Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 23:39

pauvrete.jpg

 

Je viens de recevoir cette invitation d'une Association

que je ne connaissais pas. eva

 

Pour info, je vous  invite à une conférence débat sur l'art de la spéculation, le vol et spoliation sur l'habitat voir piece jointe ou http://lo-g-au-so.asso-web.com et cliquez sur évènement.

 

 

Cette association est un mouvement national sous l'égide de http://ventsteppes.free.fr

Notre volonté créatrice de promouvoir un meilleur monde, cela ne pourra se réaliser que par l’être humain et non par des systèmes politiques ou religieux. Après plusieurs révolutions, mai 68 etc nous constatons que peu de chose ont changé. Notre devoir est de constituer une force intérieure et extérieure exemplaire pour changer les choses, en fait redevenir des vrais humains ou spirituels (hors contexte politique ou religieux). LO.G.AU.SO a pour but de remettre en question la propriété dans le domaine du logement. Le vol et la spoliation qui perdurent depuis des siècles ne peuvent être la solution. Tous les dominateurs et exploiteurs du monde et les sceptiques décrètent depuis toujours que l’ordre des choses comporte fatalement des riches et des pauvres, appelés dans certaines démocraties où personne n’est censé être riche ou pauvres ; le parti et le peuple. Nous devons changer cela.

L'autonomie a pour but la liberté de chacun dans ses décisions, ainsi que la liberté du collectif vis à vis des autres structures et activités. L'autogestion a pour objectif la démocratie directe et la rotation des tâches. La solidarité quant à elle ne vise pas seulement l'entraide entre les acteurs des structures, mais aussi avec les personnes les plus en difficulté, chez soi ou ailleurs.

LIRE LE TRACT SUR L'ONGLET A GAUCHE DE LA PAGE
conférence voir onglet évènement
Nous faisons parti du mouvement arésien

 

 

http://lo-g-au-so.asso-web.com/

 

 

LO.G.AU.SO (locaux gratuits autogérés et de solidarité)

 

 

                        CHARTE LOGAUSO

  apport correspondant à nos attentes. Au niveau des attentes particulières de la lutte des généreux et de la créativité" dans la pratique individuelle et collective :

• Observation des savoirs faire de ceux plus expérimentés à certaines luttes
 "culturelles et autres" pour apprendre d'eux, mieux voir comment se définit la notion de "culture" et leur vision de la "résistance culturelle au travers du rapport humain direct (pas d'intermédiaire ou de jugement gratuit et/où de commentaires en dehors de l'approche personnelle vécue et vérifiée par les faits réels), pour faire quoi, avec qui, comment et quel sens y est donné"; on s'accueille;

• Connaissance progressive des individualités et des expériences menées ; remise en question et recherche d'une communication ouverte à la compréhension de tous ;

• Besoin d'un recentrage autour de valeurs du cœur communes, d'une éthique collective (dans le sens d'humanité profonde dépassant la morale humaniste, religieuse, politique, etc.,), et non des seuls référents identitaires uniformisants dans leur principe et qui engendrent une exclusion méprisante de la différence ou à mettre des distinctions ;

• Besoin de situer la lutte par rapport à l'évolution de la société dans une direction du "Bien commun, du Bien général" à partir des points de convergences et des transversalités et interpénétration qui ouvrent la porte aux complémentarités, à la créativité continuelle des uns avec les autres ;

• Panoramique intéressant (actions à répertorier avec mise à jour, sans listing de noms) de la diversité de la lutte sociale qui enrichit et renvoi à l'humilité, à aller à la découverte d'autrui car personne ne détient de vérité absolue ;
• Permet de comprendre la possibilité d'élargir l'impact (régional, national et international [Ex. : le Forum civique]) de tous dans le dépassement des clivages au carrefour de nos luttes et la co-participation sporadique pour accéder à "l'organisation directe" dans la désobéissance civile au besoin ;

• Possibilité de se donner les moyens d'optimiser l'objet de la lutte sociale en s'alliant, en coordonnant spontanément des énergies, des études préparatoires préalables (éviter les poncifs) des capacités déjà existantes (lieux, outils, compétences, etc.) l'imagination et l'interactivité entre certaines affinités ou tous ensemble -voir même l'antinomie apparente- pour retenir ce qui intéresserait la résistance créatrice commune pour développer l'autonomie de chacun et du carrefour de la lutte des généreux et de la créativité, tout en responsabilisant les acteurs (absence de structure, dogmes, hiérarchie) pour aboutir progressivement à une transformation humaine et sociale qui profite des opportunités d'une crise socio-économique (sens d'une lutte de "contre-culture, contre-pouvoir" du monde conformiste ;

• Nécessité de garantir la cohésion d'une force agissante pour le Bien commun sans tomber dans le cadre sectaire mais l'ouverture aux nouvelles énergies (individus ou associations) pour grossir la pluralité des bonnes volontés constructrices d'alternatives. Proposition d'une ébauche de Charte. C'est une évidence déjà constatée dans le monde que d'associer davantage les gens au travers d'une organisation fluide de coopération et de concertation sociale plus directe au débat globaux de société de cet début de siècle, pour ouvrir aux diverses réflexions et à la recherche de solutions pour réparer les dégâts d'une crise lourde en conséquences (paupérisation, injustice, malheur, haine, déshumanisation, médiocrité, etc). Mondialiser le bon sens nécessite une puissante mobilisation humaine qui  pourrait jouer un rôle de stimulation, d'éveil des consciences, d'effet d'entraînement contagieux et de mise en réflexion portée sur base d'action(s) individuelle(s) et sociale(s) en rapport avec l'actualité et la réalité (vision globale) qui est à même d'attirer d'autres "praticiens" et de générer une organisation naturelle née de l'union des savoirs faire ; la vie communiquera la Vie. C'est par la force des choses, en revenir à la connaissance de la condition humaine et à la grande diversité des idées et des projets pour en dégager le savoir commun qui unit les hommes au lieu de les diviser comme le font les cultures distinctives (des coutumes qui particularisent un groupe et réduisent la vie à leur vision limitée [ex. : clans, nationalisme, tradition, système de pensée, etc], standardisent l'émotion et endorment la réflexion par le conditionnement opéré). C'est voir les différences, les antagonismes comme un enrichissement au lieu de les voir conflictuelles et, se fonder sur des valeurs profondément humaines d'abord (amour de raison, liberté intérieure, ...). Nous en déduisons que résister c'est créer, non pas en refaisant une "culture de la résistance momifiée" avec ses modes de fonctionnement admis et consignés par la "tradition" -en la distinguant d'autres pratiques à découvrir- car personne n'est indigne de l'humanité si vaste et parfois déroutante par ses choix de vie (chercher à comprendre au lieu de juger) ; personne n'est à même de discerner qui est le juste (diktat arbitraire) de la masse des individualités libres en quête des causes aux divers problèmes de l'homme et de la société. LO.G.AU.SO pourrait devenir un phare, un moteur pour répondre à l'attente fondamentale : «Qu'est-ce que le Bonheur et qu'est qui peut donner le Bonheur planétaire» ?
Cela induit de sortir de l'uniformisation et de redistribuer toutes les richesses du patrimoine terrestre (matérielles, intellectuelles, les valeurs du coeur, les savoirs, etc) pour créer ensemble des possibles capables de satisfaire la diversité des désirs et visions du Bien commun. Cette ébauche de Charte n'est donc qu'un trait sans prétention de l'écriture plurielle qui doit la composer. Selon nous, la "Charte" pourrait mentionner des principes de base pour le fonctionnement autonome et non autoritaire de tous ; une éthique morale commune ; l'aspect plus technique et pratique autour duquel s'articule LO.G.AU.SO  ; la définition basique de ce qu'on entend par résistance culturelle ; les moyens disponibles et proposables à l'ensemble ; une motion de conscience relative au bon sens commun pour éviter le n'importe quoi et rester cohérent ; etc ! Sans entrer dans les détails à peaufiner, voici l'arbre élagué que nous vous suggérons :

• Préambule : L'organisation associative LO.G.AU.SO  est composé de divers membres qui ont opté pour la démocratie et la fraternité directe dans le but de continuer à faire évoluer la société vers le Bien général, sans se laisser enfermer dans un credo ou une quelconque systématisation. Toute personne physique ou morale s'engage à respecter cette plate-forme commune rédigée dans le pluralisme, sous peine de radiation (la garantie de cohésion). Cette éthique morale est fondée sur le fond commun. L'aspect technique et pratique est ouvert à l'amélioration et à la réadaptation permanente puisque nul ne détient de produit fini.

• But : Nous constatons qu'il existe des forces créatrices mais qui ne s'entendent pas parce qu'elles veulent en rester à leurs particularismes partisans, parfois de reconnaissance glorieuse et orgueilleuse, de peur et mépris de l'autre, et du coup, la lutte sociale s'en trouve très affaiblie ! Fédérer naturellement ces énergies dans une "Charte" d'honneur est optimiser et intensifier la complémentarité des moyens créatifs et interactifs pour participer à l'amélioration de la condition humaine, pour construire des alternatives respectueuses de l'épanouissement de l'intégrité de chacun. Nous sommes tous de la même race : celle de l'homme. En allant au-delà des clivages et des conditionnements avec tous les êtres de bonté réfléchie et de volonté, la diversité humanisante -quelques croyances et philosophies qu'ils aient, car seuls les actes comptent- s'inscrit dans une dynamique évolutive vers le Bien commun. Une démarche ouverte, non dogmatique ni systématique, mais qui par les faits façonne un Mouvement d'émancipation autonome et de réveil des consciences qui interpelle l'esprit critique populaire, l'impartialité (pas de sélection émotive toute subjective), l'exercice concret de l'objectivité (les faits réels, l'existentialité), la liberté d'opinion pour tous en pratiquant la comparaison pour déceler les erreurs mais sans interdire (position inquisitrice alors qu'il n'y a pas de vue unique), ... soit des valeurs de civilité essentielle ! Combattant à divers niveaux la barbarie de la domination et de la spoliation de l'homme par l'homme, avec nos seuls acquis de l'intelligence (esprit et coeur) et de l'honnêteté par rapport à l'intégrité humaine -ne pas retomber dans les travers que nous combattons- tout en restant humbles -éviter que ça ne monte à la tête et reproduire des pouvoirs aveugles et aliénants-, LO.G.AU.SO ne fait pas de nouvelle propagande idéologique ou religieuse sectaires, car ce combat considère que personne n'a le privilège de la lutte militante pour une vie meilleure. Respectant les originalités, tâchant d'établir des ponts de complémentarité des uns vers les autres dans la liberté et la responsabilité de tous, afin de réaliser une alliance de cohésion pour unir les bras, les coeurs, les têtes autour de projets sporadiques et/où temporels ou mis en commun de façon élargie (famille d'affinités d'actions), de favoriser des rencontres enrichissantes et de stimuler la co-créativité au service du Bien général que nous poursuivons ensemble. Il est évident que les liens qui unissent spontanément les acteurs de la lutte sociale se basent sur l'amour de logique et s'inscrivent dans la perspective d'un monde à libérer de la culture dominante, à provoquer une saine remise en question au sein d'une société bloquée par les pouvoirs et de fausses valeurs (ordre, idées reçues, mensonges, secret, préjugés, a priori, etc) pour sensibiliser les mentalités dans la masse passive et fataliste, à d'autres modes de penser, de chercher, de faire, de s'associer, de créer vers la réappropriation de la vocation humaine : s'auto fabriquer « Humain, Grand, Beau, Dieu, soi-même » ! Dans cette perspective, LO.G.AU.SO s'associe à toute action déjà existante qui converge vers ce but, dans les limites de sa compatibilité avec l'objectif commun : le monde refait pour le Bonheur collectif terrestre. Pas de lutte pour la lutte, et encore moins pour guigner une place politique dans l'arène « universelle des pouvoirs et de leurs institutions » ! Entre les divers partenaires possibles, il n'y a pas d'union globale uniformisante (monobloc statique), mais une riche diversité qui fait la force émulatrice d'une nouvelle civilisation.

• Expression "critique, émancipée" responsable : -L'individu n'est le sujet ni la chose de personne. Le terme "citoyen" évoque souvent l'assujettissement à un système quand il n'est pas la soupape citoyenniste pour sauver les meubles du système d'assistanat par ceux rendus peureux (moutonnisme, paresse, culture,...) de liberté totale. Nous le voyons d'abord comme "citoyen de la terre"- L'expression individuelle ne peut se faire que dans le respect des convictions propres en cherchant à promouvoir l'action sociale pour le Bien commun ; l'oeuvre prime sur la subjectivité et les émotions. En luttant contre la liberté d'opinion de certains, on supprimerait un droit primordial sans quoi aucune vie commune n'est possible et poserait dangereusement l'arbitraire classique à la dictature. La liberté implique aussi la liberté de combattre les vues étroites, la méchanceté, le malheur, la bêtise et la médiocrité. LO.G.AU.SO vise à garder à l'association naturelle des énergies, l'efficacité, le sens du Fond Humain pour articuler la créativité dans l'opportunité des situations (sur les failles du système, ...), sans la lourdeur des structures mais par une coordination fonctionnelle libre ne rendant compte à aucun pouvoir humain (contrôle, etc). La nature intrinsèque à l'être humain est le primat d'une liberté d'humanisation active qui n'a nullement besoin d'une "bénédiction supérieure" ; à chacun d'agir en fonction de sa conscience et de son coeur, pour suivre son humanité profonde étroitement liée au Bien pour la communauté humaine.

• Une synergie de créativité : Des créations singulières découvertes puis mises ensemble à partir de l'action, sans distinction arbitraire entre les producteurs expérimentés et ceux plus amateurs mais qui ont peut-être un apport neuf à transmettre de leur auto apprentissage, vient une réflectivité qui pousse au dépassement, à l'imagination, à l'audace pour construire un impact plus important qu'en solitaire, qui nourrit tout un chacun et forme la synergie autour de projets communs.

• Motion de conscience : Le droit à la différence n'altère en rien l'égalité. Choisir l'éthique du bon sens comme un contrat moral ou une philosophie de vie ou figureraient en terme de point commun les valeurs primordiales de notre humanité (la liberté d'expression au travers des idées et formes artistiques, une politique d'amour logique, ...) comme gage de confiance mutuelle et de bonne conduite  Il est important de respecter l'intégrité psychique et physique des personnes et d'avoir le souci de son développement -une non discrimination, un refus de la haine, de l'exclusion et de l'intégrisme qu'on peut endosser par insouciance- pour avoir le respect et l'égalité de chacun au regard des droits fondamentaux de l'homme -même s'ils doivent encore évoluer- pour contribuer à l'évolution lente sur le plan social et humain, sans violence gratuite et destructrice. Sans toutefois, ne pas récuser l'aspect violent qui sera ressenti par ceux qui seront privé de leur pouvoirs, et au besoin, de recourir à des épreuves de force dans la légitime défense. Soit, avoir une sorte de conseil, de guide intime au travers d'un puits d'opinions philosophiques au service du Bien commun serait d'une certaine sagesse. Nous voilà ainsi parvenu à deux axes essentiels du combat créateur : l'amour et la sagesse comme «(r)évolution radicale » ! C'est assez dire que l'exemplarité individuelle est le foyer de la multiplicité de sociétés neuves.

• Réflexions sur la résistance culturelle et alternative : la forme institutionnelle est à remettre en question comme pouvoir illégitime, superficiel et illusoire ? L'autogestion souveraine par tous les participants vigilants, sans autoritarisme mental sur les individus non cooptés en groupe type, n'a pas besoin de mâchoires structurelles qui est le départ du pouvoir ! Égalitaire est-il synonyme d'uniformité ? Sans éthique commune peut-on éviter la polémique stérile et l'exclusion hors d'un giron "d'amis" ? Peut-on faire n'importe quoi pour faire évoluer la société ? Quel sens veut-on donner à la lutte ? Est-il réaliste de prendre comme valeurs communes autre chose que celles profondément humaines sans tomber dans une religion religieuse ou politique? Certaines lectures du monde ne sont-elles pas des conditionnements médiatiques qui abrutissent les cerveaux ? Ne faut-il pas faire un choix des lectures à considérer hors de la barbarie "civilisée" qu'on nous présente comme norme à suivre ? Ne doit-on pas recouper les informations ? Sortir de la logique de système ne peut se satisfaire de passer outre le degré d'influence qu'il a exercé sur nous (humilité) ni de produire une violence revendicatrice nerveuse qui éloigne finalement la masse du fond émancipateur que cette lutte apporte et de s'allier l'opinion publique par la beauté de l'acte de (r)évolution bien réfléchie.
Les révolutions n'ont rien changé au fond mais aux formes, le pouvoir est resté avec des angles arrondis et le tyran intérieur n'a pas permis à chacun de s'en libérer. S'allier avec ... n'a pas le sens de se servir des autres pour son projet particulier. La cause des oppressions et spoliations de l'homme par l'homme importent plus car c'est s'en prendre à la racine du mal. Ne doit-on pas partir des réalités de la vie humaine et sociale au lieu d'inventer une unique règles de conduite avec ses règles propres à un groupe idéologisé, un lieu, une époque déterminés ; mieux s'approcher de l'attente du plus grand nombre, équilibrant ainsi la lutte sociale ? N'est-ce pas l'homme qui fait l'histoire ? L'homme est-il une idée ? Peut-il toujours se plier à un état politique (un gouvernement) où bien a-t-il du fait de la liberté inscrite en lui le droit de s'occuper de la chose publique (autogestion généralisée) ?

• Notre définition de la "résistance culturelle et alternative" : C'est un moyen de lutte civile au service de tout ce qui heurte l'intégrité ontologique de l'homme (par, pour, avec lui) -non amour, injustice, malhonnêteté, mépris, etc- contre tout ce qui limite, cadre, légifère le droit aliénable à la Vie pleinement heureuse et épanouissante. C'est un outil de transformation de la société, un incitant à l'envie de se changer vers le meilleur possible sans définir une uniformité, et qui par le fait même de l'évolution peut convaincre le monde qui observe, par les bons exemples et les microcosmes d'alternatives proposables dans l'intelligence du dépassement des visions étroites sclérosantes. C'est un grand mouvement conscientisateur pour libérer matériellement et spirituellement car résister, c'est créer. C'est l'effort permanent de s'auto discipliner, de s'auto impliquer dans le monde en s'intéressant aux problèmes complexes pour trouver ensemble des pistes de solutions, c'est partager le besoin de changer le monde vers une nouvelle civilisation car seul le progrès matériel semble avoir fait un bond en avant quand nous n'avons jamais été aussi riche ! C'est réfuter l'intellectualisme pour lui-même et le spectacle de l'hyper matérialisme, mais réunir les énergies autour de l'action de transformation réfléchie bénéfique à tous les hommes. Soit, une stratégie d'humanisation active inaliénable !
                                                                  
LO.G.AU.SO

 

 

 

 lOcaux Gratuits AUtogérés et de SOlidarité, asso déclarée loi 1901, mouvement national. sous l'égide de http://ventsteppes.free.fr 

  Pierre Kropoktine disait : « L'aisance pour tous n'est pas un rêve. Elle est possible, réalisable, depuis ce que nos ancêtres ont fait pour féconder notre force de travail. Reconnaître, et hautement proclamer que chacun, quelle que fût son étiquette dans le passé, quelles que soient  sa force ou sa faiblesse, ses aptitudes ou ses incapacités, possède, avant tout, le droit de vivre ; et que la société se doit de partager entre tous sans exception les moyens d'existence dont elle dispose. Le reconnaître, le proclamer, et agir en conséquence ! »        
                                                                                                                                                                                                                         
 Mikal dit « : Distribuez librement, sans regrets, à ceux qui n'ont pas, et aux entreprises que la solidarité seule rend possibles, tout ce dont vous n'avez pas besoin pour votre subsistance, pour votre travail, pour vos joies et votre dignité légitimes.Utilement, prêchez à votre âme et à vos enfants que le besoin d\'avoir doit devenir le besoin de ne pas avoir. Quelle libération ! Alors, le jour viendra où les lois sur la propriété perdront leur raison d'être, où les marchands de biens et les notaires disparaîtront faute de clients, où les impôts levés sur vos biens n'auront plus d'objet. Plus personne n\'aura envie d\'être propriétaire. Chacun se sentira plus que l\'allocataire de ses moyens de subsistance, de travail et de dignité. Le partage des biens sera aussi naturel que le partage de l'air qu'on respire et des chemins où l'on marche. La propriété aura perdu son sens actuel.  
 1° ACTION : A qui appartient le logement lorsque le prêt du propriétaire ou des HLM est remboursé ? Sachant que se sont les locataires successifs qui ont payés le prêt par leur loyer  et des aides de l'état (payées par nos impôts)!! La loi et notre culture nous disent que c\'est le propriétaire ou les institutions qui ont contracté le prêt. Est-ce juste ? Non, c'est du vol autorisé.
 
2° ACTION :   Désobéissance civile du citoyen sur le prix du logement qui sera indexé sur son humanisme ou sa morale.  
3° ACTION : Se mobiliser pour le logement gratuit, notre responsabilité est grande, Le but de lo.g.au.so n'est pas la charité ou l'assistanat que font très bien d'autres associations et systèmes. Mais de mettre l'homme pivot de l'humanité afin de vivre les valeurs du cœur comme « la  solidarité, fraternité, partage, liberté etc.Tant que nos valeurs seront « : spéculation, prestige,pouvoir, honneur, mensonge, égoïsme ...... ». Nous ne changerons rien et pourtant des solutions existent. N'attendons rien des pouvoirs et institutions, prenons notre destin en mains, oui gratuits et autogérés pour responsabiliser l'homme à se gouverner lui-même pour le bonheur de tous. 
  
4°ACTION : Le choix et la liberté du citoyen de son habitat même précaire,  qui ne répondent pas nécessairement aux normes des services technico-sanitaires.  
http://lo-g-au-so.asso-web.com/24+tract-simple.html

semblée Nationale

lité, Fraternité!"
http://stan-nourel.jimdo.com/coup-de-gueule-n-5/

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche