Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 02:28
SPREAD THE TRUTH - Mercredi, 25 mai 2011.

Grave danger d’une Guerre avec la CHINE émanant de la confrontation Etats-Unis-Pakistan.


La CHINE a déjà mis les Etats-Unis en garde que toute Attaque de Washington sur le PAKISTAN serait interprétée comme un Acte d’agression à l’encontre de la CHINE.
Cet Avertissement SEC représente le Premier Ultimatum stratégique reçu par Washington depuis plus d’un demi-siècle, remontant à l’Avertissement de l’URSS durant la crise de BERLIN entre 1958 et 1961 et ceci indique plus avant le grave Danger d’une Guerre Générale émanant de la confrontation Etats-Unis-Pakistan.

“Toute Attaque sur le PAKISTAN serait perçue comme une Attaque sur la CHINE” :
Répondant à des Rapports établissant que la CHINE avait demandé aux Etats-Unis de respecter la souveraineté du PAKISTAN dans les moments qui suivirent l’intervention BEN-LADEN, le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères Chinois : Jiang Yu a utilisé le briefing avec la presse du 19 Mai pour réaffirmer la demande catégorique de PEKIN que
- “La souveraineté et l’intégrité du territoire du PAKISTAN doivent être respectées.
” En Accord avec des Sources diplomatiques Pakistanaises citées par le Times of India, la CHINE a
“mise en garde sans termes équivoques qu’une Attaque sur le PAKISTAN serait considérée comme une Attaque sur la CHINE”.
Il a été indiqué que cet ultimatum a été délivré au cours du dialogue stratégique et des pourparlers Economiques ayant eu lieu à Washington le 9 Mai et où la Délégation Chinoise était emmenée par le Vice-Premier Ministre Chinois M. Wang Qishan et le Conseiller d’Etat M. Dai Bingguo.

1 - Les Avertissements de la CHINE sont implicitement supportés par les missiles nucléaires de cette Nation, incluant quelques
*66 missiles inter-continentaux dont plusieurs ayant la capacité de frapper les Etats-Unis, en plus de : 
118 missiles de moyennes portées,
*36 missiles lancés à partir de sous-marins et
*de nombreux Systèmes de missiles à courtes portées.

Le support de la CHINE est vu par les Observateurs régionaux comme étant critiquement important pour le PAKISTAN, qui se trouve autrement coincé dans la tenaille entre les Etats-Unis et l’Inde.
“Si la pression des Etats-Unis et de l’Inde continue, le PAKISTAN pourra dire ‘La CHINE est avec nous.
Ne pensez pas que nous sommes isolés, nous avons une Super-Puissance potentielle avec nous” a déclaré à l’AFP le Général en retraite et Analyste Politique : Talat Massoud.
2 - L’ultimatum Chinois est survenu durant la visite à PEKIN du Premier Ministre Pakistanais : Gilani ; durant laquelle le Gouvernement hôte a annoncé le transfert immédiat et GRATUIT de : 
*50 avions de chasse à réaction, dernier Modèle JF-17.
3 - Avant son départ, Gilani a renforcé l’importance de l’Alliance entre le PAKISTAN et la CHINE proclamant :
“Nous sommes fiers de compter la CHINE parmi nos meilleurs Amis et de réaffirmer la confiance qui nous relie.
La CHINE pourra toujours compter sur le PAKISTAN pour être à ses côtés en toutes circonstances…
Quand nous disons que cette Amitié est plus grande que l’Himalaya et plus profonde que les Océans, nous capturons l’essence même de cette Relation”.
4 - Ces Remarques furent accueillies par des Jérémiades des porte-paroles Etats-Uniens, notamment du Sénateur Républicain de l’Idaho, RISCH.
La crise stratégique qui bouillonne entre les Etats-Unis et le Pakistan a explosé avec force le 1er Mai avec l’Affaire du raid Commando unilatéral et NON-autorisé qui a, de manière supposée, tué le fantômatique Oussama BEN-LADEN dans une maison fortifiée de la ville d’Abottabad, ce qui constitua une violation flagrante de la Souveraineté du PAKISTAN.
Le timing de cette cascade Militaire effectuée pour enflammer les tensions entre les deux Pays, n’avait absolument rien à voir avec la supposée Guerre contre le Terrorisme et tout à voir avec la Visite au PAKISTAN à la fin Mars, du Price BANDAR, le Chef de la Sécurité Nationale Saoudienne.
De cette Visite a resulté une Alliance immédiate entre Islamabad et Ryadh, avec le PAKISTAN promettant de fournir des troupes pour mâter toute rebellion concoctée par les Etats-Unis sous forme de Révolution colorée dans le Royaume des Saouds, tout en offrant une protection Nucléaire aux Saoudiens, les rendant ainsi moins vulnérables aux menaces d’extorsion Américaines d’abandonner la Monarchie pétrolière aux bons soins de TEHERAN.
Un mouvement conjoint entre le PAKISTAN et l’ARABIE-SAOUDITE pour briser l’emprise de l’Empire Américain dans la région et quel-que-soit ce que l’on pense de ces deux Régimes, représenterait un coup fatal à l’Empire Américain pâlissant en ASIE du SUD.
Quant aux affirmations concernant le raid supposé sur BEN-LADEN le 1er Mai, il y a une masse de contradictions changeant les faits, de jour en jour, et ne donnant pas Espoir de savoir ce qu’il s’est vraiment passé.
Une Analyse de cette Aventure serait en de bien meilleures mains avec des critiques Littéraires et des Auteurs de Revues théâtrales. Le seul fait solide et consistant qui émerge de tout cela est que le PAKISTAN est la cible majeure des Etats-Unis, ainsi intensifiant la Politique Américaine Anti-PAKISTAN qui a été mise en place depuis le tristement célèbre discours d’OBAMA à West Point en Décembre 2009.
Gilani : représailles intensives pour défendre le PAKISTAN.
L’Avertissement des CHINOIS à Washington est survenu juste après la Déclaration de Gilani au Parlement Pakistanais où il déclara :
“Ne laissons personne tirer les mauvaises conclusions. Toute Attaque contre les acquis stratégiques Pakistanais de manière Ouverte ou Secrète, trouvera une réponse appropriée…
Le PAKISTAN se réserve le Droit de contre-attaquer avec force.
Personne ne devrait sous-estimer la motivation et la capacité de notre Nation et de ses Forces Armées à défendre notre Patrie sacrée”.
5 - Un Avertissement de représailles venant d’une Puissance Nucléaire comme le PAKISTAN se doit d’être prise au sérieux, même par les agresseurs les plus acharnés au sein du Régime OBAMA.
Les acquis stratégiques dont Gilani parle sont les Forces Nucléaires Pakistanaises, la clef de la dissuasion d’une possible Attaque par l’INDE, naissant du cadre des relations de coopération Nucléaire entre les Etats-Unis et l’Inde. Les Forces Armées Américaines en AFGHANISTAN n’ont pas été capables de masquer leur planification extensive pour essayer de saisir et de détruire les armes Nucléaires du PAKISTAN.
D’après un Rapport de Fox News en 2009 :
“Les Etats-Unis ont un Plan détaillé pour infiltrer le PAKISTAN et s’assujettir son arsenal de têtes Nucléaires mobiles s’il apparaît que le pays est en passe de succomber au Pouvoir des Talibans, d’Al Qaida ou tout autre Mouvement Extrémiste Islamique”. Ce Plan fut élaboré par le Général Stanley McChrystal quand il était à la tête du Commandement des Opérations Spéciales de Fort Bragg en Caroline du Nord.
Ce Commandement qui est directement impliqué apparemment dans l’Opération BEN-LADEN, est composé de la Force Delta, des Navy SEALS et “d’une Unité de Renseignement spéciale Haute technologie, connue sous le nom de ‘Force Spéciale Orange’”.
“De petites unités pourraient saisir les armes Nucléaires Pakistanaises, les neutraliser et ensuite les centraliser dans un endroit sécure” déclara une Source citée par Fox.
6 - OBAMA a déjà approuvé une Attaque furtive sur les armes Nucléaires Pakistanaises.Comme le dit le London Sunday Express, Obama a déjà approuvé un action agressive en ces termes : “Les troupes Américaines seront déployées au PAKISTAN si les installations Nucléaires de cette Nation sont sous une menace terroriste qui chercherait à venger la mort de
BEN-LADEN… Le Plan, qui serait activé sans le consentement du Président ZARDARI a provoqué une réaction de colère des Officiels Pakistanais… Obama donnerait l’ordre de parachuter des troupes pour sécuriser les Sites Nucléaires-clefs. Ceci inclut la Base Aérienne Q.G. de Sargodha, qui abrite des F-16 de combats ayant au moins 80 missiles balistiques à têtes Nucléaires”.
D’après les Officiels Américains, “le Plan a reçu le Feu vert et le Président a déjà manifesté son intention de déployer des troupes au sol au PAKISTAN s’il pense que cela est important pour la Sécurité Nationale”.
7 - Une extrême tension à ce sujet illustre la folie Aventurière d’OBAMA et de son raid unilatéral du 1er Mai, qui aurait, tout aussi bien, pu être interprété par les Autorités Pakistanaises, comme étant l’Attaque promise contre sa capacité Nucléaire. D’après le New-York Times, OBAMA savait pertinemment qu’il encourait une Guerre immédiate avec le PAKISTAN et insista : 
- “que la Force d’Attaque chassant BEN-LADEN soit suffisamment forte pour pouvoir se battre et sortir du Pays si elle était confrontée à des locaux hostiles ou des Forces de Police ou Militaires”.
Le flingage a déjà commencé :
Les tirs entre les Forces Américaines et Pakistanaises ont subi une escalade le 17 Mai quand un hélicoptère de l’OTAN viola l’espace Aérien Pakistanais au Waziristan. Les Forces Pakistanaises étaient en état d’Alerte Maximale et ont immédiatement ouvert le feu. L’hélicoptère Américain retourna les tirs. Deux soldats en poste à la frontière dans la Zone de Datta Khel furent blessés.
8 - Une riposte Pakistanaise possible à cette incursion est peut-être survenue à Peshawar le 20 Mai, quand une voiture piégée apparemment prit pour cible un convoi de deux véhicules du Consulat Américain, ne causant que des dégâts matériels côté Américain. Un passant Pakistanais fut tué et plusieurs blessés.
Dans un autre cas de Guerre des Services de Renseignements, la télévision Ary 1 a rapporté le Nom du Chef de la C.I.A. en poste à Islamabad, le second top Espion résident à avoir sa couverture révélée en moins de six mois.

CHINA-PAKISTAN Alliance strengthened post Bin-Laden - AFP
15 May 2011.
 
Tous les peuples sont pour la Paix, aucun Gouvernement ne l'est - Paul Leautaud.
.

 

Faux assassinat de Ben Laden par les US : Déstabilisation du Pakistan court-circuitage de ses relations avec la Chine.

Mireille DELAMARRE  Planète non-Violencevena, 13 mai 2011 - 12:33 CDT
Ben Laden mort et enterré fin 2001 a été récemment ressuscité puis médiatiquement assassiné par l'Administration Obama pour concrétiser le plan de déstabilisation/balkanisation du Pakistan tout en visant également la Chine ses relations économiques croissantes avec Islamabad, en fait une attaque contre l'économie chinoise en plein essor de la part d'une puissance mondiale en total déclin.

Le Dc Steve R. Pieczenick un ex haut responsable du département d'état US sous 3 administrations différentes a affirmé que le raid contre le bunker de Bin Laden au Pakistan était une fausse opération à visée propagandiste car Ben Laden est mort fin 2001. Il avait déjà affirmé ceci en 2002 rapportant que Ben Laden était atteint du Syndrome de Marfan une maladie dégénérative ne pouvant être soignée et qui écourte largement la vie du patient ce que les renseignements US savaient ajoutant que le gouvernement US attendait le moment opportun pour sortir son cadavre.

Un autre médecin, le Dc Richard Devereux, un clinicien qui traite des patients atteints de ce Syndrome de Marfan au Weill Cornell Medical Center à New York dans une interview accordée au magazine Salon le 9 novembre 2001 avait lui aussi diagnostiqué chez Ben Laden ce Syndrome de Marfan :

« C'est un Marfanoîd. Il semble avoir de longs doigts et de long bras. Sa tête apparaît très allongée et son visage étroit... C'est concevable qu'il soit atteint du Syndrome de Marfan et il pourrait être examiné pour cela. »

A ce Syndrome de Marfan maladie dégénérative incurable s'ajoute bien sûr le fait que Ben Laden était atteint d'insuffisance rénale - ce que la CIA avait reconnu en 2008 - nécessitant qu'il soit sous dialyse. Aucune machine de dialyse n'a été découverte dans son pseudo bunker attaqué par les forces spéciales US au Pakistan.

Toute cette histoire d'assassinat a été mise en scène par l'administration Obama. Le récit a changé d'heure en heure, les photos publiées à la Une des médias menteurs se sont avérées truquées :

- Photo d'Obama, Clinton et consorts supposés regarder en temps réel l'attaque contre le bunker de Ben Laden alors qu'en fait comme l'a révélé le directeur de la CIA Léon Panetta la liaison a été interrompue donc ce qu'ils contemplaient c'était tout simplement un écran noir ;

- Photo soit disant de Ben Laden entrain de zapper pour se regarder sur écran que Libération des Rothschild de Tel Aviv a agité hystériquement comme « preuve » de sa présence dans ce bunker, alors que l'homme en question était vu de dos et que des Pakistanais sur les lieux ont reconnu être un voisin ;

- Vidéo publiée par la Maison Blanche affirmant qu'elle datait de 2010 où on voit un Ben Laden apparaissant bien plus jeune et en meilleure santé qu'en 2001.

La liste est longue des preuves que toute cette histoire d'opération « mort ou vif » contre Ben Laden n'est qu'une mise en scène Obamaesque visant à tromper l'opinion publique et détourner son attention afin de dissimuler d'autres desseins guerriers.

Déstabilisation du Pakistan sape de ses relations avec la Chine pour contenir l'essor économique de cette dernière

La déstabilisation du Pakistan est déjà à l'œuvre avec l'expansion de la guerre en Afghanistan au-delà de ses frontières au prétexte que les Talibans y trouveraient facilement refuge et pour se faire l'intensification depuis plusieurs mois déjà des attaques de drones en territoire pakistanais dont les principales victimes sont des civils.

Des rapports ont été publiés aux US par des think tank - qui décident de la politique de Washington - tels le Center for International Policy financé par Soros prônant clairement de fomenter le chaos dans la province du Baluchistan dans le cadre de la pseudo « guerre contre le terrorisme » ciblant en fait les relations en plein essor entre Islamabad et Beijing.

Dans un article de Selig Harrison de ce Think Tank intitulé « Free Baluchistan » Harrison appelle ouvertement à « aider les 6 millions d'insurgés du Baluchistan pour lutter pour leur indépendance du Pakistan et face à la répression croissante du ISI « (service de renseignements pakistanais). Allant au-delà même de cette balkanisation du Pakistan Harrison déclare que « le Pakistan a mis à disposition de la Chine une base à Gwadar au cœur même du Baluchistan. Donc un Baluchistan indépendant servirait les intérêts stratégiques des US en plus du but premier de contenir les forces islamistes ».

Harrison a publié ensuite un autre article « the Chinese Cozy Up to the Pakistanis » où il déclare d'emblée que « l'expansion de la Chine est naturelle et un accompagnement acceptable de sa puissance en développement mais jusqu'à un certain point. « Il appelle ensuite de nouveau à s'ingérer dans les affaires du Pakistan disant « pour contrer ce que fait la Chine au Pakistan les US doivent jouer serré et soutenir le mouvement pour un Baluchistan indépendant le long de la mer d'Arabie et pour œuvrer avec les insurgés Baluchis afin de chasser les Chinois de leur base navale à Gwadar. Beijing veut des corridors intérieurs dans le Gilgit et le Baltistan première étape pour s'installer en bordure de la mer d'Arabie à Gwadar qui servira de port chinois point de départ d'un corridor logistique à travers le Pakistan jusqu'au territoire chinois. »

Le plan d'Harrison c'est de plonger le Pakistan dans le chaos et ensuite d'utiliser les forces armées US afin « d'aider» systématiquement à y restaurer l'ordre.

En plus de disposer d'une base au port de Gwadar dans la région du Baluchistan au Pakistan, la Chine a aussi construit des routes, des barrages et même des centrales nucléaires pour produire de l'électricité. La Chine a également fourni au Pakistan une énorme quantité de technologie militaire.

Face à cette coopération accrue entre la Chine et le Pakistan, les US que cette coopération bien sûr dérange, ont choisi d'avoir recours à des opérations de déstabilisation en territoire pakistanais. Le faux assassinat de Ben Laden - une opération menée en violation flagrante de la souveraineté du Pakistan pour rappeler à Islamabad sa vulnérabilité et qui est le maître - puis l'accusation par Washington de l'existence de complicités au sein de l'appareil militaire et ou des renseignements pakistanais avec Al Qaeda et Ben Laden tout ceci entre dans le plan de déstabilisation du Pakistan voire sa balkanisation en petits états constitués par des minorités ethniques ( Pashtun, Baluchi, et autres) soumis au dictat et la présence permanente sous formes de bases militaires de Washington.

Pire les US ont à plusieurs reprises sous prétexte de sécuriser l'arsenal nucléaire militaire pakistanais menacé de s'en emparer.

En 2009 Seymour Hersh a publié un article intitulé « Defending the Arsenal » dans lequel il fait état de l'immense suspicion et méfiance du Pakistan à l'égard des Etats Unis notamment concernant son arsenal nucléaire. Les Pakistanais voient d'un très mauvais œil l'obsession américaine de « défendre » l'arsenal nucléaire du Pakistan. Les US sous prétexte d »aider » le Pakistan si jamais ce dernier plongeait dans une situation de chaos ont essayé à maintes reprises de localiser les armes nucléaires du Pakistan de même que les pièces détachées pour détonateurs stockées séparément pour assurer un maximum de sécurité.

Cette plongée progressive du Pakistan dans l'instabilité a déjà commencée par le débordement de la guerre d'Afghanistan par delà les frontières de ce pays. Si cette instabilité venait à s'amplifier cela permettrait aux US au prétexte de lutter « contre le terrorisme » d'occuper le Pakistan comme extension de l'occupation sans fin de l'Afghanistan et par la même occasion d'en chasser les sociétés chinoises impliquées dans des projets de développements d'infrastructures et autres.

Ceci explique pourquoi la Chine a été prompte à réagir au faux assassinat de Ben Laden. elle en a vite saisi les implications volant immédiatement au secours pour défendre Islamabad et critiquant de manière sévère, fait inhabituel, la violation de la souveraineté nationale du Pakistan par les Etats Unis.

La Chine a récemment accusé les US d'essayer de la déstabiliser directement et d'utiliser le prétexte de la « guerre contre le terrorisme » et celui du "non respect des droits de l'homme " pour contrer l'influence économique grandissante de cette dernière. Ces accusations chinoises ne font que corroborer ce que le département d'état US admet publiquement déclarant de lui-même que des dizaines de millions de dollars US sont prévus pour aider les « opposants » au régime de Beijing à contourner les systèmes de sécurité du régime chinois sur internet afin de fomenter des mouvements de protestations pour déstabiliser la Chine.

C'est avec ce même scénario que le « Printemps Arabe » a été fomenté voire détourné étendu à la Lybie puis la Syrie avec comme objectif dans ces deux derniers pays : « changement de régime ».

Echaudé par cette dernière intrusion armée des US sur son territoire il se pourrait que le Pakistan se détourne peu à peu de Washington, ce qu'il a déjà commencé à faire puisque le premier ministre pakistanais s'est rendu tout récemment à Moscou signe d'un rapprochement avec la Russie en plus de sa coopération économique et militaire croissante avec la Chine.

Ces deux pays, La Russie et la Chine, viennent d'annoncer publiquement leur coopération rapprochée en matière de politique étrangère qui concerne non seulement le Moyen Orient et l'Afrique du Nord - scènes d'insurrections qu'on sait désormais avoir été au pire fomentées à Washington au mieux récupérées par les US - mais aussi l'Asie qui pourrait également être touchée par des soulèvements si les deux puissances émergentes que sont la Russie et la Chine ne les préemptent pas en adoptant rapidement une position commune extrêmement ferme face aux Américains et leur vassaux européens et arabes.

Actualisation

Selon une dépêche AFP du 13/05/2011 :

"Le général Khalid Shameem Wynne, considéré comme le numéro deux de l'armée pakistanaise, a annulé aujourd'hui une visite prévue aux États-Unis, dans un contexte de vives tensions entre les deux pays depuis la mort d'Oussama Ben Laden, a annoncé un responsable militaire.

Cette visite a été annulée "en raison du climat qui prévaut" entre les deux pays, a précisé ce responsable sous couvert d'anonymat, en référence à l'opération commando américaine unilatérale qui a tué le chef d'al-Qaida le 2 mai à Abbottabad, dans le nord du pays.

"Le général Khalid Shameem Wynne a contacté son homologue américain, l'amiral Mike Mullen, et l'a informé de l'annulation de sa visite aux Etats-Unis prévue du 22 au 27 mai", a déclaré le responsable. Le général Wynne préside l'état-major de l'armée, un rôle toutefois honorifique, l'armée étant dans les faits dirigée par le chef d'état-major, le général Ashfaq Kayani, considéré comme l'homme le plus puissant du pays.

Cette visite, à l'invitation de l'amiral Mullen, était prévue depuis plusieurs mois, a ajouté le responsable militaire, précisant que le général Wynne avait appelé son homologue américain pour l'informer de cette annulation."
.
Mort de BEN LADEN : La colère des habitants d'ABBOTTABAD / PAKISTAN
 
.
.

Le Pakistan apporte une autre version de l'assaut

© ap
© reuters
  Les Services secrets pakistanais ont dévoilé une version quelque peu différente de celle communiquée par les Américains de l'assaut de la villa de Ben Laden et des instants qui suivirent. Un assaut qui pose question sur la réelle implication et les éventuels complicités du Pakistan à l'égard du numéro 1 d'Al-Qaïda.

Un survivant emmené
Selon eux, 17 ou 18 personnes se trouvaient dans la résidence au moment de l'attaque. Les Américains auraient emmené une personne vivante, peut-être le fils de Ben Laden, sans apporter plus d'informations sur l'endroit où cette personne aurait été emmenée. Les survivants à l'attaque (dont une épouse, une fille et huit neuf enfants "apparemment pas de Ben Laden") ont eu leurs mains attachées par les Américains qui ont renoncé à les emmener après qu'un de leurs hélicoptères a été mis hors service. Par ailleurs, l'épouse yéménite qui a survécu a déclaré qu'ils avaient déménagé dans la résidence il y a quelques mois alors que la fille de Ben Laden, de 12 ou 13 ans, a vu son père se faire tirer dessus.
 
"Bons, mais pas Dieu"
Peu avant, les services secrets pakistanais avaient reconnu des erreurs dans leur détection de la présence de Ben Laden. "Cette résidence n'était pas sur nos radars", ont-ils admis, au sujet de la cache du leader d'Al-Qaïda. "C'est embarassant", admet un responsable qui conclut: "We're good, we're not God", "Nous sommes bons, nous ne sommes pas dieu".  Cependant, l'éliminationd'Oussama Ben Laden par un commando américain héliporté au Pakistan à proximité d'une de ses plus prestigieuses écoles militaires est un camouflet pour les services de renseignement pakistanais, soulignant au mieux leur incompétence, au pire une certaine complicité. Pendant des années, les responsables pakistanais ont toujours assuré que Ben Laden était soit mort soit à l'étranger.

Soupçons
Mais il a suffi de 40 minutes aux forces spéciales américaines pour mener un raid contre la villa où il se cachait à Abbottabad, au nord d'Islamabad et pour l'éliminer. Malgré les soupçons sur une éventuelle complicité qui transpirent dans les propos de responsables à Washington, personne au sein de la toute puissante armée pakistanaise ou de ses services secrets ne s'est exprimé publiquement. Les responsables civils ont, eux, assuré que le pays ne savait pas où se cachait Ben Laden, exposant ainsi l'Inter-Services Intelligence (ISI), le renseignement pakistanais rattaché à l'armée, aux accusations.

Enquête
Le président pakistanais Asif Ali Zardari a quant à lui défendu son pays contre les accusations de ne pas avoir fait assez pour traquer le chef d'Al-Qaïda insistant sur le fait que le Pakistan "avait pris sa part" de travail. "Il n'était nulle part où nous avions prévu qu'il serait, mais maintenant il est parti", a-t-il dit dans une interview au quotidien Washington Post. "Un échec des services de renseignement n'est pas propre à l'ISI", a déclaré l'ambassadeur pakistanais à Washington, Husain Haqqani. "Nous allons enquêter sur les causes de ce qui s'est passé mais il est très important de ne pas tomber dans des allégations de complicité", a-t-il ajouté.

Utilisée par la CIA
Créés en 1948, juste après l'indépendance, les services de renseignement ont joué un rôle important dans un pays dirigé directement par l'armée pendant plus de la moitié de ses 64 ans d'existence et cornaqué par les généraux le reste du temps. L'ISI a également été utilisée par la CIA pour alimenter en armes payées par les Etats-Unis les combattants musulmans afghans qui luttaient contre l'occupant soviétique dans les années 1980, ces "moudjahidines" dont les experts estiment qu'ils ont ensuite donné naissance au mouvement des talibans. Mais bien qu'Islamabad se soit formellement rangé derrière la bannière américaine dans la lutte contre Ben Laden, les pays occidentaux ainsi que son voisin et rival indien ont régulièrement évoqué les suspicions de liens entre les services secrets pakistanais et les talibans afghans.

Menaces intérieures
Une dizaine de jours avant l'opération américaine contre Ben Laden, le plus haut gradé américain, l'amiral Mike Mullen, a accusé l'ISI d'entretenir des relations avec les insurgés du réseau afghan Haqqani, allié à Al-Qaïda. "Cela ne signifie pas tout le monde au ISI, mais c'est un fait", a-t-il déclaré. Pour certains analystes, des tensions existent au sein de l'ISI, certains cadres considérant de plus en plus les combattants islamistes comme une menace intérieure alors que les attentats des talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda ont fait plus de 4.200 morts en quatre ans au Pakistan. Et l'opération contre Ben Laden est intervenue à un moment où les relations entre l'ISI et la CIA semblaient au plus bas.

Secret absolu
Pendant près de deux mois, Islamabad et Washington ont été à couteaux tirés au sujet d'un agent de la CIA, emprisonné au Pakistan pour le meurtre de deux jeunes Pakistanais. L'homme a été libéré à la mi-mars contre le versement de 2 millions de dollars aux familles des deux hommes. Mais sur fond de tension entre les deux pays, Islamabad a demandé aux Etats-Unis de réduire drastiquement le nombre de ses agents de la CIA et de ses forces spéciales au Pakistan. Interprété comme un signe de défiance, les Etats-Unis n'ont pas informé le Pakistan de l'opération contre Ben Laden, Washington avançant le besoin de secret absolu. Imtiaz Gul, analyste pakistanais en matière sécurité, estime que les Etats-Unis avaient probablement du mal à croire que personne au sein des services de renseignement ne sache où Ben Laden se cachait.

"Quelques personnes au moins au sein de l'appareil de sécurité savaient probablement", estime-t-il. "Beaucoup de gens au sein de l'appareil bureaucratique, de l'armée, ou de la société civile, ont fini par soutenir et adorer Ben Laden et sa mission contre les Etats-Unis", assure M. Gul. (7sur7)
© afp
© ap
03/05/11 15h01   c'est http://www.7sur7.be
.

Partager cet article

commentaires

Eva R-sistons 01/06/2011 13:48



Toujours aussi pertinent, je vois ! Bien à toi, eva



locktat134 27/05/2011 08:02



Faut savoir que :


l'Iran est un allié de Russie,


La Russie est une allié de la Chine,


Le Vénézuéla et l'Iran sont alliés,


La Chine et le Pakistan sont alliés,


L'Iran et la Chine sont 2 pays au lien d'amitié fort,


 


 


Je trouve que ça pue les alliances de la 1ère Guerre Mondiale, avec :


 


la Triple Alliance Occidental : USA, UE, ISRAËL.


 


la Quintuple Entente : Russie, Vénézuéla, Iran, Chine, Pakistan. On peut aussi y rajouter la Corée du Nord, la Biélorussie et l'Inde peut-être !


 



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche