Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 05:28
 

http://inscription.salonlexposia.com/salon_lexposia_expo.php

Création de l’observatoire international du bonheur  ( OIB ) par l’Ecole de formation des avocats Centre Sud.

L’objectif est de placer les valeurs fondamentales d’humanité, qui fondent le socle du droit, au centre de la réflexion sur le bonheur.

 

Le point de départ de la réflexion a été le Bonheur National Brut mis en place depuis 40 ans au Bhoutan.

 

Le démarrage de l’OIB est très prometteur en termes de synergie qui rassemble autour des considérations essentielles. Une première table ronde « le bonheur et le droit  » le 10 décembre dernier, a dépassé nos espérances. (..)

 

 

Yamouna DAVID

Avocat honoraire


Déléguée du Bureau de l'OIB

Observatoire International du Bonheur

14, rue Marcel de Serres - CS 49503 - 34961 Montpellier Cedex 2

Tel : + 33 (0)4 67 61 72 80 - Fax : : + 33 (0)4 67 52 97 79

Port : + 33 (0)6 73 47 40 60

secretaire@oib-france.com - www.oib-france.com


 

 

Le mot de René Chaboy :

 Présentation, par l'EFACS

L’EFACS (Ecole de Formation des Avocats Centre Sud) est une école créée par la loi du 31 décembre 1971 (l'article 13 et 13-1) et déclarée d’utilité publique. L'école a en charge la formation initiale, aussi bien que la formation continue, des avocats.

Historique

En mai 2009, lors de discussions informelles au Conseil national des barreaux il a été suggéré que les Ecoles des Avocats mettent en œuvre un laboratoire d’excellence, afin de compléter son positionnement en Grande Ecole et de participer à la stratégie internationale de recherche et d’innovation.

L’EFACS s’est proposé de lancer le premier projet « pilote ». Le projet choisi se devait d’être international, pluridisciplinaire et innovant.

Lors de sa réunion du 13 juin 2009, le Conseil d’administration de l’EFACS a retenu le thème du bonheur, sujet d’actualité.

Contexte

L’idée de mener une étude sur le bonheur est issue du constat que les sociétés occidentales commencent à intégrer la notion de bonheur à leurs processus décisionnaire.

En effet, le monde de l’économie, et dans son sillon celui de la politique, s’intéresse à la notion de bonheur, impactant de manière innovante les sciences humaines et sociales.

Une étude spéciale sur les indicateurs de performance économique et de progrès social, confiée par le gouvernement français à une commission internationale présidée par le Professeur Joseph E. Stiglitz, ouvre de nouvelles pistes de réflexion.

La crise économique internationale souligne l’urgence d’encourager les interactions des sciences humaines et sociales entre elles et avec les autres sciences.

Un tel changement de stratégie socio politique exige une compréhension profonde de nombreux domaines de connaissance et leurs implications légales doivent être mises en exergue.

Le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche français, dans son rapport sur la stratégie nationale de recherche et d’innovation, définit comme « axe prioritaire numéro 1 : la santé, le bien-être, l’alimentation et les biotechnologies ». Il relève que « si les avancées scientifiques répondent souvent aux demandes de la société, elles soulèvent des questionnements d’ordre juridique, éthique, anthropologique et philosophique ».

Objectif

Placer les valeurs fondamentales d’humanité, qui fondent le socle du droit, au centre de la réflexion sur le bonheur.

L’Observatoire international du bonheur a vocation à devenir un institut de recherche au sein du quel travailleront en synergie, chercheurs, enseignants, étudiants et citoyens.

L’OIB a pour objectif de mettre en œuvre des projets de recherche innovants, ayant une dimension nationale, communautaire et internationale.

Parrainage

Le soutien moral de personnes hautement respectées sera sollicité pour aider à l’épanouissement de notre projet.

En raison de l'intérêt de longue date que le Royaume du Bhoutan porte au bonheur, Etat qui a été le premier pays à l’utiliser comme indicateur socio-économique, l’EFACS a estimé que le parrainage du Roi de Bhoutan, en tant que premier membre d'honneur, serait le plus auspicieux et lui a adressé une requête en ce sens.

 http://www.oib-france.com/

Le Bhoutan, en dzongkha Druk Yul, འབྲུག་ཡུལ་, en forme longue le Royaume du Bhoutan, est un pays d’Asie du Sud sans accès à la mer. Il est situé dans l’est de la chaîne de l’Himalaya, enclavé entre l’Inde au Sud, à l’Est et à l’Ouest, avec laquelle il partage 605 km de frontières terrestres, et la Chine (région autonome du Tibet) au Nord avec 470 km de frontières. Sa superficie est de 46 500 km2 et mesure environ 300 km dans sa plus grande longueur est-ouest, et 170 km dans le sens nord-sud.

Le nom local du pays, Brug-yul (souvent transcrit Druk Yul), signifie « terre du dragon ». Il est aussi nommé Druk Tsendhen, « terre du dragon tonnerre », le tonnerre ou son de la foudre étant interprété comme étant les grognements de dragons. La forme Bhoutan (ou Bhūtān), employée en Europe, est quant à elle issue du sanskrit °Bhoṭānka- « extrémité du Tibet ». Ce dernier pays est en effet appelé Bod, བོད་ (variantes Bhöd ou Bhö) en tibétain[1].

 

Histoire

Article détaillé : Histoire du Bhoutan.

L’origine du Bhoutan et son histoire ancienne sont inconnues. Le gourou indien Padmasambhava effectue son légendaire voyage du Tibet au Bhoutan au VIIIe siècle et y apporte le bouddhisme.

Le pays subit de nombreuses invasions du XIe siècle au XVIe siècle, notamment de la part des Tibétains et des Mongols.

Une théocratie bouddhiste est établie au Bhoutan au début du XVIIe siècle. L’aire, historiquement proche du Tibet au Nord, est placée sous l’emprise britannique de l’Inde durant le XIXe siècle et un protectorat est établi en 1910. Les Britanniques s'occupent des relations internationales mais s’abstiennent de s’immiscer dans les affaires intérieures.

La monarchie actuelle, établie en 1907, adopta un comportement visant à faire émigrer les non-indigènes. Il s'ensuivit un exode d’environ 100 000 Népalais et Indiens vers les pays limitrophes.

Politique

Article détaillé : Politique du Bhoutan.

L’une des particularités du Bhoutan est sa poursuite du bonheur à travers l’amélioration de son BNB, pour bonheur national brut. Là où la majorité des gouvernements se basent sur la valeur du produit national brut (PNB) pour mesurer le niveau de richesse des citoyens, le Bhoutan a substitué le BNB pour mesurer le niveau de bonheur de ses habitants. Cet indice se base sur quatre dimensions, piliers du développement durable, à savoir :

  • la croissance et le développement économique responsables ;
  • la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise ;
  • la sauvegarde de l'environnement ;
  • la bonne gouvernance responsable.

Instauré en 1972, le BNB a petit à petit fait son chemin dans la communauté internationale. Ainsi, une rencontre internationale sur la définition de la prospérité a eu lieu à l’Université Saint-Francis-Xavier, au Canada. Sur les 400 personnes venant de plus de dix pays différents, plus d’une trentaine étaient bhoutanaises, comptant parmi elles des enseignants, des moines et des responsables politiques.

Le 17 décembre 2005, le roi du Bhoutan, Jigme Singye Wangchuck, annonça [2] que le royaume se transformerait en une démocratie parlementaire en 2008 et qu’il abdiquerait à cette date en faveur du prince héritier Dasho Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, son fils aîné, âgé de vingt-cinq ans en 2005. Il devait abdiquer de fait en décembre 2006 et déléguer ses pouvoirs à son fils. Le projet de Constitution, en préparation depuis 2001, prévoit la création d’un Parlement bicaméral, composé d’une Assemblée nationale de 75 membres et d’un Conseil national de 25 membres. Le chef de l’État demeure le roi, mais il pourrait être destitué par un vote réunissant les voix des deux-tiers des membres du Parlement.

Le 24 mars 2008, lors des premières élections législatives, le Parti vertueux du Bhoutan, dirigé par Jigme Thinley, âgé de 56 ans et formé aux États-Unis, remporte 44 sièges sur 47 de la chambre basse du Parlement, contre le Parti démocratique populaire. Jigme Thinley devient Premier ministre le 9 avril [3].

Le 6 novembre 2008 Jigme Khesar Namgyel Wangchuck est officiellement couronné cinquième roi du Bhoutan, et devient ainsi le plus jeune roi au monde [4].

Subdivisions

Article détaillé : Districts du Bhoutan.
270px-Bhutan-distretti-numerato.png
magnify-clip.png
Dzongkhag du Bhoutan, pour Dsongdey (couleur) :      Est      Sud      Centre      Ouest

Le Bhoutan est divisé en 20 dzongkhag :

  1. Bumthang
  2. Chukha (Chhukha)
  3. Dagana
  4. Gasa
  5. Haa
  6. Lhuntse (Lhuntshi)
  7. Mongar
  8. Paro
  9. Pemagatshel (Pemagatsel)
  10. Punakha
  1. Samdrup Jongkhar
  2. Samtse (Samchi)
  3. Sarpang
  4. Thimphu
  5. Trashigang (Tashigang)
  6. Trashiyangste
  7. Trongsa (Tongsa)
  8. Tsirang (Chirang)
  9. Wangdue Phodrang (Wangdi Phodrang)
  10. Zhemgang (Shemgang)

Géographie

Article détaillé : Géographie du Bhoutan.
300px-Carte_Bouthan.png
magnify-clip.png
Carte du Bhoutan
  • Frontières terrestres : 1 075 km (Inde 605 km ; Chine 470 km)
  • Littoral : 0 km
  • Altitude : minimale +97 m ; maximale +7 553 m

Économie[modifier]

Article détaillé : Économie du Bhoutan.

Son économie est une des moins développées du monde ; elle est fondée sur l’agriculture, l’exploitation forestière et la vente à l’Inde d’électricité d’origine hydrodynamique.

Dans les années 1970 et 1980, le gouvernement royal du Bhoutan a émis des timbres-postes aux formes et dans des matières originales afin d’obtenir de nouveaux revenus. Certains timbres sont de forme ronde et en carton, d’autres sont en feuille d’acier et il existe même une série (très rare) de timbres ronds, en matière plastique, qui sont de véritables disques avec des microsillons sur lesquels est enregistré l’hymne du Bhoutan. Il existe aussi des timbres en 3D représentant des masques, des animaux ou des automobiles anciennes (dans un pays où il n’y a pratiquement pas de routes…), des timbres parfumés à la rose et même une série de timbres en plastique en relief représentant des grands hommes du XXe siècle : Winston Churchill, Charles de Gaulle, Gandhi, John Fitzgerald Kennedy, Dwight David Eisenhower, etc. Les plus beaux sont sûrement la série de timbres en soie véritable représentant des peintures religieuses locales. Ces timbres sont aujourd’hui très recherchés par les philatélistes. Le promoteur de cette production philatélique, l’Américain Burt Todd, en a fait débuter la production en 1962. Des timbres destinés à la poste aérienne ont été diffusés avant même que le pays soit doté d’un aéroport. Sept modèles munis d’une piste enregistrée diffusant un message ou un air musical audible à l’aide d’un tourne-disques furent émis en 1973, année également marquée par l’émission de timbres parfumés. Un CD-ROM frappé d’une valeur, contenant des séquences vidéos, a été conçu par Frances Todd Stewart (la fille de Burt Tood), pour être diffusé en 2008, à l’occasion du couronnement du cinquième roi et du centenaire de la dynastie.

Démographie

Article détaillé : Démographie du Bhoutan.
450px-Bhutan-demography.png
magnify-clip.png
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Selon le CIA World Factbook, la population est de 691 141 habitants[5]. Selon une estimation de 2005 la population serait de 2 232 291 mais le gouvernement ne recense que 810 000 Bhoutanais. Ceci provient du fait que 40 % de la population vivant au Bhoutan est d’origine népalaise et que le gouvernement bhoutanais ne les reconnaît pas comme citoyens. Les Bhoutanais d’origine népalaise subissent une discrimination culturelle et ethnique au point que certaines professions leur sont interdites (administration, enseignement, etc.).

Quelques statistiques démographiques :

  • Population par tranche d'âge : 0-14 ans : 30,2 % ; 15-64 ans : 64,3 % ; + 65 ans: 5,5 %[5]
  • Espérance de vie : 66,13 ans[5]
  • Taux de croissance de la population : 1,267 %[5]
  • Taux de natalité : 20,07 ‰[5]
  • Taux de mortalité : 7,54 ‰[5]
  • Taux de mortalité infantile : 49,36 pour 1000 nouveau-nés[5]
  • Taux de fécondité : 2,38 enfants par femme[5]
  • Taux de migration : inconnu[5]

Transports

L'aéroport international de Paro est le seul aéroport du pays. La compagnie nationale bhoutanaise Druk Air en a fait sa plate-forme de correspondance.

Religions

Articles détaillés : Bouddhisme au Bhoutan et Christianisme au Bhoutan.
250px-Taktshang.jpg
magnify-clip.png
Taktshang, un monastère bhoutanais

La religion principale du pays est le bouddhisme vajrayāna, le bouddhisme tibétain dans sa forme tantrique, appelé aussi lamaïsme, pratiqué par 75 % de la population ; de nombreux Bhoutanais vénèrent le 14e Dalaï Lama [6]. Le Bhoutan est actuellement le seul royaume au monde où le bouddhisme tantrique est religion d'État. Le reste de la population (25 %) a pour religion l'hindouisme indien (et à influence népalaise) [7].

Selon des ONG d'obédience chrétienne, les chrétiens y sont peu nombreux en raison d'entraves à la foi chrétienne dans ce royaume[8],[9].

Culture

Articles détaillés : Musique bhoutanaise et Dzong du Bhoutan.

Le Bhoutan est le dernier pays du monde à avoir reçu la télévision, c'était en 1999, 48 chaînes [10],[11].

La loi bhoutanaise incite sa population à porter les vêtements traditionnels que sont le gho (pour les hommes) et la kira (pour les femmes)[12].

Le dzong du Bhoutan est un monastère-forteresse bouddhiste. Il servait autrefois de centre religieux, militaire, administratif et social du district qu'il commandait. Il pouvait abriter une garnison si nécessaire ainsi qu'une armurerie. Il accueillait les structures administratives du district ainsi que les moines. C'était aussi un lieu d'échanges et souvent le site d'un tséchu ou festival religieux annuel.

Tourisme

Le tourisme est volontairement limité dans la volonté de préserver l'environnement et la culture du pays. L'accès est néanmoins plus facile depuis la privatisation de l'industrie en 1991. La plupart des monastères sont fermés aux étrangers. En 2005, on estimait à 7 000 le nombre de touristes (hommes d'affaires compris) au Bhoutan. On estime que 24% de ces touristes viennent des États-Unis, 17% du Japon, 11% du Royaume-Uni et 48 % d'autres pays. Chaque touriste doit s'affranchir d'une taxe de 200 dollars par jour (laquelle comprend hôtel, repas, voiture et guide)[13],[14].

Codes

Le Bhoutan a pour codes :

Référence

  1. Louis Deroy et Marianne Mulon, Dictionnaire de noms de lieux, Robert, Paris, 1992, p. 478.
  2. Le roi du Bhoutan annonce des élections démocratiques en 2008 [archive].
  3. (en) New PM takes office [archive], Kuensel, 12 avril 2008.
  4. Couronnement du nouveau roi du Bhoutan [archive].
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en)The World Factbook, « Bhutan [archive] », CIA, juin 2009. Consulté le 21.6.2009.
  6. (en) 30,000 Bhutanese on pilgrimage in India [archive].
  7. (fr) Bhoutan - Religion [archive], Easyvoyage. Consulté le 28 septembre 2007
  8. Les 50 pays où la persécution des chrétiens est la plus forte : Bhoutan [archive], PortesOuvertes. Consulté le 9 août 2010
  9. La politique gouvernementale de quasi-interdiction du christianisme ne s'assouplit pas [archive], Églises d'Asie, 16 janvier 2004. Consulté le 28 septembre 2007
  10. Voir page 113 in (en) Newly Emerging Needs of Children: An Exploration, Nico Van Oudenhoven et Rekha Wazir, Garant, 2006.
  11. Voir page 248 in (en) New Horizons in Multicultural Counseling, Gerald Monk, John Winslade et Stacey L. Sinclair, Sage Publications, 2007.
  12. Voir - entre autres - pp. 102-104 in (en) Freedom in the World: The Annual Survey of Political Rights and Civil Liberties, Arch Puddington et Aili Piano, Freedom Housem, Rowman & Littlefield, 2007.
  13. Le Bhoutan, royaume étrange, irréel, improbable [archive].
  14. Bhoutan, promenade dans une nature enchantée [archive].

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimédia :

Liens externes

Sources

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bhoutan

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche