Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 02:48
http://radicarl.net/wp-content/uploads/2008/09/stephen-harper2.jpg
http://radicarl.net/wp-content/uploads/2008/09/stephen-harper2.jpg
Dans le livre que nous avons consacré à Stephen Harper en 2006 – Le vrai visage de Stephen Harper (Éditions Trois-Pistoles), nous citions son discours devant le groupe conservateur Civitas Society, prononcé en 2003, dans lequel il définissait sa stratégie politique.
Après avoir rappelé que le libéralisme classique d’Adam Smith et le conservatisme social classique d’Edmund Burke avaient fusionné au XXe siècle pour combattre le socialisme, Stephen Harper – après s’être réjoui de constater que les révolutions thatchérienne et reaganienne avaient triomphé au plan économique – déclarait que la lutte devait dorénavant porter sur le terrain des valeurs sociales.
Le véritable ennemi n’était plus le socialisme, mais le relativisme moral. Le chef conservateur affirmait vouloir redonner plus de pouvoir aux familles dans l’éducation des enfants, les appuyer par une législation sévère contre les jeunes contrevenants, et revaloriser l’institution du mariage en accordant plus d’importance aux valeurs religieuses.
Stephen Harper y allait également d’un vibrant plaidoyer en faveur de l’intervention du Canada aux côtés des États-Unis dans la guerre contre le terrorisme. « La politique extérieure du Canada doit également reposer sur les valeurs morales du Bien contre le Mal », lançait-il.
M. Harper est un habile politicien. Il avait prévenu ses partisans de bien choisir le terrain des luttes à venir en s’assurant de ne pas diviser les rangs des conservateurs. « L’important, déclarait-il à la Civitas Society, c’est d’aller dans la bonne direction, même si c’est lentement. »
Force est de constater qu’il s’en est tenu à son programme et à son plan de match. Le Canada, que Stephen Harper aurait bien voulu voir intervenir aux côtés des États-Unis en Irak, est aujourd’hui enlisé en Afghanistan et fait partie de la courte liste des pays de l’OTAN à faire la guerre en Libye.
Depuis son arrivée au pouvoir en 2006, le gouvernement Harper a fait passer le budget militaire de 14,8 milliards $ à 21,2 milliards $, soit une augmentation de 44 %. Il a prévu y consacrer 490 milliards au cours des vingt prochaines années.
Au plan économique, il poursuit sa croisade néolibérale contre le « socialisme », avec des baisses d’impôts pour les entreprises, un soutien à ses amis de l’industrie pétrolière, ce qui va se traduire par un fardeau fiscal accru pour les particuliers et une diminution des services sociaux par suite d’une réduction du rôle de l’État.
Au chapitre des valeurs, il s’en tient à son principe « d’aller dans la bonne direction, même si c’est lentement ». Sa promesse de fractionnement des revenus pour fins d’impôt rendrait plus attrayante la place de la femme au foyer. De nouvelles prisons seront construites pour accueillir les jeunes contrevenants. Et M. Harper s’est déclaré personnellement en faveur du rétablissement de la peine de mort, tout en nous assurant que son gouvernement ne présenterait pas de législations à cet effet, tout comme il ne chercherait pas à recriminaliser l’avortement ou à interdire les mariages gais. Mais, comme l’a signalé Gilles Duceppe, rien ne l’empêcherait d’inciter un député conservateur d’arrière-banc à présenter un projet de loi privé sur ces questions et de le soumettre à un « vote libre » à la Chambre des communes!
Stephen Harper a noué des liens étroits avec l’establishment militaire et le lobby pétrolier, mais également avec la droite religieuse au Canada anglais et au Québec. Le Premier ministre s’est d’ailleurs fait un point d’honneur de s’afficher publiquement avec le maire Jean Tremblay de Saguenay, alors que les candidats conservateurs Jean-Pierre Blackburn, Carol Néron et Denis Lebel donnaient leur appui à la croisade du maire pour la récitation de la prière à l’hôtel de ville.
À première vue, il peut sembler étonnant que pentecôtistes, évangélistes et catholiques fassent cause commune et, de plus, avec les conservateurs. Dans un livre intitulé The Armageddon Factor, The Rise of the Christian Nationalism in Canada (Random House), l’auteure Marci Macdonald date de l’arrêt de la Cour suprême de 1988 sur l’avortement l’alliance formelle entre évangélistes et pentecôtistes d’une part, et catholiques, d’autre part. La Cour suprême avait invalidé les dispositions du Code criminel sur l’avortement, mais laissé la porte ouverte à une législation qui pourrait passer le test constitutionnel.
Marci Macdonald soutient que la Defend Marriage Coalition, opposée au mariage gai, a joué un rôle aussi important dans la victoire de Stephen Harper en 2006 que la Christian Coalition dans la victoire de George W. Bush.
Elle affirme que, lors des dernières élections, 64% des protestants pratiquant ont voté pour Harper, soit 24% de plus qu’à l’élection précédente. Et, pour la première fois, une majorité de catholiques pratiquants ont voté pour les conservateurs plutôt que pour les libéraux.
La coalition chrétienne a aussi fait alliance avec les organisations de la communauté juive. Cette dernière, réalisant que la population déclinante de 380 000 juifs ne faisait plus le poids devant la population en pleine progression de 400 000 musulmans au Canada, a compris la nécessité de faire front commun avec les organisations chrétiennes.
La progression spectaculaire des groupes évangélistes et pentecôtistes n’est pas un phénomène purement canadien, ou nord-américain. Dans l’édition novembre/décembre 2010 de la prestigieuse revue américaine Foreign Affairs, un article signé par Scott M. Thomas – intitulé A Globalized God, Religions’s Growing Influence in International Politics – affirme que l’explosion religieuse la plus spectaculaire aujourd’hui n’est pas celle de l’Islam, mais bien celle du pentecôtisme et des sectes évangélistes.
Plus grand groupe de chrétiens, après les catholiques, ils sont présents surtout au Brésil, en Chine, aux Indes, en Indonésie, au Nigéria, aux Philippines et aux États-Unis, mais ont aussi une solide présence au Chili, au Ghana, au Guatemala, en Afrique du sud et en Corée du sud. En Chine, on assisterait à une formidable explosion de leur influence, au sein de la classe moyenne.
Selon Scott M. Thomas, « la religion devient un facteur important dans l’établissement de la politique étrangère des États ». On le voit bien avec le soutien du gouvernement Harper à Israël. Encore une fois, canons et goupillons marchent ensemble. On peut même prédire que cette influence s’accentuera.
En effet, le Parti conservateur propose, dans le programme qu’il vient de rendre public, la création d’un bureau spécial sur la liberté de religion au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international et il donne mandat à l’ACDI de travailler avec « les groupes soutenant les minorités religieuses vulnérables ». Le bureau est calqué sur le modèle du Office of International Religious Freedom, créé en 1998 aux États-Unis.
Plutôt que de s’unir pour combattre l’influence religieuse et défendre la laïcité, l’opposition fédéraliste qui fustigeait lors des dernières élections l’alliance de Harper avec les groupes religieux, joue cette fois-ci sur le même terrain et dispute à Harper l’adhésion des groupes religieux.

Les enjeux de la prochaine élection sont énormes, avec des volets internationaux, nationaux, moraux, et syndicaux comme le signale le texte du SPQ Libre publié en page 8. Et le Québec, en faisant bloc derrière le Bloc, peut empêcher l’élection d’un gouvernement majoritaire conservateur et freiner la progression de la droite.
Regardons les choses bien en face. Aux dernières élections, si on fait abstraction du Québec, force est de reconnaître que le Canada anglais a donné une majorité au Parti conservateur. C’est l’amalgame du facteur national et du facteur social progressiste québécois qui a privé la droite canadienne d’une majorité.
C’est cette combinaison gagnante qui est aujourd’hui sous les feux croisés de la droite économique néolibérale, représentée par Éric Duhaime, le Réseau Liberté Québec et ses radios poubelles, et de la droite des valeurs sociales, représentée par l’historien Éric Bédard.
Incapable de présenter elle-même une alternative politique digne de foi, la droite québécoise s’emploie à faire la promotion du NPD et son chef Jack Layton, comme en témoignent les chroniques d’un de ses porte-parole les plus tonitruants, Éric Duhaime, publiés dans le Journal de Montréal.
Lors du dernier scrutin, des députés conservateurs ont pu siéger à la Chambre des communes à cause du vote NPD. En effet, si ces votes étaient plutôt allés au Bloc, Stephen Harper aurait été privé de quatre députés au Québec.
Les militants NPD auront beau s’activer et faire beaucoup de tapage. L’analyse objective des faits et la mathématique électorale prouvent que, dans la grande majorité des circonscriptions, le véritable vote progressiste, le vrai vote de gauche est un vote pour le Bloc Québécois.


http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3021 http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3021

 

http://www.alterinfo.net/L-avenir-selon-Harper-est-arme-et-religieux_a57856.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche