Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 09:46
Chine-mde-dollar-bleistrach.jpg

Google victime du programme nucléaire chinois ?

En pénétrant chez Google,
la Chine a peut-être dérobé une pièce essentielle
pour l’avenir de son programme nucléaire.
 
Que cherchaient les hackers qui ont
attaqué les serveurs de Google au mois de décembre dernier? «Certainement pas les comptes mails de dissidents chinois. Il y avait mille façons de se les procurer autrement sans se compliquer la vie à entrer chez Google avec le risque de représailles que cela comportait. L’enjeu était tout autre». L’homme qui fait cette confidence est un ingénieur en informatique de haut niveau basé dans la Silicon Valley. Depuis des années, il a des liens étroits avec ses homologues de Google et s’est entretenu avec les spécialistes en computer forensics qui ont reconstitué l’effraction dans les serveurs de Mountain View.

Toute l’architecture informatique de Google repose sur trois technologies clés : Map Reduce, BigTable et le GFS.
Map Reduce est le système qui va découper une opération en de multiples sous-opérations assignées à un ordinateur spécifique (lequel peut à son tour redistribuer le travail, le tout en cascade), avant de reconstituer les tâches pour restituer la bonne réponse. Il est au coeur de l’indexation de l’Internet effectuée en permanence par Google. Le GFS est pour sa part un système de fichiers distribués, développé par Google pour ses besoins propres. Là encore, il repose sur le découpage de fichiers en blocs dotés d’un identifiant unique. Enfin, BigTable, c’est l’immense base de données qui sert de support au GFS. (Les geeks peuvent se reporter à ce papier assez accessible décrivant l’architecture informatique de Google).
Pour résumer, cette structure permet de gérer à la vitesse de l’éclair les quelques 25 milliards de pages que Google a stocké et indexé dans sa propre copie de tout le Réseau. C’est la répartition de ces données sur environ un million de serveurs installés dans 60 datacenters qui permet, non seulement d’assurer la sécurité des données (tout est dupliqué en trois exemplaires) mais d’en garantir un accès extrêmement rapide (un peu comme d’avoir un jeu de cartes étalé devant soi par opposition à devoir chercher dans une pile).
Rapidité de calcul, capacité à traiter en un temps record un nombre colossal de données en répartissant le travail sur des milliers de machines… Les deux applications scientifiques qui ont les plus grandes exigences en la matière sont la physique du globe pour la météo et la modélisation climatique et la simulation d’armes nucléaires. L’informatique joue un rôle essentiel pour la recherche de la combinaison idéale de celles-ci: compacité des armes et puissance (ce qu’on appelle le yield).
Et Google a la maîtrise absolue de cette composante informatique avec sept années de raffinement de son système. Pour simuler le comportement de ses armes nucléaires, le gouvernement américain a naturellement développé son propre système d’architecture distribué, mais il n’arriverait pas au niveau de celui conçu par Google – lequel n’a, de plus, pas besoin de supercalculateurs, mais fonctionne sur des empilements de PC à 200 dollars pièce.
Seule une tentative de subtiliser le code source du Google File System aurait déclenché une pareille réaction de Google et
fait monter au créneau l’administration Obama. L’épisode le plus récent a même vu l’implication de la National Security Agency, l’agence de renseignement électronique américaine. «Jamais la NSA ne se serait mobilisée pour un vol de données sur les opposants chinois, poursuit cette source proche de Google. Il a fallu que les Chinois s’en prennent à quelque chose d’ultra-sensible pour déclencher une telle réaction. C’est bien plus qu’une simple affaire d’espionnage industriel. Des lignes jaunes ont été franchies dans cette affaire. Sans doute des deux côtés».
Les hackers chinois sont-ils parvenus à leur fin en dérobant cette pièce logicielle cruciale de Google ?  On ne le saura sans doute jamais.
–Frédéric Filloux
 
http://blog.slate.fr/frederic-filloux/2010/02/10/google-victime-du-programme-nucleaire-chinois/

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Informations - formations..
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche