Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 00:08
Mardi 25 décembre 2012

Nationaliser des banques, pourquoi pas ?

Lundi 24 Décembre 2012 Jacques Julliard dans Marianne.


Dans une France qui prend conscience de son effondrement économique et diplomatique, il n'est plus temps de s'enfermer dans les querelles politiques. La seule priorité : agir pour le redressement industriel, social et moral du pays.


Societe Generale, agence parisienne MEIGNEUX/SIPA
Societe Generale, agence parisienne MEIGNEUX/SIPA
Et un homme à la mer, un ! Accoudés au bastingage, leurs bouées de sauvetage à la main, les sauveteurs discutent avec passion : quel est donc cet homme ? Est-il jeune ou vieux ? Noir ou blanc ? Rouge ou brun ? Vert, peut-être ? Pendant ce temps, le malheureux continue de se débattre. Mais les sauveteurs, absorbés par leur débat préalable, n'en ont cure et reprennent la question à la base : avant de sauver cet homme, il importe de savoir qui nous allons sauver. Et de quelle manière ? Il serait contraire à toutes les traditions de la marine à voile de le sauver n'importe comment. Cependant, le naufragé continue de boire la tasse.  

Ce naufragé, c'est la France. Depuis le printemps dernier, un fait politique domine tous les autres. Le changement à la tête de l'Etat ? Vous n'y êtes pas. Le fait politique majeur, c'est que tous ou presque, dans ce pays, admettent désormais qu'il y a quelqu'un à la mer ; c'est la prise de conscience brutale d'une tendance en cours depuis trente ans : l'effondrement économique et diplomatique de la France. Il y a peu encore, le discours «décliniste», façon Nicolas Baverez (La France qui tombe, 2003), suscitait le scepticisme, voire la moquerie. Aujourd'hui, ce pessimisme sur l'avenir du pays est le fond de sauce qui accompagne tous les plats que l'on nous sert. Il est vrai que les faits sont trop nombreux, trop flagrants, pour être niés en bloc.  

En une vingtaine d'années, l'emploi industriel a diminué d'un tiers. Il ne représente plus désormais que de 12 à 13 % de l'ensemble des salariés. Voilà une donnée proprement effrayante, que l'on a longtemps cherché à escamoter derrière des bavardages sans contenu réel sur la «société postindustrielle» qui était censée être désormais la nôtre. Trente ans pendant lesquels tous les gouvernements, qu'ils soient de droite ou de gauche, tous les présidents, qu'ils se nomment Mitterrand, Chirac ou Sarkozy, ont fait preuve de la même désinvolture, de la même insouciance. Sans y prendre garde, la France est devenue l'Angleterre, un pays qui a laissé filer son industrie, mais sans la City, c'est-à-dire un cache-misère bancaire à la désindustrialisation. Et lorsqu'un palmarès des personnages les plus puissants du monde, comme les Américains en raffolent en fin d'année, met Angela Merkel au deuxième rang derrière Barack Obama et rejette François Hollande à la 14e place, nous avons là l'expression symbolique de ce déclassement de la France, de cette perte du rang, de ce deuil de la grandeur, de ce naufrage de l'influence. Voilà pourquoi les Français n'ont plus tout à fait tort d'être encore plus pessimistes qu'ils ne le sont d'ordinaire, à un niveau qui n'a pas d'équivalent dans les pays industriels et qui ravale la France au niveau de l'Afghanistan.

A l'aune des licenciements et des fermetures d'entreprises qui tendent aujourd'hui à se multiplier, les Français réalisent que leur pays est en train de connaître un juin 40 étalé dans le temps, c'est-à-dire la débâcle de ce qui fut jadis une grande puissance industrielle. Et lorsqu'ils voient un Bernard Arnault et un Gérard Depardieu, le plus puissant de leurs hommes d'affaires et le plus célèbre de leurs comédiens, quitter le navire, ils comprennent qu'il ne s'agit pas seulement d'une «optimisation fiscale» : c'est l'exode s'ajoutant à la débâcle. Nous sommes entrés dans la France annoncée par Michel Houellebecq, celle d'un gigantesque parc d'attractions, vivotant de son tourisme et des oripeaux défraîchis de sa grandeur passée.

Pourquoi ces considérations ? Parce qu'on ne peut les formuler sans en tirer les conséquences. Pour moi, les choses sont claires. A la question : êtes-vous socialiste dur, social-démocrate ou social-libéral ?, je réponds que ce n'est pas aujourd'hui le problème ; je suis pour le redressement français, qui n'est pas qu'industriel, mais aussi social et moral. A la question : êtes-vous pour ou contre François Hollande ?, je réponds que je suis pour le redressement français. A la question : est-ce la faute à la gauche ou à la droite ?, je réponds que cela m'est bien égal : je suis pour le redressement français. A la question : êtes-vous pour l'écologie ou pour l'expansion ?, je réponds que je suis d'abord pour le redressement industriel. Or, je constate que si, dans leur grande majorité, mes compatriotes raisonnent comme moi, il n'en va pas de même de la classe politique tout entière, étendue aux journalistes et aux intellectuels, qui continuent de se livrer à leur sport favori : ils jouent à Fillon et Copé. Ou, si l'on préfère, à ce n'est pas moi, c'est lui.

Voyez ce qui s'est passé à propos d'ArcelorMittal. Face aux diverses issues possibles à cette crise, sauvegarde de l'emploi ou nationalisation temporaire, les intervenants ne se prononçaient jamais sur le coût et l'efficacité des solutions envisagées, mais toujours sur le positionnement idéologique de chacune d'entre elles. Pour s'affirmer de gauche, on se prononçait pour la nationalisation ; pour soutenir le gouvernement, on se «contentait» de la sauvegarde de l'emploi ; pour s'opposer à lui, on affirmait qu'en tout état de cause, c'était la faute de François Hollande. Le plus souvent, les arguments échangés ont atteint un niveau d'irresponsabilité et de puérilité qui fait douter de la capacité de la classe politique tout entière à mener à bien le redressement français. Nous sommes des nommeurs : nous estimons que nous avons assez contribué au débat national quand nous avons collé des étiquettes sur les différentes personnes et sur les différentes solutions. Ainsi, avoir choisi le seul maintien de l'emploi était pour beaucoup de citoyens de gauche la preuve irréfutable du caractère «social-libéral» du gouvernement Ayrault. CQFD.

Devant toute mesure économique, la question que posent les «augures» n'est pas de savoir si elle est efficace ou non, souhaitable ou non, la seule question qui vaille, en France, est de savoir si elle relève ou non de la «rigueur». Devant un site touristique, les gens ne se demanderont plus bientôt s'il est beau ou non, mais s'il est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Depuis Louis XIV, l'étiquette désigne à la fois une appellation, un rituel et une préférence. Il est vain d'espérer que la France renoncera un jour à sa passion nationale : l'étiquetage. Qu'importe l'ivresse pourvu qu'on ait le flacon ! Et quel beau débat national, comme on les aime, que celui qui continuera d'opposer les tenants du social-libéralisme, de la social-démocratie et du social-socialisme quand il n'y aura plus d'industrie, plus d'usines et plus d'ouvriers en France !

Lorsque, il y a trois ans, le 18 janvier 2010, je publiai dans Libération «20 thèses pour repartir du pied gauche» qu'avait alors refusées le Nouvel Observateur, la question de la nationalisation se trouva au centre du débat que je soulevai. Elle suscita l'indignation ou l'ironie de la quasi-totalité de mes interlocuteurs de gauche, qui me taxèrent d'«archaïsme». Je me permets de me citer, ne serait-ce que pour mesurer le chemin parcouru.

«19. Le premier objectif du rassemblement populaire doit être la maîtrise du crédit, au moyen de la nationalisation, au moins partielle, du système bancaire, qui est à la source de la crise actuelle. Telles qu'elles fonctionnent actuellement, la plupart des banques ont déserté leur mission essentielle, à savoir la collecte des capitaux au service de l'expansion économique, au profit d'activités purement spéculatives et nuisibles. Le but de la nationalisation est de ramener le système bancaire à sa fonction productive.»

Cette position, qui est plus que jamais la mienne, me permet de répondre aux deux questions qui se sont posées en cette fin d'automne.

1. J'étais personnellement hostile à la nationalisation provisoire d'ArcelorMittal parce que la sidérurgie ne fait plus partie du secteur stratégique sur lequel l'Etat se doit de conserver un contrôle. Aurait-il fallu nationaliser la marine à voile au moment de l'apparition de la vapeur ? La nationalisation des secteurs archaïques est la négation même de la mission qui incombe aujourd'hui à l'Etat : réorienter et redynamiser le secteur industriel. La nationalisation d'ArcelorMittal risquait d'entraîner le gouvernement dans le cercle infernal de la reprise des entreprises en faillite et des secteurs en perte de vitesse. En dépit d'une invraisemblable cacophonie, des stratégies personnelles et des promesses de bonimenteur, il a eu raison de s'en tenir à la défense des emplois. Mais il doit s'y tenir !

2. Pour la même raison, je désapprouve formellement la timidité, que dis-je, la capitulation de ce même gouvernement à l'égard du secteur bancaire. Il est non seulement en grave recul par rapport à ses promesses, mais, en renonçant à s'en donner les moyens financiers, il paraît renoncer à tout rôle stratégique à venir. On ne saurait oublier que la prospérité de la période gaullienne (les années 60) est due au lancement de grands programmes industriels : l'espace, les télécoms, le TGV, le nucléaire, l'aéronautique, le Plan calcul *. Seul ce dernier a échoué.

On peut comprendre la volonté de François Hollande de subordonner la relance sociale à la relance économique. Mais de relance économique, pour le moment, on n'en voit guère. Et de contrôle public du crédit, on n'en voit pas non plus. C'est là pourtant, François Hollande, que nous vous attendons. Sans surenchère, mais sans faiblesse. Car c'est là que se joue notre avenir - et le vôtre.

*La femme qui résiste, d'Anne Lauvergeon, Plon, 237 p., 20,50 € ; et le commentaire de Bertrand Renouvin, dans Royaliste du 10 décembre 2012.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche