Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 04:10
Mardi 17 mai 2011 2 17 /05 /Mai /2011 19:22

echosdesmontagnes.blogspot.com

http://3.bp.blogspot.com/_NCKE2AXKnG8/S2mvspdFHFI/AAAAAAAACvU/bl3Ke8w456Q/s400/SIONISTES+ET+CRIF.jpg

Comment les partis sont infiltrés

pour qu'ils soient vidés de leur substance

Un moule unique imposé à la France

par eva R-sistons

 

http://ambisrael.fr/wp-content/uploads/2011/03/Flag-Pins-France-Israel.jpg

http://www.crossed-flag-pins.com

    Alerte ! Je ne cesse d'alerter sur ce blog contre les risques que la Gauche, et les Verts, courent. Après avoir liquidé le Gaullisme, des "taupes" infiltrent les partis afin de les orienter dans le sens de la Pensée Unique ultra-libérale (totalitaire, en fait, imposée comme seule valable).

    Le texte "Les sept péchés capitaux de D. Strauss-Kahn", publié aujourd'hui même sur le site Michel Collon, illustre parfaitement ce que j'écris régulièrement.

    Reprenons par le début. D'abord, je veux que les choses soient claires, limpides. Et je n'accepterai aucune critique, aucune insinuation déplacées. La multiplicité de mes influences, de mes origines, exclut tout esprit de clocher, toute trace de racisme. Je suis née en France de père Français, d'origine bordelaise, et de mère Russe (père Mongol, mère Ukrainienne). Ma soeur est veuve d'un Allemand. Quant aux religions, je les porte toutes en moi: Chrétienne, juive, musulmane, orthodoxe, baha'i (syncrétiste). Et pour moi il n'y a qu'une "race", humaine, et nous sommes tous frères et soeurs en humanité. Et citoyens d'un même monde. Mes valeurs ? Celles de la République : Liberté, égalité, fraternité, quel merveilleux programme !  Et pour moi il ne s'agit pas de mots, mais de réalités à vivre, concrètes,  incontournables.

    Il ne m'arrivera jamais de dénoncer une personne (ou un peuple) pour son identité. Au contraire: Je l'accueille comme un plus, comme elle est, dans sa différence, prête à découvrir sa "richesse" propre, sa spécificité. Seule compte pour moi la politique: Je dénonce sa financiarisation et sa militarisation, et plus généralement, sa déshumanisation. En d'autres termes, je "juge" les actes, pas les personnes. Ceux qui connaissent bien ce blog savent qu'il dénonce les politiques militaro-financières, et donc, d'abord celles de l'Occident judéo-chrétien essentiellement orientées vers la prédation, l'accaparement, la spoliation - au prix de toutes les arrogances et de toutes les guerres fatales aux peuples.

    Et pour définitivement clarifier les choses, je prends parti pour les victimes, pas pour les bourreaux - ou pour les puissants. Cela m'aurait amené en 40 à risquer ma vie pour sauver des citoyens juifs persécutés, comme aujourd'hui je dénonce les attaques intolérables dont sont victimes les citoyens musulmans - ou arabes. En un mot comme en cent, je suis une humaniste, éprise de vérité, de liberté, de paix et de justice. Et pour moi il n'y a pas d'étiquette (par ex juive, athée, musulmane, évangélique... etc), mais des actes, des politiques. C'est leur contenu qui seul m'intéresse.

ysengrimus.wordpress.com

http://ysengrimus.files.wordpress.com/2009/12/cohn-bendit.jpg?w=305&h=406

La France "occupée"

 

    Or, j'ai constaté (et cette constatation exclut toute connotation de racisme) que les milieux politiques, médiatiques, scientifiques, comme ceux du cinéma, ou de la littérature (historiens surtout)... sont dominés par un seul groupe de personnes, ayant les mêmes origines (peu importe l'origine, d'ailleurs, j'aurais parlé de la même façon s'il s'était agi de Chrétiens, de Bouddhistes, de Musulmans..), le même drapeau, les mêmes orientations (défense du libéralisme, du capitalisme financier, de l'Occident, de l'Europe, des Anglo-Saxons, des Israéliens..), les mêmes valeurs...

    Pour une journaliste comme moi, attachée au pluralisme, à la neutralité, à la diversité, à l'honnêteté intellectuelle, etc, je ne peux accepter que la plupart des centres de décision soient "occupés" (pour reprendre une expression en vogue) par un même groupe, donc au détriment des autres (quels qu'ils soient, je le répète). 

    Or, que voit-on, pour prendre l'exemple de la politique ? A la tête de l'UMP, l'Union pour la Majorité anti-populaire, voici Sarkozy et, piaffant d'impatience à l'idée de le remplacer, J.F. Copé avocat d'affaires comme lui. Au PS, DSK choisi par les Médias et les sondeurs aux ordres, aussitôt déjà "remplacé" par François Hollande, du même sérail (et donc en réalité libéral, atlantiste, sioniste, partisan du Nouvel Ordre Mondial). Bertrand Delanoë se sent pousser des ailes, même tonalité que DSK et Hollande. Les Verts ? Ils ont été pris en mains par Cohn-Bendit. On ne les reconnaît plus ! Hier critiques vis-à-vis de l'Europe, aujourd'hui intégrés dans une... "Europe-Ecologie", avec une Europe en premier. Quand on sait que l'Europe est le tremplin du Nouvel Ordre Mondial et seulement au service des intérêts de la Haute Finance, on comprend le chemin parcouru, totalement contraire aux idéaux des Verts. Des Verts d'ailleurs d'abord rouges, puis après la prise en mains par l'ex "anarchiste" allemand, désormais verts pâles, roses pâles. Et que dire des Gaullistes ? J'en ai souvent parlé sur ce blog.

      Cohn-Bendit, encore lui, a débarqué en France en mai 68 pour, en réalité, "tuer" politiquement le Gl de Gaulle, "coupable" aux yeux des Anglo-Saxons et des Israéliens d'être non-aligné sur leurs diktats, coupable d'indépendance comme aujourd'hui un Gbagbo ou un Kadhafi. De Gaulle gênait, il a sorti la France de l'Otan et affirmé sa différence. Il se méfiait des Anglo-Saxons comme des Israéliens. Il a "osé" mener une politique pro-arabe ! Cohn-Bendit a donc co-dirigé, en France, la première "révolution de couleurs", minant, de l'intérieur, le pays, afin qu'il se débarrasse du Gl de Gaulle si gênant pour les intérêts étrangers à la France.

    Plus tard, il a débarqué en France afin, lors de la dernière campagne présidentielle, de discréditer Bayrou, non-aligné lui aussi, puis pour "squatter" les Verts-Rouges et en faire un parti pro-européen, et finalement libéral. Future roue de secours du capitalisme, éventuellement !


 

latelelibre.fr

http://latelelibre.fr/wp-content/uploads/2008/05/lacombe260508a1.jpg

 

 

Un parti qui n'a plus rien de socialiste

 

    Reste le PS. Là, le parti socialiste fût infiltré par un homme qui, à Tribune juive comme au micro d'une radio communautariste, se vantait de travailler d'abord pour Israël (vous imaginez un individu comme ça à la tête de la France, pour défendre des intérêts d'abord étrangers ?). De surcroît, DSK est un authentique libéral, atlantiste, et champion de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial, auquel il préparait les esprits avec ses compères Attali et Sarkozy, pour notre malheur.

    DSK, comme ses pairs, est un fervent supporter de l'ultra-libéralisme, donc des cadeaux aux nantis et de l'austérité pour les peuples. En découvrant l'article de François Ruffin, sur le site de Michel Collon, j'y ai vu la démonstration de tout ce que j'écrivais sur ce blog presque depuis le début. 

    Au Parti Socialiste, très proche de Lionel Jospin, son conseiller spécial, même, DSK a en réalité un but : Orienter le PS dans le sens souhaité par  "la Pensée Unique", pour en faire un parti comme aux Etats-Unis,"clone" de l'autre, juste un peu plus "soft", moins brutal pour les couches populaires. Et le Parti socialiste privatisa, privatisa, privatisa, plus même que la Droite, et il mit en place des politiques que l'autre bord n'aurait pas désavouées. En d'autres termes, le but était de faire en sorte que les deux partis soient interchangeables, mettant en place les mêmes politiques : Libérales, financières, européistes, atlantistes, sionistes, et... préparant le Nouvel Ordre Mondial. 

    Voici le premier paragraphe de l'article du site de Michel Collon à l'origine de ce post : 

    « Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro », Le Monde. « Sous conditions ». Voilà la formule que trouvent, sur la monnaie unique, Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin dans la soirée du 4 septembre 1996. C’est qu’en ces journées où le Parti socialiste concocte son programme, le Mouvement des Citoyens de Jean-Pierre Chevènement et les communistes réclament un nouveau référendum. Les Verts demeurent, à l’époque, opposé à Maastricht. Et même au sein du PS, la majorité soutient Henri Emmanuelli : « Si on veut retrouver la croissance, il faut sortir du carcan monétaire. » Devant cette offensive, DSK cherche la parade : le passage à l’euro se fera, mais sous « conditions ». Avec, notamment, l’affirmation d’un « gouvernement européen » face à la future Banque centrale, le rejet d’un euro surévalué par rapport au dollar, et la révision du pacte de stabilité (..).

    La suite, on la connaît. Lionel Jospin va jusqu'à dire qu'il n'est "pas socialiste", et Jean-Marie Le Pen arrive en deuxième position, récupérant au passage les voix des électeurs modestes désorientés et scandalisés. Vidé de ses racines populaires, le Parti Socialiste n'a plus de raison d'être, pâle copie de son concurrent de Droite, et dans ce cas, on préfère généralement l'original à la copie !
    Et maintenant ? Le parti socialiste n'a en effet plus rien de socialiste. Nous avons désormais en France un parti Républicain et un parti "Démocrate". Un Manuel Valls le trouve encore trop à gauche, et s'est donné pour but, après une visite à Bilderberg, de le rapprocher encore un peu plus de la Droite. DSK faux homme de Gauche infiltré au PS a totalement modifié l'essence de ce Parti. D'autres, propulsés par les Médias aux ordres, imposés par eux devrait-on dire, s'apprêtent à prendre la relève : Hollande est sur les rangs, Delanoë songe à un destin présidentiel, Fabius aussi, tous du même sérail, et les Médias s'emploient à écarter, sinon à discréditer, Ségolène Royal, trop indépendante, mais qui a aussi,  comme Jospin, son DSK, en la personne de BHL, oui encore lui, partout, pour porter la bonne parole ultra-libérale, atlantiste, sioniste, impériale, préparant le terrain au Nouvel Ordre Mondial. La boucle est bouclée. Seule Marine le Pen n'est pas du même Clan, mais bien décidée, elle aussi, à se soumettre quand il le faudra pour accéder aux plus hautes fonctions, sachant que le CRIF, par ex, est en France le passage obligé de la réussite. Exit l'indépendance de notre pays, dans tous les cas de figure !
    Tant que nous n'extirperons pas ce cancer de la société française, irriguant les centres névralgiques, tant que nous accepterons que notre pays soit occupé par un même groupe, supervisant tout, orientant tout, hypothéquant totalement notre indépendance, notre liberté d'action - notre pays sera dénaturé, paralysé, et promis à la liquidation totale.
    La France est attachée à son indépendance comme à son modèle social. Gaullienne de Gauche (attachée au Programme du CNR, du Conseil National de La Résistance élaboré après la 2e guerre mondiale par le Général de Gaulle et de nombreux communistes), j'incarne tout à fait ce courant. Et à ce titre, sur mes blogs, je continuerai à défendre une politique gaullienne (rassembleuse, indépendante, éthique, républicaine) et réellement de gauche. Réellement de gauche, pas comme le PS ou les Verts désormais affadis, méconnaissables, via les DSK ou les Cohn-Bendit de tous poils ! 
    Prendre conscience du mal qui ronge la France, à travers les DSK ou les Sarkozy, interchangeables, c'est, déjà, commencer à agir pour le redressement de la France, qui passe par sa libération de tout ce qui entrave son essor, sa vocation véritable, ses valeurs fondamentales - républicaines ou sociales -. C'est, aussi, travailler au Bien commun, universel, qui seul garantit la dignité de chacun.
.
    Eva R-sistons
.
.

 

TAGS : Strauss-Kahn, Sarkozy, Delanoë, Hollande, Cohn-Bendit, Jospin, Fabius, S. Royal, UMP, Verts, PS,  M. Le Pen, JF Copé, OTAN, de Gaulle, mai 68, CRIF, Arabes, Musulmans, Juifs, racisme, évangéliques, Bouddhistes, athées, baha'i, France, Europe, Manuel Valls, Bilderberg, BHL, Michel Collon, médias...

.


.http://img.over-blog.com/174x173/1/18/15/06/D12---mai-10/valmy-moulin-j-copie-3.jpg

Les sept péchés capitaux

de Dominique Strauss-Kahn

 

Ministre des Finances de Lionel Jospin, DSK incarne, à lui seul, tous les renoncements de la gauche plurielle. Les « succès de ce modernisateur », point par point.

 

Le carcan monétaire :

sans conditions


« Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro », Le Monde.

« Sous conditions ». Voilà la formule que trouvent, sur la monnaie unique, Dominique Strauss-Kahn et Lionel Jospin dans la soirée du 4 septembre 1996. C’est qu’en ces journées où le Parti socialiste concocte son programme, le Mouvement des Citoyens de Jean-Pierre Chevènement et les communistes réclament un nouveau référendum. Les Verts demeurent, à l’époque, opposé à Maastricht. Et même au sein du PS, la majorité soutient Henri Emmanuelli : « Si on veut retrouver la croissance, il faut sortir du carcan monétaire. »

Devant cette offensive, DSK cherche la parade : le passage à l’euro se fera, mais sous « conditions ». Avec, notamment, l’affirmation d’un « gouvernement européen » face à la future Banque centrale, le rejet d’un euro surévalué par rapport au dollar, et la révision du pacte de stabilité.

Sitôt promis, sitôt trahi. « Au lendemain des élections législatives de 1997, Dominique Strauss-Kahn convainc Lionel Jospin de jouer à fond la carte de l’euro, et, oubliant les fameuses conditions que posaient auparavant les socialistes à son lancement, de se convertir au très contraignant pacte de stabilité » (Le Monde, 3 novembre 1999). Les ministres européens des finances se disent vite « rassurés », se montrent « confiants » : aucun « séisme » ne secouera l’Europe. La « discipline budgétaire » est acceptée, le traité d’Amsterdam signé (18 juin), et même : « les quinze accélèrent la création de la monnaie unique » (16 septembre).

DSK n’a guère bataillé. Ou seulement pour que Jean-Claude Trichet succède à Wim Duisenberg à la tête de la BCE : qu’un libéral français succède à un libéral néerlandais, voilà une jolie victoire… Depuis, tout le pouvoir est laissé aux banquiers, « indépendants », hors de contrôle démocratique. Eux se soucient de la seule inflation, qui menace la rente – guère de l’emploi. Et la gauche ne peut que se lamenter, impuissante, contre un « euro surévalué ».
Le « carcan monétaire » ne s’est pas desserré. Mais renforcé.

Services publics :
« le plus grand privatiseur »

« Lionel Jospin privatise plus que Alain Juppé » Le Monde.

« Nous refusons la privatisation des services publics et leur transformation en objet de profits. » La plate-forme de la gauche plurielle n’avait rien de bolchevik, aucune nationalisation n’était prévue : ne pas privatiser, l’engagement, modeste, semblait tenable.

Aussitôt installé à Bercy, pourtant, DSK reçoit Michel Bon, le PDG de France Télécom – qui plaide pour une « ouverture du capital » de son entreprise. A son tour, le ministre des finances « fait le siège de Matignon », et Lionel Jospin soupire : « Puisqu’il n’y a pas d’autre solution… » Dès sa déclaration de politique générale, le 19 juin 1997, à l’Assemblée, le Premier ministre revient alors sur son engagement de campagne, et prévient que, pour les services publics, « des adaptations seront nécessaires ».

« Après une concertation sociale approfondie » - il faut cela pour avaler des couleuvres -, « Jospin donne son feu vert, début septembre, à une privatisation partielle. A Bercy, DSK se réjouit » (Le Nouvel économiste, 23/04/99). La « commission des privatisations », mot honni, est rebaptisé « commission des transferts » - et sous la houlette du grand argentier, elle « transfert » beaucoup : France Télécom d’abord, Thomson-CSF, Thomson Multimédia, Air France… DSK est médaille d’or : « le plus grand des privatiseurs », pour Les Echos (3 novembre 1999), tandis que Le Monde dresse ce constat : « Lionel Jospin privatise plus que Alain Juppé » (7 août 1998).

Privatiser, soit,
mais pour quel résultat ?

Libéré de l’Etat et de ses pesantes contraintes, Michel Bon verse dans la folie des grandeurs : jusqu’alors prospère, France Télécom rachète, en 2000, le britannique Orange pour 50 milliards d’euros, acquiert quelques autres babioles, devient la seconde entreprise la plus endettée du monde, à hauteur de 75 milliards d’euros, et frôle le gouffre dès 2002. Ce fleuron du service public n’évite la ruine que grâce… à l’Etat : bon bougre, il remet 15 milliards au pot. Et son nouveau PDG, Thierry Breton, s’engage sur 15 autres milliards d’ « économies en interne » - sur le personnel, donc. Les suicides à répétition, chez les agents Orange, la pression qu’ils subissent, trouvent leur source ici. Dans un choix politique. Effectué sous un gouvernement de gauche.

Airbus :
en cadeau à Lagardère

C’est à cet « incompétent » que DSK a remis les clés du trésor.

« Une excellente nouvelle », voilà comment Dominique Strauss-Kahn, alors ministre des finances et « coordinateur aéronautique en Europe », salue la privatisation de Aérospatiale. Et c’est à Lagardère qu’est confiée l’entreprise – un patron qui fréquentait le Cercle de l’industrie…

A toutes les étapes du « deal », c’est DSK qui a négocié. Et tout accordé : « Airbus », d’abord, cette mine d’or - à une société, Matra, pourtant étrangère aux avions civils. Une ristourne sur les actions, aussi, évaluée à quatre milliard de francs. Et surtout, les pleins pouvoirs au privé : malgré les 15% qu’il possède encore, l'Etat français se retrouve « interdit de gestion ». Ses intérêts sont représentés par Jean-Luc Lagardère (0,9% du capital), dont les lieutenants (Philippe Camus, Noël Forgeard, Jean-Louis Gergorin, Philippe Delmas, Jean-Paul Gut) occupent les postes-clés. Europe 1, la radio de Lagardère peut exulter : « L'équipe Jospin sort des entreprises du giron de l'Etat à un rythme deux fois supérieur à celui de la droite. Pour ce qui est d'Aerospatiale, il était temps. » (16/02/99).

Et pourquoi
pareille urgence ?

Par voracité. Durant « cinq années de dividendes », les actionnaires se goinfrent le cours du titre en bourse grimpe de 70 %, un rachat d’actions, à hauteur de 7 milliards d’euros, est programmé. Autre chanson, pour les salariés : à l’automne 2006, la direction décrète la plan Power 8, 10 000 emplois seront supprimés en Europe, délocalisés. L’injustice sociale se double d’un scandale financier : « J'ai le choix de passer pour quelqu'un de malhonnête ou d'incompétent qui ne sait pas ce qui se passe dans ses usines. J'assume cette deuxième version », se défend étrangement Arnaud Lagardère (Le Monde, 15 juin 2006).

C’est à cet « incompétent », donc, que DSK a remis les clés du trésor – et l’héritier s’est servi à pleines mains. Mais l’ancien ministre n’en paraît pas fâché : au moment de l’affaire, Strauss-Kahn publie une tribune dans Le Monde (également copropriété de Lagardère) sans que ce nom ne soit prononcé. Ni Jean-Luc, ni Arnaud. C’est qu’un pacte les unit – dont le politique récolte aujourd’hui les fruits médiatiques…

Stock-options :
la fiscalité des patrons

Le Ministre des finances de la gauche plurielle défait ce que la droite a construit

Sujet sensible. DSK avance donc pas à pas : dès l'automne 1997, « les bons de souscription de parts de créateurs d'entreprise » - stock-options, en français… - bénéficient d’une fiscalité allégée, mais simplement pour « les sociétés de moins de sept ans ». Un an s’écoule, et en 1998, c’est désormais pour « les sociétés de moins de quinze ans. » En janvier 1999, Dominique Strauss-Kahn croit désormais l’heure venue : toutes les stock-options, désormais, même celle des patrons du CAC 40, seront imposées à 26 % - et non plus à 40 %... Le Ministre des finances de la gauche plurielle défait, ici, ce que la droite a construit : c’est Alain Juppé, deux ans plus tôt, qui avait relevé le taux d’imposition de 26 % à 40 % !

Le cadeau est trop gros : c’est un tollé. « Quatre milliards de francs pour 12 000 privilégiés, s’emporte Louis Viannet, le leader de la CGT, comparés aux 4,5 milliards de francs dégagés pour quelque 4 à 5 millions de chômeurs ou d'exclus, on voit de suite qu'une telle mesure irait dans le droit fil de la justice sociale !... » (Le Monde, 9/01/99). Les communistes et les Verts protestent. D’autant que, malchance, on apprend alors que Philippe Jaffré, l’ancien (et nullissime) patron d’Elf, serait parti avec deux cents millions d’indemnités et de stock-options. Les députés socialistes, en rébellion contre Bercy, déposent un amendement pour relever la taxe à 54 % - comme l’impôt sur le revenu... finalement abandonné.

On en reste au statu quo, un match nul. Et bientôt mis en examen, DSK ne mènera pas son combat plus loin. Mais à ses amis patrons, par pragmatisme, il aura tout de même évité quelques désagréments : la Taxe Tobin sur les transactions financières, prônée dans le programme mais aussitôt repoussée. L’impôt sur la fortune, qui devait s’étendre aux biens professionnels : les grandes fortunes y échapperont. Même les niches fiscales dans les DOM-TOM seront prolongées ! Quant à la taxe professionnelle, elle sera allégée de vingt milliards de francs en cinq ans…


Banque :
se débarrasser du pôle public

« La mise en place d’un grand pôle financier public. » Voilà la promesse qu’adresse, au printemps 99, Dominique Strauss-Kahn aux députés communistes. C’est que le groupe PC à l’Assemblée bougonne. D’ « établissements de crédit à but non lucratif », les Caisses d’Epargne vont se transformer en en « banques coopératives », et nettement plus lucratives – un « véritable bouleversement » comme le titre La Tribune (7/02/00).

En fait de « grand pôle financier public », Libération le félicite : « Et de cinq. Après le GAN, le CIC, la Marseillaise de Crédit et le Crédit Lyonnais, Dominique Strauss-Kahn n’avait plus qu’un dossier à boucler pour achever son grand œuvre, connu sous le nom de code de ‘restructuration du secteur financier’ : la cession du Crédit foncier de France (CFF). Depuis hier, voilà l’affaire réglée. (…) L’Etat s’est débarrassé de la dernière banque publique » (Libération, 11/07/99). On ne saurait mieux dire : bon débarras ! Devant pareille « œuvre », le ministre des Finances s’auto-congratule : « Le secteur financier public a été remis sur les rails. » Et comment ? En supprimant « le secteur financier public » ! Même le quotidien patronal Les Echos est surpris de cette prouesse : « La réduction spectaculaire de l’emprise du public, depuis deux ans, se réclame du réalisme » (7/10/99).

C’est qu’à chaque fois, DSK sait trouver les mots qui touchent. Pour l’ouverture du marché de l’électricité, par exemple, trait de génie, il avait inscrit un « droit à l’énergie », et ça avait marché : les parlementaires avaient approuvé. Pour la « privatisation des Caisses d’Epargne », il ajoute un petit mot sur le « développement durable » et contre « l’exclusion bancaire ». Ca fait joli, et ça marche encore.

Dix ans plus tard, en fait de « développement durable », l’Ecureuil est devenue une « vraie banque » : il s’est lancé à fond dans la spéculation. Jusqu’à la débâcle record de Natixis – près de 10 milliards épongés par les contribuables…

Retraites :
des fonds de pension « à la française »

« Une tentative pour faire avancer la retraite par capitalisation au détriment des régimes par répartition » : voilà comment, durant la campagne de 1997, le porte-parole du PS, François Hollande, condamne les fonds de pension.

Changement de partition, à l’automne : « la création d'un système de retraite par capitalisation (fonds de pension), en marge des régimes par répartition actuels, est de nouveau à l'ordre du jour. Le ministre des finances, Dominique Strauss-Kahn, a expliqué devant les financiers réunis par la Commission des opérations de Bourse (COB), mardi 9 décembre, qu'il allait relancer la réflexion sur les fonds de pension à la française » (Le Monde, 11/12/97).

C’est son dada, à DSK – et depuis un bail. Dès 1982, avec son ami Denis Kessler, ils publient L’Epargne et la retraite - un ouvrage qui plaide en faveur des « assurances vie ». Leurs trajectoires divergent, apparatchik socialiste pour l’un, dirigeant de AXA, puis de la Fédération française des sociétés d’assurance pour l’autre, mais les deux co-auteurs ne se quitteront plus. On dîne ensemble à la maison. DSK invite DK à s’exprimer devant les cadres du PS. DK invite DSK à s’exprimer aux Journées de l’assurance – contre 20 000 F. Et quand ils se retrouvent tous deux aux affaires, l’un comme « n°1 bis du MEDEF », l’autre comme maître de Bercy, les deux partenaires s’accordent pour créer des « fonds partenariaux » - un mot qui sonnait moins anglo-saxon.

Là encore, sa mise en examen – et les réticences des députés – bloqueront le projet. Mais le grand argentier n’a pas dit son dernier mot : « Si on arrive à vivre 100 ans, déclarait-il en mai dernier sur France 2, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans, il va bien falloir que d'une manière ou d'une autre ça s'ajuste. Dans beaucoup de pays, c'est la voie qui est choisie. » Comme quoi, sur les grands projets, pour les grandes idées, le directeur du FMI peut se soucier de politique intérieure…

21 avril 2002 :
la strauss-kahnisation de Jospin

Avant d’entrer à Matignon, Lionel Jospin le sermonnait : « Ne répète pas ce que te disent les patrons », lui reprochait de « baigner dans le patronat », s’agaçait de ses dîners en tête à tête avec le CAC 40.

Mais aussitôt chef du gouvernement, il en fait son « conseiller particulier » : « Le Premier ministre écoute beaucoup le ministre des Finances, le consulte chaque jour en dehors de sa sphère de compétence, sur tous les dossiers : DSK a même à Matignon un petit ‘réduit’ discret qui lui évite de faire des aller et retour à Bercy » (Le Point, 13 juin 1998). Et que lui répète alors le « réaliste », le « pragmatique » Dominique Strauss-Kahn, sur Vilvorde, sur Michelin, sur l’Europe ? Que « les marges de manœuvre sont très faible »<, qu’ « il n’y a pas d’autre solution », etc. Alors qu’une tentative de transformation réclame toujours, à gauche, une confrontation au monde, aux forces d’argent, à leurs médias, aux intérêts des élites, aux diplomaties conservatrices, Lionel Jospin « écoute » l’homme qui, dans son entourage, accepte pleinement cet ordre des choses – et lui recommande la même acceptation.

D’où une métamorphose que raconte, surpris, Le nouvel Economiste, au printemps 1999, titrant « Jospin le libéral » : « C’était mardi 6 avril, devant l’auditoire très select de la Fondation Saint-Simon. Lionel Jospin était venu s’expliquer sur ses conceptions économiques : ‘J’ai évolué, a-t-il avoué ce jour-là. Sur certains sujets, je me suis étonné moi-même. J’ai découvert que la réalité était plus complexe que je ne le croyais.’ Au lendemain de l’élection présidentielle, quand il n’était que premier secrétaire du PS, devant ce même aéropage très gauche caviar, il était au contraire apparu comme le tenant d’une gauche frileuse hésitant à bousculer les dogmes, accrochée au secteur public, aux nationalisations et au volontarisme d’Etat. Lionel Jospin passait alors pour un archéo, un brin sectaire, brouillé avec les lois de l’économie de marché. Parpaillot affichant son mépris pour l’argent, à mille lieues des entreprises, des affaires, des sphères de la finance. Il y a trois ans et demi, devant les saint-simoniens, Lionel Jospin était mal à l’aise, tendu. Mais le 6 avril, il est apparu rayonnant, affichant sans complexes son pragmatisme de gauche, devant la crème de l’establishment, au cœur du temple de la pensée unique. »

« Mon programme n’est pas socialiste », proclamerait bientôt le gentil Lionel pour lancer sa gentille candidature à la présidentielle. Et il refuserait de rencontrer les salariés de Lu, un peu trop vindicatifs, trop virulents. Et il ne prononcerait pas une fois le mot « ouvrier », trop archaïque, d’après ses gentils communicants. Ouvrant un boulevard à gauche pour une myriade de méchants contestataires, et faisant largement fuir l’électorat populaire vers le méchant Le Pen…

Source : Hebdo Fakir
http://www.michelcollon.info/Les-sept-peches-capitaux-de.html
2 décembre 2010
François Ruffin.
.
.
Droite, Gauche :
Pour le Liesi,
2 partis collabos du mondialisme

(..) Certains signalent ce matin que l’Elysée et le Quai d’Orsay chercheraient le moyen d’évoquer une « immunité diplomatique ». Si cette information se vérifie, elle ne ferait que confirmer la connivence entre les deux principaux partis français « collabo » du MONDIALISME, cette machine à broyer les Etats nations, à créer des chômeurs en pagaille, à imposer sa religion démoniaque (la démo(n)cratie), à détruire les bases morales de la familles, etc. (..)
.
.
Au fait, je me suis demandée ce qui se serait passé
si ces "choses" étaient arrivées alors que DSK
était à la tête de la France ?
La France aurait eu bonne mine...
surtout avec l'immunité !
(note d'eva)
.
 

Les sionistes perdent un pion majeur pour 2012

15 mai

Strauss-Kahn avait avoué à Tribune juive « se lever chaque matin en se demandant comment il pourra être utile à Israël ». Un site internet décrit l’épouse de Strauss Kahn, Anne Sinclair comme “une militante sioniste acharnée”. Rappelons que les sionistes ne sont pas de vrais juifs. Les leaders du sionisme ont pactisé avec les nazis, comme nous l’avons démontré dans notre brochure sur V. Jabotinsky. La nomenklatura sioniste n’était intéressée que par des sépharades vraiment « utiles » à la naissance future d’un Etat israélien. Ce pan d’histoire qui fut mis si bien en évidence par Freedman (voir notre catalogue) est à la fois passionnant et éclaire les événements actuels !

Dans la revue Passages N° 35 Strauss Kahn avait déclaré : “Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. Tout le monde ne pense pas la même chose dans la Communauté juive, mais je crois que c’est nécessaire. Car, on ne peut pas à la fois se plaindre qu’un pays comme la France, par exemple, ait dans le passé et peut-être encore aujourd’hui, une politique par trop pro-arabe et ne pas essayer de l’infléchir par des individus qui pensent différemment en leur permettant de prendre le plus grand nombre de responsabilités. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël. (Source: israelvalley.com)

 

 

http://liesidotorg.wordpress.com/2011/05/15/les-sionistes-perdent-un-pion-majeur-pour-2012/

 

.

 

http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi3.jpg
http://tchadonline.com/wp-content/uploads/2008/11/fmi3.jpg
.
.
Gouvernance globale
.
Dominique Strauss-Kahn,
l’homme de « Condi » au FMI
.
Thierry Meyssan
Dominique Strauss-Kahn est un homme aimable et cultivé. Il s’est construit une image positive d’homme de gauche soucieux du bien être des plus démunis. Mais alors, comment est-il devenu directeur général du Fonds monétaire international, l’organisation internationale qui a institutionnalisé le pillage des pays du Sud ? Thierry Meyssan répond en révélant tout ce que la presse mainstream vous a caché depuis des années sur les relations de DSK avec les États-Unis.
.
.
extraits: (..) La même année, il (DSK) contraint un expert du Parti socialiste, Pascal Boniface, à démissionner. Ce spécialiste en relations internationales a eu le toupet de souligner que le soutien aveugle du parti à Israël est idéologiquement incohérent et électoralement contre-productif alors que le PS doit ambitionner de réunir derrière lui les six millions de Français de culture arabe.

En outre, Dominique Strauss-Kahn pilote la création du Cercle Léon Blum, au sein du PS, dont l’objectif est de veiller au soutien du parti au mouvement sioniste.

En 2004, il déclare lors d’une interview sur France-Inter : « Je considère que tout juif de la diaspora et de France doit apporter son aide à Israël. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des responsabilités politiques. En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l’ensemble de mes actions, j’essaie d’apporter ma modeste pierre à la construction d’Israël. » [8]

En 2005, il lance les clubs « À gauche en Europe » (AG2E) en faveur du « oui » au référendum d’approbation du projet de Traité constitutionnel européen. Il travaille alors en lien avec le Policy Network (Grande-Bretagne) et la Fondation Friedrich-Ebert (Allemagne). Mais les Français votent « non ».

En 2007, alors que l’écrivain Claude Ribbe ouvre un débat sur les conséquences sociales actuelles de l’esclavage et de la colonisation, DSK participe activement à la création du Conseil représentatif des noirs de France (CRAN), une organisation qui bénéficie de conseils techniques de spécialistes israéliens et reproduit le modèle du Conseil représentatif des juifs de France (CRIF) [9]. À défaut de trouver un écho parmi les noirs de France, cette initiative sera une réussite médiatique, comme l’avait été quelques années plus tôt la création de SOS Racisme pour stopper la structuration des beurs.

Lorsque s’ouvre la compétition au Parti socialiste pour désigner le candidat à l’élection présidentielle de 2007, Dominique Strauss-Kahn apparaît à la fois comme le candidat le mieux placé face à son rival déclaré, l’ancien Premier ministre Laurent Fabius, et comme le candidat officiel des États-Unis pour la gauche française.
Ainsi, il donne un entretien à la revue néo-conservatrice Le Meilleur des mondes, dans lequel il brocarde la politique arabe de la France et plaide pour un rapprochement avec Washington et Tel-Aviv [10].

Tout semble réglé à l’avance. Les cotisations d’adhésion au Parti socialiste ont été réduites à un montant négligeable de sorte que les quelques milliers de membres de parti lambertiste ont pu acquérir des cartes, juste pour participer au vote de désignation interne du candidat. La manœuvre a été organisée par le lieutenant de DSK, Jean-Christophe Cambadelis, lui-même ancien dirigeant de ce parti et que nous avons déjà présenté à propos de ses relations avec la CIA.
Pourtant, contre toute attente, c’est un outsider, Ségolène Royal, qui est désigné. C’est qu’à Washington on a un autre projet : placer Nicolas Sarkozy à l’Élysée. Pour cela, il convient d’installer face à lui un concurrent peu crédible. En échange de son retrait silencieux, DSK sera largement récompensé par la direction générale du FMI. (..)

 

.

http://www.voltairenet.org/article151921.html#article151921

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Luttes d'influences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche