera des points communs à tous ces pays du monde arabe où la révolte éclate et s’intensifie. Ce sont d'une part tous des régimes impopulaires et coupés de leur peuple. Et d'autre part, ils représentent tous un intérêt militaire et stratégique pour l’USraël, qui tient à garder le contrôle de la région. C’est aussi pour cela que les morts de Bahreïn ne soulèvent aucune indignation dans les grands médias sionisés d’Occident, et en particulier de France. Pour tous ces donneurs de leçons « démocratiques », le sang arabe versé ne compte pas. Seule compte la réponse à cette question : « Est-ce bon pour Israël ? », comme l’a ainsi reconnu ouvertement l’ancien président du CRIF, Roger Cukierman (lire à ce sujet notre article de jeudi dernier : « Roger Cukierman, ex-président du CRIF : "Ce qui se passe en Égypte n’est pas de bon augure !" »).

Le Parti Anti Sioniste réaffirme sa totale solidarité avec ces révoltes qui s’étendent dans tout le monde arabo-musulman. Il s’incline également avec respect devant les martyrs tombés durant cette lutte. La meilleure aide que nous puissions apporter à ces révolutions, est de dénoncer, ici en France, les complices de ces régimes corrompus et dictatoriaux. A savoir, toute cette classe politique française – de droite comme de gauche – qui jusqu’au bout soutient ces gouvernements totalitaires.

Étant données les manœuvres de diversion qui ne manqueront pas, nous devons continuer à expliquer autour de nous que tous ces politiciens, malgré leur opposition de façade, appartiennent et roulent pour la même écurie : le lobby sioniste incrusté en France. Les interrogations actuelles de ces hommes et femmes ne sont pas « Est-ce bon pour ces peuples arabes ? » ou « Est-ce bon pour la France ? », mais plutôt : « Est-ce bon pour Israël ? » et « Est-ce bon pour les sionistes ? ». Ces deux dernières questions déterminent à elles seules toute leur politique, non seulement pour la Tunisie, l’Égypte, le Yémen, la Jordanie, le Bahreïn… mais aussi pour la France. Les partis politiques institutionnels, ceux qui ont droit aux médias, le savent très bien. Et c’est la raison pour laquelle ils ne parlent jamais du lobby sioniste. C’est d’ailleurs à ce « détail » qu’on les reconnaît !


Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

http://www.partiantisioniste.com/communications/bahrein-la-revolution-du-monde-arabe-se-propage-0618.html

_____________________________________________________________________________

http://www.affairesjs.com/bahrein.htm

Un Lecteur m'envoie cet article, j'attends la source (note d'eva)

(voir plus bas)

 

La démocratie, oui,

si elle est soumise à l'Occident ! 

(titre d'eva)


LA REVOLTE DES BAHREÏNIS

 De la place ‘Tahrir’ à celle de la ‘Perle 

_____________

 

C’est au tour du Bahreïn, ce petit royaume insulaire - situé dans l'ouest du Golfe persique, de moins de 1,5 millions/hab. - de manifester sa colère pour plus de démocratie et de liberté et surtout moins d’injustices et de discriminations. Sa population est composée à 80% de nationaux arabes musulmans dont 70% sont chiites que gouverne une dynastie sunnite qui garde tous les leviers de pouvoir. Ce pays riche en pétrole  est dirigé depuis 1999 par Hamad ben Issa al-Khalifa, 12ème souverain de la famille royale Al-Khalifa qui règne depuis le XVIII siècle sous la protection du Royaume-Uni, son tuteur, en vertu d’un traité signé en 1820. Le Bahreïn ne devient indépendant, en intégrant l'alliance des Émirats arabes unis, qu’après le désengagement de la G.B. en 1971. L’économie du Bahreïn dépend essentiellement du pétrole qui procure 70% des revenus. Ses réserves limitées l’on contraint à se diversifier. Ce pays s’est bien équipé en raffineries, en installations touristiques et en Banques. Il a également un secteur du bâtiment et des infrastructures de communications et de transports bien développés. Bahreïn abrite la Vèmeflotte américaine et la France dispose de centres d'écoutes.


Néanmoins, cette richesse et ce semblant d’équilibre cachent une fragilité d’un régime bâti sur des iniquités et des discriminations particulièrement sensibles et explosives.


A la faveur des révoltes tunisiennes et égyptiennes, l’onde de choc n’a pas manqué de réveiller aussi les bahreïnis pour leur rappeler leur situation sociale qu’ils ont dénoncé déjà en 1990. Les manifestants exigent des réformes politiques et sociales, dénoncent la pauvreté et le chômage mais aussi la discrimination dont-ils font l’objet en tant que chiites par rapport aux sunnites minoritaires (dans l’accès au travail dans la fonction publique, l’accès à la propriété foncière, l’octroi de la citoyenneté aux étrangers, l’acquisition de logements). Par ces motifs, ils revendiquent carrément la démission du PM, le cheikh Khalifa ben Salman al Khalifa, qui gouverne le pays depuis 40 ans et la mise en place d’une démocratie civile avec une nouvelle constitution selon le modèle britannique.  Celle adoptée en 2002 suivie d'élections législatives, qui avaient contribué à ramener le calme, est jugée maintenant par l’opposition insuffisante même avec l’entrée de 17 chiites à la 2ème chambre du Parlement. A l’exemple des égyptiens sur la place ‘Tahrir’, les manifestants bahreïnis ont occupé la grande place, dite de la « Perle» située au centre de Manama, en y érigeant un campement de fortune que le ministère de l'Intérieur déclare "illégal". C’est l’affrontement avec la police anti-émeutes ayant entrainé des morts et des blessés.  Selon les dernières informations les affrontements ont causés 6 morts et une centaine de blessés. Selon des témoignages, les forces antiémeutes ont attaqué les protestataires, soudainement, la nuit sur la Place en faisant usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc et réelles selon l’opposition. Le ministère de l'Intérieur a affirmé, par la voix du général Tarek al-Hassan que «les forces de sécurité ont évacué la place de la Perle» en justifiant l’intervention par l’épuisement de «toutes les chances de dialogue…[avec ceux qui] ont refusé de se soumettre à la loi».


La méfiance du régime vis-à-vis de la majorité autochtone chiite est telle que les forces de sécurité se composent de sunnites même s’ils sont étrangers en leur accordant une faveur rarissime qui est la nationalité mais que les chiites bahreïnis considèrent visant à inverser la courbe démographique.


Comme pour les autres révoltes, surtout de pays musulmans, l’Occident y voit comme toujours d’abord la main de l’intégrisme islamiste, puis celle de l’Iran – dans le cadre de la protection et de la domination d’Israël - et non des révoltes de peuples face à des régimes injustes qu’il a façonné et piloté. L’alibi ‘islamiste’ et ‘iranien’ dont usent et abusent l’Occident pour renforcer ses intérêts et ces régimes pour se maintenir ne tient désormais plus devant les nouvelles générations instruites dites de l’internet et du Facebook. Pendant que des officiels craignent que ces «jeunes  désœuvrés» soient manipulés par l’Iran tout en accusant les chiites de vouloir remettre en cause «la légitimité du régime», ces deniers s’en défendent en affirmant vouloir recouvrer des droits bafoués en revendiquant un jeu démocratique sincère dans une monarchie constitutionnelle.  «Nous ne voulons pas instaurer un Etat religieux. Nous souhaitons une démocratie civile…dans laquelle le peuple est à la source du pouvoir, et pour cela, nous avons besoin d'une nouvelle Constitution», a déclaré le SG du partiWefaq, le cheikh Ali Salman dont le parti s’est retiré du parlement. Devant ces contestations, le roi de Bahreïn a invité "toutes les parties" à entamer un dialogue national en déléguant  le prince héritier.


Les Etats-Unis montrent un certain embarras vis-à-vis de la situation en déclarant « condamner la violence » tout en appelant à faire preuve de « retenue », en s’abstenant de demander de répondre aux aspirations du peuple comme ils n’ont fait pour d’autres pays. Leur dilemme s’explique par leur volonté de stabilité d’un pays allié, dont la capitale est port d'attache de la Ve flotte de l'US Navy, et les changements démocratiques qui peuvent mettre en cause leurs intérêts.


 

Bonjour Eva


Il s'agit de mon article issu de ma propre réflexion. J'ai l’habitude de publier des articles dans le journal Algérien "LIBERTE" .

 

Votre site en a repris certains. Le dernier est intitulé « Égypte, Tunisie et autres pays arabes : La révolte des peuples, seule thérapie ? » a été repris par votre site.


Voici le lien : http://sos-crise.over-blog.com/article-egypte-tunisie-et-autres-pays-arabes-la-revolte-des-peuples-seule-therapie-66989953.html

 

Parfois, je transmets directement aux sites qui m’intéressent dont le votre.

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche