Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 19:29

agneau1.jpg

« L’animal précède l’homme », dit-on dans toutes les traditions : « Ce que vous ferez aux autres, vous le subirez à votre tour. » Peut-on impunément agir comme nous le faisons sans en subir les conséquences ?

Dans un article intitulé « Qui sait si l’âme des bêtes ? », Marguerite Yourcenar conseillait : « Tu ne feras pas souffrir les animaux ou du moins tu ne les feras souffrir que le moins possible. Ils ont leurs droits et leur dignité comme toi-même et assurément une admonition bien modeste. Dans l’état actuel des esprits, elle est hélas quasi subversive. Soyons subversifs ! » 

vivisection_.jpgIl est certain que sur Internet nous assistons à des crimes barbares concernant les animaux, massacres de dauphins, de baleines, perpétrés par des humains prétendus "civilisés", ou d’animaux de batteries, sous le pretexte du principe de précaution qui n’est considéré que lorsqu’il arrange les pouvoirs publics. Sans vouloir parler de châtiment ou de morale, les simples lois de la physique font que nous risquons de subir l’effet boomerang, peut-être plus tôt que nous le pensons.

En effet, malgré les cocoricos de notre médecine qui ignore la notion de terrain et soigne, à court terme, les symptômes en oubliant  les causes, notre état de santé se détériore rapidement. Les défenses immunitaires de nos enfants ressemblent à celles des animaux  : elles s’amenuisent. Il suffit de prendre connaissance des chiffres effrayants d’augmentation des allergies, de l’asthme, de l’autisme, de l’hyperactivité proche de la violence, du diabète, du cancer et des leucémies chez les enfants — comme dans le reste de la population. Les salmonelloses et autres infections alimentaires, sans oublier la légionellose, sévissent de façon récurrente dans les cantines ou les hôpitaux, alors que les bactéries augmentent leur résistance aux antibiotiques. On signale de plus en plus de cas d’intoxications chez les enfants, ce qui laisserait entendre que nombre d’entre eux sont immuno-déprimés. Pendant la dernière guerre, nous étions sous-alimentés, certes, mais les intoxications étaient rares, car nos systèmes immunitaires, bien que touchés par des carences, n’étaient pas agressés par la pollution médicamenteuse et vaccinatoire, sans compter les autres pollutions, alimentaires et environnementales.

L’animal précède l’homme, disions-nous ? c’est vrai en ce qui concerne l’évolution, c’est aussi vrai dans la vie quotidienne. Nos scientifiques pratiquent des expériences sur les animaux avant de les étendre à l’homme. Certains ont adoré le veau d’or avant d’adorer les idoles  humaines.

vivisection-.jpgLongtemps avant le scandale de la vache folle, dans son ouvrage intitulé  L’Insoutenable Légèreté de l’être, Milan Kundera. constatait à son tour : « Dans la genèse, Dieu a chargé l’homme de régner sur les animaux, mais on peut expliquer cela en disant qu’il n’a fait que lui prêter ce pouvoir. L’homme n’était pas le propriétaire mais seulement le gérant de la planète et il aurait un jour à rendre compte de sa gestion. [...]  Le véritable test moral de l’humanité, le plus radical, se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard. Ce sont ses relations avec ceux qu’il a à sa merci : les animaux. Et c’est ici que s’est produite la plus grande déroute de l’homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent. »

Si les maladies et les infections persistent ainsi à progresser chez l’homme, risquons-nous un jour d’être brûlés sur des bûchers; comme notre cheptel, afin de ne pas infecter ceux qui auront résisté à la maladie ? D’autant que cela pourrait être une solution à la surnatalité, comme les épidémies chez les animaux arrivent bien souvent à point pour pallier la surproduction de bétail dans la communauté européenne.

Heureusement, de plus en plus de gens prennent conscience que ce ne sont pas les vaches qui sont folles mais les hommes. Tout espoir n’est donc pas perdu, mais si nous voulons redresser la situation, nous devons nous hâter. Le destin de l’homme est entre ses seules mains.

Les nombreux scandales qui jalonnent notre quotidien, et auxquels nous sommes tellement habitués que personne ne proteste vraiment, sont engendrés par la seule loi  du profit. Dieu est mort, mais il a été remplacé par l’argent tout puissant.

Chacun devrait méditer cette prophétie d’un Indien Cree : « Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas »

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-evolution-63730418.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche