Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 05:16

mercredi 3 novembre 2010

 

Guerre économique : « Le plus important, ne pas se faire avoir » par Ch. Harbulot, fondateur de l'Ecole de guerre économique

Entretien avec Christian Harbulot, fondateur de l’Ecole de guerre économique

Il est l’un des théoriciens mondiaux les plus influents en matière de guerre de l’information et de ce qu’il appelle « la guerre cognitive ». Dans ses thèses, il s’érige parfois contre l’hégémonie nord-américaine et ses détracteurs y voient des prises de position gauchisantes. Christian Harbulot fait néanmoins partie du paysage de l’intelligence économique.

Il est fondateur de l’Ecole de guerre économique. Il enseigne également au MBA d’HEC, à l’Essec et à l’Ecole des Mines de Paris, ainsi qu’au Collège Interarmées de Défense. Il a directement contribué à la création de plusieurs formations universitaires de 3e cycle en IE (Universités de Poitiers, Strasbourg, Lille). Conférencier régulier à l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, il est également directeur associé du cabinet Spin-Partners, qui a remporté au Maroc le marché de mise en place d’un centre de veille stratégique. L’Economiste a jugé utile de partager avec ses lecteurs les idées que cet expert développe depuis plusieurs années vu ses implications géostratégiques. A noter que « les nouvelles formes de la guerre » sera le thème d’un débat que développera jeudi 16 mars, dans le cadre d’un cycle de conférences de L’Economiste, le Général Jean-Louis Dufour. (Voir aussi article en page 37).

- L’Economiste : Vous avez beaucoup insisté dans nombre de vos travaux sur le principe de guerre cognitive. Quelles sont les implications de ce concept ?
- Christian Harbulot : Il y a deux mondes. Le premier favorise l’échange. Il est complètement orienté vers la mondialisation, l’abaissement des barrières douanières. C’est tout ce qui tourne autour de la société d’information, Internet, l’e-commerce et tout le développement de ce qu’on appelle l’immatériel d’une manière générale. Le second, ce sont les rapports de force entre puissances, les jeux d’interférence. Ce deuxième monde, nous le voyons peu et nous avons du mal à le matérialiser. Je prends un exemple : le sommet de l’information qui s’est tenu à Tunis. Un des enjeux de cette conférence fut l’Icann, cette société privée liée au département du Commerce américain et qui attribue des noms de domaines. Certains pays souhaitaient une gouvernance mondiale autour de l’attribution de noms de domaines, justement parce que cette attribution n’est ni gratuite, ni innocente d’ailleurs. Nous avons réalisé que l’Icann n’était pas très pressée d’être dépossédée de ce pouvoir. Et s’il y a pouvoir, la question est de savoir ce que cela rapporte, soit en terme de business, soit en terme d’influence, donc de puissance. C’est bien le problème de fond. Pour illustrer la question du cognitif, je prends l’exemple de l’investissement socialement responsable. Peu de gens savent que les églises évangélistes sont à l’origine de cette démarche. Au départ, tout le monde peut imaginer qu’il s’agit d’une démarche charitable. En réalité, ce n’est pas aussi simple. Au sein du Collège de Défense où j’interviens, un lieutenant-colonel de l’armée britannique nous a produit une analyse que nous avons diffusée d’ailleurs sur le site infoguerre.com. Elle concerne la matrice de l’empire britannique à l’époque de la Reine Victoria. Il y explique le rôle des églises évangélistes britanniques qui étaient un instrument très fort de l’influence de l’empire britannique. A la lumière de ce constat, nous pouvons nous demander si les évangélistes américains, au-delà de leurs fonctions caritatives, ne jouent pas un autre rôle ? Autrement dit, lorsqu’on parle d’ISR, il y a, bien entendu, l’investissement mais aussi tout un ensemble de notions cognitives qui ne sont pas simples à appréhender. Nous manquons de recul pour comprendre ce qui se passe. Dans le cognitif, le problème est de savoir qui fabrique les règles, dans quel but ? Pour influencer comment et pour tenir le business de quelle manière ? C’est un problème qui semble complexe mais qui ne l’est pas tant que cela lorsqu’on y regarde de plus près.

- Cette idée de rapports de géostratégique et de rapports de force est difficile à admettre ?
- Il y a un argument marquant qui vous touche déjà dans une partie de votre activité : la Chine. En France, nous disons que l’économie doit toujours avoir deux temps d’avance pour pouvoir se développer par rapport à la Chine. Mais si la Chine nous rattrape, qu’allons nous faire ? Il n’y a pas de réponse. Dans le textile, le Maroc est concerné. Un patron marocain m’a confié : « nous ne comprenons pas comment les Chinois peuvent vendre tel produit alors qu’ils ne réalisent pas de bénéfices, vu le coût de la matière première, etc ». La Chine est un pays en quête de puissance qui a les capacités de faire un dumping majeur sur les prix alors que les règles économiques ne sont même pas celles qui fonctionnent au Maroc. Dans ce cas, comment faire ? Si nous raisonnons par rapport à cet impératif de deux temps en avance, alors la Chine va tout le temps nous rattraper, compte tenu de son énorme capacité à innover, de benchmarking, de copie... Si elle nous rattrape, comment rester compétitifs en respectant les règles du libre-échange ? C’est impossible. La réponse commence déjà à venir des Etats-Unis qui mettent des barrières protectionnistes parce qu’une partie de leur secteur industriel ne peut pas résister à la Chine. L’Europe, qui est un ensemble beaucoup plus vulnérable, qui n’a pas d’unité politique, ne sait pas encore le faire. Donc, pour en revenir à votre question, l’argument est de dire : Attention ! si vous ne regardez que les règles du business, vous n’allez pas voir arriver des problèmes majeurs. D’autant que derrière la Chine, il y a l’Inde, pays plus discret mais tout aussi important. Si nous pilotons un pays simplement en disant : laissons-faire les hommes d’affaires, car c’est à eux finalement de réussir, je pense sincèrement que ce serait une vision très naïve et très dangereuse.

- Et pour les PME, ces enjeux-là semblent plutôt éloignés de leur préoccupation ?
- Il faut que les pouvoirs politiques soient les initiateurs de cette sensibilisation. Le patron de PME a ses problèmes, il gère son entreprise et n’a pas de temps à consacrer à cela. C’est donc à l’Etat de le faire. Je le reconnais, le problème des économies émergentes comme le Maroc c’est l’urgence, faire venir les investisseurs. Concrètement, comment piloter cela ? Le pouvoir politique doit avoir la capacité de se dire : le développement du Maroc c’est comme pour la France, un travail de court, moyen et long terme. Je vous mets en garde contre ce qui s’est passé en France. D’abord pendant 50 ans, nous avons cherché à faire venir des investisseurs étrangers. Mais lorsqu’ils sont arrivés, nous avons manqué de lucidité. Résultat : soit ces investisseurs prenaient des subventions et quelques années plus tard, repartaient en laissant tout le monde au chômage, soit ils s’emparaient d’une partie de l’économie nationale. Ensuite la France s’est habituée à travailler dans le sillage de l’économie américaine. En fin de compte, nous avons eu du mal à devenir autonomes, à réaliser que les Etats-Unis ne vont pas nous aider à résoudre tous les problèmes, notamment face à la Chine.

- Mais est-ce qu’il n’y a pas là un risque de faire marche arrière sur les acquis et principes même de l’ouverture, de l’économie libérale ?
- Je précise que même aux Etats-Unis, il y a un patriotisme économique. Je pense à un cas qui a été très bien médiatisé en France, l’affaire Gemplus. Il existe un réseau de cadres supérieurs à la retraite qui travaillent bénévolement pour les Etats-Unis. Vous avez bien entendu ce que j’ai dit : réseau de cadre à la retraite qui travaillent gratuitement. Son siège se trouve à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche. Dans le cas de l’affaire Gemplus, ce réseau a travaillé très étroitement avec des conseillers de Bill Clinton pour mener une opération visant à récupérer une technologie française particulièrement innovante : la carte à puce. Ce que la France n’a pas été en mesure de protéger ou de conserver. Aujourd’hui, le défi, c’est de concilier entre la stratégie libérale et l’intérêt de son pays. On peut laisser le business se faire, mais cela n’interdit pas une force, celle de l’Etat, qui pour des raisons supérieures à celles du business doit piloter les enjeux économiques. Lorsque les Américains ont compris que les semi-conducteurs étaient systématiquement délocalisés au Japon à la fin des années 70 par le jeu du business et qu’ils se sont rendus compte que ce mouvement allait rendre l’armée américaine dépendante de firmes localisées en Asie, le gouvernement par le biais du Pentagone est intervenu. Les différents patrons des multinationales ont été convoqués et on les a invités à arrêter cela. Là vous avez un pouvoir politique qui oblige un pouvoir privé à intégrer cette notion de puissance économique. Ce n’est pas qu’une affaire de superpuissance. On peut tout à fait imaginer qu’un petit pays puisse se définir par rapport à un périmètre économique qu’il faut absolument préserver. Quels sont ces périmètres économiques dans le cas du Maroc ? Il reste à les définir tout en évitant de tourner le dos au business, aux échanges, à l’ouverture. Il faut être intelligent et comprendre comment ça fonctionne. Et justement la chance dans la guerre cognitive c’est que nous n’avons pas besoin d’avoir d’immenses complexes industriels pour être aussi rusé que l’autre. Dans le cognitif un très faible peut vaincre un très fort.

- Raffarin ou Villepin, lequel de ces gouvernements a été le plus sensible aux enjeux de l’IE en France ?
- Nous commençons à nous poser les véritables questions. Il y a une continuité, mais il y a un changement de ton. C’est la première fois depuis De Gaulle où l’on ose parler de patriotisme économique. Les Etats-Unis et la Chine ont un affrontement direct sur le pétrole et là je cite Alain Juillet qui l’a affirmé lors d’un colloque. Il n’est pas exclu que le jeu spéculatif autour du baril soit une manœuvre indirecte américaine pour faire payer aux Chinois le pétrole plus cher. Et nous, que fait-on pendant ce temps. Alain Juillet répond : « il faut profiter des contradictions des autres ». Certes, mais j’ai envie de rajouter si nous n’avons pas une politique de moyen et long termes, ce serait une politique de courte vue. Comment imaginer qu’un pays comme la Chine face à la pression des USA pilote son avenir à court terme ? C’est impossible. Donc dans un monde, il y a deux types de pays. Ceux qui ne voient que le court terme. Et il y a les autres, ceux qui voient le moyen et le long termes. Ces pays vont gérer l’échange et les logiques de puissance. Là, je placerais les Etats-Unis, l’Allemagne, le Japon, l’Inde, la Russie, la Chine, la Corée du Sud et même des pays plus petits comme la Finlande. J’ai l’impression que ce pays a plus de réflexion stratégique sur ces questions-là que la France.


Regardez l’Argentine

- Etats-Unis, Chine, Europe... cela semble un combat de puissances dont des pays comme le Maroc sont exclus ?
- Non, vous êtes concernés aussi. Imaginons qu’un pays ait une manière de division du travail en matière d’agriculture en agroalimentaire. Comment préserver l’originalité de ce que vous faites et de ce que vous avez su faire ? L’Argentine était considérée, il y a 40 ans, comme le pays de l’élevage, de la viande. Aujourd’hui, lorsque vous survolez le territoire argentin par avion qu’est-ce que vous remarquez : des centaines de milliers d’hectares jadis consacrés au pâturage sont transformés en champ de soja. Ce ne sont plus les Argentins qui possèdent ces champs, mais les multinationales d’autres pays. Le gouvernement argentin n’a pas eu de politique par rapport à cela. Il a laissé faire. L’agriculture argentine a été réorientée de l’extérieur. Au Maroc, il faut qu’il y ait une prise de conscience sur les priorités : une économie émergente, comment ne pas être vulnérable… Si l’on veut utiliser un langage populaire, le plus important c’est comment ne pas se faire avoir.

Propos recueillis par Mohamed BENABID Source l’Economiste http://www.leconomiste.com/article....

 

http://www.geopolintel.fr/article317.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche