Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 02:06

L'avenir de l'agriculture Française

energie agricole

http://actualites.volticulteurs.fr/2010/05/19/lavenir-de-lagriculture-francaise-2/

.

Comment la France sortira son agriculture de l’impasse ?


 

A trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, la qualification pour le second tour du candidat que je soutiens ne fait aucun doute. François Hollande a même les meilleures chances de gagner le 6 mai, sauf évènement inattendu d’ici là.

Mais, comme Ségolène Royal en 2007, il n’a pas la confiance du monde agricole. Selon un sondage réalisé par Internet fin mars et début avril 2012 auprès des agriculteurs, il n’obtenait que 8% des suffrages au 1er tour (42% Sarkozy, 20% Bayrou et Le Pen) et 29% au second tour face à Sarkozy (71%).

 

Mon attention se concentre sur l’agriculture, car c’est dans la ferme de mes parents que j’ai vécu ma jeunesse et que j’ai voulu faire des études d’agronomie dans le but d’aider les agriculteurs à réussir leur vie professionnelle et leur insertion dans la société. Je suis resté fidèle à mon engagement d’adolescent de 12 ans.

 

Muni de mon diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale supérieure agronomique de Rennes, après avoir effectué - dans le cadre du volontariat - mon service national auprès des jeunes algériens à l’Institut de Technologie agricole de Mostaganem, j’ai été recruté par une Coopérative d’agriculteurs en Mayenne, qui m’a employé de 1972 à 2004, me permettant d’assumer, par ailleurs, à partir de 1990, des mandats électifs (maire, conseiller régional) dans de bonnes conditions.

 

Dans cette Coopérative, j’ai accompagné ses adhérents dans la modernisation de leur système fourrager pendant les années de fort développement des exploitations (1972-75) avant d’aider ceux qui avaient des difficultés financières à prendre de bonnes décisions de financement et de gestion, puis à bénéficier de la procédure mise en place par le gouvernement pour eux (Edith Cresson, ministre de l’agriculture), à partir de 1981.

 

J’ai vu la déception du monde agricole face à l’évolution de la politique économique gouvernementale, suite à la décision de la rigueur en 1983. Les Coopératives ont été amenées progressivement à s’éloigner de leurs adhérents et de la pratique solidaire, cherchant à se développer par croissance externe et gestion resserrée, comparable aux entreprises concurrentes à statut commercial.

 

Ayant vécu de près l’élection de François Mitterrand en 1981 (j’étais son mandataire départemental et il était venu dans une ferme en Mayenne deux semaines avant le 1er tour) et le retournement politique qui a suivi deux ans plus tard, je souhaite pleine réussite, durablement, à François Hollande. J’aimerais lui apporter mon concours en lui faisant des propositions en ce qui concerne l’agriculture, qui est sur une très mauvaise pente.

 

Au lieu de repenser la Politique Agricole Commune (PAC), les institutions européennes (Etats, Commission, Parlement) se sont empressées de se débarrasser des mesures de protection à l’égard des marchés. Le seul secteur qui restait à l’écart de la libéralisation ne l’est plus puisque les quotas laitiers seront supprimés en 2014.

 

Le principe de souveraineté alimentaire, qui devrait s’appliquer dans tous les pays, est battu en brèche par un autre principe, le libre-échange des produits agricoles - l’ouverture des frontières - que défend l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), elle-même sous le contrôle des Etats qui mettent en œuvre une politique néolibérale.

Voir Le Québec est à la pointe du combat pour la souveraineté alimentaire - 18 avril 2012.

 (…) Le marché des produits agricoles est de moins en moins considéré comme un marché sensible pour les dirigeants des pays développés. De nombreux pays ont en effet abandonné leurs outils de gestion de l’offre, qui permettaient d’assurer un peu de stabilité aux marchés agricoles. C’est le cas notamment en Europe : si l’Union européenne s’est largement construite sur la Politique Agricole Commune (PAC), celle-ci a été largement démantelée au cours des dernières années. Les lois de l’économie de marché s’appliquent donc à plein et les fluctuations liées à la spéculation viennent aggraver les variations historiques de ces marchés, liées à l’abondance des récoltes (…).

 

La politique européenne et française d’industrialisation à outrance de l’agriculture sous la pression des firmes multinationales conduit à de graves difficultés, liées à la monoculture, aux gros élevages industriels, aux pesticides, aux engrais azotés, aux concentrations des exploitations.

 

Commentant le film documentaire sur les agriculteurs victimes des pesticides, diffusé par France2 (voir Les dangers de l'utilisation des pesticides sur la santé des agriculteurs - 14 avril 2012), j’ai répondu ceci sur le réseau social Facebook (18 avril) à un ami qui me demandait mes solutions :

C'est très difficile. Il faut pouvoir proposer aux citoyens et à la majorité des agriculteurs une vision simple de ce qui doit changer en agriculture en prenant tout en compte et, d'abord, assurer la sécurité alimentaire en produisant de plus en plus local, autonome et économe, avec les préoccupations santé et environnement (impact carbone, pollution) et aussi qualité de la vie rurale (emploi, paysages, services).

Si nous arrivions à réfléchir ensemble (citoyens, consommateurs, producteurs, autres acteurs économiques et sociaux, élus politiques) autour d'un tel projet de reconversion progressive de l'agriculture, nous irions vers la solution...

 

Ce qu’il faut savoir

 

Les Français restent solidaires des agriculteurs  (Ouest-France, 26 février 2012)

 

Le scandale de l'agriculture folle, André Pochon auteur de l’ouvrage « Le scandale de l’agriculture folle »Editions du Rocher, 2009

 

Les paysans bio veulent changer de braquet (Ouest-France, 24-25 mars 2012)

 

L'agriculture bio à l'épreuve du marché mondial (Ouest-France, 2 mars 2012)

 

La nécessité d'une agriculture plus compétitive (Ouest-France, 27 mars 2012)

 

Dacian Ciolos s'explique sur la nouvelle Pac (Ouest-France, 29 mars 2012)

 

Lors du congrès de la FNSEA (syndicat majoritaire parmi les agriculteurs), à Montpellier, Dacian Ciolos, commissaire européen à l’agriculture (il est roumain, a fait des études dans les écoles agronomiques françaises, à Rennes et à Montpellier), a déclaré « Les agriculteurs ne représentent plus que 2% de la population active mais ils occupent les deux tiers du territoire. Nous devons voir ensemble comment votre métier peut être revalorisé ». Il propose « un retour à l’agronomie » en tenant compte des milieux naturels.

 

Lors de ce congrès de la FNSEA, le président Xavier Beulin est apparu préoccupé par la baisse de compétitivité de l’agriculture française. C’est surtout vrai en production porcine, où l’Allemagne a mis en production depuis 2000 l’équivalent du grand ouest français. Et aussi dans les fruits et légumes, la France ayant perdu 25% de son potentiel en valeur de production ces dernières années.

 

Je soutiens le retour à l’agronomie, prôné par Dacian Ciolos. Mais les dirigeants de la FNSEA sont trop impliqués dans l’agriculture industrielle (et trop liés aux industriels) pour imaginer une reconversion de l’agriculture comme je l’ai indiqué précédemment.

 

L’agriculture biologique, que je soutiens, ne peut être l’unique solution car cela ne peut concerner qu’au maximum 10% d’entre eux dans les dix ans qui viennent. L’agriculture déjà engagée dans des formes industrielles ne pourra se reconvertir. Cela concerne environ 10% des agriculteurs.

  

Il reste tous les autres (80%) pour assurer la sécurité alimentaire en produisant de plus en plus local, autonome et économe, avec les préoccupations santé et environnement (impact carbone, pollution) et aussi qualité de la vie rurale (emploi, paysages, services). Il y a de quoi faire…

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche