Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 02:10

 

http://idata.over-blog.com/4/07/43/21//knees-deep-in-shit---another-bullshits/bacterie-tueuse.jpg

http://idata.over-blog.com/4/07/43/21//knees-deep-in-shit---another-bullshits/bacterie-tueuse.jpg

 

Assainir les aliments

Bactérie tueuse: les scientifiques piétinent

La bactérie Escherichia coli entéro-hémorragique O104-H4 a déjà fait 18 morts en Europe, principalement en Allemagne, pays qui semble être le foyer de l’épidémie. Si la souche de cette bactérie mortelle a pu être identifiée par les scientifiques, son origine reste une énigme.

L’Espagne et ses concombres avaient été désignés coupables de la sévère épidémie de diarrhées hémorragiques qui sévit en Europe depuis plusieurs jours, mais il n’en est rien. Les scientifiques allemands qui se penchent sur la souche rarissime de la bactérie mortelle Escherichia coli entéro-hémorragique confient s’être trompés.

Des accusations et une reculade qui ont provoqué de vives tensions au sein de l’Union européenne. Alors que les consommateurs boudent les crudités espagnoles depuis plusieurs jours dans une atmosphère de psychose, Madrid a demandé des dédommagements estimant que ses agriculteurs auraient perdu 200 millions d'euros de chiffre d'affaires en une semaine et que 70.000 emplois sont menacés par les répercussions de cette affaire sanitaire sans précédent.

La communauté scientifique en difficultés

Mais si les concombres espagnols ont été disculpés, alors comment s'est propagée l'épidémie? Aujourd’hui, ce qui inquiète le plus l’Europe, ce sont les difficultés de la communauté scientifique, qui ne parvient toujours pas à trouver l’origine de l’épidémie, et qui vient à peine d’identifier précisément la bactérie tueuse. Hier, le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) a confirmé qu’il s’agissait d’une souche rare d’une bactérie Escherichia coli entéro-hémorragique O104-H4 appartenant à la famille des Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC). Un seul cas de contamination a été examiné dans le monde jusqu’à présent, chez "une femme en Corée du Sud en 2005". Cette souche est "très rare" et n’a "jamais été vue dans une épidémie auparavant", a indiqué l’Organisation mondiale de la santé.

Pourtant, le temps presse. Les scientifiques continuent alors de plancher pour résoudre l’énigme de l’origine de la bactérie. Ils étudient actuellement des centaines d’échantillons et examinent des légumes mais aussi des fruits et de la viande, précise Le Monde. Ils ont remarqué un fait assez mystérieux en se penchant sur les cas de contamination en Allemagne : la bactérie toucherait davantage les femmes. Pour le moment, ce constat soulève les interrogations et les théories se contredisent.

2.000 cas de contamination en Allemagne

En attendant, 18 personnes sont déjà mortes, dont 17 en Allemagne et une en Suède. John Dalli, le commissaire européen à la Santé, a indiqué que "le foyer de l’épidémie est limité à la zone de Hambourg", rapporte La Croix. Hier, 2.000 cas de contamination ont été signalés outre-Rhin, soit 500 cas de plus que mercredi.

La maladie se manifeste par des hémorragies du système digestif. Dans les cas les plus graves l’infection dégénère en syndrome hémolytique et urémique (SHU) entraînant une destruction des cellules sanguines et des atteintes rénales. L'homme se contamine principalement par la consommation d'aliments infectés et l’incubation est de 7 à 15 jours après cette consommation.


Quelques mesures de précaution peuvent être prises comme le lavage des mains avant les repas et après avoir été aux toilettes, le nettoyage des fruits et légumes ou encore des plats et surfaces ayant été en contact avec les aliments.

Source:
http://www.maxisciences.com/bacterie-tueuse/bacterie-tueuse-les-scientifiques-pietinent_art15005.html
 
Source trouvé: http://www.conscience-du-peuple.blogspot.com/

 

Comment la bactérie E coli devient-elle une bactérie tueuse?


Plus d'un millier de personnes en Allemagne et en Europe ont été infectées en ingérant des aliments contaminés par un sous-type de la bactérie Eschericia coli appelé "entéro-hémorragique". On fait le point sur cette bactérie avec l'Inserm.


Généralement inoffensives

Les bactéries Escherichia coli (ou colibacilles) sont normalement des bactéries intestinales inoffensives pour l'homme lorsqu'elles restent cantonnées au tube digestif. On les trouve en grande quantité dans les selles des hommes et des vertébrés. Elles sont également présentes secondairement dans l'eau et les sédiments.La souche E. coli entéro-hémorragique, qui est responsable de l'épidémie qui s'est déclarée en Allemagne, est quant à elle hébergée par les ruminants. Elle n'est pas pathogène pour les animaux mais elle peut se retrouver dans l'eau et être transmise à l'homme par ingestion de viande ou d'aliments contaminés tels que les légumes et l'eau, et être responsable de diarrhées banales ou sanglantes qui peuvent évoluer vers des complications graves.

Comment la bactérie devient-elle une bactérie tueuse?

Dans les souches de bactéries pathogènes, il existe une toxine, dite toxine de Shiga, qui agit sur un récepteur présent à la surface des cellules humaines. La bactérie Escherica coli entéro-hémorragique n'est pas pathogène pour les ruminants, car ils ne possèdent pas ce récepteur spécifique. Mais lorsque la bactérie pénètre chez l'être humain par la voie orale, puis dans son l'intestin, elle se multiplie et produit la toxine. Il s'ensuit une diarrhée sanglante et le passage de la toxine dans le rein, avec, dans 5 à 8% des cas, une destruction des globules rouges et la survenue d'une insuffisance rénale.

La particularité de cette souche décrite récemment en Allemagne (la souche de type O104:H4) est d'être très virulente et de toucher essentiellement des femmes de plus de 18 ans, alors que les autres E. coli entéro-hémorragiques atteignent plus souvent les enfants.

Comment l'éliminer?

Cette bactérie n'est vraiment pas simple à éliminer, car l'administration d'antibiotiques libère probablement la toxine dans l'organisme. Les traitements sont plutôt symptomatiques de la diarrhée, avec en parallèle une épuration de la toxine dans le sang. Les bactéries, et notamment les colibacilles, restent globalement une menace pour l'être humain, notamment grâce à des adaptations permanentes de leur génome et une résistance accrue aux antibiotiques. E. coli est responsable de 2 millions de morts dans le monde chaque année (y compris en France), sous forme de diarrhées ou de pathologies extra-intestinales telles que les septicémies.

Les mesures de prévention

La Direction générale de la santé rappelle les mesures à suivre pour éviter la contamination par la bactérie E.coli:

* Le lavage des mains doit être systématique avant la préparation des repas, en sortant des toilettes ou après avoir changé les couches d'un nourrisson. [Note de LADVS: La Doctoresse Clark conseille aussi de se désinfecter les mains avec de l'alcool de grain (par exemple, de la vodka), donc de l'alcool alimentaire (et surtout pas avec de l'alcool isopropylique - alcool modifié ou dénaturé -) cancérigène.

* Les légumes, les fruits et les herbes aromatiques doivent être soigneusement lavés, particulièrement lorsqu'ils sont consommés crus. [Note de LADVS: Ils peuvent aussi (voir plus bas) utilement être passés au Zappicator pour aliments.]

* Les plats cuisinés et les restes alimentaires doivent être suffisamment réchauffés et consommés rapidement.

* Les enfants ne doivent pas boire d'eau non traitée (eau du puits...)

* La conservation des aliments crus doit se faire séparément des aliments cuits ou prêts à être consommés.

* Les ustensiles de cuisine et le plan de travail doivent être soigneusement lavés, en particulier lorsqu'ils ont été en contact préalablement avec de la viande crue.

 

Source : http://fr.sott.net/articles/show/3910-Comment-la-bacterie-E-coli-devient-elle-une-bacterie-tueuse-

 

 

Aux dernières nouvelles ce ne serait plus la faute au concombre espagnol (accusé à tort, causant ainsi un immense préjudice à l'agriculture espagnole et aux distributeurs de légumes) mais celle au soja allemand...

 

Quoi qu'il en soit, qe faire d'autre pour se protéger? Outre ce qui est dit ci-dessus, il est bon de savoir aussi le Dr Hulda Clark a inventé un appareil qui s'appelle le Zappicator pour aliments et qui se branche au Zappeur. Selon ce qu'elle explique, 10 à 20 minutes suffisent lorsque l'on place les aliments (salades concombres, tomates, etc., tout ce que l'on veut zapper) sur le plateau de l'appareil et que l'on envoie certaines fréquences pour neutraliser toutes les bactéries, parasites, etc. qui peuvent se trouver sur les aliments. De plus, l'appareil repolarise les atomes qui constituent les aliments en question en direction du Pôle Nord.

 

http://artdevivresain.over-blog.com/article-comment-neutraliser-une-bacterie-tueuse-75754883.html

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche