Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 04:47

Invité pour représenter la France pendant l'exposition universelle, le Cirque tzigane Romanes s'inquiète pour sa survie alors que les permis de travail de ses musiciens viennent d'être annulés.

La troupe du Cirque Romanes lors d'une manifestation contre la xénophobie le 4 septembre dernier. (AFP)
La troupe du Cirque Romanes lors d'une manifestation contre la xénophobie le 4 septembre dernier. (AFP)

Alors qu'ils se préparent à démarrer leur nouveau spectacle en novembre prochain à Paris, les artistes du Cirque Romanes se trouvent emportés dans la spirale de la polémique sur les Roms. Ce cirque fait partie du paysage culturel français depuis 17 ans. A l'invitation du Pavillon français, la troupe a représenté la France à Shanghaï dans le cadre de l'exposition universelle en juin dernier. Pourtant, acceptées dans un premier temps, les autorisations de travail des musiciens roumains de la troupe ont été annulées.

"Le cirque familial tzigane est menacé", a déclaré Alexandre Romanes mardi 21 septembre à

 

Nouvelobs.com. La direction du cirque avait déposé dans les règles les demandes de permis de travail pour ses musiciens roumains. Comme c'est le cas pour chaque spectacle depuis des années, elles ont tout d'abord été acceptées, "en bonne et due forme", tient à préciser Alexandre Romanes. C'est en rentrant de Chine que la troupe a appris que ces autorisations de travail avaient finalement été annulées. "Tout le monde est menacé", s'alarme Alexandre Romanes, "ils veulent nous mettre dans l'avion".

 

Tracasseries administratives

Les tracasseries contre le cirque se multiplient. Les enfants de la troupe ont toujours participé aux spectacles et s'exercent "dans des numéros sans danger". Cette forme d'apprentissage a toujours existé dans le milieu du cirque. Ces numéros d'enfants sont en fait interdits par la loi française. "Je viens de l'apprendre" explique Alexandre Romanes. Interdits mais tolérés. Ce n'est désormais plus le cas : "Alors, pourquoi justement maintenant ?", s'étonne le fondateur du Cirque Romanes.

 

"Nous avons peur"

Délia Romanes, la femme d'Alexandre ne comprend pas, "nous avons peur" confie-t-elle, avant d'ajouter : "cela fait 17 ans que nous travaillons dur, très dur. Et on réalise maintenant qu'on peut très bien disparaitre, du jour au lendemain."

Délia Romanes tient à revenir sur la situation des Tziganes en France : "Avant de rencontrer mon mari, il y a 25 ans, j'ai vécu dans le campement de Nanterre. Beaucoup de gens l'ont oublié, il y avait là mille caravanes, c'était très difficile". La chanteuse a travaillé et a mené un long combat pour obtenir sa régularisation. "J'ai reçu mes papiers de nationalité française l'an dernier, mais je ne suis pas traitée comme telle !"


Elle s'inquiète aussi pour l'avenir du Centre artistique tzigane. Cet ambitieux projet discuté avec la Mairie de Paris pourrait lui-aussi se voir menacé.

 

Alexandre Romanes a rencontré lundi soir, Christophe Girard, l'adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture, qui a déclaré "s'intéresser au plus près" de la situation du cirque.

Interrogé par Nouvelobs.com, Christophe Girard a annoncé qu'il allait envoyer une lettre au directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle, pour lui demander "son aide, son humanité, son indulgence". Christophe Girard souligne "le contexte particulier" de ces suspensions d'autorisations de travail. "L'ordre est partout, il ne peut pas y avoir de différence", remarque-t-il. "J'ai présenté certains membres du cirque à Frédéric Mitterrand. Il est sensible à leur cas, mais doit obéissance au gouvernement". Au ministère de la Culture, on se contente d'indiquer que les cas des artistes roumains relèvent du ministère du Travail.

(Louis Morice – Nouvelobs.com)

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com//actualite/culture/20100921.OBS0161/alexandre-romanes-ils-veulent-nous-mettre-dans-l-avion.html

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 27/09/2010 19:55



Quel beau texte ! Pathétique ! Où as-tu trouvé ça ? Merci de nous le dire. Tu l'as composé, peut-être ? Eva



Raphaël Zacharie de IZARRA 23/09/2010 09:53



LE CIRQUE


Novembre 1880, juste avant la tombée du jour.

Le petit cirque s'installe dans un pauvre village du nord de la France. Avec la pluie, le convoi s'est embourbé aux abords de la commune. Et, arrivés sur la place, hommes et bêtes -fatigués-
doivent encore patauger dans une terre trempée. Sur la carriole une affiche crasseuse annonce les "numéros incroyables" et autres "tours de magicien".

Prodiges misérables qui éblouiront les ignares de ces lieux...

La venue des forains a déjà attiré laboureurs, enfants et commères. La pluie est glaciale, l'ambiance solennelle : tous observent ces "troubadours" aux têtes sinistres censés divertir
les villageois, crottés eux aussi... Le glas n'en finit pas de se lamenter : une âme dans le village s'est éteinte vers la fin de l'après-midi. Mais le cirque est l'évènement exceptionnel du
bourg, plus rare que la mort. Même le curé s'en émeut. Pensez : un cirque au village !

Après le souper les habitants, fébriles, s'agglutinent autour de la charrette des forains. La pluie s'est mêlée de neige fondue. Les plus pauvres n'ont pas eu droit aux places sous la bâche
rapiécée. Qu'importe.

Que le spectacle commence !

Contre quelques sous on y voit une chèvre savante et famélique trembler de terreur sous la baguette d'un clown ombrageux à faire peur. Devant trente paires d'yeux écarquillés on sort un singe
récalcitrant de sa cage pouilleuse pour une exhibition des plus exotiques. Le clou du spectacle. Quelques coups de bâton lui font réintégrer sa prison puante sans trop d'histoire. Un trompettiste
lugubre joue un air connu des campagnes. La démonstration sonore fait pleurer deux ou trois enfants impressionnables. Un jongleur vêtu de haillons raconte des vieilles blagues. Personne ne rit
vraiment mais tout le monde est fasciné par les trois balles passant d'une main à l'autre dans un "tourbillon céleste effarant" ! Une jeune enfant chante l'hymne patriotique, le regard
triste, le ton blasé. Lorsque, la lèvre marquée par l'habitude de la chique, la mine crapuleuse, l'équilibriste se lance sur la corde tendue pour y gesticuler avec fausse maladresse, il répand
sur l'assistance une odeur aigre de vinasse. La soirée s'achève sur un tour de passe-passe anodin exécuté par un magicien à l'air patibulaire. Tour raté d'ailleurs.

Le troupeau d'illettrés s'en retourne à ses masures, les sabots boueux, les têtes pleines de sons inconnus et de lumières inédites.

Le lendemain, sous de grosses flaques éclaboussant les bas de pantalons, la troupe d'artistes repart émerveiller d'autres villageois, là-bas au loin à trois kilomètres d'ici.

 


Raphaël Zacharie de IZARRA




Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche