Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 14:13

 

 

Par Menthalo – Schisme de Swift & Swing$

 

 

 

 

Guerre monétaire  Etats-Unis / Iran / Chine

Le terrorisme iranien, qui n’a strictement rien à voir avec le nucléaire et encore moins avec la survie d’Israël, est strictement monétaire. Le terme “terroriste” est évidemment utilisé par les légions de défenseurs du roi Dollar. Pour les autres, l’Iran refuse de faire sa soumission à la dictature financière américaine et ne veut pas vendre les richesses de son sous-sol contre de la monnaie de singe.

Les Etats-Unis ont menacé de sanctions économiques et financières, et notamment de les exclure de SWIFT, toutes les personnes physiques ou morales commerçant avec l’Iran.
Cela a amené l’Inde et dernièrement la Chine à troquer de l’Or contre du gaz et du pétrole. Le bloc des BRIC s’est réuni à New Dehli et l’un des sujets abordés était la colère contre les Etats-Unis, utilisant SWIFT comme arme de guerre financière.

Différentes sources annoncent que la Chine s’apprêterait à lancer un système de communication interbancaire concurrent de SWIFT de façon imminente. Nous savons que ce système parallèle chinois a été conçu il y a plusieurs années: on en parlait déjà fin 2009, il a été testé le mois dernier et il est immédiatement opérationnel.

A cette même réunion de New Dehli, les BRICA ont annoncé leur intention de mettre en place une Banque Mondiale, concurrente de la World Bank, pour aider au financement des projets dans les pays émergents ou en voie de développement. On sait que la Chine a déjà supplanté la WB et le FMI en Amérique latine, ces derniers ayant la fâcheuse habitude d’imposer leur vision politique et économique, tout en cherchant à favoriser les visées expansionnistes des Trusts américains.

Ultimatum du 28 juin

L’ultimatum des Etats-Unis aux clients de l’Iran expirera le 28 juin prochain, dans exactement deux mois. Les BRICAAD vont-ils lancer leur SWIFT bis pour se libérer du joug que cherche à imposer l’Amérique ?

Le cas échéant, le Dollar s’effondrerait rapidement vers le bas de son canal vers 72-73 $ et l’Or s’envolerait rapidement vers ses plus hauts.

Les Etats-Unis, conscients de la bévue de cet ultimatum, ont essayé dans un premier temps, de tempérer leur position, exemptant le Japon et 10 pays européens de ces menaces, puis dans un deuxième temps, des contacts discrets ont été pris avec les principaux clients de l’Iran, l’Inde, la Chine et la Corée du Sud, en disant qu’une baisse des importations permettrait d’éviter ces sanctions tout en préservant la face des uns et des autres. On évoque que les Etats-Unis se satisferaient d’une baisse limitée à 15%. Hilary Clinton leur donnerait alors un délai supplémentaire de 180 jours sans sanction.

Cet ultimatum et le délai supplémentaire de 180 jours relèvent d’un langage guerrier. Il est difficile de ne pas faire le parallèle avec les itératives menaces d’Israël d’une frappe militaire préventive pour annihiler leurs usines de traitement de l’uranium. Il y a un lien évident et le timing est le même.

Les chiens de garde de l’empire aboient, la caravane des BRIC passera t’elle sans qu’on entende tonner le canon ?

Le Dollar n’a jamais été si proche d’être relégué dans l’ombre après 41 années de règne incontesté de monnaie internationale purement fiduciaire. Il est également intéressant de noter que nos sources évoquent le départ de l’envolée de l’or pour fin juin. L’envolée de l’or est toujours quantifiée en USD; l’affaiblissement du Dollar serait-il donc programmé à cette date ? Pure supposition.

La Chine ne devait elle pas lancer un marché international de l’or physique concurrençant le Comex également à cette date ? D’ici là, le Dollar devrait nous jouer le chant du cygne, lorsque les marchés accuseront une forte chute, probablement le mois prochain

 

.

 

La Society for Worlwide Interbank Financial Telecommunication a été créée en Belgique en 1973, quelques heures avant l’aube de l’informatique communicante. Ce service visait à permettre des communications efficaces de banque à banque, du clearing avant la lettre.
Soutenue par 239 banques dans 15 pays, SWIFT offre alors un langage commun pour les transactions financières internationales. Le système sera opérationnel en 1977 et regroupera alors 518 banques dans 22 pays.

Le 23 juin 2006, un scandale éclate quand le New York Time révèle que la CIA exploite les données de SWIFT pour surveiller les transactions financières internationales. Cette surveillance a commencé après le 11 septembre 2001, sous le fallacieux prétexte de traquer le financement du terrorisme international.

Comme chacun le sait ici, les attentats du 11 septembre ont été fabriqués de toutes pièces par une importante faction de l’oligarchie, regroupant le lobby militaro-industriel, le Cartel des pétroles, le Cartel bancaire anglo-américain, le cartel de la drogue et la droite israélienne.

Les objectifs de ces attentats étaient multiples. Ils ont été le prétexte pour envahir l’Afghanistan, clé géostratégique de la région, et mettre la main sur l’Irak et ses réserves pétrolières.

Ils ont permis de mettre en place au niveau national et international des mesures de contrôle des populations et des flux de capitaux.

Les Banques Centrales belges, suisses et néerlandaises ont reconnu qu’elles étaient informées de la main mise de la CIA sur les données financières de SWIFT dés l’été 2002.
En juillet 2006, le Parlement Européen adopte une résolution pour rappeler que le contrôle des données financières doit se faire dans un cadre légal. SWIFT ouvre alors un centre sécurisé en Suisse pour se mettre hors de portée des diktats de la commission européenne, inféodée à Washington.

Un premier accord  SWIFT est proposé par le Conseil des Ministres européens en 2009, une sorte de traité de soumission autorisant le contrôle de toutes les transactions financières européennes par les Etats-Unis. Cet accord SWIFT I va être rejeté par le Parlement Européen. Les Etats-Unis vont mettre tout leur poids pour forcer un accord très légèrement différent, SWIFT II, qui va être voté le 8 juillet 2010 et entre en vigueur le 1er août.

La défense de l’Empire passe par la défense de sa monnaie. Le terrorisme international est essentiellement monétaire. 

Saddam Hussein avait annoncé qu’il vendrait son pétrole en Euro, Yen ou Yuan. Il a été anéanti. L’Iran vendant son pétrole dans une autre monnaie que le dollar est aujourd’hui l’ennemi public n°1 de l’Empire.

Depuis les accords conclus par Kissinger en 1973, l’OPEP s’est engagé à facturer son pétrole en $, à travers des banques de la City de Londres et à en investir une partie en Obligations du Trésor américain. Les Etats-Unis, grâce à cet accord, peuvent financer leur déficit et leur armée qui impose les règles de l’Empire à ses vassaux.

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Luttes d'influences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche