Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 03:33

L'industrie pharmaceutique au service de l'assurance maladie: on vous assure la maladie à vie!

 

 

 

 

Voici quelques extraits de l'excellent et audacieux article de la revue "Protégez-vous" du mois de mai 2010.  Un dossier à lire et à conserver dans vos archives!   Un dossier sur la collusion entre l'industrie pharmaceutique et le monde médical, sur les études bidons réalisées par des équipes de scientifiques financées par des compagnies privées, rédigées par des "écrivains fantômes" et cautionnées par des "éminents" scientifiques qui n'ont jamais participé aux études...

 

Journaliste responsable du dossier:
Rémi Maillard pour l'édition de mai 2010.
________________________________________


"Voire à l'apparition de nouvelles pathologies créées de toutes
pièces et popularisées par des "campagnes d'information" souvent alarmistes à la télévision et dans les grands journaux."

"Une maladie pour chaque pilule".

"La timidité, par exemple, est devenue un "trouble d'anxiété
sociale", la brûlure d'estomac a été rebaptisée "maladie du reflux
gastro-oesophagien" et la tension prémenstruelle s'est
métamorphosée en "trouble dysphorique prémenstruel".  Quant à
l'impuissance, elle porte désormais le nom savant de "dysfonction
érectile"...  Le but?  Faire de chacun de nous un consommateur de
pilules en puissance, si possible sur une longue durée, estime Dr.
Marc Zafran."

"Cette stratégie fonctionne: les dépenses en médicaments des
Canadiens ont été multipliées par quatre en 20 ans, pour atteindre
30 milliards de dollars en 2009.  Dans le seul domaine de la
psychiatrie, le nombre de maladies mentales officiellement
reconnues aux États-Unis est passé de 26 à 395 depuis la Seconde Guerre mondiale, rapporte le journaliste scientifique allemand Jörg Blech, auteur d'un livre-enquête sur les dérives de l'industrie pharmaceutique.

"Coïncidence troublante, 95 des 170 experts qui ont participé à
l'édition la plus récente du DSM (manuel diagnostique et
statistique des troubles mentaux) de l'Association américaine de
psychiatrie, la "bible" des psychiatres en Amérique du Nord et en
Europe, entretenaient des liens financiers avec l'industrie."

"Il n'est donc pas étonnant, relève-t-il, que "certains nouveaux
médicaments, notamment pour traiter l'hypertension et la
schizophrénie, s'avèrent en fin de compte cliniquement moins
efficaces que leurs prédécesseurs bien qu'ils soient vendus jusqu'à 10 fois plus cher."

"Au total, les pharmas investisssent plus de 60 000$ dans chacun
des quelques 700 000 médecins étasuniens; au pays, ce montant
serait de l'ordre de 20 000$."

"Cela va du financement commercial des universités aux essais
cliniques biaisés, des pseudo-publications scientifiques à
l'abaissement régulier des seuils de facteurs de risque pour
certaines maladies, de l'éducation continue des médecins aux
visites incessantes des représentants pharmaceutiques, qui nous
apportent des échantillons gratuits.  Sans oublier le financement
des congrès, les repas payés à l'hôpital ou au cabinet, les
réunions commanditées et les soupers-conférences dans de grands restaurants."

"Même le  médecin le plus compétent n'est plus en mesure d'obtenir des informations neutres et objectives lui permettant de prescrire les produits les plus efficaces pour ses patients." 

 Marc-André Gagnon, Université McGill

"Les laboratoires financent des essais cliniques dont ils analysent
eux-mêmes les résultats.  Ils font ensuite appel à des "ghoswriters", des "auteurs fantômes", pour écrire des articles
qu'ils font souvent revoir et signer par des "leaders d'opinion",
c'est-à-dire des chercheurs reconnus pour leur expertise.  Puis ils
s'arrangent pour les faire publier, si possible dans des revues
prestigieuses.  Finalement, ils obtiennent une masse critique de
littérature scientifique qui détaille les bienfaits du médicament
pour diverses utilisations, mais omet, ou mentionne à peine, ses
effets secondaires.  Ils envoient alors leurs représentants montrer
cette documentation aux médecins afin de les convaincre que leur
produit est le meilleur."

"À l'arrivée, on finit donc par se retrouver avec une littérature
biaisée".

"Plusieurs études indiquent que les essais financés par l'industrie
sont de trois à cinq fois plus susceptibles de fournir des
résultats favorables que ceux qui sont réalisés avec des fonds
indépendants."

"Les médecins ont beau protester qu'ils sont autonomes et
insensibles aux pressions extérieures ou à la publicité, toutes les
études montrent que ces visites modifient leurs habitudes de
prescription."

"Des documents internes d'Eli Lilly, le fabricant du célèbre
antidépresseur Prozac, montrent qu'au début des années 2000 ses représentants avaient pour mission d'inciter les médecins de
première ligne à établir un diagnostic de "trouble bipolaire"... et
à prescrire à leurs patients son antipsychotique Zyprexa."

"Les abus sont si fréquents que la plupart des grandes pharmas
doivent régulièrement répondre d'accusations de pratiques
commerciales frauduleuses.  En 2004, par exemple, Pfizer a accepté de payer 450 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites engagées à son encontre aux États-Unis."

"De 2004 à 2009, Pfizer, Eli Lilly, Bristol-Myers Squibb et quatre
autres compagnies ont ainsi déboursé plus de sept milliards en
amendes et pénalités de toutes sortes."

"Les pharmas débordent d'imagination.  L'an dernier, à l'occasion
d'un procès en Australie, on a découvert que pour faire mousser les ventes de son très controversé anti-inflammatoire Vioxx, Merck
avait créé un faux journal médical, publié sous le label d'Elsevier, un éditeur scientifique réputé."

"Lorsque les facultés sont massivement financées par des sociétés privées, que celles-ci s'associent à tous les évènements organisés sur les campus, le risque est grand qu'elles finissent par faire partie de l'univers mental et culturel des étudiants."

"En 2008, un article du New England Journal of Medecine a passé en revue 74 essais cliniques d'antidépresseurs.  Ses conclusions sont édifiantes: 37 études positives sur 38 avaient été publiées tandis que 33 des 36 études négatives ne l'avaient jamais été, ou
seulement sous une forme mettant en évidence un résultat positif."

"Une fois sur cinq, d'importantes informations concernant
l'innocuité d'un médicament n'apparaissent qu'après sa mise en
marché, affirmait en 2006 le Dr. Robert Peterson, directeur général
de la Direction des produits thérapeutiques à Santé Canada de 2000 à 2005."

"Mais quand vient le temps de vérifier qu'ils n'ont pas d'effets
indésirables, il n'y a plus d'argent".

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=937198

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche