Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 07:32

Sécurité alimentaire : le monde redoute un effet domino sur fond de troubles sociauxShttp://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201064951585-securite-alimentaire-le-monde-redoute-un-effet-domino-sur-fond-de-troubles-sociaux.htm

25 février 2011 (Nouvelle Solidarité) – La cause des révolutions égyptiennes et tunisienne est la désintégration du système économique mondial.

Mercredi à New Delhi, plus de 100 000 personnes on manifesté contre la spéculation et la dérégulation qui provoque une hausse insoutenable des prix alimentaires. La marche qui a mené les manifestants devant le Parlement indien était organisée par le Parti du Congrès (opposition) et son syndicat INTUC pour mettre la pression sur le gouvernement de Manmohan Sing pour que le budget qu’il présentera lundi protège l’homme de la rue des effets dévastateurs de la crise. Dans le cortège, l’on pouvait voir de nombreux slogans en solidarité avec la révolte égyptienne.

Le 31 janvier dernier à Mexico, 20 000 agriculteurs, ouvriers et membres du Mouvement national pour la souveraineté alimentaire ont manifesté contre la hausse des prix. Dans une tribune publiée hier dans le quotidien El Universal, le chef de file du PRI au Congrès, Francisco Rojas, a dénoncé la spéculation mondiale et mis en garde contre un « risque imminent de pénurie alimentaire et de famine » au Mexique. Il faut tirer les leçon de l’Egypte, écrit-il, « où le chômage associé à la hausse des prix et des pénuries alimentaires ont contribué à la révolte sociale ».

« La dépendance alimentaire est un suicide », écrit le député Rojas, parlant plutôt, à juste titre, de « souveraineté alimentaire », comme le défendait le feu Système alimentaire mexicain (SAM) conçu par le président Lopez-Portillo en 1980 et prévoyant un ensemble de politiques agricoles dirigistes pour l’équipement technologique et un système de prix paritaires. Mais en 30 ans, la politique britannique de libre-échange a eu raison de l’agriculture mexicaine, qui est passée du statut d’exportateur net dans les années 1960 à devoir importer plus de 40% de sa nourriture aujourd’hui. L’Egypte, qui était en passe d’atteindre l’autosuffisance à la fin des années 1960, est aujourd’hui dans une situation similaire, rendant ses habitants extrêmement vulnérables aux variations d’un marché mondial sous la coupe des banques d’affaires et de la finance offshore.

Au Mexique, un ménage dépense en moyenne 24% de ses revenus pour se nourrir, soit autant que les plus pauvres ici, c’est à dire un seuil où la moindre hausse de prix a des répercussions existentielles. En Inde, c’est en moyenne 35%, et en Egypte, 38%.

L’Inde, le Mexique et l’Egypte ont en commun d’être sur la liste des pays contre les lesquels l’emploi de « l’arme alimentaire » a été décrété en 1974, via le rapport NSSM 200 rédigé par l’agent d’influence britannique Henry Kissinger. Ce rapport établissait la stratégie à long terme de l’Empire financier de la City de Londres et de Wall Street pour diminuer la population mondiale à partir de 13 pays-clés représentant, à l’époque, la moitié de la population mondiale :

  • Afrique : Egypte, Ethiopie, Nigeria
  • Asie : Inde, Pakistan, Bangladesh
  • Asie du sud-est : Indonésie, Thaïlande, Philippines
  • Asie du sud-ouest : Turquie
  • Amériques : Mexique, Brésil, Colombie

Il n’y a pas d’alternative que de se débarrasser de cet empire financier. Le seul remède à disposition des peuples est la mise en faillite organisée des spéculateurs via une procédure Glass-Steagall. Il est temps d’agir.


http://www.solidariteetprogres.org/article7462.html


A lire :

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 26/02/2011 16:33



Si l'on vivait comme il y a 150 ans, il y aurait de la place pour tous ! eva



Didier 26/02/2011 15:24



Bonjour,


Que le système financier ne soit pas un modèle de moralité c'est probable. Pourtant la question de la démographie reste centrale en matière d'alimentation. Dans un monde surpeuplé nous aurons de
plus en plus de pénurie alimentaire et il faut absoluement renverser les tendances démographiques d'aujourd'hui. Cela ne signifie évidemment pas tuer les gens en organisant des famines (la
caricature qu'on fait des antinataliste est facile, elle évite tout débat sur le fond). Il s'agit de favoriser une natalité plus basse.


Quant aux prix alimentaires, non la spéculation n'est pas la cause fondamentale (c'est comme pour les prix de l'énergie) elle peut expliquer une pointe mais pas un mouvement général, pas une
tendance. La spéculation à la hausse ne marche pas dans un monde ou structurellement l'offre est supérieure à la demande. Pour que la spéculation puisse fonctionner, et en effet enrichir
quelques-uns, il faut qu'il existe durablement une tension sur les marchés et que l'offre tende à être insufisante face à la demande. Or, nous allons vers un monde ou la demande va croître et ou
l'offre va avoir du mal à suivre. Ceci du fait de la dégradation des terres et de la fin de l'ère du pétrole dont l'utilisation massive était un des éléments essentiels de la forte productivité
agricole.


Dans ce contexte, aller vers une démographie plus raisonnable me semble le début de la sagesse. Cela aurait aussi des effets bénéfique sur la protection de la nature qui étouffe sous le poids de
l'humanité.



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche