Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 02:36

Inner-directed et other-directed

septembre 4th, 2011


http://2.bp.blogspot.com/_caBFL8RmMjI/Sb-Ql8rJQ2I/AAAAAAAABLA/RgFozZm3yWo/s400/page+1+okapi+autorit%C3%A9.gif

http://2.bp.blogspot.com/_caBFL8RmMjI/Sb-Ql8rJQ2I/AAAAAAAABLA/RgFozZm3yWo/s400/page+1+okapi+autorit%C3%A9.gif

  

Un précédent billet (voir Autorité patriarcale et autorité archaïque) montrait comment l’évolution ultra-rapide de l’autorité au cours du XXe siècle a abouti à un type d’homme sensiblement différent de celui des générations précédentes. Nous voudrions en donner ici quelques illustrations.

Rappelons d’abord que l’on n’est pas soit inner soit other-directed à 100 %, que l’une ou l’autre position peut dominer selon les circonstances, mais que dans notre société, la position other-directed est très répandue. Imaginons donc diverses situations à caractère plus ou moins politique et voyons comment des personnes fortement inner ou fortement other-directed, s’y conduisent.
 
  
Pour qui voter ?
  
Avant de voter, l’inner-directed s’enquiert des programmes. C’est ce que le candidat envisage de faire qui guidera son choix. Ses caractéristiques personnelles comptent moins que son projet. Jusqu’aux années 1970 et 1980, c’est sur leur programme que les candidats s’exprimaient.
  
L’other-directed ne se préoccupe pas de cela. Il regarde si le candidat est beau, s’il a du charme, s’il est célèbre… Un champion olympique de n’importe quoi qui va serrer des mains sur des marchés est sûr de se faire élire.
  
  
Guerre civile ici ou là…
  
Qu’auraient fait des dirigeants inner-directed quand les Poldaves se sont révoltés contre leur dictateur ? Ils auraient commencé par envoyer discrètement, nuitamment, dans un coin de Poldavie, des bateaux d’armes, de matériel, et des instructeurs. Sans tambour ni trompette. But : aider les Poldaves, en espérant leur reconnaissance plus tard. Puis, à mesure que la situation se développerait, ils montreraient davantage leur rôle, histoire de forcer un peu la reconnaissance escomptée…
  
Pour des dirigeants other-directed, agir discrètement n’a aucun sens. Si on agit, c’est pour être vu (et de préférence admiré). Pour impressionner l’électeur, il faut du spectaculaire. Aider des gens et leur laisser, à eux seuls, le mérite de la victoire ? Vous plaisantez ! Incapable de ressentir de la gratitude, l’other-directed n’imagine pas qu’on puisse lui en témoigner.
  
  
Informations prématurées
  
On a beaucoup entendu récemment, des informations importantes dont on nous précisait aussitôt que « ce n’était pas encore sûr ». Pour un inner-directed, publier une information avant d’être sûr qu’elle est vraie est un acte stupide et irresponsable. Mais pour l’other-directed, ce qui compte dans l’information, c’est qu’elle fasse parler de lui. S’il attend qu’elle soit vérifiée, c’est un autre qui la publiera et en tirera gloire.
  
  
La crise des subprimes
  
Cette crise est inconcevable dans un monde où les gens seraient inner-directed. Dans un tel monde, emprunter et prêter y sont spontanément cadrés et limités.


Emprunter

  
Inner-directed, je vérifie que je pourrai rembourser. Si je ne peux pas, je sais que le banquier ne me fera pas de cadeau. La maison que je n’aurai pas pu payer, il me la prendra, avec ma voiture et tous les meubles. Personne ne m’oblige à m’endetter et il vaut mieux continuer à me passer de ce qui me manque que de me retrouver en prison ou dépossédé de tous mes biens.
  
Du point de vue du banquier, si je suis inner-directed, je prévois que ces personnes à qui je propose un prêt pour devenir propriétaire ne pourront pas rembourser. Ma banque deviendra propriétaire de leurs maisons mais, s’il y en a beaucoup, elle ne pourra pas les vendre. Au total, on aura perdu de l’argent. Prêter dans ces conditions n’est pas raisonnable.
  
Prêter
  
Other-directed, réfléchir aux suites de mes actes m’ennuie. C’est le regard de mes voisins qui me préoccupe. Le banquier qui vient me voir n’a pas grand mal à me faire imaginer propriétaire de ma maison. Un propriétaire, c’est tout de même autre chose ! Respect !
  
Certes, je m’inquiète un peu des remboursements, mais il m’assure qu’ils sont calculés en fonction de mes revenus. Il ne me cache pas qu’ils augmenteront dans quelques années, mais mes revenus aussi, très certainement. Et puis si je n’y arrive pas, je pourrai toujours revendre ma maison. Bref, allons-y ! Sur le moment le regard du banquier m’importe, je ne vais pas me dégonfler devant lui !
  
Quelques années plus tard, mes voisins et moi sommes à la rue. La banque est propriétaire de nos maisons, et elle n’arrive même pas à les vendre car il y en a trop.
  
Du point de vue du banquier, si je suis other-directed, ce qui arrivera à ma banque dans quelques années m’importe peu. Ce qui m’intéresse, c’est le regard que portera sur moi cette année mon employeur. Si j’ai placé tant de prêts, ça veut dire tant de bénéfices à venir, et pour moi félicitations et prime.
  
Titrisation
  
Le banquier se rend compte qu’il a placé des prêts qui ne seront jamais remboursés. Un banquier inner-directed, guidé par les valeurs qu’il a intériorisées au temps de son éducation, assumerait ses pertes en cherchant seulement à les limiter sans voler personne.
  
Le banquier other-directed n’a pas intériorisé une échelle de valeurs contraignante. Il veut sauver le regard de ses supérieurs sur lui. Il imagine alors de vendre à d’autres ses créances pourries. Mais comment leur faire acheter cela ? En fabriquant des « titres » qui comportent plein de « choses », dont ces créances de particuliers. Et on les vend à d’autres other-directed, plus sensibles que les inner-directed au charme du vendeur.
  
Dettes nationales
  
Ce que le petit démarcheur banquier a fait à des individus, les dirigeants des banques l’ont fait à des pays. Si on dit à des Méditerranéens : « Ne vous inquiétez pas, on vous prête, pas de problème ! », ils empruntent. Si les responsables politiques sont très inner-directed, ils se méfient et pensent à long terme : les banques ne sont pas des mères généreuses qui donnent leur bon lait par amour. S’ils sont très other-directed, ils voient d’abord l’admiration qui leur sera témoignée pour avoir réalisé tel ou tel projet spectaculaire ou grandiose (des jeux olympiques par exemple). Ils pensent à court terme et empruntent imprudemment.
  
Les banquiers, s’ils sont inner-directed, réfléchissent qu’on peut saigner à blanc des individus mais que, pour un pays, c’est une autre affaire. Il y a des limites (les limites, c’est le propre de l’autorité traditionnelle ; l’absence de limite, c’est le propre de l’autorité archaïque). S’ils n’ont pas de limite, ils s’en tiennent à : « vous avez emprunté, vous devez rembourser ; votre population crèvera de faim, ce n’est pas notre affaire. »
  
Les dirigeants du pays soumis à cette pression, s’ils étaient suffisamment inner-directed, diraient : « D’accord, nos prédécesseurs ont été imprudents, mais vous n’y êtes pas pour rien : vous avez versé beaucoup de dessous de table, vous avez fait beaucoup de fausses promesses, vous avez largement faussé les comptes. Parmi nos créanciers nous allons donc faire des choix : certains seront payés (nos fonctionnaires, nos retraités, nos malades), d’autres attendront.
Les banques qui spéculent contre nous et augmentent leurs taux d’intérêt sous prétexte que nous ne sommes plus aussi rentables, ces banques peuvent attendre longtemps.
Nous n’annulons pas nos dettes, mais nous les rembourserons quand nous pourrons. Avec les énormes sommes que nous vous versons chaque année, on peut faire beaucoup. Advienne que pourra. »
  
À l’inverse, on peut imaginer que des dirigeants other-directed vivent la situation ainsi : pendant des années, Maman (les Marchés) nous a encouragés à faire n’importe quoi, payant sans jamais protester, et puis soudain, elle se fâche et veut qu’on lui rende tout ce qu’elle nous a donné. Qu’est-ce qu’on peut faire ? Rien du tout ! C’est Maman ! C’est les Marchés ! On ne peut rien face aux Marchés comme on ne peut rien face à Maman. Sauf lui dire zut ! Et voir si elle a le courage de nous tuer…

Conclusion
  
La distinction entre personnes dirigées de l’intérieur par une structure de valeurs intériorisée dans l’enfance et personnes dirigées par le regard des autres, instant après instant, est particulièrement utile.
  
Elle n’explique cependant pas tout, elle ne prétend pas être une clé universelle pour comprendre notre temps. Mais il est bon de l’avoir en tête pour regarder ce qui se passe. En se rappelant qu’inner et other-directed n’y peuvent rien ; c’est leur façon d’être au monde et il est donc inutile de leur adresser des objurgations pour qu’ils changent. En revanche, on peut ne pas se laisser surprendre par leurs actes.
  
  
Patrice Ranjard
© Patrice Ranjard pour La Lettre du Lundi 2011

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Regard sur ...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche