Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 05:49

http://ann.ledoux.free.fr/decou/imagereichstag/Reichstag.jpg

http://ann.ledoux.free.fr/decou/imagereichstag/Reichstag.jpg

 

Karel Vereycken

26 7 2011

 

26 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) – Il y a plus de 80 ans, le 30 janvier 1933, Hitler, avec le soutien de la City et de Wall Street, fut nommé Chancelier d’Allemagne et exigea que l’on organise de nouvelles élections pour renforcer le Parti nazi qui, jusqu’alors, ne disposait que de deux ministres au sein du gouvernement. Vint ensuite un incendie criminel qui ravagea, la nuit du 27 au 28 février, le siège du Parlement allemand (Reichstag) à Berlin. Les communistes furent immédiatement tenus pour responsables et accusés de fomenter un complot contre la démocratie.

Pour « sauver » celle-ci, un « décret de l’incendie du Reichstag » fut pris par le Président Hindenburg dès le 28 février, annulant les libertés civiles et politiques établies par la Constitution et préparant l’établissement d’un pouvoir totalitaire.

Dans les années 1970, l’Italie vécut un scénario similaire connu sous le nom de « stratégie de la tension ». Plusieurs enquêtes ont démontré par la suite que les attentats aveugles, comme celui de Bologne en 1980, attribué à la gauche mais commis par les néofascistes, ou les liquidations sanguinaires entrepris par les « Brigades rouges » contre les symboles et représentants du capitalisme, étaient guidés en sous-main par des forces internationales qui visaient à susciter délibérément un climat de violence politique, dans le but de favoriser l’émergence d’un État autoritaire. Dans la nuit du 7 au 8 décembre 1970, le prince néofasciste Valerio Borghese tenta même un coup d’Etat, mais échoua.

Aujourd’hui, comme dans les années 1930, le système financier mondial est désespérément en faillite et les élites le savent. Pour tenir, comme à l’époque, certains événements désagréables, surtout s’ils prennent des vies humaines et menacent de plonger le monde dans le chaos, conduiront les populations à réclamer d’elles-mêmes des régimes forts et des lois d’exception. Ce qui vient de se passer en Norvège semble être le début de ce processus.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont popularisé la fiction d’une croisade islamique organisée d’une façon centralisée contre le monde occidental et menée par des kamikazes djihadistes. L’attentat d’Oslo, ainsi que le carnage perpétré par le jeune norvégien Anders Behring Breivik contre des jeunes socialistes réunis pour leur université d’été sur l’île d’Utoeya, vient de mettre en scène une autre caricature sortant tout droit des laboratoires géopolitiques à l’origine de la thèse du Choc des civilisations.

Cette fois-ci, il s’agit de kamikazes « conservateurs chrétiens », eux aussi partis en croisade, mais « contre l’islamisation » et ceux qu’ils accusent d’en faciliter la pénétration chez nous, en particulier une gauche caviar, ramollie par un relativisme culturel moribond promu depuis 1945 par l’Ecole de Francfort et devenu le paradigme culturel triomphant depuis mai 68.

En opposant faussement un multiculturalisme politiquement correct, qualifié de « marxisme culturel », d’un côté, et un monoculturalisme qui s’est substitué au culte du sang, de la race et du sol de l’autre, ils nient l’universalité de l’homme et l’unicité de l’humanité. Tout en plaidant pour davantage de libre-échange et de mise en concurrence, ils critiquent une Europe supranationale aux frontières ouvertes à l’immigration.

Chez Breivik, cette angst identitaire a mariné pendant 9 ans dans un jus franc-maçon et a été épicée par une surconsommation de jeux vidéo violents du type World of Warcraft et Modern Warfare 2, facilitant le passage à l’acte.

Ce qui fait peur, c’est qu’il existe sans doute des dizaines de kamikazes potentiels de ce type. Les désarmer avant qu’ils fassent exploser leur ceinture et couper les ficelles qui les relient à leurs maîtres est une tâche importante. Cependant, mettre hors d’état de nuire l’oligarchie qui les manipule passe avant tout.

Pour cela, il faut simplement changer le système financier mondial en retournant aux principes de la Loi Glass-Steagall. Rien d’autre ne permettra réellement d’inverser la dynamique actuelle.


 

 "De l’incendie du Reichstag au carnage d’Oslo, le terrorisme au service de l’oligarchie"

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche