- Communiqué public GEAB N°57 (15 septembre 2011)

Comme anticipé par LEAP/E2020 depuis Novembre 2010, et répété à plusieurs reprises jusqu’en Juin 2011, le second semestre de 2011 a bien débuté par une rechute brutale et majeure de la crise. Près de 10.000 milliards USD des 15.000 milliards d’actifs-fantômes annoncés dans le GEAB N°56 sont déjà partis en fumée. Le reste (et probablement beaucoup plus) va s’évanouir au cours du quatrième trimestre de 2011 qui sera marqué par ce que notre équipe appelle « la fusion implosive des actifs financiers mondiaux ». Ce sont les deux principaux centres financiers mondiaux, Wall Street à New York et la City de Londres, qui vont être les « réacteurs privilégiés » de cette fusion. Et, comme prévu par LEAP/E2020 depuis plusieurs mois, c’est la solution des problèmes de la dette publique de certains Etats de l’Euroland qui va permettre à cette réaction d’atteindre sa masse critique, après laquelle plus rien n’est contrôlable ; mais c’est aux Etats-Unis que se trouve l’essentiel du carburant qui va alimenter la réaction et la transformer en choc planétaire réel (1). Depuis Juillet 2011 nous n’avons fait qu’entamer le processus qui conduit à cette situation : le pire est donc devant nous et très proche !

Dans ce communiqué public du GEAB N°57, nous avons choisi d’aborder très directement l’immense opération de manipulation qui est organisée autour de la crise grecque et de l’Euro (2), tout en décrivant son lien direct avec le processus de fusion implosive des actifs financiers mondiaux. Par ailleurs, dans ce GEAB N°57, LEAP/E2020 présente ses anticipations du marché de l’or pour la période 2012-2014 ainsi que ses analyses sur le néo-protectionnisme qui va se mettre en place à partir de la fin 2012. Outre nos recommandations mensuelles sur la Suisse et le Franc suisse, les devises, l’immobilier et les marchés financiers, nous présentons également nos conseils stratégiques adressés aux dirigeants du G20 à moins de deux mois du sommet du G20 qui se tiendra à Cannes.

Evolution de l’indice de production économique US (1974-2011) (en grisé : récessions ; ligne pointillée bleue : niveau d’alerte à la récession ; en bleu : indice de production économique et en rouge, la projection pour les 3° et 4° trimestres 2011) - Source : Streetalk/Mauldin, 08/2011

Evolution de l’indice de production économique US (1974-2011) (en grisé : récessions ; ligne pointillée bleue : niveau d’alerte à la récession ; en bleu : indice de production économique et en rouge, la projection pour les 3° et 4° trimestres 2011) – Source : Streetalk/Mauldin, 08/2011

Crise grecque et Euro : état des lieux de la vaste opération de manipulation en cours

Mais, revenons donc à la Grèce et ce qui commence à être un « antique scénario très répétitif (3)», dont nous avons déjà expliqué qu’il revenait sur le devant de la scène médiatique chaque fois que Washington et Londres entraient dans de graves difficultés (4). D’ailleurs, comme par hasard, l’été a été catastrophique pour les Etats-Unis qui sont désormais entrés en récession (5), qui ont vu leur note financière dégradée (un événement jugé impensable par la totalité des « experts » il y a seulement six mois) et qui ont exposé au monde étonné l’état de paralysie générale de leur système politique (6), tout en étant incapables de mettre en place la moindre mesure sérieuse de réduction de leurs déficits (7). Parallèlement, le Royaume-Uni s’enfonce dans la dépression (8) avec des émeutes d’une rare violence, une politique d’austérité qui échoue à maîtriser les déficits budgétaires (9) tout en plongeant le pays dans une crise sociale sans précédent (10) et une coalition au pouvoir qui ne sait même plus pourquoi elle gouverne ensemble sur fond du scandale des collusions entre dirigeants politiques et l’empire Murdoch. Aucun doute, avec un tel contexte, tout était mûr pour une relance médiatique de la crise grecque et de son corollaire, la fin de l’Euro !

Si LEAP/E2020 devait résumer le scénario « façon Hollywood » ou « FoxNews » (11), on aurait le synopsis suivant : « Pendant que l’iceberg US est en train de percuter le Titanic, l’équipage entraîne les passagers à la recherche de dangereux terroristes grecs qui auraient posé des bombes à bord ! » En terme de propagande, la recette est connue : elle consiste à faire diversion pour permettre d’abord de sauver les passagers qu’on veut (les élites informées qui savent très bien qu’il n’y a pas de terroristes grecs à bord) puisque tout le monde ne pourra pas être sauvé ; et ensuite, de masquer le plus longtemps possible la vraie nature du problème pour éviter une révolte à bord (y compris d’une partie de l’équipage qui croit sincèrement qu’il y a bien des bombes à bord).

Pour se concentrer sur le fond, on doit souligner que les « promoteurs » d’une crise grecque qui serait une crise fatale pour l’Euro passent leur temps à répéter cela depuis maintenant près de deux ans sans que quoique ce soit de leurs prévisions ne se réalise (12) (mis à part continuer à parler du sujet). Les faits sont têtus : malgré ce déchaînement médiatique qui aurait emporté nombre d’économies ou de monnaies (13), l’Euro est stable, l’Euroland a fait des bonds de géant en matière d’intégration (14) et s’apprête à franchir de nouvelles étapes encore plus spectaculaires (15), les pays émergents continuent à se diversifier hors des Bons du Trésor US et à acheter des dettes de l’Euroland, et la sortie de la Grèce de la zone Euro est toujours totalement inenvisageable hormis dans les articles de médias anglo-saxons dont les auteurs n’ont en général pas la moindre idée du fonctionnement de l’UE et encore moins des tendances fortes qui l’animent.

Maintenant notre équipe ne peut rien faire pour ceux qui veulent continuer à perdre de l’argent en pariant sur un effondrement de l’Euro (16), une parité Euro-Dollar, ou une sortie de la Grèce de l’Euroland (17). Les mêmes ont dû dépenser beaucoup d’argent pour se prémunir contre la soi-disant « épidémie mondiale de grippe H1N1 » qu’experts, politiciens et médias en tout genre ont « vendu » pendant des mois aux populations mondiales et s’est avérée être une énorme mascarade alimentée en partie par les laboratoires pharmaceutiques et des cliques d’experts à leurs ordres (18). Le reste, comme toujours, est auto-alimenté par le manque de réflexion (19), le sensationnalisme et le conformisme des médias dominants. Dans le cas de la crise Euro-grecque, le scénario est analogue, avec Wall Street et la City dans le rôle des laboratoires pharmaceutiques (20).

La suite: ICI

 

Et tenez-vous bien !

 

Parmi les perles des Médias menteurs, dégustez celle-ci :

 

"Les banques malades de la Grèce" ! (Titre France 24, 18 9 2011)

 

Comprenez : La Grèce malade des banques,

 

le monde malade des banques !

 

eva R-sistons

 

eva