Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 18:18

Le club Bilderberg nourrit des fantasmes paranoïaques ridicules

Ce dimanche s'est achevée la réunion annuelle du club Bilderberg en Suisse. L'organisation est souvent accusée d'être un gouvernement mondial occulte des puissants du monde entier. Mais pour le politologue Olivier Roy, qui a participé à cette dernière réunion, cette vision du club relève du pur fantasme paranoïaque.

 

 
De l'extrême-gauche européenne à l'extrême-droite américaine : la mouvance anti-Bilderberg est très diverse, comme ici en Espagne.

De l'extrême-gauche européenne à l'extrême-droite américaine : la mouvance anti-Bilderberg est très diverse, comme ici en Espagne. Crédit Reuters

Atlantico : Vous figurez sur la liste des membres du très secret club Bilderberg publiée en fin de semaine dernière par la presse, à l’occasion du congrès annuel de l'organisation à Saint-Moritz, en Suisse. Ce club, où figurent de nombreuses personnalités économiques et politiques, est accusé de « diriger » les affaires du monde. Qu’en est-il exactement ?

Olivier Roy : Je n’étais qu’invité par le club Bilderberg. Il existe un comité de membres permanents, mais je n’en fais pas partie. Je n’en ai pas les moyens ! Pour ce qui est du contenu des réunions, la règle consiste à ne rien en dire : je ne pourrais donc pas vous répondre à ce propos.

On peut toutefois parler de ce que j’ai pu lire à l’occasion de la tenue du dernier congrès du club Bilderberg : sur Internet, vous voyez écrites des choses telles que « la liste des membres du club Bilderberg a fuité », alors que le club a publié la liste sur son propre site ! La réunion « secrète » de Saint-Moritz était annoncée sur le site depuis deux mois. Quant à l’argument sur le secret des discussions : la liste des thèmes abordés figure sur le site de l’organisation et c’est effectivement de ces questions dont nous avons parlé.

Mais les médias traditionnels sont bombardés d’emails disant « pourquoi vous n’en parlez pas ? Vous êtes donc dans la connivence ? ». Alors ils publient des articles…

L’histoire des « anti-Bilderberg » est intéressante. A l’origine, dans les années 1950, elle est le fait de ce que j’appellerais « l’extrême-droite américaine ». Par exemple, le journaliste Jim Tucker, qui a dans les 70 ans aujourd’hui, a toujours été là. Cette extrême-droite américaine pense que le gouvernement américain a été remplacé par un gouvernement mondial, que les dirigeants américains ne sont que des marionnettes aux mains des Francs-maçons et des juifs. Selon les plus « allumés » d’entre eux, cette conspiration mondiale remonterait au XVIIIème siècle avec les Illuminatis, une société secrète d’Allemagne du Sud dont Bilderberg serait l’expression finale ; un club favorable à la destruction des gouvernements nationaux et à l’établissement d’un ordre mondial au profit du grand capital, des juifs et des francs-maçons.

Dans les années 1990, cette théorie du gouvernement secret du monde est passée dans l’extrême-gauche européenne, avec un peu moins d’antisémitisme et une interprétation différente du rôle que jouerait la CIA : l’extrême-droite américaine pense que la CIA est une organisation patriote qui essaie de lutter contre Bilderberg mais n’y arrive pas, alors que l’extrême-gauche européenne pense que la CIA fait partie du complot.

Puis, se sont ajoutés les complotistes post 11 septembre, toujours sur ce même thème « on nous cache tout, on nous dit rien ». Plus récemment, le journaliste Daniel Estulin a écrit un livre à succès intitulé La véritable histoire du Groupe Bilderberg, publié dans de nombreuses langues, et qui fait preuve d’un délire paranoïaque total. Enfin, à l’occasion de la dernière réunion en Suisse à laquelle je faisais partie, la Ligue du Nord italienne et le CDU suisse, c’est-à-dire la droite populiste, ont rejoint la liste des anti-Bilderberg.

Nous avons donc aujourd’hui à faire à un groupement qui unit à la fois l’extrême-droite américaine, une extrême-gauche européenne anti-mondialisation et la droite populiste, notamment suisse. Cela procède d’une vision paranoïaque de la crise des États-nations où l’on cherche les responsables physiques de la mondialisation. Le club Bilderberg serait dans ce cadre un lieu de prise de décisions secrètes, sur qui sera le prochain Président américain, français, le taux d’intérêt interbancaires, etc.

C’est le cas ?

(rires) Non, Bilderberg n’est pas un lieu de décision, c’est juste un club.

 

Pourquoi autant de secrets sur le fond des discussions du club Bilderberg ?

C’est privé, pas secret. Un club privé se réunit. Si des décisions étaient prises au sein de Bilderberg, il y aurait bien-sûr un problème démocratique fondamental. Mais comme il n’y a jamais eu la moindre décision de prise… C’est un club de débat et pour qu’il y ait un débat tranquille, il faut qu’il soit privé afin de ne pas tomber dans le jeu des petites phrases reprises par les médias.

 

Club Bilderberg, Dîner du siècle,...  : n’existe-t-il pas trop de lieux où règne le secret dans lesquels se rencontrent les dirigeants ?

Le Dîner du siècle, c’est différent : il s’agit là de connivence. C’est un problème de société qui se pose différemment d’un pays à l’autre. En France, la connivence est très forte au Dîner du siècle. Bilderberg c’est différent car ses membres ne se voient qu’une fois par an. Le Dîner du siècle se déroule lui tous les mois et ses membres se retrouvent régulièrement dans les dîners parisiens.

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/club-bilderberg-paranoia-theorie-complot-gouvernement-mondial-occulte-suisse-secret-olivier-roy-120892.html


Lire aussi :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/06/16/zermatt-le-siecle-bilderberg-et-citoyens.html ]

 

 

Olivier Roy juge et partie !

 


Le 15 juin, Atlantico diffuse une interview du chercheur français Olivier Roy, avec le titre « Le club Bilderberg nourrit des fantasmes paranoïaques ridicules ». A propos de la réunion tenue à Saint-Moritz la semaine dernière. Olivier Roy déclare : « Je n’étais qu’invité par le club Bilderberg », précisant qu'il ne fait pas partie du comité organisateur. Mais il oublie d'ajouter que c'est le cas de la plupart des participants, et que c'est loin d'être la première fois qu'il est invité aux réunions de Bilderberg. Quant au « fond des discussions » de Bilderberg, il serait d'après Roy « privé, pas secret ». Sauf que les hauts responsables d'instances officielles, de banques et de multinationales constituent l'essentiel des participants. Il conviendra d'examiner plus en détail les analyses parues à l'occasion de la conférence de Bilderberg de 2011, de même que l'article de Flore Vasseur du 15 juin (Marianne) sur la députée islandaise Birgitta Jonsdottir

 

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2011/06/15/wikipedia-et-police-de-l-internet-ii.html ]

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Opinion ou témoignage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche