Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 03:36

 

Sucy-en-Brie : De graves accusations contre la BAC


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 15 Octobre 2012 - 09:01 Disparition de Stan Millaud


Gilles Devers
Samedi 20 Octobre 2012


Les faits ont eu lieu à Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, le 6 octobre. Il est 0 H 40, et deux frères, Bayram, 21 ans, et Chaïn, 16 ans, rentrent à la maison après un match de foot en salle. Ils descendent du bus, et continuent à pied en direction de leur quartier, la Cité Verte.$T2eC16RHJGkE9no8hm5lBP+qUG!ppg~~60_35.JPG
Arrive alors une voiture de la BAC. Trois agents se dirigent vers eux, et Chaïn, qui dit avoir «eu peur», part en courant. Je précise qu'il est lycéen en 1ère ES et inconnu de service de police. La poursuite dure 100 mètres, et le gamin est aux mains de la BAC.
Trois-quarts d’heure plus tard, à 1 h 30, il arrive au commissariat de Boissy-Saint-Léger, conduit par les mêmes agents. Les policiers ne prennent pas déposition, car il n’y a pas de charge contre Chaïn, et sa mère est appelée pour le récupérer.
La mère le retrouve ensanglantée, et se rend aux urgences de l'hôpital de Créteil. Le médecin a fait un certificat descriptif, qu’a pu lire Libé.
En un, « Le patient présente un trauma cranio-nasal avec épistaxis » : c’est le signe de coups sur la partie haute du nez, ayant causé une hémorragie.
En deux, «multiples hématomes au niveau du visage» : une pluie de coups au visage.
En trois, « traumatisme et une plaie au coude droit», et un «traumatisme du rachis dorsal», ce qui montrent deux nouvelles séquences de coups.
En quatre, des «érosions scrotales», qui établissent des coups ou des écrasements des testicules.
La consultation de médecine légale a prescrit une interruption temporaire de travail (ITT) de cinq jours.
Chain et sa mère ont déposé plainte pour violences aggravées, le même 6 octobre en début d'après-midi. Chain explique que dès qu’il a été arrêté, les fonctionnaires l’ont insulté de «fils de pute» et lui ont asséné de premiers coups. Plusieurs habitants ont été témoins, et ont fait des dépositions en ce sens.
Chain a été embarqué dans le véhicule de la BAC, pour un trajet que l’enquête déterminera, avant d’arriver au commissariat trois-quarts d’heure plus tard, dans l’état que l’on sait. Chain déclare dans sa déposition : «Le policier assis sur ma droite m'a mis deux droites dans le visage et dans le nez et celui de gauche m'a frappé de coups de poing dans le ventre (...). Je tiens à préciser qu'au premier arrêt avec la voiture de police, le policier sur ma droite m'a serré avec sa main mes testicules.»
Le parquet de Créteil a confirmé l’existence d’une enquête préliminaire.
C’est donc l’histoire d’un mineur, à qui il n’est reproché aucune infraction, qui a été insulté et frappé lors de son interpellation, et qui trois quarts d’heure plus tard est rendu à sa mère ensanglanté, avec des traces de coups multiples, dont sur les parties génitales.

La préfecture et le ministère de l’Intérieur n’ont pas eu le temps de publier un communiqué dénonçant ces violations graves des droits d’un mineur, qui déshonorent le service. Il est vrai qu’ils ne sont avisés que depuis 14 jours… et il faut le temps que ça leur remonte au cerveau.

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/
http://www.alterinfo.net/Sucy-en-Brie-De-graves-accusations-contre-la-BAC_a82696.html
Sucy-en-Brie : De graves accusations contre la BAC

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 22/10/2012 01:59


Merci Jean pour ce beau commentaire. Oui, les vrais responsables sont en haut (manque de formation, missions demandées sous Sarkozy, politique du chiffre etc). Et ce sont des hommes comme les
autres, faillibles. Et puis la société est si violente, c'est infernal ! Ca déteint. Voilà un jeune désormais marqué... cordialement eva

jean 21/10/2012 10:17


Deux constations s'imposent lorsqu'on prend connaissance d'une telle affaire.


D'une part, les policiers qui utilisent la violence gratuite lors d'une telle arrestation sont mal formés, mal éduqués, mal encadrés. Ils sont laissés face à leurs peurs, et à leurs reflexes de
vengeance dans le souvenir des collègues blessés ou tués. Ils auraient besoin d'apprendre à exercer leur métier sans état d'âme, sans violence inutile, dans le respect des personnes interpellées,
avec courage, calme et détermination. Mais le système ne semble pas prêt à former de tels professionnels, trop cher probablement...


D'autre part, un être humain, même en uniforme, qui utilise la violence face à un autre être humain, manque de recul et se laisse aller à ses instincts primaires. Il a grand besoin d'ouvrir les
yeux sur le malheur du monde, mais comment aider un tel individu à prendre conscience de sa démarche?


Des procès ne serviraient à rien. Dans le premier cas le système fera tout pour ne pas reconnaître ses faiblesses et ses manques. Dans le second cas il est probablement impossible de faire un
procès civil à un agent de l'Etat dans l'exercice de ses fonctions.


Impuissance! Lorsque tu nous tiens, il ne nous reste plus qu'à puiser dans l'infinie patience  nécessaire pour survivre dans ce monde de fous.

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche