Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 21:44

 

 

The gatekeepers - Les confessions ahurissantes de six anciens chefs du Shin Beth

 

Un film explosif, nominé aux Oscars, qui éclaire trente ans de lutte antiterroriste et d'errements face à la question palestinienne.

 

Chacun à leur tour, ils racontent, intensément, quelque trente ans de lutte antiterroriste en Israël et de gestion désastreuse de la question palestinienne.


 [Lire l'article complet sur arte.tv]

The gatekeepers

Les confessions ahurissantes de six anciens chefs du Shin Beth, le Service de la sécurité intérieure d'Israël. Un film explosif, nominé aux Oscars, qui éclaire trente ans de lutte antiterroriste et d'errements face à la question palestinienne.

ARTE France

mardi, 5 mars 2013 à 20:50

Rediffusions :
Pas de rediffusion
The gatekeepers
(France, Israel, 2012, 95mn)
ARTE F
Réalisateur: Dror Moreh


Les confessions ahurissantes de six anciens chefs du Shin Beth, le Service de la sécurité intérieure d'Israël. Un film explosif, nominé aux Oscars, qui éclaire trente ans de lutte antiterroriste et d'errements face à la question palestinienne.


Chacun à leur tour, ils racontent, intensément, quelque trente ans de lutte antiterroriste en Israël et de gestion désastreuse de la question palestinienne. Un flot d'aveux précis, circonstanciés, d'une remarquable liberté et d'une sidérante acuité. Six anciens chefs du Shin Beth, l'équivalent israélien du FBI, expliquent comment, depuis la Guerre des six jours en 1967, dont la victoire vaut à l'État hébreu d'occuper Gaza et la Cisjordanie et de faire face à un million de Palestiniens, les responsables politiques n'ont jamais vraiment cherché à construire la paix. Une succession d'erreurs qu'inaugurent les mots d'arabe approximatif avec lequel de jeunes réservistes s'adressent aux populations des nouveaux territoires occupés, leur annonçant qu'ils viennent les "castrer", au lieu de les "recenser".

 

Peuple oublié


Bavures, tortures, méthodes iniques de renseignements et de recrutement d'indicateurs amplifiant la haine de l'occupé... Ils disent surtout l'absence glaçante de vision stratégique ; la résistance et l'hostilité des Palestiniens oubliés explosant avec la première Intifada ; le laxisme face à l'extrémisme juif qui anéantira, avec l'assassinat de Yitzhak Rabin, la seule réelle lueur de paix. "On a gagné toutes les batailles, mais on a perdu la guerre", lâche Ami Ayalon, à la tête du service de 1996 à 2000, quand Avraham Shalom, le plus ancien d'entre eux, compare l'armée d'occupation à celle de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. "Quand vous quittez le Shin Beth, vous devenez gauchiste...", conclut avec ironie Yaakov Péri (1988-1994). Nourri par de formidables archives et un travail visuel sophistiqué à partir de photos, ce réquisitoire exceptionnel, sorti en salles pendant la campagne des législatives, a eu l'impact d'une bombe en Israël. Déjà auteur de Sharon, le réalisateur Dror Moreh croit fermement au pouvoir des films et c'est peut-être là l'un des secrets de réussite de son audacieuse entreprise. Un manifeste passionnant de bout en bout, doublé du portrait de six hommes en proie au doute, mais animés d'un salvateur pragmatisme.

 

-------------------------

 

 

Sur ce site,

 

Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ?

 

50 milliards d'euros en Grèce, 70 milliards en Irlande, 40 milliards en Espagne : au sein de la zone euro, les États se sont vus contraint les uns après les autres - moyennant des sommes astronomiques - de venir en aide aux banques pour compenser les pertes subies suite à des prêts pourris. Mais qui sont les bénéficiaires de telles opérations ?
 

C'est en posant cette question très simple qu'Harald Schumann, essayiste en économie et brillant journaliste, sillonne l'Europe. Et obtient des réponses pour le moins sidérantes. Car ceux qui ont été "sauvés" ne se trouvent pas - comme on tend à vouloir nous le faire croire - dans les pays en détresse, mais surtout en Allemagne et en France.

 

En effet, une part importante des sommes débloquées finit dans les caisses des créanciers de ces banques sauvées. Quant aux financiers qui ont fait de mauvais investissements, ils se retrouvent protégés contre toute perte aux frais de la collectivité.

 

Et ce contrairement aux règles de l'économie de marché. Pourquoi ? Qui encaisse l'argent ?

 

(Allemagne, 2013, 52mn)
RBB


Date de première diffusion : Mar., 26 févr. 2013, 22h23

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche