Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 05:06

 

La dépression du sud remonte vers le nord de la zone euro

Depuis quelques semaines, les mauvaises statistiques macro-économiques de la zone euro ne concernent pas seulement le sud. Il semble que le ralentissement touche aussi l’Allemagne. Commentaire d’Evelyn Herrmann, économiste spécialiste de l’Europe chez BNP Paribas : « La répartition par pays révèle une plus grande détérioration des conditions dans le cœur de la zone euro qu’en périphérie, où les indicateurs restent tout de même à de faibles niveaux ».

Le chômage grimpe désormais en Allemagne avec un taux de 6,8% (qui contraste avec les niveaux atteints en France et en Espagne notamment) et les prêts se contractent. Les chiffres des prêts aux ménages et aux entreprises traduisent aussi une dégradation de la conjoncture plus importante qu’attendu en août. Selon une enquête Reuters réalisée auprès d’une centaine d’économistes, la Banque centrale européenne devrait à nouveau baisser son taux directeur en novembre ou décembre, pour soutenir une économie flageolante.

Les météorologistes du FMI sont en dépression

C’est donc sans surprise que le FMI redoute désormais que l’austérité en cours dans certains pays européens ne devienne politiquement et socialement intenable à l’heure où la protestation contre les plans d’économies continue en Grèce ou au Portugal. LIESI a d’ailleurs reçu plusieurs témoignages de fonctionnaires parisiens exprimant leur inquiétude pour la France dans l’hypothèse d’une détérioration plus violente à court terme sur le front de l’emploi.

Point positif, lors de son assemblée générale début octobre à Tokyo, le FMI a reconnu avoir sous-estimé l’impact des plans d’austérité sur la croissance dans les pays européens sous assistance financière internationale, notamment la Grèce. Mais le mal est déjà fait ! Et sans croissance, il sera difficile de changer quoi que ce soit. C’est pourquoi des interrogations pointent sur la volonté des politiques, directement et de plus en plus confrontés à la violence de la rue. Face à cette violence, comment les gouvernements pourraient-ils accélérer encore leur ajustement budgétaire, avec la possibilité de pertes pour la croissance encore plus importantes ?

En conclusion, le FMI fait désormais le pari d’une  croissance mondiale sous les 2% ce qui pourrait impliquer une récession des économies avancées et un ralentissement important des puissances émergentes.

 
63 commentaires

Publié par le 10 novembre 2012 dans Non classé

 

France : les petits spéculateurs vont souffrir

En prenant connaissance de l’imposition au barème des plus-values, on peut constater que les actionnaires habitués à faire des allers-retours avec des titres sont dans la lunette de tir du gouvernement Ayrault. « Ainsi, pour les foyers déclarant au moins 150 000 euros de revenus par part, la taxation atteindra le taux maximum, c’est-à-dire 60,5% (45% d’impôt, plus 15,5% de prélèvements sociaux), contre 34,5% aujourd’hui (19% d’impôt, 15,5% de prélèvements sociaux) ».

Comment ne pas être dissuadé de poursuivre ce type de transactions ? Ne vaut-il pas mieux investir dans du concret et du long terme AUTRE que les actions qui demeurent du papier ?

Les pouvoirs publics affirment favoriser une épargne de long terme, comme la possession de titres sur 6 ans et non plus quelques semaines, mois, voire même deux années. Mais quid dans six ans ? Le monde bouge maintenant très vite et, malheureusement, les spéculateurs internationaux agissent avec d’autres moyens que ceux des particuliers.

En tout cas, il ne faut pas s’étonner de la délocalisation des salles de marché vers Londres. L’avenir de la profession liée à ce genre d’opérations court terme risque d’être très compromise en France.

 
16 commentaires

Publié par le 10 novembre 2012 dans Non classé


 

Que cache la communication de la BCE sur l’arrivée de nouveaux billets « plus sécurisés » ?

La présidence de la BCE vient d’innover dans sa communication. Plus question de politique monétaire, mais l’annonce d’un changement de billets d’euros destinés à remplacer nos euros actuels. Bien sûr, cette opération va être réalisée au motif que les nouveaux billets signés Mario Draghi seront plus SECURISES.

La communication des banquiers centraux européens revient à la sémantique de la période de l’effondrement des tours jumelles de New York. Que ne doit-on pas justifier au nom de la SECURITE ? Et Mario Draghi peut-être heureux. Tel un gamin, il va voir sa signature sur les nouveaux billets !

Le nouveau bébé de Mario Draghi doit normalement voir le jour en mai 2013. Nul besoin de piétiner d’impatience… c’est demain. Nous verrons si son collègue Mario Monti a décidé de faire ses valises à cette période ou s’il se décide à rester.

Cette décision de la BCE intervient tandis que la course à la liquidité est difficile. Beaucoup ont vidé leurs comptes et préféré placer dans de la trésorerie à domicile, doutant encore des vertus monétaires des métaux précieux.

On appréciera le cynisme de nos banquiers. Tout en pillant la Grèce, berceau de la démocratie qui s’éteint progressivement avec Bruxelles ; tout en provoquant une véritable génocide social en Grèce au nom de la nécessité de rembourses les intérêts des dettes au MARCHE.. le lancement de la deuxième série de billets en euros sera baptisée « Europe » et sera illustrée avec une visage de femme grecque, celui de la déesse Europe !

Le visage de la déesse provient d’un vase datant de plus de 2000 ans, découvert dans le sud de l’Italie, et conservé au Louvre, à Paris. « Cette figure a été choisie car est clairement associée au continent européen, et apporte une touche d’humanité aux billets », explique la BCE.

Dans sa communication, la BCE précise que toute la gamme des billets en euros (5,10,20, 50, 100, 200, 500) sera changée progressivement sur plusieurs années. Les billets existants seront progressivement retirés de la circulation.

Quelles sont les motivations des forces financières à l’origine de cette décision ?

A la Libération, ceux qui avaient engrangé des lessiveuses de billets gagnés avec le marché noir, se sont fait repérer par le changement des billets… ou ont dû les garder.

Plusieurs sites annoncent depuis plusieurs mois certaines restrictions de retraits en Europe. Y a-t-il une volonté de restreindre le nombre de billets physiques en circulation ? Est-ce alors un pas vers une monnaie électronique qui assurerait un meilleur contrôle pour plus de sécurité ?

Nous laissons débattre les lecteurs. Mais une chose est certaine : quand on connaît quelques loustiques de la finance européenne et le lien de M. Draghi avec les pieuvres de Wall Street, il y a gros à parier que cette affaire tombe à point nommé… juste après l’élection d’Obama. Hasard ou pas ? Tout s’éclaircira probablement dans quelques mois.

 
88 commentaires

Publié par le 9 novembre 2012 dans Non classé

 

CAC: Mégalodon Bearish

Par Menthalo -  Le Mégalodon est un monstre des profondeurs de l’époque préhistorique. Ce squale géant était le plus terrible prédateur des mers. Les dents, découvertes fossilisées, mesuraient 20 cm de long. Menthalo a posé pour vous à l’intérieur de la mâchoire du monstre des abysses.

Le cac nous fait une figure très bearish en Megalodon, qui comme on le voit sur ce graphe va de l’oligocène au Pléistocène. Ca va saigner.

Nos recommandations:

Sortez d’urgence les enfants du petit bain. Dites à Maman de sortir de la piscine et éloignez-vous du quai.

é pericoloso sporgesi, comme disaient les cheminots polyglottes du P.L.M. et du Venise Simplon Express.

Menthalo vous charrie. Si la figure du Shark Bearish existe, le mégalodon lui n’existe plus qu’en pièces détachées, patinées par le temps, dans les tiroirs poussiéreux des arrières salles de la Grande Galerie de l’Evolution du Museum d’Histoire Naturelle, à deux pas du Jardin des Plantes.

Le CAC évolue toujours à l’intérieur du « Diamant » que je vous ai dessiné et mis en couleur avec talent (si! si! pas de fausse modestie entre nous… ) il y a quelques jours. Comme vous le savez, tous les grands diamants ont un nom. Il y a eu le « Régent », le « Koh-I-Nor », le « Hope » et le « Orloff », pour n’en citer que quelques-uns. Désormais, il y a aussi le « Megalodon », diamant qui scintille de mille feux dans les eaux calmes du Palais Brongniart. Hier, la subite dépression causée par le battement d’ailes d’un sphinx noir au-delà des plaines océanes, a entrainé un courant soudain qui à troublé l’eau pure de notre diamant. Les cours qui étaient venus au contact de la facette supérieure de ce gemme parfait, ont terminé la journée sur son arête la plus basse. Un mouvement parfait à l’intérieur de la pierre.

Peut-on sortir du diamant par le haut ? Théoriquement non.

C’est comme si vous jetiez un pavé de granit en l’air… va t’il monter à l’infini ? Dans ce cas, si vous êtes sûr de vos théories, vous ne bougez pas de là où vous êtes…

Si vous pensez qu’une fois son énergie initiale épuisée, ce joli caillou puisse subir à son tour la théorie de la gravité et vous retomber sur la tronche, vous garez vos abatis. C’est ce que nos analystes chevronnés font.

La belle bougie rouge d’hier a déjà retracé 23,6% de la baisse et pourrait même rebondir plus haut, comme ces balles magiques qui semblent rebondir sans fin. Mais la pointe du diamant est de plus en plus fine, et le moment viendra où la dalle de verre s’ouvrira sous ses pieds, pour une chute sponsorisée par les boissons énergisantes « Taureau Rouge ».

Attention au départ !

Nota Bene:

Pour se lancer notre expérimentateur qui souhaite battre le record de vol libre, attend les vents d’altitude les plus favorables. Le lancement peut donc être retardé de quelques heures voir de quelques jours, mais s’il ne saute pas de lui-même, nos videurs l’aideront à prendre une décision.

Cette opinion très affirmée n’engage que son auteur. Qui vous déconseille fortement de jouer avec quelque produit financier que ce soit dans ce casino mal fréquenté.

 
44 commentaires

Publié par le 8 novembre 2012 dans Non classé

 

L’interminable épisode de DEXIA

Depuis plusieurs mois, les autorités belges cherchent à diminuer leur exposition sur DEXIA. Finalement, les Belges ont obtenu d’abaisser leur part de 60,5% à 51,4%, tandis que la France a consenti à voir la sienne remonter de 36,5% à 45,5%. Celle du Luxembourg reste inchangée à 3%.

Comment la banque DEXIA peut-elle continuer de fonctionner ? Parce que Bruxelles lui autorise d’emprunter jusqu’à 55 milliards d’euros sur les marchés pour se financer. Les eurocrates vont cependant devoir se positionner sur un vaste plan de restructuration.

Pertes annoncées pour le troisième trimestre ? 1,2 milliard d’euros.

Comme de nombreuses banques, DEXIA a été contraint de solder beaucoup d’actifs. Tout ce qui pouvait être vendu l’a été, même s’il reste quelques actifs à finaliser. Les soldes seraient donc terminées et les pertes sont toujours là. De fait, c’est la solvabilité de la banque qui est en question. D’où des discussions entre les Etats France et Belgique pour rajouter de l’argent. Rappelons que les contribuables ont déjà donné via les Etats (ils servent encore à sauver les banques) 6 milliards en septembre 2008 (en incluant l’apport des collectivités belges et de la Caisse des dépôts française). Cette fois, on nous annonce que le nouveau renflouement s’effectuera à hauteur de 5,5 milliards d’euros.

 
3 commentaires

Publié par le 8 novembre 2012 dans Non classé

 

Une semaine bien agitée

Les images se suivent et se ressemblent en Grèce, avec des scènes de violence et de désespoir, tandis que les gouvernements se succèdent sans changer la politique d’austérité. Le gouvernement vient de rajouter encore plus de 18 milliards d’économies… une exigence de ses « partenaires » européens… et du FMI.

Cela n’empêchera nullement les banquiers centraux européens de se réunir dans un climat très morose. Il s’agit de la réunion mensuelle du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne. Tandis que les Grecs subissent un génocide social les banquiers européens fêteront les 1 AN de l’homme des banques d’affaires américaines, Mario Draghi, à la tête de la BCE pour la détruire. Une réunion que l’on annonce sans intérêt. Ce sont des déclarations de Mario Draghi qui ont plombé l’euro, hier. Mario Draghi a rappelé que la mauvaise situation économique dans la zone euro devrait encore durer. Il a en outre souligné que cette situation devrait rattraper l’Allemagne, qui avait pourtant jusqu’à présent bien résisté. Enverra-t-il aujourd’hui de nouveaux signaux pour amplifier la chute de l’euro ? Nous verrons dans l’après-midi.

Les marchés se sont retournés comme une crêpe hier après les résultats de la victoire du président candidat démocrate B. Obama. Le coupable était encore l’Europe dont les prévisions de croissance économique sont désormais jugées « très inquiétantes pour la zone euro ». Même la Commission européenne a exprimé son « inquiétude »… c’est dire ! Et pourtant, tout ce qui arrive ne devrait nullement surprendre les responsables de la situation actuelle, comme celle de demain d’ailleurs.

Les seuils importants d’annonce de glissade amplifiée du SP500 n’ont cependant pas été cassés.

L’Espagne va encore taper à la porte de M. LE MARCHE pour quémander un nouvel emprunt de 4,5 milliards d’euros à trois, cinq et vingt ans. Hier, la Commission européenne a revu ses prévisions à la baisse pour l’Espagne : Madrid va rester en récession jusqu’en 2014 et rater ses objectifs de réduction du déficit cette année et les deux prochaines. Un message sympathique juste avant la demande d’emprunt du gouvernement espagnol. C’est la fraternité européenne.

Aux inquiétudes européennes, les médias américains mettent en lumière le problème du budget américain que va devoir affronter le président. «Si l’on devait arriver au mur budgétaire c’est-à-dire à une réduction des dépenses publiques et à une hausse des impôts simultanées à partir du 1er janvier aux Etats-Unis, « il n’y aura pas que la croissance américaine qui en pâtira mais les effets se feront sentir sur l’ensemble de l’économie mondiale », souligne Chris Weston, analyste chez IG».

Commentaire de l’Agefi : «Il n’y aura pas de lune de miel fiscale pour le président Obama», a réagi hier Fitch Ratings qui menace depuis plusieurs mois de retirer le AAA américain. L’agence estime que le «fiscal cliff», s’il n’était pas résolu, plongerait le pays dans la récession et porterait le taux de chômage au-delà des 10% en 2013 contre 7,9% actuellement. Moody’s, de son côté, prendra une décision sur la note américaine (Aaa) après la fin des négociations sur le budget 2013.

Que de changement en si peu de temps ! Même la Chine est sous les feux de la rampe avec l’ouverture du 18è congrès du PC. Xi Jinping, un homme d’appareil largement inconnu du grand public, doit succéder au président actuel Hu Jintao.

 
26 commentaires

Publié par le 8 novembre 2012 dans Non classé

 

La falaise fiscale aux Etats-Unis

Par Stefan Grobe, Euronews – Réponse du conservateur Grover Norquist, président de Americans for tax reforms : “Il n’y a pas de compromis possible. Les Démocrates veulent un gouvernement plus grand et veulent plus de taxe pour le financer. Les Républicains veulent un gouvernement plus restreint et ils ne veulent pas augmenter les impôts pour le financer. A quoi ressemblerait un compromis ? Non il n’y a pas de compromis. Les Républicains veulent aller d’un côté et les Démocrates de l’autre”.

Les échanges houleux sur les politiques fiscales pendant la campagne rappellent la difficulté de la tâche à venir. A Washington, lobbyistes, experts des think-tank et officiels à tous niveaux du gouvernement se préparent pour la bataille à la fin de l’année. (Source)

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche