Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 18:19

Dans le contexte de crise systémique globale, pour les européens, deux tendances stratégiques vont marquer ces cinq années selon LEAP/2020.

- d'une part la pérennisation de l' Euroland comme nouvelle puissance globale à part entière

- d'autre part l'impératif absolu pour les élites européennes de lever l' hypothèse démocratique qui pèse lourdement sur le processus d'intégration européenne.

 

A partir de la seconde moitié de 2012, les conditions seront optimales pour que l' Euroland puisse assumer pleinement ces deux tendances. Les défis économiques, financiers, stratégiques et politiques restent bien entendu nombreux pour les européens; mais l'entrée de la crise dans sa phase de recomposition des équilibres géopolitiques mondiaux, avec l' Euroland, ils disposent d'un "nouveau souverain" capable d'influencer positivement les processus en cours.

( en période de crise, la lucidité est essentielle pour essayer de comprendre les événements et leurs conséquences. A titre d'anecdote, le titre de CNBC du 15/02/2012 sur les meilleures performances économiques de l' Euroland que ce que prévoyaient les "experts" anglo-saxons est très révélateur..!)

 

La grande différence aujourd'hui entre l'anticipation de l'évolution des Etat-Unis et celle de l' Europe tient au fait que les Etats-Unis ont un système politico-institutionnel archaïque et complètement paralysé alors que l'intégration européenne possède une forte dynamique associée à une grande souplesse institutionnelle. L'absence de réformes majeures aux Etats-Unis depuis le début de la crise en 2008 comparée à l'impressionnante série de bonds institutionnels européens depuis mi-2010 en offre une frappante illustration.

Dans le cas américain, la question de l'anticipation des événements impose donc de pouvoir identifier les points de rupture d'un système sclérosé. Dans le cas européen, il s'agit en revanche de cibler les processus encours et d'évaluer leur rythme de développement.

( ce dont les médias anglo-saxons qui nourrissent la sphère médiatique mondiale sont incapables, notamment parce qu'ils passent par le prisme britannique qui s'avère incapable de comprendre le processus continental d'intégration européenne autrement que comme une menace à conjuguer où à mépriser... attitude peu propice à la lucidité sur les événements..!).

 

Le processus décisionnel européen va considérablement s'améliorer pour ce qui est de l' Euroland puisque désormais seuls les pays partageant l' Euro prendront les décisions. C'est d'ailleurs l'un des grands mérites de ces années de crise que d'avoir enfin clarifié une situation aberrante qui voyait des pays hors zone Euro, voire anti-euro (comme le Royaume-Uni), participer aux décisions sur l' Euro. Mais néanmoins la nature même du processus de décision européen, impliquant négociations et compromis, continuera à le montrer comme chaotique et lent, par opposition aux prises de décisions nationales.

 

A la mi-2012 l' Euroland se sera dotée de tout une série de nouveaux dirigeants nationaux ( Espagne, Italie, Grèce, France, Slovénie, Belgique...) et dans les mois qui suivront l' Allemagne entrera elle aussi dans un nouveau processus électoral. L' Euroland sera donc dirigée par des hommes et des femmes qui pour la plupart seront arrivés au pouvoir après le déclenchement de la crise.

 

Jusqu'à fin 2011 les dirigeants de la zone Euro étaient des produits du monde d'avant la crise. Le fait que ces dirigeants, médiocres politiciens pour la plupart et non préparés à l'effondrement des convictions qui étaient les leurs jusqu'en 2008; aient pu affronter relativement bien la crise globale puis la crise grecque et ses conséquences sur fond de violentes attaques de l' Euro par la City et Wall-Street est une preuve de la dynamique d'intégration européenne à l'oeuvre au sein de l' Euroland.

 

(Ils étaient la génération de politiciens la moins bien armée pour "sauver la construction européenne" puisque souvent pas très intéressés par l' Euorpe et sous la coupe des banques et de Washington).

 

En l'absence de démocratisation du système, les technocrates sont les vrais maîtres du jeu dans le circuit communautaire englobant Francfort et Bruxelles...et les capitales nationales. Ce sont eux qui depuis la création de la CECA en 1951 tissent la toile de l'intégration européenne. Ce sont eux qui ont offert à nos dirigeants désorientés les solutions de ces dernières années. Ce sont eux qui préparent déjà les initiatives pour les prochaines années. Mais pour pouvoir réaliser des bonds en matière d'intégration européenne, ils ont besoin des politiques.

Et les politiques ne sont prêts à prendre des risques que dans deux cas de figure :

Quand ils ont peur, quand ils sont visionnaires.

La peur aura été l'aiguillon de 2010/2011.

La vision d'avenir sera celle des années 2012/2016

 

Deux éléments déterminent ce basculement de la réaction vers le projet car il s'agit bien de cela :

la peur n'entraîne que des réactions

la vision d'avenir s'incarne en projets.

 

D'une part, on constate qu'après l'épisode "serrage de boulon" voulu à juste titres par les pays dits excédentaires (Allemagne, Pays-Bas, Finlande...) on voit se développer partout dans les élites de l' Euroland l'idée qu'il faut ausssi se projeter positivement dans l'avenir (relance, investissements communs, Eurobonds..). Le passage par la phase d'austérité était inévitable, car l'intégration de l' Euroland impose d'avoir des règles communes, réellement appliquées et de cesser les politiques de surendettement collectif promues ces dernières décennies par les banquiers et les pôles financiers de la City et Wall-Strret.

 

Ainsi 2012 et 2013 vont voir la finalisation des nouvelles règles de gouvernance budgétaire, fiscale et économique communes de l' Euroland.  Contrôle commun des budgets, évolution vers une harmonisation fiscale :

( rapatriement des marchés financiers en Euro dans l' Euroland, réglementation financière renforcée  agence de notation européenne, taxe sur les transactions financières, Eurobonds, instauration d'un degré maximum d'exposition des dettes gouvernementales aux marchés financiers hors Euroland..)

....

(La City a conduit un "blitzkrieg" de deux ans pour tenter en vain de casser la zone Euro. A partir de maintenant l' Euroland va chaque année accroître la pression pour réduire la puissance déjà déclinante de la City. Et David Cameron comme les eurosceptiques britanniques financés par les hedges funds ne pourront pas grand-chose au fait, que quoi qu'ils en pensent, seulement 15 km séparent Douvres de Calais).

 

.

 

 

 

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche