Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 23:05

 

police-ss-papiers-j.jpg

 

 

Communiqué de presse du Réseau Education Sans Frontières / Uni(e)s Contre une Immigration Jetable


Festival d’Avignon : mise en scène de la xénophobie d’Etat

Contrôles au faciès et chasse aux étrangers dans les rues d’Avignon 


Afin de dénoncer les contrôles policiers au faciès et la tentative d’expulsion du jeune Aziz ED DYOUBA, une conférence de presse s’est tenue le jeudi 22/07 à 11h à Utopia Manutention en présence de

-       Gérard NOIRIEL, historien, signataire de l’appel pour la suppression du Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale.

-       Des représentants des partis de gauche

-       L’équipe d’Utopia

-       Les membres de RESF/UCIJ84

 

Alors que le Festival de Théâtre d'Avignon est supposé offrir une fenêtre ouverte sur la diversité des cultures et des peuples, notre jeune ami Aziz ED DYOUBA a été interpellé le 17 juillet alors qu’il se promenait tranquillement avec des amis pour la seule raison qu'il est de type maghrébin. 

En effet, une étude scientifique du CNRS confirme l’existence de contrôles au faciès : les hommes jeunes de type maghrébin ou africain sont contrôlés en moyenne 7 fois plus souvent que le reste de la population. 

Les contrôles au faciès sont illégaux : ils « violent la législation française qui garantit l'égalité de tous devant la loi, indépendamment de l'origine ethnique, raciale ou nationale" (CP Syndicat de la Magistrature, 2009).

Aziz n’avait pas ses papiers : il a été mis en garde à vue et emmené au Centre de Rétention Administrative du Canet à Marseille (c'est-à-dire emprisonné sans avoir commis de délit). Mardi matin, le Juge des Libertés et (surtout) de la Détention a « déploré » son « impuissance » et l’a maintenu en rétention au CRA. Aziz a été présenté hier au Tribunal Administratif de Marseille.

Aziz est arrivé menotté. Il est ressorti libre, son arrêté de reconduite à la frontière préfectoral annulé, le préfet ayant « manifestement commis une erreur d’appréciation ». Nous avions parrainé Aziz, placé sous notre protection : ce jeune homme de 24 ans est venu en France en 2002, à 15 ans, sur le passeport de son père. Il a été scolarisé, il a appris le français et a tout fait pour se qualifier (CAP, stages en entreprises, formation de secouriste). Mais toutes ses demandes de régularisation ont été refusées. Alors il a travaillé pour 3€ de l'heure chez un patron qui le savait exploitable parce que "précaire et sans papiers". Aziz soigne son père, travailleur agricole retraité, accidenté du travail, diabétique, qui a besoin de son fils à ses côtés. Aziz, avec ce qu'il gagne en France, soutient aussi sa famille au Maroc qui n’a jamais pu venir par regroupement familial.

Aziz pourra désormais vivre sans peur d’être arrêté, il pourra aller au Maroc voir sa mère qu’il n’a pas vue depuis 8 ans. Avoir des papiers lui permettra enfin de vivre dignement. Enfin presque. Car il risquera toujours de subir, sans autre raison que son apparence physique, des contrôles d’identité.

Nous demandons au préfet de délivrer une carte de séjour à Aziz. Mais nous réclamons aussi, au nom d'Aziz, au nom des droits, au nom de la justice, que soient bannis de notre pays les contrôles au faciès, les expulsions, la chasse aux étrangers.

NOUS DEMANDONS QUE LA LIBRE CIRCULATION SOIT UN DROIT FONDAMENTAL RECONNU A TOUS LES HOMMES, D’OU QU’ILS VIENNENT ET OU QU’ILS AILLENT. 

Avignon, le 23 juillet 2010

Vaucluse Matin, 22/07/2010


Auteur : RESF - Source : RESF

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14527&rech=25081#25081

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche