Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 03:27

Mali: Michel Collon répond aux internautes

 

 

 

.

Guerre au Mali: De la dissymétrie française à la colère malienne qui gronde

Publié le 31 janvier 2013

46

 

Dioncounda Traoré

Dioncounda Traoré

 

Un nœud coulant est entrain d’être mis au cou des Maliens. Sans être devin, ici, nous l’avions prévu. En effet, on a appris hier, que, les troupes françaises seraient bloquées à l’aéroport de Kidal suite à une tempête de sable. Or, dans cette zone, l’influence des groupuscules comme Ançar Dine ou le MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) est forte. Le dernier, qui aurait repris le contrôle de la ville  après le départ des islamistes a exigé qu’aucun soldat malien n’entre dans la ville. Contre toute attente, la France oblige donc, au grand dam des Maliens, le Gouvernement intérimaire à la négociation avec les autonomistes touaregs du MNLA. 


Malheureusement pour la majorité des Maliens, eux qui voulaient par tous les moyens criminaliser les Touareg, ces gens privés de tout depuis 1958, sont finalement prisonniers de l’intervention française. Nous sommes désolés de les avoir traité de cons, hier, mais c’était suite à tous les quolibets dont nous avons été victimes sur des forums maliens. Aujourd’hui, avant même que les choses ne soient au beau fixe, les exigences françaises commencent déjà à agacer les Maliens. Comment pouvaient-ils penser un seul instant que c’était pour lutter contre le terrorisme que la France débarquait au Mali ? Certains ont cru que nous étions incohérents comme les autorités françaises qui disent combattre le terrorisme au Mali, et le soutiennent en Syrie, en nous accusant de soutenir les djihadistes maliens ou étrangers, peu importe. La France a maintenant sécurisé la route de l’uranium venu du Niger, et ménage les Touareg. Dans un article précédent, nous disions ceci:

Les Maliens savent-ils que le rêve secret de la France réside dans l’espoir d’obtenir des autorités maliennes… illégitimes, la base de Tessalit dans l’Azawad, hautement stratégique au plan économique et militaire ?

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, avant qu’il ne soit obligé dans bientôt de signer soit l’autonomie de l’Azawad soit son indépendance, puisque l’intervention française lui pend au cou, fait semblant. Il a rejeté toute discussion avec les djihadistes liés à Ançar Dine mais se dit prêt à négocier avec les Touareg du MNLA. Ah, et pourtant, ces derniers se sont alliés avec les groupes terroristes pour prendre le Nord-Mali. Dans un entretien avec la chaîne France 24, il a déclaré:

  »Le seul groupe avec lequel nous pouvons envisager des négociations susceptibles d’aboutir, c’est le MNLA, à condition qu’il renonce à toutes ses prétentions territoriales et qu’il accepte de s’intégrer au Mali définitivement et qu’ensemble, nous cherchions la solution dans la démocratie, dans la décentralisation et dans le développement »

La dissymétrie française n’est pas anodine. Elle s’est toujours comportée de la sorte, d’où l’importance de connaître l’histoire. Et dire que, récemment, un journaliste malien lors d’un débat à la radio m’avait rétorqué que l’Azawad n’existe pas. Derrière le discours du retour de la France, se cache en réalité, un accord avec les Touareg qui vivent dans la zone inexplorée et plus riche du Mali. En espérant que certains, qui ne sont pas dépourvus d’honnêteté intellectuelle viendront nous dire: « Vous aviez raison! » Comme en Libye, attendons la suite.

 

http://allainjules.com/2013/01/31/guerre-au-mali-de-la-dissymetrie-francaise-a-la-colere-malienne-qui-gronde/

 

SYRIE. Raid israélien : Et si Benyamin Netanyahu avait définitivement renforcé Bachar al-Assad ?

Publié le 1 février 2013

26

 

obama netanAvec son raid israélien en Syrie, le Premier ministre Benyamin Netanyahu, au-delà de la provocation belliciste qui est sa marque de fabrique, vient-il définitivement d’écrabouiller la propagande occidentale sur la Syrie ? Cette interrogation survient après qu’un ami -il se reconnaîtra-, m’ait interpellé sur Facebook. Il s’agissait de comprendre comment était-il possible aux avions israéliens de pouvoir violer ainsi le territoire syrien alors qu’il est dit que la DCA syrienne est dotée de radars russes très sophistiqués, et aussi la réelle influence chinoise. Alors, ces deux pays n’ont-il que leur veto onusien pour vraiment peser sur le plan international ?  


Dans un premier temps, il faut voir qu’il s’agit d’un cri d’alarme israélien, tenté de ramener sur lui l’intérêt américain qui s’amenuise. On peut aussi interpréter cette attaque terroriste par l’affaiblissement de Benyamin Netanyahu, sorti très affaibli des dernières élections législatives israéliennes. La crise économique, les problèmes sociaux avec la discrimination sur les femmes falashas (contraception forcée), le document  explosif onusien, qui peut valoir un recours devant la Cour pénale internationale (CPI), attestant que les Palestiniens sont victimes d’un viol manifeste du droit sur leur terre etc…

Comment comprendre que cette attaque est intervenue au moment même où le général Avi Kochavi, chef du renseignement militaire israélien se trouvait aux Etats-unis ? Selon nos informations par ailleurs, le silence américain et/ou accord tacite est un indicateur. Ce dernier indique simplement que, au-delà du laisser-faire, l’administration Obama qui craint comme la peste les wahhabo-salafo-terroristes, a fait semblant de dénoncer le régime syrien qui transférerait des armes vers le mouvement chiite libanais, le Hezbollah, au Liban.

Le journal britannique, « The Guardian » avait annoncé la présence d’experts russes, en Syrie, pour renforcer et mettre à jour le système de défense anti-missiles syrien. On parlait alors de radars M2, de missiles Pantsir-S1″, et même de missiles derniers cris russes, le fameux S-300. Aucun avion ne peut échapper à ce dernier. Beaucoup d’observateurs se sont interrogés et ont fait ces spéculations après qu’un appareil turque fut abattu par la DCA syrienne. « L’avion a été abattu dans l’espace aérien syrien. La DCA de ce pays est très efficace. (…) En prenant la décision d’ouvrir le feu, les unités d’artillerie syriennes ont qualifié ce chasseur de cible hostile pénétrée dans leur espace aérien », avait estimé le directeur du Centre d’analyse du commerce mondial d’armes, le russe Igor Korotchenko.

D’où la question: « Et si Benyamin Netanyahu avait définitivement renforcé Bachar al-Assad ? ». Parce que, les choses sont claires. Cette attaque sur ce centre de recherche scientifique et non « centre militaire » comme la presse désinforme, a poussé les Syriens à être encore plus solidaires envers Bachar al-Assad et leur armée qui lutte contre la vermine salafiste. Peut-on dire que l’aviation israélienne est la plus performante du monde ? Les médias « mainstream » qui souhaitent que les terroristes syriens soient armés, ont-ils gonflé la puissance de l’armée syrienne pour favoriser une attaque de l’OTAN ?

Des questions qui restent sans réponse mais, une chose au moins est sûre, Bachar al-Assad est entrain peu à peu de gagner la guerre contre le terrorisme. De la France aux Etats-Unis en passant même par la Turquie, tête de pont de l’entrée des terroristes en Syrie, le blues gagne. Malgré l’argent de l’Arabie saoudite et du Qatar, rien n’y fait. D’ailleurs, pour faire réagir les puissances occidentales, le petit pays de chameliers et buveurs de thé infecte, terroriste surtout et vivant dans des huttes minables il y a 50 ans, le Qatar pour ne pas le nommer, veut mener une attaque chimico-terroriste en Syrie. Pour ce faire, il a récupéré les armes chimiques libyennes avec lesquels il va attaquer la Syrie et faire incriminer le Régime de Bachar al-Assad…

 

http://allainjules.com/2013/02/01/syrie-raid-israelien-et-si-benyamin-netanyahu-avait-definitivement-renforce-bachar-al-assad/

 

..

 

Syrie: Vers la fin de la guerre

contre le terrorisme en Syrie ?

 

by Allain Jules

L'armée syrienne est entrain d'arriver peu à peu à bout des terroristes. Il n'y a pas de surprise, dans les médias mainstream, vous pouvez constater que la Syrie disparaît des unes. Que voulez-vous, leurs poulains sont à la ramasse en ce moment. Donc, pas beaucoup de choses à se mettre sous la dent ce soir.

Lire la suite

.

Frappe israélienne en Syrie

Israël a mené un raid aérien dans la nuit de mardi à mercredi contre un convoi transportant des armes de Syrie vers le Liban. De source libanaise, les frappes auraient eu lieu du côté syrien de la frontière. Dès mardi, le Liban avait fait état d’un survol intensif de son territoire par l’aviation israélienne.

Lire la suite

Vidéo ici

http://oumma.com/15651/frappe-israelienne-syrie?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=077d9a14cb-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

..

 

Nouveaux gisements pétrogaziers en Méditerranée, sources de rivalité

Nouveaux gisements pétrogaziers en Méditerranée, sources de rivalité

La découverte de nouveaux gisements de pétrole et de gaz sur le plateau continental de la Grèce et de Chypre signifie non seulement l'apparition de nouveaux acteurs sur le marché énergétique européen mais pourrait également provoquer un conflit dans la région – tous les pays voisins ont revendiqué les gisements du sud de la Méditerranée, à l'exception de la Syrie occupée par ses propres problèmes.
La Turquie exige de Chypre qu’elle suspende l'exploitation de ces ressources gazières ou donne aux Chypriotes turcs la possibilité d'y participer. Elle met en garde la Grèce contre les tentatives de définir unilatéralement les frontières de la zone économique exclusive et parle de "territoires litigieux". La Grèce pourrait entrer en conflit avec l'Albanie pour les gisements de la mer Ionienne. Les Etats-Unis et l'UE cherchent, pour leur part, à empêcher le renforcement de l'influence de la Russie dans la région.

Le nœud chypriote
Le gisement de gaz Aphrodite, sur le plateau de Chypre, est le plus grand découvert ces dix dernières années. A l’automne 2012, Chypre annonçait que les réserves découvertes s'élevaient à 1 700 milliards de mètres cubes de gaz et étaient estimées à 2 000 milliards d'euros mais en janvier 2013, l'ambassadeur de Chypre en Grèce a donné des estimations deux fois plus élevées – 3 400 milliards de mètres cubes de gaz et 235 millions de tonnes de pétrole. Seules les réserves du secteur №12 (entre 230 et 240 milliards de mètres cubes) suffiraient pour assurer les besoins de Chypre pour les 300 prochaines années.
L'exploitation de ce champ pourrait régler les problèmes financiers de Chypre mais le pays risque également une "colonisation économique". Près de 30 compagnies de 15 pays ont déjà répondu à l'appel d'offres pour le forage d'exploration - et la course promet d'être serrée.
Après le début des travaux sur le plateau, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'Ankara et la République turque de Chypre du Nord (RTCN), non reconnue par la communauté internationale, commenceraient d’exploiter le pétrole et le gaz dans la "zone économique exclusive de Chypre du Nord". Quant aux Etats-Unis, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a déclaré que les USA soutenaient le droit de Chypre d'exploiter les ressources énergétiques sur son plateau, mais Washington espère que "toutes ses ressources seront équitablement réparties entre les deux communautés (grecque et turque, ndlr)".
En août 2012, l'Egypte a également revendiqué une partie de l'Aphrodite chypriote et du gisement voisin – le Léviathan israélien. Les accords israélo-chypriotes sur les frontières des eaux économiques exclusives des deux pays et sur la coopération pour l'exploration géologique dans ces eaux portent atteinte aux intérêts égyptiens, a déclaré la commission du parlement égyptien pour la sécurité nationale.
Le Liban prétend également au gaz de Léviathan israélien – cette question est à l'étude à l'Onu. Pour l'instant, il n'y a aucun problème avec Chypre: les 9 et 10 janvier 2013, les présidents chypriote et libanais, Dimitris Christofias et Michel Sleiman, ont convenu de coopérer pour l'exploitation des richesses naturelles.
Israël a également l'intention de collaborer avec Nicosie et Athènes, sans qui il développerait difficilement ses gisements de gaz. Cette découverte a permis d'améliorer les relations autrefois tendues entre la Grèce et Israël – en 2010, ils se sont entendus pour coopérer dans les domaines économique et militaire. Israël a étudié la possibilité de louer une île grecque pour déployer une base militaire et la Grèce a négocié son intégration au projet d'exploitation de Léviathan et d'acheminement du gaz en Europe.
Chypre, la Grèce et Israël ont déjà annoncé leur volonté de regrouper les ressources énergétiques – pendant les trois prochains mois ils ont l'intention de lancer le projet EuroAsia Interconnector, qui réunira les réseaux électriques des trois pays grâce à un câble sous-marin.

La Grèce saisit l'Onu
La Grèce pourrait devenir le 15ème plus grand détenteur de ressources de gaz naturel au monde. Selon les autorités, les gisements de gaz découverts sur le plateau du sud de la Crète permettront d'apporter à l'économie 427 milliards d'euros et régleront tous les problèmes énergétiques et financiers du pays. La Grèce est aussi à la recherche de gisements de pétrole dans les mers Ionienne et Egée, dont les ressources pourraient être également importantes.
Selon les journalistes du pays, la Grèce compte définir les frontières du plateau à l'Onu début 2013. Le quotidien Vima a déclaré le 7 janvier que le département hydrographique de la marine grecque avait déjà déterminé les coordonnées et que le gouvernement donnait son feu vert au transfert de la demande à la commission de l'Onu pour le droit de la mer, afin de valider les frontières du plateau continental.
Ankara avait mis en garde la Grèce contre des mesures unilatérales. Le ministre turc de l'Energie Taner Yildiz a parlé de "territoires litigieux" et a appelé la Grèce à ne pas faire de travaux en mer Egée sans avoir consulté Ankara. La délimitation du plateau complique les relations de la Grèce avec certains autres pays comme la Libye. Des zones de 200 miles des deux pays se superposent et il est nécessaire de convenir les limites de la zone économique exclusive. Les discussions d'experts ont commencé avec la Libye en 2007 mais après le renversement de Mouammar Kadhafi, la situation a changé. Lors d'une récente visite du ministre grec des Affaires étrangères à Tripoli, les nouvelles autorités ont déclaré que le problème des zones maritimes n'était pas bilatéral et qu'il fallait organiser des négociations avec tous les pays frontaliers.

Les partisans et les opposants
La Grèce est à la recherche de partisans, avant tout du côté de l'Allemagne, de la France, et d'autres alliés de l'Otan. Athènes estime que la Russie soutiendra la Grèce dans son litige avec la Turquie et les Etats-Unis ne devraient pas non plus s'y opposer, pensent les observateurs grecs.
Le ministre grec de la Défense a déclaré que l'heure était venue de se débarrasser de l'antiaméricanisme traditionnel. Dans un article publié par la presse occidentale, l'ex-premier ministre grec Georges Papandreou a suggéré aux Etats-Unis de former un nouveau "plan Marshall vert" pour la Méditerranée – une région "cruciale pour la sécurité internationale des USA".
Selon Papandreou, le projet européen est aujourd'hui menacé, la situation nécessite le retour du leadership américain et ce sont les USA qui doivent lancer une "large initiative énergétique, diplomatique et pacifique qui unirait le Proche-Orient, la Méditerranée et l'Europe grâce à la coopération énergétique".
Par ailleurs, les Etats-Unis et les pays européens cherchent à affaiblir l'influence de la Russie dans la région. Le 8 janvier, à la question de savoir ce qu'elle pensait de la vente de la compagnie gazière grecque DEPA et de sa filiale de transport de gaz DESFA à Gazprom, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a déclaré que la Grèce prenait des décisions autonomes dans le domaine énergétique, en conformité avec ses propres lois et les règlements de l'UE, mais que Washington suggérait à tous les pays de diversifier leurs sources d’énergie.
Selon Athènes, la Russie a officieusement mais clairement montré qu'elle devait remporter l'appel d'offres lorsqu'en novembre 2012 Gazprom a soudainement annoncé qu'il ne construirait pas en Grèce de déviation du gazoduc South Stream.
Quant aux Etats-Unis, ils ont intérêt que les compagnies gazières grecques se retrouvent entre les mains des entreprises locales, avec lesquelles les USA ont des relations étroites depuis longtemps. D'autant que le coût des entreprises en cours de privatisation augmentera fortement s'il devenait possible de convenir d’itinéraires de livraison du gaz à partir des nouveaux gisements.
L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction http://fr.rian.ru

 

http://www.alterinfo.net/Nouveaux-gisements-petrogaziers-en-Mediterranee-sources-de-rivalite_a86331.html


Guennadi Melnik
Vendredi 1 Février 2013


...

Comment un raid français a tué 12 civils maliens ?


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 1 Février 2013 - 13:16 Mali : Nous pas bouger !


http://www.islamenfrance.fr
Vendredi 1 Février 2013

 

comment un raid français a tué 12 civils maliens ?

The Independent révèle une bavure de l’armée française au Mali

Les médias français exposent la guerre impérialiste que mène la France pour les intérêts du CAC 40 comme une guerre « propre ».
En effet, aucune photo – vidéo n’est disponible si ce ne sont celles de l’armée française : propagande oblige…
Pour avoir plus d’informations, il faut traverser la manche.
Les révélations des journaux britanniques confirment ce que nous évoquions récemment  : les médias dominants en France sont la propriété des lobbys militaro -industriel.
 
courrierinternational.com - “Révélations : comment un raid français a tué 12 civils maliens ?” titre en une The Independent.
Selon le quotidien britannique, un hélicoptère d’assaut français a bombardé la ville de Konna, dans la région de Mopti au centre du pays, tuant douze civils et en blessant quinze. Parmi les victimes figuraient trois enfants âgés de moins de 11 ans.
 
La bavure aurait eu lieu « il y a deux semaines » au moment où les forces françaises essayaient de chasser les islamistes qui avaient pris la ville. Les faits n’ont été rapportés que ce week-end, après la reprise de la ville par les troupes françaises et maliennes. Depuis, la ville de Konna est accessible à la presse.
C’est lors de cet assaut que le pilote d’hélicoptère français Damien Boiteux aurait également été tué. A ce jour, c’est la seul soldat français mort dans l’opération Serval.
 

http://www.alterinfo.net/comment-un-raid-francais-a-tue-12-civils-maliens_a86322.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche