Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 06:54

Ils sont tous devenus fous !

Dépister les délinquants dès l'âge de 2 ans !

 

Aujourd’hui, le secrétaire d’état à la justice, Jean-Marie Bockel, a remis un rapport sur la délinquance des mineurs où il préconise un dépistage des troubles du comportement vers l’âge de 2-3 ans. Il faut dire que celui-ci est un transfuge socialiste blairiste qui a vendu son âme au sarkozisme pour un strapontin sous les ors de la république et qu’à la différence d’Eric Besson, il a du mal à faire parler de son action ministérielle.

 

C’est un vieux rêve de la droite que de repérer les vilains délinquants dés leur prime enfance. Une façon de dire qu’on ne devient pas délinquant à cause de mauvaises conditions de vie mais qu’on naît ainsi, surtout si on est issu d’une famille pas comme il faut. Vous savez, ces plus ou moins basanés qui n’ont pas compris qu’ils faisaient partie d’une France hautement policée et civilisée.

 

La proposition de Jean-Marie Bockel surprend à plus d’un titre. D’abord, il est étonnant que le ministre de la santé ne soit pas associée à cette proposition puisque on parle ici de psychopathologie relevant de la pédiatrie et de la psychiatrie. Il faudrait rappeler au secrétaire d’état qu’existent les services publics gratuits de la PMI et de la santé scolaire ainsi que les secteurs de pédopsychiatrie, les CAMSP et les CMPP qui sont chargés du dépistage et du traitement des troubles du développement de l’enfant en particulier les troubles du comportement. Or, ces services sont les parents pauvres de la santé publique et souffrent d’un manque de moyens chronique voulu par les politiques de droite ces dernières années.

Et puis, il y a de quoi être inquiets. Si on veut faire un dépistage de ces troubles, à qui va-t-on confier cette tâche ? A des directrices de crêche ou de jardins d’enfants ? A des enseignants de maternelle ? Aux infirmières scolaires ?

Sur la base de quels signes, de quels critères ? J’imagine déjà qu’il faudra remplir un questionnaire avec cases à cocher ou mention à entourer:

 

 

·        « Dit-il(elle) des mots grossiers ou vulgaires à ses camarades (genre casse-toi pauvre con !) » 

·        « Invite-t-il des gens à venir se battre avec lui ? (descend un peu l’ dire si t’es un homme !)»

·         « Menace-t-il ses camarades (en désirant les pendre à un croc de boucher) ? »

·        A-t-il des tics nerveux quand il se sent pris en défaut, qu'il s'impatiente ou quand il contient sa colère? (mouvements d’épaule, crispation des doigts, regards fuyants, sourires crispés comme chez le sujet ci-dessous)

 

 



Sarkozy en off sur France 3

 

Sur le plan scientifique, la proposition Bockel se fourvoie comme on peut le lire dans un cours de pédopsychiatrie de la faculté de médecine de l’université d’Angers.

 

 

Comportements agressifs chez le jeune enfant

 

Les comportements agressifs ne sont pas pathologiques en eux-mêmes; ils sont nécessaires à l’évolution de l’enfant. C’est grâce à l’expression de son agressivité que l’enfant s’affirme face à autrui comme un sujet, lieu de désirs et de volonté, et qu’il conquiert les limites de son Moi et de sa propriété (ses jouets, sa chambre, etc.). L’absence de sens de la propriété peut être pathologique (indistinction entre soi et les autres), comme l’est un sens de la propriété exagéré (trop grande jalousie fraternelle, vols, etc.).

 

-         Les violences

 

Ces comportements en réponse à une frustration sont banaux entre 1 et 4 ans. Ils sont plus fréquents chez les enfants actifs et hypertoniques et chez les garçons. Malgré leur banalité, il faut signaler les problèmes d’adaptation qu’ils posent dans les collectivités d’enfants, crèches ou maternelles (en particulier quand l’enfant mord), alors qu’ils sont en général beaucoup mieux tolérés dans le milieu familial.

L’erreur la plus couramment commise face à ces comportements est d’y répondre sur un mode analogue : mordre l’enfant qui mord, frapper celui qui donne des coups. Cela peut entraîner un cercle vicieux d’agressivité réciproque et de désir de vengeance, ou angoisser l’enfant en alimentant ses fantasmes de châtiment et de culpabilité.

Au-delà de 4 ans, l’enfant a habituellement acquis de nouveaux moyens de s’affirmer et de réagir à la frustration, en particulier grâce à la maîtrise du langage. La persistance de violences est le signe soit d’une immaturité du Moi - c’est le cas d’enfants ayant souffert d’une carence affective précoce) soit d’un déficit instrumental ou sensoriel qui empêche l’enfant d’accéder à de nouveaux modes d’expression - c’est le cas des enfants souffrant de retard de langage, de surdité, etc.

 

La vérité de cette proposition, c’est qu’on veut faire des enfants des adultes en miniature censés savoir se tenir en société dés leur plus jeune âge. A deux ou trois ans, les enfants savent à peine parler, ne comprennent pas les questions commençant par « pourquoi ? », ne se repèrent pas dans le temps et dans l’espace et on voudrait qu’ils sachent que derrière tout adulte se cache un policier en puissance prêt à les réprimander au nom de la loi s’ils ne se tiennent pas à carreau !

 

Ainsi, on souhaite que dés l’enfance, la moindre velléité de rébellion, d'affirmation de soi soit étouffée dans l’œuf.

A deux ou trois ans, un enfant doit apprendre qu’à l'adolescence, il ne bloquera pas son lycée lors d’une grève, encore moins une raffinerie ou un dépôt de carburant à l'âge adulte et surtout ne pas remettre en cause l’ordre UMP en dehors des cadres fixés à cet effet.

 

J'imagine qu'Estrosi, Bertrand et Hortefeux vont rivaliser pour proposer des caméras de surveillance dans les maternelles, et que Jean-François Copé déposera bientôt une proposition de loi pour doter chaque crêche d'un policier référent formé en pédopsychiatrie, style gros bras en blouse blanche armé d'une seringue de tranquillisant pour animaux. On frise alors le ridicule comme dans l'excellent sketch de Dieudonné sur une institutrice complètement dépassée par des enfants de 6 ans qui en paraissent 25 et le dresseur d'ours appelé en renfort dans les écoles. (A voir ou à revoir à la fin de l'article)

 

Ainsi, quand l’ordre politique se mêle de tout, même dans une forme soft faite (pour l’instant) de gardes à vue, de fichiers d’ADN et de signalements d’enfants de 2-3 ans à risque, c’est le totalitarisme.

 

(suite ici, vidéo Dieudonné institutrice)

 

http://miltondassier.over-blog.com/article-depister-les-delinquants-des-l-age-de-deux-ans-60244299.html

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche