Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 06:11


Chirac brocarde la politique "non-française" de Sarkozy
Seul un autre président peut saper le moral et les perspectives d’un président de briguer un second mandat. Et c’est précisément le cas en France. Le président français Nicolas Sarkozy a reçu le 14 mai un magnifique cadeau sous la forme de l’arrestation à New York de Dominique Strauss-Kahn, désormais ex-principal rival socialiste à la prochaine élection présidentielle en 2012. Mais un mois plus tard, Sarkozy a été attaqué dans le second tome des mémoires de l’ancien président français Jacques Chirac Le Temps présidentiel, Mémoires, tome 2. Ils sortent cette semaine, bien que les thèses principales soient déjà publiées dans la presse.
Pas assez fiable, trop à droite et proaméricain
Abstraction faite de l’objectivité douteuse des souvenirs politiques, et même si la moitié seulement de ce que Chirac a dit à propos de son ancien protégé est vraie, il y aura suffisamment de honte pour toute une vie. Peu voudraient entendre de telles choses à leur sujet, surtout à dix mois de la présidentielle, qui se tiendra le 22 avril 2012.
Selon Chirac, Sarkozy est en quelque sorte un arriviste gâté, arrogant et ingrat. Bien sûr, avec certains talents (énergique, manipulateur habile avec les  médias, bon tacticien), mais sans scrupules. Il est un homme "nerveux, impétueux, débordant d’ambition, ne doutant de rien et surtout pas de lui-même."
Lorsqu’on écrit ce genre de choses, on sous-entend que la personne possédant de telles qualités est prête à tout pour atteindre le sommet. Le cinquième président de la V République (1995-2007) affirme que le sixième président et son successeur n’est pas assez fiable, trop à droite, trop proaméricain, et qu’il est prêt à affronter et à contrarier tout le monde.
Tout cela ne manque pas de piment quand on se rappelle qu’à une époque Nicolas Sarkozy était pratiquement considéré comme le fils adoptif de Jacques Chirac, et pendant un certain temps il a même fréquenté sa fille Claude. Chirac l’a pris sous son aile, l’a rapproché et lui a ouvert les portes de la grande politique. Et de sa famille.
Les journaux français disent que Bernadette Chirac a fait la remarque suivante lorsqu’elle a appris que Sarkozy avait l’intention de se présenter à la présidentielle: "Quand on pense qu’il nous a vues en chemises de nuit!"
Or, le président est un descendant d'immigrés!
Mais la plus terrible accusation est que dans la politique, Sarkozy ne se comporte pas à la française. Sarko réagit déjà très mal à toute insinuation concernant son origine. Comme tous les enfants d'immigrés, il a toujours essayé d’être plus français que les Français: il arrive souvent que les immigrés deviennent des nationalistes fervents.
Il y a quelques années, Sarkozy a même organisé en France les débats sur l’identité nationale, afin de mettre en évidence tout ce qui est français, national, traditionnel, et de le renforcer, élever, élargir, approfondir… Au début, cela amusait les Français, mais par la suite ils en ont eu assez.
Dans l’ensemble, rien de bien grave. Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bocsa est effectivement fils d’un immigré hongrois, mais il est né à Paris. Son père était hongrois et sa mère juive, fille d’un médecin parisien. Les Français, avec leur riche passé colonial, ne sont pas impressionnés par cela: pratiquement un tiers de la population a un sang comportant beaucoup de "mélanges."
Mais dans les mémoires de Chirac on voit une allusion préélectorale très claire: France, qui t’apprêtes-tu à élire? Qui plus est, pour la seconde fois.
Sarkozy est depuis longtemps accusé du fait que son langage n'est pas celui d'un président, il a trop d’un "roturier." Et quand il s'exprime il fait de nombreuses entorses à la grammaire française. Mais on pourrait dire cela d’un politicien sur deux. Et pas seulement en France, mais partout dans le monde.
Non sans rancunes
Certains voudraient poser à Chirac la question suivante: pourquoi a-t-il attendu 16 longues années? Il y a 16 ans, Chirac et Sarkozy se sont brouillés, lorsqu’à l’élection présidentielle de 1995 Sarkozy n’a pas soutenu Chirac (qui a remporté tout de même la victoire), mais son principal rival Edouard Balladur. Pourquoi le vainqueur a-t-il nommé Sarkozy au poste de ministre, si ce dernier est un personnage aussi négatif?
Les explications de Chirac à ce sujet sont floues et confuses: Sarkozy était populaire et talentueux; en tant qu’ancien président Chirac estimait qu’il ne fallait pas critiquer ouvertement son successeur, et ainsi de suite. Généralement ce sont les mécaniciens qui expliquent de manière aussi hésitante et en baissant les yeux pourquoi ils ont "réparé" une panne qui n’existait pas.
La façon dont il caractérise le principal rival de Sarkozy, ex-leader du parti socialiste (jusqu'en 2008), François Hollande, est particulièrement étonnante. Chirac le qualifie de véritable homme d’Etat.
Ce n’est même pas une allusion mais un appel à tourner le dos à Sarkozy. Il est incroyable d’entendre un président de droite, un gaulliste convaincu, tenir de tels propos sur le chef du parti socialiste, adversaire séculaire de la droite, qui plus est au début de la campagne électorale.
La rancune contre Sarkozy est certainement aggravée par le procès judiciaire de Jacques Chirac en septembre. Il est accusé d’avoir utilisé les fonds publics pour financer ses objectifs politiques lorsqu’il était maire de Paris dans les années 1990. D’avoir créé des emplois fictifs et des postes pour ses proches, et d’avoir empoché l’argent obtenu. Chirac insinue que Sarkozy était l’un des initiateurs des intrigues juridiques tramées contre lui. Evidemment, l’Elysée nie tout.
Beaucoup de Français écouteront Chirac. Actuellement, il est l’un des anciens présidents français les plus populaires. Et la popularité de Sarkozy est au plus bas: moins de 30%.
Bien sûr, tout cela pourrait encore changer. Le pays sort progressivement de la crise économique. Et beaucoup de choses dépendront du procès de Dominique Strauss-Kahn, qui débutera le 18 juillet à New York.
Dominique Strauss-Kahn et sa défense rejettent les accusations de viol de la soubrette dans un hôtel new-yorkais. Si DSK était acquitté, ce qui est possible, la situation de Sarkozy serait encore plus inconfortable. En France, beaucoup estiment que l’affaire est loin d’être claire: soit les Américains ont tendu un piège à Dominique Strauss-Kahn, âgé de 62 ans, soit Sarkozy est impliqué dans cette affaire. Ainsi, la situation pourrait encore prendre une tournure inattendue.
 
L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction Ria Novosti
http://www.alterinfo.net/Chirac-brocarde-la-politique-non-francaise-de-Sarkozy_a60030.html

Les Italiens excédés par Berlusconi
Les Italiens ont participé deux jours durant (les 12-13 juin) à un référendum national, et le résultat du vote ne fait pas l’ombre d’un doute: l’Italie est fatiguée de son premier ministre Silvio Berlusconi. Selon la jurisprudence, les résultats du vote devraient conduire à la séparation de corps: les élections parlementaires seront encore nécessaires pour le divorce définitif et légal. Mais aujourd’hui, à en juger par les événements, elles ne sauraient tarder.

Basta Berlusconi?

Les adversaires les plus fervents de Berlusconi affirment qu’il a quand même beaucoup de chance: les vacances d’été ont commencé, et les Italiens n’ont pas la tête à la crise: les congés sont sacrés. Et si le vote avait lieu en automne, Berlusconi perdrait définitivement sa majorité infime au parlement, et on le traînerait aux urnes comme à l'échafaud. Tout le monde s’attend à ce qu’en automne (au début ou à la fin) cela se produise précisément de cette manière.

Les opposants les plus actifs parmi les centristes, les socialistes, l’extrême gauche, etc. appellent à la démission du cabinet dès maintenant. Selon leur logique, le référendum a tout dit, et il est inutile d’attendre les élections de 2013 (échéance officielle du mandat de Berlusconi).

Il a été proposé aux Italiens de s’exprimer sur quatre thèmes, l’avenir de l’énergie nucléaire, la loi sur le "motif légitime" (les ministres doivent-ils se présenter ou pas au tribunal lorsqu’ils sont sous le coup de poursuites judiciaires), la privatisation des ressources hydriques et les prix de l’eau. Sur les quatre thèmes, la population italienne a répondu "non" avec une moyenne de 90%: non à l’énergie nucléaire, non au "motif légitime", non à la privatisation et non à la nouvelle tarification du prix de l’eau.

Berlusconi avait besoin d’un "oui" sur les quatre points. Ainsi, ces résultats son-elles une quadruple défaite plus qu’humiliante. Selon la législation italienne, le référendum est exécutoire, si plus de 50% de la population y participe. Pratiquement 57% des Italiens sont allés voter. Et cela en dépit du fait que les médias contrôlés par le premier ministre (pratiquement 90% des médias nationaux) ont ignoré le référendum, et les partisans de Berlusconi, à la demande du premier ministre, n'ont pas participé à cette consultation populaire.

Il s’avère que la majorité des Italiens ne soutiennent pas la politique du premier ministre. Dans tout autre pays européen, le chef du cabinet aurait démissionné confronté à une telle situation. D’autant plus que c’est loin d’être sa première défaite et la première insinuation que l’Italie en a assez.

Récemment, le 30 mai, le candidat au poste de maire de Milan soutenu par Silvio Berlusconi pour gouverner sa ville natale, a connu un échec humiliant. La droite a perdu le contrôle de Naples. Au sein du parlement, la coalition de Berlusconi tient seulement grâce au soutien de l’extrême-droite, le parti séparatiste la Ligue du Nord. Mais désormais, même ses députés et ses membres disent qu’il faudrait "arracher" au premier ministre le chef du parti Umberto Bossi, sinon il fera sombrer le parti avec lui. Et le parti perd déjà le soutien des électeurs dans le Nord en raison de ses liens avec le frénétique Berlusconi.

Mais à 74 ans, Berlusconi reste un battant, comme il l’était à 30,40 et 50 ans (en septembre il fêtera son 75e anniversaire). Il a seulement déclaré qu’il fallait respecter la volonté du peuple et que l’Italie devrait probablement dire adieu à l’énergie nucléaire. Mais pas à lui, Berlusconi.

Adieu au nucléaire

Ce n’est pas la première fois que la botte tente d’intégrer le nucléaire et que le nucléaire ne se "greffe" pas. Les atomistes italiens sont clairement nés sous une mauvaise étoile.

En 1987, juste après l’accident de Tchernobyl (1986), l’Italie avait déjà organisé un référendum à ce sujet. Il est clair que les Italiens ont voté contre. Aujourd’hui, après Fukushima, personne ne s’attendait à ce que les Italiens disent "oui." L’Italie est le premier des pays économiquement développé à organiser un référendum sur les centrales nucléaires après la catastrophe du printemps au Japon. (Auparavant, l’Allemagne avait abandonné le nucléaire pacifique, mais son programme a été approuvé par le gouvernement.)

Il y a cinq ans, Berlusconi a annoncé les projets de construction de centrales nucléaires, et a promis d’en installer 10. L’Italie s’apprêtait à obtenir jusqu’à 25% de son électricité grâce aux centrales nucléaires dotées d'équipements français. La construction des premières centrales devait commencer en 2013.

En Italie, l’électricité est la plus chère de l’Union européenne, et désormais les nuages assombrissent l’avenir énergétique du pays. Il est possible de créer des centrales écologiquement propres, sans charbon, sans pétrole et sans atome, mais le processus est long et onéreux.

Toutefois, il s’agit d’une tendance paneuropéenne. Les Italiens ne se distinguent pas beaucoup dans ce sens. Certains experts sérieux affirment cependant qu’il faut qu'un certain temps s'écoule avant que l'on puisse oublier Fukushima et qu’il soit possible de revenir à nouveau à l’énergie nucléaire. Car en réalité, il existe des Etats (dont l’Italie) dépourvus d’alternative concrète au nucléaire.

La soif augmentera

Certains économistes et experts ont un point de vue controversé sur le vote des Italiens contre la privatisation des ressources hydriques et la mise en place d’un nouveau système de tarification.

On ne peut pas dire que l’Italie ait vécu jusque-là sur les canalisations construites encore dans la Rome antique. Mais les conduites, les canaux et les installations d’épuration sont en mauvais état, et le gouvernement n’a pas d’argent pour les réparer, et il n’en aura apparemment pas. Et étant donné que l’Italie ne possède pas de ressources aussi riches en eau que, par exemple, la Finlande, sa soif continuera d'augmenter.

L’issue du volet "hydraulique" du référendum traduit plutôt les émotions que le pragmatisme, qui, d’ailleurs, n'a jamais été le fort des Italiens. Mais ce résultat montre à quel point l’Italie en a assez des frasques de Berlusconi.

Qui pourrait remplacer le cavaliere?

Silvio Berlusconi a séduit l’Italie à trois reprises. Il a été premier ministre en 1994-1995, en 2001-2006 et aujourd’hui depuis le printemps 2008. Seul Benito Mussolini est resté au poste de premier ministre italien (21 ans) plus longtemps que lui.

L’Italie a accepté pendant longtemps les pitreries de Berlusconi imposant, arrogant, imprévisible, playboy, voulant paraître jeune, narcissique, égoïste et qui sait quoi encore, comme un "dessert" faisant passer le plat de résistance indigeste de la politique.

Mais lorsque les procès (quatre sont en cours actuellement) viennent s’y ajouter, le "dessert" commence à agacer. De plus, Berlusconi a une ambition démesurée, la bravade et la jouissance de l’impunité ostentatoire. Il est difficile d’avoir un amour non partagé pour le premier ministre qui est devenu la risée de toute l’Europe.

Il faut reconnaître que le principal talent de Silvio Berlusconi réside dans sa réussite à convaincre les Italiens (bien sûr grâce aux journaux, aux magazines, aux chaînes de télévision et aux radios qui lui appartiennent) que leur destin est lié à lui, et que sans lui ils seraient comme des enfants abandonnés.

Ce n’était pas si difficile: au cours des douze dernières années, les partis de centre-gauche ont changé de leader à huit reprises. Et si Berlusconi était désagréable pour beaucoup de raisons, la gauche et le centre sont simplement détestables.


L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction Ria Novosti
http://www.alterinfo.net/Les-Italiens-excedes-par-Berlusconi_a60031.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche