Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 18:25

 

Rappel : A lire :

Guerre Mali: Vrais enjeux et motifs - France gendarme - Afrique en danger  

Les leaders maliens qui dérangent, la France les élimine
Modibo Keïta

18 avril 2012 : 

Modibo Keïta est le premier président malien. Il défend tout au long de sa vie sa position anticoloniale. Il soutient matériellement l’Algérie et son Front de Libération Nationale, refuse le maintien des bases militaires françaises au Mali et critique les essais nucléaires menés par la France dans le Sahara. Outre son engagement panafricain, il mène de nombreuses actions sociales sur le plan interne. Son orientation progressiste n’était pas au goût de la France, qui organise un coup d’Etat contre lui et met Moussa Traoré à la tête du pays. Celui-ci fait vivre à la population malienne 23 ans de dictature sanglante. Modibo Keïta, quant à lui est incarcéré dans des conditions épouvantables qui seront la cause de son décès le 16 mai 1977.

Quelques discours reflétant sa personnalité 
Déclaration aux chefs des missions diplomatiques au sujet de l’évacuation des troupes françaises du territoire du Mali (20/01/1961)
Excellences,
Je vous remercie de vous être distraites de vos augustes occupations et de vos nombreuses préoccupations pour répondre à mon invitation. L'importance de la communication exige que je vous la fasse moi-même. A l'heure qu'il est, l'ambassade de France en République du Mali est informée par mes soins de la décision de mon parti et de mon gouvernement de voir la France évacuer les bases militaires de Bamako, de Kati, de Gao et de Tessalit, qu'elle occupait du fait des accords franco-maliens signés à Paris le 22 juin 1960, entre elle et la Fédération du Mali et qui deviennent caducs après les événements du 19 au 20 août 1960 et l'acte de reconnaissance par la France du gouvernement du Sénégal, acte qui consacre la dislocation de la Fédération du Mali.


La République du Mali a affirmé sa volonté de coopérer avec la France sur la base de la non-ingérence dans nos affaires intérieures et du respect de notre souveraineté. La décision de mon parti et de mon gouvernement ne met nullement en cause cette volonté. Elle est l'expression de notre conviction qu'à moins d'abandon volontaire de souveraineté de la part d'un État jeune ou d'accords particuliers dans le domaine de la défense, les troupes de l'ex-puissance coloniale ne peuvent stationner sur le territoire de l'ex-colonie aux côtés des troupes du jeune État.
D'autre part, le peuple du Mali, l'Union Soudanaise-R.D.A., et le gouvernement de mon pays ont toujours affirmé leur option en faveur de la politique de non-alignement sur l'un ou l'autre des deux blocs. Cette attitude est en contradiction avec la présence, sur son territoire, des troupes d'une puissance étrangère et à laquelle ne le lie aucun accord et qui d'autre part est engagée dans le pacte militaire d'un bloc.


Je prie vos Excellences d'informer vos gouvernements respectifs et d'attirer leur attention sur notre ferme décision de l'évacuation rapide des troupes stationnées en République du Mali.

Je vous remercie.

Déclaration relative à la cessation des hostilités en Algérie (19/03/1962)


II nous est particulièrement agréable de saluer l'heureux événement qui aujourd'hui remplit de joie le cœur de tous les Africains, engagés depuis longtemps dans la lutte contre le colonialisme : la victoire du peuple algérien.
Voici venue la moisson de huit années de courage indomptable, de sacrifices sans murmures, de persévérance sans fanfaronnades ; voici venu le moment tant attendu de la victoire des Algériens eux-mêmes, au terme d'une lutte ouverte, avec l'arme de la foi en l'avenir, de l'amour ardent pour la liberté de la patrie opprimée, la volonté du peuple algérien de redonner à l'homme africain sa dignité.


Frères d'Algérie, les milliers d'Algériens tombés dans les champs de batailles ne sont pas morts en vain. N'est-il pas vrai qu'ils viennent de rendre à notre beau pays, l'Afrique, une partie de sa terre depuis cinquante ans spoliée ?Qui peut encore l'ignorer ? C'est grâce à vous, frères d'Algérie, par l'exemple de dignes pionniers que vous êtes, que les mouvements populaires africains se sont engagés dans la lutte pour la libération du sol national. Il fallait ici que justice vous fût rendue.


Aussi, notre reconnaissance est grande, qui s'est exprimée par la solidarité inconditionnelle de la République du Mali avec les frères de l'Algérie Combattante.
C'est dire combien notre joie est immense, devant la victoire de ceux auprès desquels dès 1960, le peuple du Mali s'est considéré mobilisé.
La victoire du Front de Libération qui a su imposer le respect de la souveraineté et de l'intégrité de l'Algérie Africaine est aussi celle de tous ceux qui, comme les Maliens, n'ont rien ménagé pour en assurer le succès. Victoire du Front de Libération Algérienne, victoire de l'Afrique Combattante, mais aussi victoire des peuples épris de paix au premier rang desquels le peuple de France qui voit mettre un terme aux sacrifices inutiles de ses cadres et de sa jeunesse et à l'hémorragie financière.
Allocution diffusée à l'occasion de la revalorisation de la fonction enseignante au Mali (19/07/1962)

Maliennes et Maliens,
Chers Camarades,


Mon propos ce jeudi, s'adresse à vous tous certes, mais plus particulièrement à ceux d'entre vous, dispensateurs de la culture et du progrès, ceux sans qui il n'y a pas de connaissance, et qui ont la charge de guider les pas du jeune Malien héritier de notre glorieux passé sur la voie de l'honneur et de la culture. C'est à vous, Camarades enseignants, qui remplissez une mission noble, exaltante, mais difficile et ingrate, avec bien souvent la seule satisfaction d'avoir accompli votre devoir, que le Parti, en accord avec tous les travailleurs, a décidé de réserver sa première attention en procédant à la revalorisation de votre fonction.


Il y a trois ans, le Parti avait décidé la valorisation du travail de la terre, qui demeure plus que jamais un impératif du développement économique de notre pays. La revalorisation de la fonction d'enseignant est devenue aujourd'hui elle aussi, un impératif du développement national dans tous les secteurs. C'est pourquoi, sans minimiser la valeur des autres professions, le Parti a décidé d'accorder des avantages particuliers aux enseignants de tous grades.


A cet effet, trois zones ont été créées telles que les définit le décret dont je donne lecture :

 Article 1er. - Une prime spéciale dite prime d'enseignant est allouée aux personnels de l'enseignement ressortissants de la Fonction Publique malienne.
 Art. 2. - La prime d'enseignant est servie au personnel exerçant effectivement des fonctions enseignantes. Celles-ci sont concrétisées par des décisions chargeant le personnel de cours, de conférences, de classes où ils dispensent un enseignement conformément aux programmes scolaires officiels.
 Art. 3. - Le taux mensuel de la prime d'enseignant est ainsi fixé : 10 000 francs en première zone de service ; 6 000 francs en deuxième zone de service ; 4 000 francs en troisième zone de service.

Les zones de service sont les suivantes

PREMIERE ZONE

Région de Gao. - Toute la région de Gao, excepté les villes de Gao, Tombouctou, Bourem, Ansongo, Goundam, Dire, les centres de Kabara et Tonka ; Région de Mopti. - Tout le cercle de Niafunké, excepté la ville de Niafunké et les centres de Youvarou, Saraféré et Sa ; Région de Bamako. - Tout le cercle de Nara, excepté la ville de Nara ; Région de Sikasso. - Le centre de Fourou ; Région de Kayes. - Tout le cercle de Nioro, excepté la ville de Nioro ; Tout le cercle de Yélimané excepté la ville de Yélimané ; Tout le cercle de Bafoulabé excepté les villes de Bafoulabé, Mahina et toute école située sur la voie ferrée ; Tout le cercle de Kéniéba excepté la ville de Kéniéba ; Tout le cercle de Kita excepté les villes de Kita et Toukoto, le centre de Sirakoro et toute école située sur la voie ferrée.

DEUXIEME ZONE

Toutes les écoles situées dans les régions, villes et centres non prévus dans la première et troisième zones.

TROISIEME ZONE

Villes de Mopti, Sévaré, Bandiagara, Bamako, Kati, Koulikoro, Sikasso, Bougouni, Koutiala, San, Kayes, Kita, Baguineda, Markala, Ségou, Macina, Niono.

 Art. 4. — La prime d'enseignant est exonérée de la taxe civique. Elle n'est pas soumise à retenue pour pension. Elle est mandatée avec la solde mensuelle.
 Art. 5. — Le présent décret qui prendra effet à compter du 1er octobre 1962 sera enregistré, publié et communiqué partout où besoin sera.

Ainsi, à partir de la rentrée prochaine, tout enseignant en République du Mali est assuré d'une indemnité supplémentaire minimum de 4 000 francs.
Camarades Enseignants, vous avez compris que cette prime est deux fois et demie plus élevée dans les villages de brousse qu'à Bamako et dans les grandes villes. Le Parti a voulu marquer, dans cette répartition, son souci permanent d'encourager les efforts déployés vers l'amélioration de la situation du paysannat, qui demeure au centre de nos préoccupations. Désormais, le village ne sera plus un lieu de réclusion. Il sera pour l'instituteur la zone de salaire la plus élevée de l'ensemble de la République du Mali. L'instituteur qui conçoit son métier comme un sacerdoce, trouvera, dans sa présence effective, auprès de nos paysans, la satisfaction matérielle de se voir élevé, sur le plan de la solde, au-dessus de son homologue de la ville.

L'Union Soudanaise-R.D.A. comme dans toutes ses autres décisions, est demeurée attachée à l'application de nos principes. D'autre part, pour que toutes les classes soient dotées, il sera procédé au recrutement d'instituteurs adjoints ; un concours sera ouvert à cet effet et auquel les moniteurs, les auxiliaires et décisionnaires de l'Administration, les jeunes gens pourvus ou non du brevet élémentaire ou B.E.P.C. seront admis à participer. Les lauréats du concours seront immédiatement engagés comme instituteurs adjoints dans la limite des besoins du Ministère de l'Education Nationale.

Je me dois de saluer ici le grand esprit de compréhension et d'abnégation des travailleurs des autres secteurs qui, après s'être imposés volontairement pendant un an la taxe de solidarité en faveur de nos frères refoulés du Sénégal depuis 1960 et la taxe civique pour l'essor du pays, viennent de s'engager à ne jamais se référer à cette nouvelle mesure pour en revendiquer l'application à leur profit. Au nom du Parti je leur rends un vibrant hommage. Maliennes et Maliens, qu'elle est belle la leçon à tirer de cet événement. La preuve est administrée une fois de plus, qu'il ne peut y avoir opposition d'intérêts là où toutes les couches sociales se trouvent solidement unies et mobilisées dans un même parti national. Les moments que nous vivons apportent le gage du succès de la Révolution du Mali, et constituent des jalons précieux dans la voie de la construction socialiste du pays. Ce n'est pas un hasard si l'action syndicale au Mali se révèle non plus comme une arme contre le régime, mais comme un moyen de mobilisation des travailleurs pour plus d'exactitude et d'assiduité, pour plus de rendement dans le travail. L'action syndicale devient le support du régime, parce que le travailleur détient le pouvoir et l'oriente dans l'intérêt exclusif du peuple. Camarades de l'Union Soudanaise-R.D.A., seul un régime engagé dans la voie du socialisme peut escompter sur les résultats que nous avons obtenus.
Camarades, nous avions eu raison, le 22 septembre 1960, d'opter pour la voie socialiste.

C'est pourquoi nous poursuivrons inexorablement notre chemin. Avec un peuple comme le nôtre, nous remporterons chaque jour de nouvelles et éclatantes victoires « inch Allah ».

Quant à vous, éducateurs du Mali, si la sollicitude du peuple malien tout entier vient justement soutenir les efforts que vous n'avez jamais cessé de déployer, vous ne pouvez pas ne pas comprendre que le sacrifice que les Maliens consentent unanimement en votre faveur vous engage.

La revalorisation ainsi décidée correspond, rien que pour le premier trimestre, à 30 millions de francs maliens. L'effort est considérable et il vous engage, Camarades Enseignants à vous montrer dignes de cette confiance de votre Parti, l'Union Soudanaise-R.D.A., en vous attachant davantage à votre noble métier, à vous considérer partout, dans les classes, les villes et les villages comme des apôtres et non comme des salariés afin d'accélérer la liquidation de l'analphabétisme.

L'Union Soudanaise-R.D.A. a fait son devoir vis-à-vis de vous. A vous de prendre vos responsabilités vis-à-vis du peuple et du Parti. Vive le Corps Enseignant ! Vive la solidarité fraternelle et active de tous les travailleurs du Mali, pour que vive la République du Mali résolument engagée dans la voie du socialisme.


Source : modibokeita
.

Dossier Mali: la voix des sans-voix

L'intervention militaire française a dramatiquement replongé le Mali au-devant de l'actualité. Pour mieux saisir les enjeux du conflit, nous vous proposons ce dossier paru l'année dernière, quelques temps après le coup d'Etat du capitaine Sanogo. Prochainement sur Investig'Action, une vidéo de Michel Collon et d'autres infos sur la crise actuelle.

.
L'HISTOIRE CACHEE

.
LES INTERETS

La voix des sans-voix - Eric Pauporté, Luk Mertens, Michel Collon

Le Mali, une terre riche, un Etat endetté... -
Interview d'Eric Pauporté par Michel Collon, Mouâd Salhi et Fatma Kassoul

Ruée vers l'or au Mali. Qui accourt ? - Interview d'Eric Pauporté par Investig'Action
.
QUI DESTABILISE ET POURQUOI ?
DU COTE DU PEUPLE
VIDEO
.
« Les puissants passent, nous, restons ! » - Chants de femmes maliennes recueillis par Eric Pauporté

Rejoignez les Amis d'Investig'Action
 
.

Mali : l’armée française pour repousser les groupes islamistes … et défendre les intérêts de Total ?

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/01/14/mali-larmee-francaise-pour-repousser-les-groupes-islamistes-et-defendre-les-interets-de-total   link

 

 

Intervention au Mali: défendre les intérêts de l'impérialisme français

[...] Depuis plusieurs jours, le gouvernement Hollande-Ayrault-Duflot-Pinel intervient militairement au Mali à la fois au sol et par le biais de bombardements aériens sur Gao, Kital et d’autres villes du Nord. L’Etat-major a décidé de « ne pas communiquer » sur d’éventuelles victimes civiles de ces bombardements.


Ce que les journaux de la bourgeoisie française dissimulent, d’autres n’ont pas les mêmes raisons de le cacher comme le journal italien La Repubblica : « L'urgence a poussé Paris à intervenir immédiatement seul (ou quasi). Est en jeu son rang historique dans le "domaine réservé" colonial, entre Maghreb, Sahara et Sahel. Mais c'est aussi l'accès aux ressources énergétiques (uranium, gaz, pétrole) dont l'ex-empire africain est bien pourvu et dans l'exploitation desquelles sont engagés les colosses de l'industrie française, Areva en tête.(...) »


Notons-le : l’intervention militaire au Mali a immédiatement bénéficié du soutien de la quasi-totalité des partis, des partis bourgeois au PS, au PCF et au Parti de Gauche. Ces deux derniers ont modulé leur soutien du regret que l’intervention n’a pas eu officiellement le soutien exprès de l’ONU, et de la demande d’une « solution politique » comme l’indique cette déclaration du PCF :


« Cette intervention militaire n'efface pas la nécessité de la recherche d'une solution politique et d'un dialogue avec les groupes de la rébellion non liés au terrorisme et respectueux de l'intégrité territoriale du Mali. ». Mélenchon est sur la même orientation qui, sur le fond, approuve l’intervention.


Ainsi s’est constituée une véritable « union nationale » allant de Marine Le Pen au PCF, incluant le PS et toutes les composantes de l’UMP.


Le ministre Fabius a osé dire que le seul but de l’intervention était d’empêcher que le Mali ne tombe aux mains des « terroristes », des « islamistes ». Qui peut le croire quand on sait :

 

-  Qu’il y a quelques jours, dans l’espoir pour l’impérialisme français de trouver une petite place en Afghanistan, le même gouvernement déroulait à Chantilly le tapis rouge pour une « conférence » sur l’avenir du pays où la quasi-intégralité des groupes talibans étaient représentés.


-  Que ce même gouvernement soutient ouvertement des gouvernements islamistes en Tunisie, en Libye, en Egypte qui ont à leur programme non seulement la liquidation de tout droit pour la classe ouvrière de s’organiser (droit de grève, droit syndical), mais aussi le retour à la charia et à une condition moyenâgeuse pour les femmes.

 

-  Et à ceux qui veulent nous faire croire à la fable de l’intervention « en défense de la démocratie », rappelons que le « gouvernement légal » malien est le produit d’un coup d’état militaire intervenu il y a à peine 9 mois, et que dans le même temps où les troupes françaises interviennent au Mali, 600 soldats français volent au secours du tyran Bozizé en Centrafrique.

 

Ainsi, il y a de « bons » islamistes, ceux qui sont compatibles avec les intérêts de l’impérialisme français, et les autres.

Rappelons-le : l’« intégrité territoriale » du Mali n’a pas d’autre origine que celle du découpage du territoire opéré par le colonialisme français dans le cadre de son ancien empire africain.

 

C’est clair : la seule raison de l’intervention, c’est la défense des intérêts de l’impérialisme français et de ses trusts.

[...]

 

Extrait de la "Déclaration du Groupe pour la construction du Parti Ouvrier Révolutionnaire,
de l’Internationale Ouvrière Révolutionnaire"

 Le 14 janvier 2013

 

.

afrique.jpg

Au Mali, la Françafrique pyromane se rêve en pompier

Par Laetitia Suchecki et Nathanaël Uhl

 


« C’est pendant la guerre que le peuple oublie les délibérations qui intéressent essentiellement ses droits civils et politiques pour ne s’occuper que des événements extérieurs, qu’il détourne son attention de ses législateurs et de ses magistrats pour attacher tout son intérêt et toutes ses espérances à ses généraux et à ses ministres, ou plutôt aux généraux et aux ministres du pouvoir exécutif. »
Discours de Robespierre sur la guerre, 18 décembre 1791

 

* * *

Depuis vendredi, et pour une durée qu’il est bien difficile de déterminer, la France renoue avec son passé détestable de gendarme de l’Afrique. Assurément, nous n’avons pas été dupes des discours du président de la République sur l’enterrement de la « Françafrique ». Reste que la brutalité du retour aux affaires, au travers de l’intervention Serval au Mali, ne peut que susciter notre vive inquiétude et opposition la plus ferme. Avant toute chose, nous nous exprimons ici à titre personnel, sans présager de la position à venir de nos organisations respectives : le PCF pour Laetitia, le PG pour Nathanaël. Nous avons souhaité prendre la plume ensemble parce que nous parlons de l’Afrique depuis plusieurs années et que cela nous a amenés à développer une vision convergente.

 

En préalable, nous le disons sans ambiguïtés : le djihadisme, le salafisme, toute idéologie qui utilise et détourne la religion au service d’une vision politique est notre ennemi. Comme militants de gauche, nous combattons avec la plus extrême fermeté toutes les idées, toutes les personnalités, tous les groupes, qui détournent le message de paix et d’amour porté par telle ou telle religion à des fins d’asservir tout ou partie de la population. Donc, Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), Ansar Dine et tous les autres avatars de cet avatar qui s’autoproclame « islamique » de l’extrême-droite sont nos ennemis mortels, tout comme ils le sont pour les populations du nord du Mali qui subissent depuis avril 2012 dans l’indifférence jusque-là générale de l’opinion publique des atrocités quotidiennes.


Il faut revenir sur les raisons de l’émergence d’Aqmi et du Mujao au Mali, un pays où la population est majoritairement musulmane quoique mêlant son culte de touches d’animisme. Le président Amadou Toumani Traoré (ATT), renversé par un coup d’état militaire au début de l’année 2012, et les Touarègues du MNLA - qui ont ouvert la porte du nord du Mali aux fondamentalistes islamiques - ont bénéficié du soutien de la France tout au long de ses dernières années. De la même manière que les Etats-Unis d’Amérique ont, pendant de longues années, utilisé Ben Laden et les djihadistes contre l’Union soviétique, ATT a permis, dans un jeu politicien dangereux, au Mujao de s’installer au Nord Mali pendant que le gouvernement français a permis au MNLA de se renforcer militairement tout en connaissant ses connivences avec les groupes fondamentalistes.

 

Le Nord Mali est un territoire vaste et peu peuplé. Il est devenu, au fil des années, par la quasi impossibilité de le contrôler, le lieu de tous les trafics : trafic de drogue, trafic d’êtres humains… Il y a là des sources de revenus, certes illicites, pour que les « djihadistes » puissent financer leurs armées, lesquelles se sont renforcées de vétérans de la Libye, d’Afghanistan… Les djihadistes, plus expérimentés d’un point de vue militaire, ont pu prendre le dessus rapidement sur les autres groupes de gangsters qui évoluent dans le Sahel. Ils se trouvent désormais en position dominante, profitant en plus de l’état de délabrement dans lequel l’instabilité politique maintient l’armée malienne. Un état duquel la France n’est pas forcément irresponsable.


Les premières victoires des « djihadistes », cachés derrière les troupes touarègues du MLNA au nord-Mali remontent au tout début de l’année 2012. Elles ont été marquées par des atrocités commises tant contre les civils que contre les militaires et leurs familles. Une situation qui a été utilisée par la junte militaire dirigée par le capitaine Sanogo pour justifier un coup d’état. La rupture de l’ordre démocratique ne peut pas être une solution politique acceptable. Cependant, il est nécessaire de souligner la relative bienveillance de la population à son égard dans un premier temps, tant le régime d’ATT apparaissait corrompu et incapable de répondre aux besoins de la population malienne.

 

La transition politique visant au retour des  civils au pouvoir devait s’accompagner de conférences nationales destinées à rétablir un vrai processus démocratique par et pour les Maliens. Elles avaient aussi pour enjeu d’élaborer des solutions proprement maliennes pour lutter contre la partition du pays. Il apparaît, évidemment, que pour lutter contre le djihadisme la démocratie réelle est la meilleure, la plus efficace, des armes tant elle associe l’ensemble de la population à la construction de l’avenir, asséchant par là le marais sur lequel peut prospérer cette forme spécifique de ce que nous appelons l’extrême-droite en occident.


Las, ces conférences nationales ont été repoussées les unes après les autres par la junte militaire et le pouvoir civil. Aucune n’a eu lieu à ce jour. C’est pourquoi mercredi et jeudi dernier, la veille de l’intervention militaire française (nous ne croyons pas que ce soit un hasard), plusieurs manifestations ont eu lieu à Bamako. Organisées par la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam) et l’alliance IBK 2012 (pourtant très éloignée idéologiquement de la COPAM), elles demandaient le départ de l’actuel président Traoré (ancien président de l’Assemblée nationale sous ATT), l’élaboration d’une stratégie malienne pour le Nord-Mali et le respect des engagements pris en faveur du retour à la démocratie. Ces manifestations d’ampleur pour le Mali portaient aussi le refus d’une intervention étrangère sur le sol de leur pays… Depuis vendredi, c’est l’état d’urgence qui règne à Bamako, marqué par un grand recul des libertés individuelles déjà fortement mises à mal depuis le mois de mars 2012, et les troupes françaises ont été déployées pour protéger des bâtiments « stratégiques ».

 

Aujourd’hui, les militaires français sont donc déployés « pour protéger la France, pour protéger nos libertés », dixit le ministre de la Défense qui précise encore : « Nous voulons empêcher la création d’un état terroriste à portée de l’Europe ». La France veut apparaître comme le sauveur d’une situation qu’elle a volontairement et criminellement contribué à créer. Elle est donc seule dans cette affaire et le revendique. Il n’y aura pas même de coalition internationale comme en Libye, il n’y a pas de mandat de l’ONU, il n’y a pas de mandat de l’Assemblée nationale. Peu importe… Le conseil de sécurité de l’ONU avait délibéré en septembre en confiant mandat à l’Union africaine et à la Communauté de défense de l’Afrique de l’Ouest. Ces dernières ne se sont pas montrées bien pressées d’intervenir militairement au Mali. La voie était donc ouverte aux troupes françaises. Est-ce que nous avons dit que le nord-Mali regorge de minerais divers dont beaucoup d’uranium ?

 

Quoi qu’il en soit, nos braves piou pious sont à pied d’œuvre depuis le 11 janvier. Après de premières prévisibles victoires, et déjà un mort parmi les soldats français, nul ne sait quand ils rentreront. Les djihadistes en face  aguerris et connaissent parfaitement le terroir dans lequel ils évoluent. Ils ont été rejoints depuis plusieurs mois par des combattants venus de tous les continents car le Sahel est désormais considéré comme The place to be pour les (pas si) apprentis djihadistes. Ça vous rappelle les Talibans en Afghanistan ? Oui, c’est exact, il y a matière à comparaison. De la même manière, la guerre déclenchée en Afghanistan a bel et bien permis la défaite des djihadistes, c’est bien connu. Désolé pour l’ironie mais il faut bien rappeler que, jusqu’à présent, les « guerres contre le terrorisme » n’ont eu pour effet que le développement à large échelle, et dans des pays qui en étaient épargnés jusqu’alors comme le Mali, des groupes djihadistes et la dégradation des conditions de vie des peuples.

 

Nous ne pouvons rester silencieux face aux atrocités et à la barbarie quotidienne subies par la population du nord du Mali, et les dénonçons depuis plusieurs mois alors que la communauté internationale faisait preuve d’indifférence criminelle. C’est pourquoi aujourd’hui nous ne pouvons pas non plus rester silencieux quand le devenir des Etats est réalisé sans associer les hommes et les femmes qui y vivent.


C’est pourquoi nous ne pouvons accepter l’intervention française telle qu’elle se réalise et exigeons la pleine transparence sur la nature des demandes d’appui du gouvernement malien, les conditions et les objectifs à court, moyen et long terme de cette intervention, et les stratégies de développement pour cette région. La lutte contre la barbarie ne peut se réaliser sans les peuples, et les populations maliennes et françaises doivent pouvoir être pleinement informés et décider - via leurs instances de représentation - des actions à mener pour permettre au peuple malien de retrouver son intégrité territoriale et d’améliorer les conditions de vie des populations du Nord.

 

 

 

SOURCE / LE CRI DU PEUPLE

.

 

  http://danactu-resistance.over-blog.com/article-guerre-fran-aise-au-mali-la-fran-afrique-pyromane-se-revant-en-pompier-114362992.html

 

.


 

.

.


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche