Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 05:11


Kumaran Ira
Vendredi 1 Octobre 2010


Paris saisit l’occasion de l’enlèvement au Niger pour semer la panique de la « guerre contre le terrorisme »

Ces dernières semaines, les autorités françaises ont mis en garde contre un risque majeur d’attaque terroriste qui serait préparée en France par al-Qaïda au Maghreb islamique. L’AQMI a dernièrement revendiqué la responsabilité de l’enlèvement de sept travailleurs d’entreprises minières françaises au Niger.

Le 16 septembre, cinq ressortissants français, un Malgalche et un Togolais ont été enlevés dans la région d’Arlit, dans le Nord nigérien. Tous travaillaient pour les sociétés françaises nationalisées Areva et Satom, qui exploitent des mines d’uranium au Niger. Quelques jours plus tard, AQMI revendiquait la responsabilité de cet enlèvement dans un message diffusé par la chaîne de télévision Al-Jazeera. Il y a lieu de penser qu’AQMI détient les otages dans le désert au Nord du Mali.

Paris a dit que les otages seraient en vie et que tous les efforts étaient entrepris pour les libérer, y compris d’éventuelles négociations avec AQMI. Le 23 septembre, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a dit au micro de RTL, « Pour l’instant, notre souci c’est d’entrer en contact avec Al-Qaïda, d’avoir des revendications que nous n’avons pas. Ce que nous souhaitons, c’est qu’al-Qaïda puisse, à un moment ou à un autre, nous mettre au moins des revendications sur la table. »

La semaine passée, la France a déployé quelque 80 membres des forces spéciales et d’avions militaires à Niamey, la capitale du Niger, et y a installé une base opérationnelle pour retrouver les otages. Pour la première fois, le Niger a permis à la France d’utiliser son territoire et son espace aérien pour des opérations de recherche d’otages. Selon Le Monde, celles-ci comprennent des vols de reconnaissance dans le Tchad voisin ainsi que des commandos français opérant à partir de la Mauritanie.

Ces opérations intensifient l’intervention de l’impérialisme français et de ses forces mandataires dans la région. Le 19 septembre, deux femmes maliennes ont été tuées lors d’un raid aérien mauritanien mené près de Tombouctou contre l’AQMI. Un ancien ministre malien a dit au journal Le Monde, « Aujourd’hui notre pays est le théâtre d’une guerre entre forces étrangères. »

Le gouvernement et les médias ont saisi l'opportunité de cet événement pour changer le climat politique en France au moyen d’avertissements répétés d’attaques terroristes. La menace d’AQMI a fourni ces dernières semaines de nombreux gros titres aux principaux journaux français.

Le gouvernement a décrété un niveau d’alerte terroriste « rouge », le deuxième plus haut niveau d’alerte. Les autorités affirment qu’une femme candidate à un attentat suicide et qui a été qualifiée de « femme kamikaze » pourrait être en train de préparer une attaque dans les transports parisiens. Des soldats ont été mobilisés dans les principaux quartiers de Paris, dont la Tour Eiffel et les grandes gares.

Par la suite, Frédéric Péchenard, directeur général de la police, a réfuté les articles sur la « femme kamikaze ». Il a déclaré à Libération, « C’est une information que nous avons eue, mais qui, aujourd’hui, sans rentrer dans les détails opérationnels, paraît peu crédible. »

Dans une interview accordée le 12 septembre au Journal du Dimanche, le chef du contre-espionnage et de l’antiterrorisme, Bernard Squarcini, a déclaré que « 

  • a menace n’a jamais été aussi grande », qu’elle est au même niveau qu’en 1995 lorsque les terroristes islamistes algériens avaient fait exploser une bombe dans les transports publics parisiens.

    En répétant cet avertissement, le ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a dit, « Un faisceau d’indices datant de ces derniers jours et de ces dernières heures démontre que la menace terroriste est à un niveau élevé. » Il a ajouté, « Face à cette menace terroriste, la vigilance est renforcée. Ce qui explique que nous soyons toujours en plan Vigipirate rouge, mais plan Vigipirate rouge renforcé. »

    Les adversaires politiques de Sarkozy ont critiqué la manière dont les avertissements concernant le terrorisme ont été émis. L’ancien premier ministre Dominique de Villepin a dit, « Ce qui est important c’est de prendre des mesures, d’agir, je crois que ça ne sert à rien de créer la panique un peu partout dans notre pays. » Il a précisé que la politique de communication du gouvernement était « maladroite et parfois même cynique. »

    Ces avertissements concernant des menaces terroristes ont lieu au moment où le gouvernement Sarkozy est confronté à un mécontentement grandissant au sein de la classe ouvrière. Les mesures antidémocratiques du gouvernement, telles l’interdiction du port de la burqa, les déportations de masse des Roms et la participation à l’occupation de l’OTAN en Afghanistan, sont profondément impopulaires. Il en est de même de sa politique sociale, notamment les projets de coupes massives dans les retraites.

    Le 25 septembre, Le Monde discutait les espoirs que l’intervention africaine pourrait bien supprimer l’opposition à l’encontre des réductions des retraites en écrivant que l’enlèvement par al-Qaïda des ressortissants français au Niger pourrait bien « susciter un réflexe d’union sacrée ».

    L’« union sacrée » était l’accord par lequel les partis politiques, dont les partis sociaux-démocrates, s’étaient unis pour supprimer les grèves et les luttes de classes en France durant la Première Guerre mondiale. Dans le contexte actuel, c’est une référence sans équivoque aux espoirs au sein de la classe dirigeante que la crainte d’attaques terroristes minera l’opposition de la classe ouvrière contre les coupes sociales.

    Compte tenu de l’intérêt de la classe dirigeante à stimuler un sentiment de panique engendré par la « guerre contre le terrorisme », l’apparition d’articles selon lesquels des éléments de l’Etat français étaient au courant des projets d’enlèvement – et avaient laissé faire – sont d’une importance politique considérable. Ces articles soulèvent la possibilité d’une campagne délibérée de la part d’éléments de l’Etat français ou de l’appareil sécuritaire de créer la panique sur la question de terroristes et d’empoisonner l’opinion publique.

    Les autorités locales dans la région d’Arlit avaient mis en garde Areva il y a une quinzaine de jours contre l’enlèvement. Le Monde a publié une lettre d’avertissement envoyée par les autorités nigériennes le 1er septembre à Areva, disant que « la situation » dans la région où se trouvent les mines d’Areva était en train de se dégrader et ce, particulièrement dans la région d’Arlit.

    La lettre mettait en garde contre l’arrivée la semaine précédente d’une « colonne de huit Toyota » transportant un groupe d’hommes armés. Elle poursuivait, « La riposte des éléments des forces de défense n’a pas permis à ce groupe armé d’accomplir son dessein qui consiste, selon les renseignements, à l’enlèvement de matériel militaire et de personnel expatrié », pour conclure en disant, « Vous comprendrez que dans ces conditions la menace du groupe AQMI est à prendre au sérieux. »

    Toutefois, lors de l’enlèvement qui s'en est suivi, un vaste groupe d’hommes armés aurait été en mesure d’entrer dans une région hautement gardée et d’enlever du personnel d’Areva sans rencontrer la moindre résistance. Areva a publié un communiqué affirmant qu’au moins cinq voitures et 40 hommes armés avaient été capables d’entrer dans la ville, sans rencontrer personne.

    Gilles Denamur, ancien responsable de la sécurité, qui avait brièvement travaillé pour Areva en 2007, s’est demandé comment un groupe de « barbus » a été en mesure d’arriver dans une ville comme Arlit où les étrangers sont détectés au bout d’une heure, et d’y rester vraisemblablement pendant 48 heures pour suivre des gens et préparer l’opération.

    Jacques Hogard, président de l’EPEE une société de conseil en sécurité au service d’Areva et assurant la coordination avec les autorités nigériennes a dit que l’enlèvement a été « une opération quasi militaire ». Il a ajouté, « Les preneurs d’otages ont bénéficié d’une excellente information au sein du groupe Areva, c’est clair. On peut même appeler cela une trahison. »

    Il faut souligner qu’Areva est une grande société française contrôlée par l’Etat et opérant dans une région et un secteur industriel hautement stratégique, l’énergie nucléaire, et disposant d’étroites relations avec les services de sécurité français. Dans ces conditions, une allégation faite par des responsables bien placés dans les services de sécurité et selon laquelle Areva est complice dans cette attaque, correspond à une allégation que l’Etat français est lui-même complice des attaques.

    Sous la bannière de la lutte contre le terrorisme, l’impérialisme français entreprend la démarche de réaffirmer par la force sa présence au Sahel où elle représente l’ancienne puissance coloniale. En juillet, la France et la Mauritanie avaient effectué un raid contre un camp d’AQMI dans le nord du Mali en revendiquant apparemment la libération d’un otage français et en tuant quelques membres d’AQMI. AQMI a par la suite affirmé que l’otage français avait été exécuté en représailles au raid franco-mauritanien.

    L’intervention du gouvernement français dans la région le déploiement de troupes et d’avions de combat sans rencontrer de résistance des gouvernements locaux souligne le caractère fallacieux de la décolonisation d’après-guerre, dirigée par des factions de la petite bourgeoisie indigène. Aujourd’hui, aucun de ces régimes n'est capable ni ne souhaite rassembler les masses dans leur propre pays ou dans la classe ouvrière française contre l’intervention impérialiste.

    Le Niger est le troisième plus grand producteur d’uranium du monde et ses réserves d’uranium sont pillées par des sociétés étrangères. La France, dont 78 pour cent de la production d’électricité est d’origine nucléaire, est tributaire d’une part significative d’uranium nigérien. Areva exploite ces réserves d’uranium depuis 40 ans. La firme exploite les gisements des mines d’Arlit et d’Akouta qui ont produit plus de 3.000 tonnes en 2008. Areva a investi 1,2 milliards d’euros dans le gisement d’Imouraren qui devrait produire près de 5.000 tonnes par an sur une durée de plus de 35 ans.

    La classe dirigeante française poursuit une politique impitoyable au Sahel dans le but de sauvegarder ses intérêts vitaux tout en négligeant totalement les conditions sociales et économiques désastreuses auxquelles des millions de gens sont confrontés dans ce pays. La plupart des pays du Sahel sont confrontés à un niveau extrême de pauvreté. Environ 80 pour cent de la population nigérienne ou près de 12 millions de personnes sont menacées de famine et le Niger se situe au dernier rang de l’indice du développement humain de l’ONU. Plus de 60 pour cent de la population vivent avec moins d’un dollar par jour.


Vendredi 1 Octobre 2010


http://www.wsws.org http://www.wsws.org

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche