Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 16:04

Albert Jacquard

Albert Jacquard à Nancy : rencontrer l’autre avec raison et sensibilité

Belles rencontres mardi soir, 27 juillet, à Nancy, salle Poirel. Soirée intitulée « Cri du Cœur », dans le cadre de l’excellent festival Nancyphonies. Public varié, large, mixte.

 

Le généticien Albert Jacquard nous trace quelques réflexions sur le monde et l’esprit du temps.

 

La pianiste Sandra Moubarak et le violoncelliste Antony Leroy nous offrent quelques émotions tirées des répertoires de Félix Mendelssohn, César Franck et Claude Debussy.

 

Le langage – fait de mots ou de musique – est cet instrument de la rencontre de l’autre. C’est là le fil conducteur de la pensée d’Albert Jacquard.

 

Pour l’ancien membre du comité d’éthique français, chacun de nous est une « merveille », à condition de considérer, ensemble, que le merveilleux n’est pas isolé dans un système où seuls règnent la compétition et la consommation.

 

La compétition qui mène le monde est une erreur, selon Albert Jacquard. Ce n’est pas l’addition qui compte, mais l’articulation, la complémentarité, la communauté.

 

Albert Jacquard, en honnête scientifique, se méfie des nombres et  laisse ouverte la question de Dieu : la naissance de l’espèce humaine est un hasard mystérieux de l’évolution qui nous a fait verbe et chair à la fois.

 

Albert Jacquard démontre que l’expérience humaine moderne nous fait prendre conscience de deux urgences.

 

Première urgence : la nécessité de mettre en commun les ressources clés de la planète pour les partager équitablement.

 

Seconde urgence : la nécessité d’abandonner l’arsenal nucléaire qui peut nous détruire totalement.

 

Albert Jacquard, qui se qualifie lui-même "d’hurluberlu", nous invite à demander « à ceux qui ont du pouvoir d’être plus raisonnable »

 

L’utopie, concept développé par Thomas More, au XVIè siècle, a donné des bases à la philosophie libérale de la démocratie. Plus près de nous, Théodore Monod considère l’utopie comme « ce qui n’a pas encore été inventé ».

 

La rencontre de l’autre reste la première espérance humaine. Et cette expérience de la raison sensible devrait être le « projet de l’école », selon Albert Jacquard.

 

Laurent Watrin

 

http://eurocitoyen.blogspirit.com/archive/2010/07/28/rencontrer-l-autre-avec-raison-et-sensibilite.htm

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche