Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 01:09

 

 

 

Nucléaire : Israël s'apprêterait à frapper l'Iran

jeudi 16 février 2012

+ LIRE AUSSI : La crise du nucléaire iranien depuis 2005

Benyamin Nétanyahou estime qu'il reste peu de temps pour stopper le programme nucléaire de Téhéran. Mais l'aviation israélienne peut-elle réussir, seule, un raid aussi lointain ?

Repères

 

Israël est-il sur le point de bombarder l'Iran ?

Pour nombre de médias israéliens, la question n'est plus « si » mais « quand ». Le Premier ministre, Benyamin Nétanyahou, et son ministre de la Défense, Ehoud Barak, estiment qu'Israël doit par tous les moyens stopper le programme nucléaire de l'Iran, afin d'« empêcher une nouvelle Shoah ». Et qu'il faut faire vite. Car Téhéran enterre de plus en plus profondément ses ateliers nucléaires, pour les mettre à l'abri des bombes anti-bunkers. L'usine d'enrichissement d'uranium de Fordo (centre) a été creusée sous une montagne.

Mais il n'est pas sûr que Nétanyahou soit majoritaire parmi les 14 membres du cabinet de sécurité, auxquels il a imposé le silence. Pas acquis non plus que l'armée y soit prête : l'ex-chef de l'état-major, Gaby Ashkenazi, refusait d'agir sans feu vert ni soutien des États-Unis.

L'Iran fabrique-t-il vraiment une bombe atomique ?

Téhéran le nie. Ses travaux nucléaires, révélés en 2002 par des opposants, viseraient à la production d'électricité. Pour les Occidentaux, c'est un paravent derrière lequel les Gardiens de la révolution mettent au point une bombe atomique. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'a plus guère de doute. Dans son rapport de novembre 2011, elle affirme que l'Iran s'est procuré des plans de bombe, a mis au point des détonateurs et testé des charges de « forme hémisphérique », caractéristiques de l'arme nucléaire.

Il y a enfin l'obstination de Téhéran : plutôt que de geler l'enrichissement d'uranium, un gage de bonne volonté réclamé par l'Onu, le régime accélère le pas. Geste de défi : hier, le président Ahmadinejad a chargé des plaques d'uranium made in Iran dans un réacteur de recherche.

Un Iran nucléaire serait-il une menace ?

Une menace de prolifération de l'arme nucléaire, assurément. Une menace pour la paix mondiale, comme le clame Israël ? À voir. La République islamique pourrait s'arrêter sur le « seuil », comme le Japon, capable à tout moment de se doter de la bombe. L'Iran chiite se sent menacé : huit années de guerre avec l'Irak de Saddam Hussein (1980-1988) ; des brigades de soldats américains à ses portes depuis une décennie, en Irak et en Afghanistan ; des monarchies sunnites surarmées de l'autre côté du Golfe...

Enfin, des voisins qui ont acquis la bombe atomique au mépris des traités internationaux : le Pakistan... et Israël, qui possède au moins 80 ogives. Téhéran voudrait une arme de dissuasion, comme la France. Une assurance-vie. La « destruction mutuelle assurée » avec Israël assurerait un équilibre de la terreur, comme entre Moscou et Washington au temps de la Guerre froide. Reste que la rhétorique agressive de Mahmoud Ahmadinejad, qui qualifie Israël de « cancer » voué à la destruction, introduit une grosse dose d'incertitude...

Quelle est la position des Occidentaux ?

Ils estiment que les opérations de sabotage ont retardé l'échéance de plusieurs années, et continuent de miser sur les sanctions pour raisonner l'Iran. Aux quatre trains de sanctions décidés par l'Onu, Américains et Européens ont ajouté un embargo contre les banques et les exportations de pétrole, première ressource de l'Iran.

Cet empilement commence à affecter la population : le rial s'effondre, l'inflation atteint 21 % en janvier. À neuf mois de la présidentielle, Obama se porte garant de la sécurité d'Israël, mais il n'a aucune envie de tenter une nouvelle aventure militaire après l'Irak et l'Afghanistan. Les Européens mettent en garde Israël contre un incendie régional : Téhéran, qui dispose d'au moins 200 missiles Shahab-3, pourrait arroser Israël et tous les pays survolés. Et le Hezbollah libanais faire pleuvoir ses roquettes par solidarité chiite...

Les Israéliens ont-ils les moyens de frapper seuls ?

C'est l'autre grande question. Ils ont déjà effectué de tels raids, contre le réacteur irakien Osirak, en 1979, et contre une usine suspecte à Deir es-Zor, en Syrie, en 2007. Ils disposent d'une supériorité militaire, avec des bombardiers modernes, des moyens de brouillage dernier cri... Survoler l'Irak n'est pas la vraie difficulté, les Américains contrôlant toujours l'espace aérien. Le principal problème est la distance, qui nécessite soit un périlleux ravitaillement en vol, soit une escale à l'aller ou au retour... Sur l'une des bases américaines du Golfe ? Sur un aéroport « ami », au Kurdistan irakien, voire en Azerbaïdjan ? Si toutes les portes se ferment, les Israéliens pourraient, enfin, se résoudre à sacrifier quelques appareils, qu'ils précipiteraient en mer d'Oman après les raids. Resterait à repêcher leurs pilotes.

 

Bruno RIPOCHE.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Nucleaire-Israel-s-appreterait-a-frapper-l-Iran-_3637-2045156_actu.Htm

 

Chronologie. La crise du nucléaire iranien depuis 2005

Nucléaire jeudi 16 février 2012

 

Israël s’apprêterait à frapper l’Iran pour stopper le programme nucléaire de Téhéran. Voici les dates-clés de la crise du nucléaire iranien depuis 2005 :

 

2005

- 8 août : L’Iran reprend des activités nucléaires dans son usine de conversion d’uranium d’Ispahan (centre), suspendues depuis 2004 en accord avec l’UE-3 (France, Allemagne, Grande-Bretagne).

2006

- 10 jan : L’Iran lève les scellés de plusieurs centres de recherche nucléaire.

- 5 fév : L’Iran cesse d’appliquer le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

- 11 avr : L’Iran annonce avoir procédé à son premier enrichissement d’uranium (3,5 %, puis 4,8 % en mai).

- 23 déc : Sanctions économiques de l’ONU (renforcées en 2007 et 2008).

2007

- 9 avr : L’Iran annonce être passé à l’enrichissement industriel.

2009

- 9 avr : L’Iran lance la construction à Ispahan de la première usine de fabrication de combustible nucléaire.

- 25-28 sept : Révélation de la construction d’un site secret d’enrichissement à Fordo (centre).

- 27 nov : L’AIEA condamne l’Iran pour son programme nucléaire.

2010

- 9 fév : L’Iran lance la production d’uranium enrichi à 20 %, après l’échec d’un projet d’échange d’uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20 % par la Russie et la France.

- 9 juin : L’ONU élargit les sanctions, suivie par les Etats-Unis, l’UE, le Canada, l’Australie, le Japon et la Corée du Sud qui adoptent des sanctions économiques plus dures.

- 21 août : Téhéran lance le chargement de la première centrale nucléaire iranienne construite par la Russie à Bouchehr (sud).

- 5 déc : L’Iran annonce sa première production de poudre d’uranium.

2011

- 22 jan : A Istanbul, échec des discussions Iran/5+1 (USA, Russie, Chine, France et GB, plus l’Allemagne), reprises en décembre à Genève après 14 mois d’interruption.

- 19 juil : L’Iran annonce l’installation de centrifugeuses plus rapides, puis le 22 août, le transfert des centrifugeuses de Natanz à Fordo.

- 8 nov : L’AIEA, qui enquête depuis environ huit ans, évoque dans un rapport une "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien.

- 27 déc : Téhéran menace de fermer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions visant ses exportations de pétrole. Sévère mise en garde de Washington.

- 31 déc : Washington renforce ses sanctions contre le secteur financier de l’Iran. Celles-ci permettent de geler les avoirs de toute institution financière étrangère qui commercerait avec la Banque centrale iranienne dans le secteur du pétrole.

2012

- 1er jan : L’Iran annonce avoir testé pour la première fois des barres de combustible nucléaire produites localement.

- 9 jan : L’AIEA annonce que l’Iran a commencé la production d’uranium enrichi à 20 % sur son site de Fordo et que le matériel nucléaire dans l’installation est sous surveillance de l’agence.

- 11 jan : Assassinat d’un responsable du site nucléaire de Natanz, 4e scientifique iranien tué en deux ans.

- 23 jan : Sanctions de l’UE imposant un double embargo sur le pétrole et la banque centrale iranienne.

- 15 fév : L’Iran annonce la mise au point de centrifugeuses plus performantes et la production de combustible enrichi à 20 % pour le réacteur de recherche de Téhéran, tout en se disant prêt à reprendre les négociations 5+1. Le président Ahmadinejad annonce également la mise en service de 3 000 nouvelles centrifugeuses sur le site de Natanz, portant le total à 9 000.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Chronologie.-La-crise-du-nucleaire-iranien-depuis-2005_6346-2045187-fils-tous_filDMA.Htm

 

.

 

 

La Chine s'oppose à une intervention armée en Syrie (officiel)  16/02/2012



BEIJING, 16 février (Xinhua) -- La Chine désapprouve toute intervention armée ou tentative d'imposer un soi-disant "changement de régime" en Syrie, a déclaré jeudi Zhai Jun,vice-ministre chinois des Affaires étrangères .

Il s'est ainsi exprimé lors d'une conférence de presse au sujet de la situation syrienne.

"Nous condamnons tous les actes de violence à l'encontre des civils innocents et nous exhortons le gouvernement syrien et tous les partis politiques à mettre un terme immédiatement et complètement aux actes de violence et à restaurer rapidement la stabilité et l'ordre social", a appelé M. Zhai, lors d'une interview accordée aux médias.

Le gouvernement chinois poursuit une politique étrangère d'indépendance et de paix, et s'engage à maintenir la paix et la stabilité régionale et internationale, a-t-il souligné, ajoutant que la Chine suit de près l'évolution de la situation et est profondément inquiète de l'escalade de la crise qui a causé des victimes civiles et affecté la paix et la stabilité dans la région.

M. Zhai effectuera une visite en Syrie du 17 au 18 février en tant qu'envoyé spécial du gouvernement chinois pour échanger des points de vue avec le gouvernement syrien et les parties concernées sur la situation actuelle du pays et préconiser une solution pacifique et appropriée à la crise, a annoncé jeudi Liu Weimin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"Nous exhortons le gouvernement syrien à écouter les volontés de réforme et de développement légitimes du peuple et appelons les différentes factions politiques à exprimer leurs aspirations politiques par des moyens non violents et conformément à la loi", a poursuivi M. Zhai.

Nous appelons toutes les parties concernées en Syrie à lancer au plus vite des dialogues politiques inclusifs sans conditions préalables et à discuter conjointement d'un plan de réforme politique global, a-t-il fait remarquer.

La Chine appelle aussi à la tenue d'un référendum sur le projet de nouvelle Constitution et d'élections législatives, ainsi qu'à l'établissement au plus tôt d'un gouvernement d'unité nationale.

La Chine comprend les préoccupations des pays arabes et de la Ligue arabe (AL) concernant une résolution rapide de la question syrienne et apprécie le rôle important ainsi que les efforts des pays arabes et de l'AL pour trouver une solution politique, a fait savoir M. Zhai.

"Nous espérons que la question syrienne soit résolue dans le cadre de l'AL par le biais de moyens politiques et pacifiques", a déclaré M. Zhai.

http://french.news.cn/chine/2012-02/16/c_131414802.htm
Chiron

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche