Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 06:04

 

islamistes tunisie libye

http://actua.unitariennes.over-blog.com/categorie-10376959.html

 

 

Un an après notre tour d'horizon des enjeux géopolitiques mondiaux publiés par la revue "L'arme et la paix", voici une nouvelle analyse globale qui paraîtra dans le numéro de mars 2012 de cette revue et qui est déjà en ligne sur son site ici. Pour info aussi l'association Initiatives Citoyenneté Défense qui publie cette revue organise un débat intéressant le 17 mars - voir ici. F. Delorca

--------------------

 

Bilan d’une année de rapports de forces planétaires et perspectives pour 2012


Il y a un an j’avais effectué un tour d’horizon pour la revue "L'Arme et la Paix" des grands enjeux géopolitiques planétaires, en traçant notamment des perspectives sur la nouvelle donne que dessinaient la révolution de Tunisie, et les prémices d’Egypte et du Yémen que l’on n’appelait pas encore les « Printemps arabes ». Je soulignais en particulier à l’époque que « l’option la plus favorable à l’émancipation des pays du Sud serait l’installation en Tunisie d’un régime non-aligné, qui influencerait non seulement l’Algérie, mais aussi produirait un effet de contagion en Egypte, voire en Arabie Saoudite », tout en remarquant que l’« hégémonie idéologique des puissances occidentales, relayée par les grands médias planétaires » feraient sans doute obstacle à ces progrès du non-alignement, comme on l’avait vu dans l’unanimité que la France avait rallié derrière elle pour écraser militairement le régime de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

jeu_dames.jpgOn peut comparer ce tableau du début de 2011 avec celui que nous avons sous les yeux aujourd’hui. L’année précédente s’ouvrait sur les conséquences d’un vote unanime du Conseil de sécurité de l’ONU contre Gbagbo, et sur arrière-fond de révolte populaire à Tunis. La conjoncture actuelle est marquée par une rupture du consensus – avec le double veto de la Russie et de la Chine sur le dossier Syrien – et des espoirs populaires largement frustrés dans tous les pays où le vent de révolte a soufflé.

Entre l’unanimité et les doubles-vetos s’est déployé un processus de radicalisation de tous les phénomènes : à la fois celle des aspirations très fortes au changement dans le monde arabe, avec l’effet de contagion que nous annoncions de la révolution « du jasmin » sur l’Egypte, le Golfe persique, et même le Yémen, et celle de la poursuite de la stratégie étatsunienne pour tenter de contrôler ces mouvements, voire d’en susciter de nouveaux, en jouant de la suprématie idéologique dont ils jouissent encore, ce qui a poussé les puissances émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à durcir leurs positions.

Au chapitre de la mise sous contrôle des « printemps arabes », on peut citer tout un éventail de stratégies qui est allé de la répression militaire pure et simple au Bahrein par le biais du Conseil de coopération du Golfe, à la passation de compromis avec les partis islamistes bénéficiaires de ces révolutions en Tunisie et même en Egypte (où le sénateur démocrate John Kerry a initié ouvertement en décembre une politique de dialogue avec les Frères musulmans autrefois pourtant animés d’un très fort sentiment anti-américain et anti-israélien).

Le phénomène nouveau à partir de février 2011 a été le « coup de pouce » des puissances occidentales aux révoltes populaires dans les pays dont les régimes n’étaient pas vraiment « bien vus », c’est le moins qu’on puisse dire, par les milieux dirigeants européens et nord-américains. L’aspect le plus spectaculaire de cette stratégie s’est joué en Libye, où le régime pour le moins « atypique » du colonel Kadhafi (mi-socialisant mi-rallié aux recettes du FMI, mi-aligné sur les attentes américaines depuis sa réconciliation officielle avec Washington après l’invasion de l’Irak, mi-fidèle à ses anciens idéaux tiersmondistes au sein de l’Union africaine et dans ses liens avec le Venezuela etc), s’est trouvé confronté à une rébellion principalement basée au départ à Benghazi. Profitant du discrédit du régime libyen à l’issue de ses multiples volte-face, et de ses rodomontades contre l’opposition, le Occidentaux ont pu faire adopter sans opposition ouverte des BRICS une résolution visant à « protéger les civils », résolution censée uniquement au départ déboucher sur la création d’une zone d’exclusion aérienne mais qui finalement a pu être interprétée de façon extensive par le bombardement des troupes loyalistes et de nombreuses infrastructures (semble-t-il même civiles). Le pari était audacieux car l’engagement militaire occidental supposait une alliance de fait avec des éléments armés au départ hostiles aux Occidentaux comme les anciens combattants djihadistes d’Afghanistan et d’Irak nombreux à Tripoli et proches de la mouvance Al-Qaida. En outre il s’est heurté à la structure tribale de la Libye – les principales tribus restant fidèles au colonel Kadhafi – ainsi qu’à l’opposition historique entre Cyrénaïque et Tripoitaine laquelle, à l’exception de Misrata, fit bloc derrière le colonel Kadhafi, ce qui n’a cessé de jeter le discrédit tout au long des mois de juin et juillet sur la légitimité de l’intervention occidentale, laquelle d’ailleurs peinait à obtenir des résultats concrets.

La France et la Grand-Bretagne agissant largement comme supplétifs de la puissance américaine – surtout la première d’ailleurs – sont parvenues à sortir de l’impasse en ralliant à leur cause des groupes berbères au Sud-Ouest de Tripoli, ainsi semble-t-il que des hauts responsables de l’armée loyaliste, précipitant la prise de la capitale, puis à l’automne la liquidation physique peu glorieuse du leader libyen au prix du siège de Syrte (et de nombreux crimes de guerre dans cette ville martyr).

L’opération libyenne a permis à l’Occident d’engranger des bénéfices non négligeables : passer pour un allié « naturel » des printemps arabes (ce qu’avait déjà fait à petite échelle Obama en accélérant de fait la chute de Ben Ali à Tunis et de Moubarak au Caire), préparer des ententes avec la mouvance des Frères musulmans dans de nombreux pays, notamment en Turquie (alors que celle-ci renouant avec ses anciennes aspirations impériales s’érigeait de plus en plus en championne de la cause palestinienne face à Israël), créer un précédent applicable à d’autres pays arabes non alignés sur les positions occidentales comme la Syrie.

Au centre de cette nouvelle politique arabe occidentale se trouve désormais l’émirat du Qatar (en lieu et place d’une Arabie saoudite affaiblie) devenu apparemment si incontournable que même le candidat socialiste à l’élection présidentielle en France se sent obligé d’y dépêcher un émissaire. Les ressources pétrolières du Qatar permettent notamment de suppléer les difficultés financières de l’Occident pour armer des milices et répandre une propagande dans le monde arabe (voire dans leur diaspora, en France notamment), ce qui est cependant à double-tranchant, car le sous-traitant qatarien (comme le sous-traitant géorgien dans le Caucase) peut finir par imposer son propre agenda, et impose aussi ses exigences économiques (en termes notamment de rachat d’actifs dans le monde occidental : organes culturels, sociétés d’armement etc.).

Cette habileté et la capacité offensive de l’Occident tout au long de l’année 2011 n’a pas manqué d’inquiéter les grandes puissances, à commencer par la Russie qui, si la logique libyenne prévalait en Syrie (comme beaucoup d’organisation de défense des droits de l’homme le souhaitent), perdrait son dernier soutien militaire au Proche-Orient. La Syrie est un « bon client » pour la mise en œuvre de la stratégie occidentale. Son régime est fortement répressif, qui plus est il est allié de Téhéran, et, avec le basculement progressif de l’Irak dans la sphère iranienne, offre une profondeur stratégique à ce pays jusqu’à la Méditerranée. Son gouvernement étant dominé par une minorité proche du chiisme, Washington peut ainsi compléter sa stratégie d’alliance avec les Frères musulmans par une logique de choc des civilisations « chiites contre sunnites » (au prix au passage du sacrifice de la minorité chrétienne comme en Irak, les chrétiens syriens qui restent largement pro-Assad ne s’y sont pas trompés), reprendre pied au Liban (ou la nouvelle coalition gouvernementale reste hostile aux Occidentaux) et renforcer la pression sur l’Iran (à l’heure où Israël exige une intervention militaire pour empêcher cette puissance de se doter de l’arme nucléaire).

On a là tous les ingrédients d’une accentuation du bras de fer et d’un retour à une logique de guerre froide, la Russie et la Chine ayant bien compris qu’une stratégie de dominos Syrie-Iran viendrait à menacer directement leur intégrité territoriale, notamment en cas de conflit militaire ouvert (du fait en particulier de représailles possibles dans le Caucase et en Asie centrale).

On assiste donc à de très grands redéploiements sur tous les fronts, dans le monde musulman, mais aussi dans les autres zones. Les Etats-Unis forcés de se retirer d’Afghanistan et d’Irak massent leurs forces dans le Golfe persique, et doivent aussi se renforcer dans le Caucase s’ils veulent pouvoir attaquer l’Iran par le Nord (la Turquie ayant annoncé qu’elle refusait de servir de base pour l’OTAN dans une guerre avec Téhéran). Par ailleurs ils cherchent toujours à neutraliser la Russie, avec le dispositif anti-missiles en Europe orientale qui pourrait réduire à néant la force de dissuasion nucléaire russe, sauf si la Russie trouve des parades, dans l’espace notamment. Les Etats-Unis avancent aussi leurs pions en Asie. Obama a annoncé que la réduction des dépenses militaires n’empêcherait pas un renforcement de la présence navale au large de la Chine et une des priorités de Washington est le renforcement des liens avec l’ASEAN (les pays de l’Asie du sud-est) après le basculement de la Birmanie (qui s’ « ouvre » aux Occidentaux et aux Indiens) et la mise en œuvre d’une collaboration militaire avec américanovietnamienne, avec l’Australie (aussi offensive que le Royaume-Uni sur la scène internationale en ce moment), dans le rôle du chien de garde contre Pékin.
usmarine.jpg
En complément des actions militaires, le « soft power » de la « société civile » est aussi largement mobilisé, et devient l’enjeu de luttes complexes de l’Egypte (où le gouvernement militaire de transition, avec, notons le, l’assentiment des Frères musulmans, vient d’interdire l’activité d’ONG pro-Occidentales) à la Biélorussie (où Washington vient de renforcer ses pressions). On ne sait pas toujours d’ailleurs très bien ce qui relève ou pas de la manipulation étrangère : l’attitude très offensive des libéraux en Russie après la contestation des résultats des élections législatives russes en décembre (alors que la principale force d’opposition est le Parti communiste, et qu’il est légitimement celui qui devrait occuper la première place dans la contestation) est-elle encouragée par Washington (on se souvient des déclarations incendiaires d’Hillary Clinton dès la publication des premiers résultats) ? Y a-t-il une influence occidentale dans les émeutes des ouvriers du secteur pétrochimique au Kazakhstan en décembre ?

Dans ce jeu, les rapports de force sont toujours susceptibles de basculer dans un sens ou dans l’autre. En Amérique latine l’évolution reste favorable aux intransigeants, et c’est en partie un effet « collatéral » de la guerre impériale menée en Libye qui a échaudé plus d’un dirigeant dans cette région. Chavez a vaincu son cancer, il reste populaire dans son pays, et il a pu orchestrer la mise en place d’une sorte de « contre-OEA » sans les Etats-Unis : la Communauté des Etats d’Amérique latine. Le Brésil de Dilma Rousseff en partie conforté par la cohésion des BRICS s’en tient à une ligne favorable au non-alignement. L’Argentine aussi, qui, à l’approche du trentenaire de la guerre des Malouines, a réussi à rallier tout le Mercosur dans son bras de fer pour obtenir de la Grande-Bretagne l’amorce d’une négociation en vue du partage de ressources de l’archipel. Mais on ne sait toujours pas bien quel sera le positionnement de pays officiellement « perdus » par l’oligarchie néo-libérale pro-américaine comme le Pérou (dont le président vient contre toute attente de déclarer qu’il n’était pas « de gauche ») ou des petits pays pauvres des  Caraïbes attirés par le pétrole et la résistance idéologique de Chavez comme le Surinam, Haïti (sous occupation étrangère) ou la Jamaïque (en rupture de ban avec le Commonwealth). Même les plus fermes alliés du Venezuela peuvent-ils résister au risque de la destabilisation intérieure ? Le Nicaragua a passé avec succès le test de la réélection de Daniel Ortega, mais la Bolivie a dû affronter la colère de groupes indigènes plus ou moins entretenue par l’oligarchie locale et des ONG européennes. Cuba passera-t-elle le test du changement de génération à la tête de son parti communiste sans rebasculer dans l’orbite étatsunienne ?

En Afrique, la guerre de Libye a paradoxalement renforcé l’Afrique du Sud qui était hostile à l’ingérence occidentale, comme on l’a vu en janvier avec l’échec de la réélection du candidat de la France Jean Ping à la tête de l’Union africaine. Non d’ailleurs du fait que les Etats africains soient tous unanimement hostiles au principe l’ingérence – ils l’ont souvent soutenue sur le dossier ivoirien, et des pays comme le Kenya, l’Ethiopie et l’Ouganda agissent eux-mêmes directement comme sous-traitants de l’ingérence occidentale en Somalie – mais parce que le mépris de l’OTAN et des pays occidentaux à l’égard de l’Union africaine n’a été que trop visible tout au long des bombardements de la Libye.

Mais dans l’ensemble l’orientation politique du continent reste des plus indécises. Si la France a renforcé son leadership dans l’Ouest africain avec l’affaire ivoirienne, la Libye reste pour elle un point d’incertitude. Après l’éclat apparent de la victoire de l’OTAN elle doit, comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis faire face au risque de somalisation de ce pays où plus aucune force politique ne semble en mesure de s’imposer face aux autres et où elle doit pour ainsi dire supplier le « Conseil national de transition » (un CNT sous perfusion du Qatar et politiquement très faible) de ne pas instaurer tout de suite une charia intégrale qui ternirait quelque peu l’image de la victoire de la « démocratie » dans les grands médias. Tout le Sahel est déstabilisé par la prolifération des armes et des combattants en provenance de la Libye (Al Qaida Maghreb reste active de la Mauritanie au Niger et le Mali est en proie à une rébellion ouverte des Touaregs). Du côté anglophone les deux Soudan sont au bord de la guerre, les conflits religieux menacent l’intégrité du Nigéria. En Afrique centrale, l’espèce de « patriotisme modéré » qui semblait guider le gouvernement Kabila au Congo va-t-il résister à la montée des partisans de Tsishekedi (idéologiquement lié au souvenir de Mobutu) et à l’éventuelle formation d’un gouvernement d’union nationale que prônent de plus en plus ouvertement les Européens ? Au Zimbabwe l’union nationale n’a pas nui au non-alignement en raison du parrainage sud-africain mais l’issue est bien plus incertaine à Kinshasa.

En Asie, le Pakistan de plus en plus hostile aux Etats-Unis du fait notamment des exactions commises par les drones américains sur son territoire peut-il « rentrer dans le rang » après le retrait américain d’Afghanistan (notamment si les talibans reprennent le pouvoir à Kaboul ou intègrent un gouvernement d’union nationale) ? Sa situation économique peut l’y inciter si Washington trouve les moyens financiers de l’aider, mais ce pays peut aussi trouver plus de soutien auprès de la Chine.

Toute la périphérie Sud de l’ex-URSS demeure instable. Le Haut-Karabakh reste identifié par les services de renseignement occidentaux comme une zone à fort risque de conflit, l’ex-Asie centrale soviétique reste travaillée par des conflits ethniques dangereux qui peuvent aussi déborder sur le Xinjiang chinois et gagner le Tibet (tout comme le Caucase nord pour les Russes reste à la merci d’un retour à la guerre civile).

Toutes ces incertitudes sont des sources d’inquiétude légitime pour Moscou et Pékin. Mais les Occidentaux aussi ont du souci à se faire. Si les Etats-Unis ont pu provisoirement détourner l’attention de leur crise financière en la reportant sur l’Europe, l’affaiblissement de celle-ci n’est pas une très bonne affaire pour eux.

euroEn effet, l’éclatement de la zone euro à la suite d’un effet domino parti de l’insolvabilité de la Grèce serait de nature à remettre en cause tout le projet d’unification de l’Europe occidentale qui était un pilier essentiel de la stratégie étatsunienne depuis 1945. Déjà on voit ressurgir un peu partout un ressentiment à l’égard de l’Allemagne qui a été le principal bénéficiaire de la monnaie unique européenne depuis dix ans, mais dont la prétention à régenter l’équilibre financier des pays méditerranéens en partenariat avec Goldman Sachs n’est pas particulièrement appréciée par les populations.

Du coup c’est toute la stratégie d’extension de l’Union européenne à l’Est qui est en cause. L’entrée d’une Croatie (poussée par l’Autriche) dans une Union européenne menacée d’éclatement est de ce point de vue des plus symptomatiques. Elle s’opère alors que son voisin du Nord, la Hongrie, entre dans un processus de repli sur soi nationaliste et réactionnaire qui semble illustrer le choix assez binaire qui s’offre aux pays d’Europe centrale et orientale : soumission au système oligarchique FMI-Union européenne-OTAN, ou retour aux vieux fantômes des années 30.

Mais, sur le continent européen comme ailleurs, il est très difficile de faire des pronostics. Le pouvoir des technostructures reste fort. En Hongrie le pouvoir des banques occidentales allié à l’ultimatum de la Cour de Justice de l’Union européenne parvient littéralement à étrangler économiquement le gouvernement de Budapest depuis la fin du mois de décembre. Sur le dossier moldave on a vu Berlin convaincre Moscou de lâcher le fondateur de la Transnistrie Igor Smirnov lors des dernières élections législatives, tandis que les pro-européens de Chisinau confortaient leur majorité en ralliant à leur cause des députés communistes. En Serbie, les pro-européens continuent d’ignorer les appels de la minorité serbe du Kosovo, menacée d’absorption par le gouvernement autoproclamé de Pristina, au point que beaucoup de membres de cette minorité ont choisi de prendre la nationalité russe dans l’espoir d’être mieux défendus par Moscou. Et si le gouvernement de Belgrade tente encore de reprendre l’initiative dans les négociations, et a même tenté, malgré ses liens avec Israël, de se rapprocher du Mouvement des non-alignés qu’il a accueilli à Belgrade en 2011 pour le soixantième anniversaire de sa fondation, il reste largement prisonnier du chantage à l’entrée dans l’Union européenne.

Dans ce dispositif les suites de la crise de la dette, et les rapports de forces qui sortiront du processus électoral de grands pays comme la France, la Russie et les Etats-Unis en 2012 seront aussi déterminants que l’issue des guerres et rapports de forces dans les pays du Sud. L’ampleur de la victoire de la gauche ou de celle de la droite en France (avec la part interne de chacune de leurs composantes, suivant notamment que les plus fédéralistes ou les « souverainistes » parviennent à s’imposer) aura une influence sur le maintien de l’alliance avec l’Allemagne, sur la fidélité à l’OTAN dans la confrontation avec les BRICS, sur la stratégie de domination de l’Afrique ou de partenariat avec elle, etc. Aux Etats-Unis l’aptitude d’Obama à se faire réélire et sa marge de réélection orienteront sa faculté de résistance face au bellicisme des néo-conservateurs républicains (et celui d’une grand part de son propre parti) au Congrès. En Russie les résultats des présidentielles seront aussi à suivre de près. Une large victoire de Poutine – sans fraude électorale – serait sans doute un facteur de stabilité, mais ne rend pas impossible pour autant une nouvelle alliance russo-américaine surtout si la situation dans le monde musulman redevenait défavorable aux Etats-Unis (et l’on a vu que l’alliance Washington-Frères musulmans est loin d’être complètement acquise, en Egypte notamment, que la révolte populaire couve encore ici et là, et que la réconciliation nationale palestinienne attise des ardeurs guerrières en Israël contre Gaza qui pourraient à nouveau aggraver la situation américaine dans la région). Le PC russe a récemment vu dans la signature par Vladimir Poutine d’un accord sur le transit des troupes de l’OTAN en Afghanistan par la base d’Oulianovsk un symptôme du risque de renouveau d’alliance russo-américaine (une alliance qui pourrait fonctionner aussi bien contre certains mouvements arabes que contre Téhéran ou Pékin). D’autant que Poutine est aussi susceptible de s’allier aux libéraux pro-occidentaux pour conserver son pouvoir si sa marge de victoire est trop faible. Une victoire du PC russe au second tour de l’élection présidentielle évoquée par certains sondages apparemment favorables à ce parti à l’élection présidentielle augurerait, elle, davantage d’un retour à la logique de guerre de guerre froide, mais l’hypothèse reste quand même assez peu probable.

2012 s’ouvre donc sur une plus grande incertitude que l’année précédente, une incertitude qui peut encore plus que l’année précédente favoriser chez les stratèges la tentation du « coup de poker » pour sortir de certaines impasses, et donc accentuer les risques de conflits (le plus fort risque étant concentré sur l’Iran), ce qui devrait inciter nos concitoyens à se montrer très vigilants et à maintenir la pression sur nos gouvernants dans le sens de la modération.

Frédéric Delorca

Coordinateur du Blog de l’Atlas alternatif
Auteur entre autres d’ « Abkhazie, A la découverte d’une ‘République’ de survivants » (Ed. du Cygne, 2010).

 

.http://atlasalternatif.over-blog.com/article-bilan-d-une-annee-de-rapports-de-forces-planetaires-et-perspectives-pour-2012-98866992.html

 

islamistes_printemps-arabe.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://actua.unitariennes.over-blog.com/categorie-10376959.html

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

.

LE PRINTEMPS ARABE, UN AN APRES
Intervention de Tariq Ramadan. Ligue d'entraide islamique / Mosquée Al-Khalil. Bruxelles - Belgique. 28 janvier 2012. (regarder la conférence)

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Luttes d'influences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche