Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 02:22

Les révolutions arabes, où est l’islamisme ?

 

 

 

 

 

 

 

 

(..) Mais voilà, ce que viennent de faire les Tunisiens et les Egyptiens a bouleversé les préjugés simplistes, qui conçoivent la révolution arabe comme étant forcément fanatisée, encadrée par de dangereux islamistes ayant leurs couteaux entre les dents. Et brusquement, la révolte arabe est pacifique et ne demande rien d’autre que la liberté, la dignité, la justice et la démocratie.

 

Depuis le 11 septembre, le concept d’ islamisme est devenu une arme psychologique et une propagande islamophobe utilisé afin de façonner l’inconscient des masses et de faire accepter leurs régimes autoritaires et leurs politiques d’humiliations.

 

http://www.legrandsoir.info/Les-revolutions-arabes-ou-est-l-islamisme.html

 

 

____________________________________________________________________________________________

 

.

 

 

La laïcité, utilisée comme arme de guerre antimusulmane

par les milieux sionistes et pro-sionistes islamophobes

 

Après le « débat » sur l’identité  nationale,

la « Commission contre la burqua »,

les Assises contre l’islamisation de la France"", (sic)

les propos de Marine le Pen du Front National sur « l’occupation » de rues par les musulmans,

le discours de Sarkozy au Dîner du CRIF soulignant « les racines juives de la France  » ;

Copé et d’autres, veulent relancer  « le débat » sur   « la place de l’islam et des musulmans en France » .

 

Cela fait quand même beaucoup depuis environ un an ! Comme s’il n’y avait pas d’autres sujets infiniment plus importants à traiter !

 

On prend bien sûr le soin de dire que  ce sont « les extrémistes musulmans », qui sont visés. C’est ce même « argument » qui fut utilisé par l’hebdomadaire « Charlie Hebdo » en 2007, pour justifier la publication de caricatures islamophobes.

 

Mais qu’est-ce donc, qu’un « extrémiste musulman » ? Mais où sont donc, ces « extrémistes musulmans » ? ; Car en trente ans de conversion à l’Islam et 17 ans de vie dans des « banlieues », je n’en ai jamais rencontré un seul !

 

Par contre, j’ai vu (et subi  leurs exactions aussi !) beaucoup d’extrémistes et d’extrémismes dans ma vie, aucun n’était musulman !

 

Si les faits de réfléchir et d’oser revendiquer toute sa place, mais rien  que la place qui nous revient dans notre propre pays, est de « l’extrémisme », alors, je dois être aussi « un extrémiste » !

 

Force m’est de constater en permanence, que les extrémistes ne sont pas les musulmans qualifiés « d’extrémistes », mais bien les individus qui les qualifient ainsi ;  et qui n’ont cesse d’inciter à la haine à leur égard.

 

Nos concitoyens musulmans sont majoritairement relégués à des emplois de service ;  et l’on se permet encore aujourd’hui de leur dire « vous occupez trop de place ». C’est à vomir !

 

Au lieu de pointer du doigt sans cesse les musulmans, à propos de tout et de rien ; à coups de  prétendus « débats », de « commissions », de « lois » de « discours » ; les politiques, le président de la République seraient mieux inspirés de respecter et de faire respecter les principes fondateurs de la république. Et en premier lieu, celui de l’Egalité entre les citoyens ; alors que nous entendons dans leur bouche que des discours de préférence, voire de servilité, à l’égard des uns, et de mépris et de haine à l’égard des autres.

 

Mais le président de la République et les élus politiques, en principe au service de TOUS LES CITOYENS, apparaissent de plus en plus (et je suis bien en dessous de la réalité !) comme aux ordres d’une minorité de citoyens, contre l’ensemble des citoyens !

 

On nous parle encore d’intégration à propos des musulmans, alors que beaucoup de musulmans sont présents depuis plusieurs générations en France et sont même des « Français de souche ». De qui se moque-t-on !

 

Mais d’où vient donc cette obsession à l’égard des musulmans ? Qui distille et entretient cette haine et suspicion à l’égard des musulmans et ce refus de les regarder et de les voir comme des citoyens majeurs et égaux ?

 

Tout naturellement des milieux sionistes  qui veulent  renforcer leur suprématie et leurs privilèges sur les autres ; et qui refusent l’égalité pour les concitoyens musulmans.


Des milieux, qui se sont alliés à de prétendus « nationalistes » ou « laïcs », -qui ne sont en fait que leurs supplétifs-, chargés de mener avec eux un terrorisme psychologique à l’égard de tous ; de déconstruire l’islam et les musulmans, pour les reconstruire sous les traits les plus affreux et mensongers possibles.

 

Ces prétendus « nationalistes » et « laïcs » seulement contre l’Islam et les musulmans, -il est important de le préciser-, ont pour mission de susciter et de « légitimer » toujours plus de répression, de discriminations  et d’interdictions à l’égard des musulmans,  pour les déposséder de leur être, en tant que citoyens, musulmans et êtres humains.

 

Le but étant de parvenir à terme à la soumission de tous au culte idolâtre de l’idole, et de régner en maîtres sur un troupeau d’esclaves et de robots.

 

Indignons-nous, mobilisons-nous, révoltons-nous, pour faire échec à ce qu’ils ont prévu pour nous !

 

 

Daniel  Milan

 

Contact : milan.daniel@yahoo.fr

 

Lien avec l’article

http://lejournaldessurvivants.centerblog.net/240-la-laicite-utilisee-comme-arme-de-guerre-antimusulmane

 

Lien avec les articles et les dossiers de Daniel Milan, ainsi qu’avec l’Essentiel de l’actualité

http://portailantitotalitaire.unblog.fr/2010/10/05/lessentiel-de-lactualite/

 

.

 

 

2 réponses à l'Islamophobie d'Etat :

 

D'abord Volaire :
 
 
 
Et puis Bourdieu :
 
Il vient du fond des pays islamiques une question très profonde à l’égard du faux universalisme occidental, de ce que j’appelle l’impérialisme de l’universel. (…) S’il est vrai que certain universalisme n’est qu’un nationalisme qui invoque l’universel (les droits de l’homme, etc.) pour s’imposer, il devient moins facile de taxer de réactionnaire toute réaction fondamentaliste contre lui.
Le rationalisme scientiste, celui des modèles mathématiques qui inspirent la politique du FMI ou de la Banque mondiale, celui des Law firms, grandes multinationales juridiques qui imposent les traditions du droit américain à la planète entière, etc., ce rationalisme est à la fois l’expression et la caution d’une arrogance occidentale, qui conduit à agir comme si certains hommes avaient le monopole de la raison, et pouvaient s’instituer, comme on le dit communément, en gendarmes du monde, c’est-à-dire en détenteurs autoproclamés du monopole de la violence légitime. La violence terroriste, à travers l’irrationalisme du désespoir dans lequel elle s’enracine presque toujours, renvoie à la violence inerte des pouvoirs qui invoquent la raison. La coercition économique s’habille souvent de raisons juridiques. L’impérialisme se couvre de la légitimité d’instances internationales. Et il tend à susciter ou à justifier au sein des peuples arabes, sud-américains, africains, une révolte très profonde contre la raison qui ne peut pas être séparée des abus de pouvoir qui s’arment ou s’autorisent de la raison (économique, scientifique ou autre). Ces « irrationalismes » sont en partie le produit de notre rationalisme, impérialiste, envahissant, conquérant ou médiocre, étriqué, défensif, régressif et répressif, selon les lieux et les moments. C’est encore défendre la raison que de combattre ceux qui masquent sous les dehors de la raison leurs abus de pouvoir ou qui se servent des armes de la raison pour asseoir ou justifier un empire arbitraire. (…)
Ce qui est en jeu, aujourd’hui, c’est la reconquête de la démocratie contre la technocratie : il faut en finir avec la tyrannie des « experts », style Banque mondiale ou FMI, qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan, « les marchés financiers », et qui n’entendent pas négocier, mais « expliquer » ; il faut rompre avec la nouvelle foi en l’inévitabilité historique que professent les théoriciens du libéralisme (…). On peut récuser le technocratisme autoritaire sans tomber dans un populisme, auquel les mouvements sociaux du passé ont trop souvent sacrifié, et qui fait le jeu, une fois de plus, des technocrates : je pense en effet qu’on ne peut combattre efficacement la technocratie, nationale et internationale, qu’en l’affrontant sur son terrain privilégié, celui de la science, économique notamment, et en opposant à la connaissance abstraite et mutilée dont elle se prévaut, une connaissance plus respectueuse des hommes et des réalités auxquelles ils sont confrontés. (…)
La crise d’aujourd’hui est une chance historique pour tous ceux, chaque jour plus nombreux, qui, en Europe et ailleurs dans le monde, refusent la nouvelle alternative : libéralisme ou barbarie.
Pierre Bourdieu, "Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale", Ed. Liber-Raisons d’Agir, 1998.


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche