Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 01:35

J'accuse l'Occident d'être responsable des malheurs des Haïtiens (eva R-sistons) 

.

plage001

http://lewebpedagogique.com/parlonsen/tag/haiti-histoire-12-janvier-2010-seisme/

 

 

Haïti décimé... par l'Occident !

par eva R-sistons

 

 

Haïti, un pays décimé. Par la pauvreté ? Par les aléas climatiques ? Par la maladie ? Non, par l'Occident ! J'accuse l'Occident, une fois de plus... Passivité ? Non, action. Mais dévastatrice !

 

Souvenez-vous: J'avais publié, ici-même, sur ce blog (§), un article sur l'île de San Diego ("le vrai visage du capitalisme anglo-saxon"), devenue la principale base américaine pour ses aventures impériales. Elle était idéalement située, sur le plan géo-politique. Mais elle était habitée. Avec la bénédiction de Sa Gracieuse majesté, la Reine d'Angleterre, la G.B. et ses alliés américains (vous savez, les descendants des pionniers qui ont conquis l'Ouest en massacrant les autochtones) se sont installés dans cette île paradisiaque après avoir, au préalable, éjecté tous les habitants (déportés en Angleterre, parqués dans des bidonvilles, livrés au chômage et à l'alcool) qui vivaient en osmose avec une nature généreuse. Déportés comme d'autres avant eux ! Dans l'indifférence générale, mais, aujourd'hui sujets de la G.B., commençant à faire valoir leurs droits avec des avocats sensibles à la question. 


Ceci pour dire que quand les grands démocrates occidentaux ont des envies, ils les satisfont quel que soit le prix payé par les populations. Les gêneurs sont éliminés, déportés, anéantis; et les animaux gazés ! Comme dirait Bush, le bon peuple américain est animé par l'esprit du Bien, il est envoyé en mission par Dieu lui-même, et c'est un ardent défenseur des libertés. Comprenne qui pourra !

 

haiti-sauveteurs-US.jpg

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-diaporamas/p-6600-Haiti-Les-sauveteurs-a-Port-au-Prince.htm

 

Or donc, cette fois les Américains, toujours eux, ont jeté leur dévolu sur Haïti, située elle aussi, pour son malheur, dans une zone stratégique. Qu'y avait-il, sur cette île ? Pff ! De pauvres Noirs, de simples Noirs, et la vie d'un Noir vaut-elle celle d'un Blanc ? On connaît le goût des descendants des pionniers tant pour les Noirs que pour les Amérindiens. Bref, il fut décidé que l'île serait mieux dans l'escarcelle des bons Américains, et tout fut mis en oeuvre pour qu'il en soit ainsi.

 

Première étape, les aléas climatiques. Aléas ? Vraiment ? Les spécialistes des techniques "haarpiennes" ont un peu aidé le climat. Et la terre trembla, trembla, trembla, occasionnant une multitude de morts. On envoya des journalistes des grands Médias occidentaux, et le monde eût droit à des images attendrissantes. Occident sauveur, Occident bienfaisant ! Tiens, par exemple, Israël avait délégué  une équipe, et justement les caméramans eurent l'excellente idée de filmer les sauveteurs hébreux en train de sortir une fillette des décombres. Alors, ils sont pas chouettes, les citoyens israéliens, hein ? Sarkozy a aussi dépêché quelques spécialistes des catastrophes naturelles, dûment filmés. Dans ces cas-là, ce n'est pas le nombre de bienfaiteurs qui compte, mais la médiatisation. 

 

sida_haiti.jpg

 

http://www.madinin-art.net/socio_cul/sida_haiti.htm

 

 

Comme un bonheur n'arrive jamais seul, les Américains ont débarqué, avec, dans leurs "valises", quantité d'évangéliques chargés de prêcher la bonne parole... américaine, évidemment. A défaut de donner à manger aux Haïtiens meurtris, ils apportèrent la nourriture spirituelle et, surtout, idéologique. Et puis...

 

Le monde vit de ses yeux une chose extraordinaire: Les sauveteurs américains n'étaient pas des pompiers, des médecins, mais... des soldats. Eh oui, dans leur hâte, les bons zamis du genre humain avaient oublié d'ôter leur uniforme. Et ils se mirent en devoir d'occuper toutes les parcelles de l'île, d'autant plus facilement que tout, absolument tout, était désorganisé. C'était le but, d'ailleurs ! Et l'on vit aussi l'admirable peuple haïtien tout supporter en chantant, dans une ferveur incroyable. Ils avaient tout perdu, mais pas leur foi et leur joie de vivre !

 

haïti les soldats aident et calment le peuple par la musique POP

aide américaine - http://michael-jackson-2009.fr/informations/king-of-pop-calme-les-foules-d-haiti-au-cours-des-missions-d-aide-de-l-armee

 

Après cette 2e étape, en treillis, arriva la troisième. Comme les grands bienfaiteurs occidentaux de l'humanité trouvaient sans doute qu'il y avait encore trop d'autochtones pour accomplir leurs projets comme à San Diego, ils laissèrent la misère prospérer, si je puis m'exprimer ainsi, prospérer, prospérer... car il y avait au final, sur l'île, plus de soldats que de médecins et d'humanitaires. 

 

Et ce qui devait arriver, arriva. Eau polluée, contaminée, famines, misère, dénuement, tempêtes, logements indécents, tout se ligua pour affaiblir encore un peu plus les malheureux Haïtiens. Aujourd'hui, les voici endurant un nouveau mal, le choléra. Quel sera le prochain fléau ?

 

PhotoHaiti120108.jpg

http://samedi.centerblog.net/rub-haiti-.html

 

Car les Maîtres du monde sont plus préoccupés de dépopulation et de géopolitique que de sauvetage humanitaire. Haïti, comme San Diego, doit tomber dans leur escarcelle, en jeu: De juteuses aventures impériales. Haïti est si bien située !

 

Et voici ce que, certainement, les Médias ne diront pas. Faut-il être effronté pour avoir de telles interprétations, n'est-ce pas ?

 

Et si la fiction, cette fois, rejoignait la réalité ?

 

Votre Eva R-sistons

 

(§) http://r-sistons.over-blog.com/article-ile-de-diego-garcia-le-vrai-visage-du-capitalisme-anglo-saxon-monstrueux-51076065.html  .

 

Diego_Garcia1.jpg



 

_______________________________________________________________________________

 

 

 

ColombNouveauMonde

 

.

I ) Histoire d’ Haïti

Pour en apprendre un peu plus sur l’histoire d’ Haïti, cliquez sur le lien suivant :

Histoire d’ Haïti

.

II) La vie en Haîti avant le 12 Janvier 2010

Le blog suivant vous permettra de découvrir certains aspects de la vie en Haïti :


Paysages haïtiens

 

 

 

Vous pouvez également visionner le diaporama suivant, qui présente les visages multiples du peuple haïtien :

Haïti chérie

.


III) Le séisme du 12 Janvier 2010

A la veille de l’ouverture d’Etonnant voyageurs en Haïti, un puissant tremblement de terre de magnitude 7 a frappé mardi 12 janvier l’Ouest d’Haïti dans la région de la capitale Port-au-Prince notamment Pétionville vers 17 heures ensevelissant de nombreuses personnes sous les décombres. Se sont effondrés le Palais présidentiel, un hôpital, l’Hôtel Montana, des bureaux, des magasins, des maisons à Port-au-Prince, Port-au-Prince mais aussi Jacmel et autres villes de Province…

.


6a00e5500b4a648833012876d45bb2970cLe séisme du 12 janvier 2010 intervient sur une faille active connue et étudiée pour sa potentialité à
produire des séismes majeurs. Cette faille n’avait pas été à l’origine de séisme important depuis près
de 200 ans.
Le séisme, localisé à proximité de la ville de Port-au-Prince (15 km), a causé de très importants dégâts.
L’importance des dommages est liée à la faible profondeur et la forte magnitude du séisme.

Deux articles scientifiques pour avoir des précisions :

Article CNRS

Article Planet.terre, ENS Lyon

.


IV) Les conséquences du séisme


A) Les destructions

haiti 1

Des dégâts considérables. Une grande partie de la capitale est entièrement détruite (voir le portfolio). Le Palais national s’est en partie effondré. Plusieurs ministères, le Parlement, des églises, des hôpitaux, des hôtels, des écoles et de nombreux établissements universitaires ont été détruits. Le président haïtien, René Préval, s’exprimant dans le Miami Herald, a qualifié les scènes dont il a été témoin d’ »inimaginables ». Les photos publiées, notamment via Twitter, témoignent de l’importance des dégâts.

La secousse a très fortement perturbé les communications dans un pays aux infrastructures déjà très rudimentaires, rendant quasiment impossible l’acheminement de blessés dans les centres hospitaliers encore debout. Les lignes téléphoniques sont coupées, et le seul moyen de communication encore viable est Internet. La prison principale de Port-au-Prince s’est elle aussi effondrée, permettant à « quelques détenus » de fuir. Des pillards ont été vus à l’œuvre dans un supermarché (Revivez l’évolution de la situation au fil de la journée).

La vidéo, accessible par le lien suivant, montre les dégâts à Port au Prince:

Vue aérienne de Port au Prince

.

B) Le bilan humain

Le séisme du 12 Janvier a fait 212.000 morts, selon un dernier bilan annoncé jeudi (4 février) par le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive. Ce dernier a aussi ajouté que le bilan était susceptible « d’augmenter un peu ». Le Premier ministre a également indiqué que 300.000 personnes avaient été blessées et que 4.000 autres avaient été amputées à la suite de la catastrophe.

haiti 2

 

.

C) La survie des haïtiens après le séisme

Des habitants qui ont tout perdu, leur maison, leur vie d’avant, se sont entassés dans le centre-ville transformé en immense camp de réfugiés. Ils réclament désespérément de l’eau, de la nourriture et des médicaments. Avec les heures qui passent, la température qui augmente, la situation empire. Certains en viennent à boire l’eau insalubre des fontaines publiques. Au fur et à mesure, les habitants de Port au prince ont cherché à fuir la capitale pour gagner l’étranger ou la province moins touchée que la capitale, mais où l’aide humanitaire accède difficilement, voire pas du tout.

Survivre

 

.

V) Un avenir incertain

Face à ce désastre, la communauté internationale et les ONG ont réagi rapidement en envoyant des secours. On ne peut que saluer le travail accompli par les sauveteurs et les différentes équipes envoyées sur place. Mais déjà, de nombreux obstacles, des désaccords entre les autorités locales et les Etats-Unis en particulier montrent que le chemin de la reconstruction sera long et difficile. La secousse de quelques instants va faire écho pendant de nombreuses années. Les lien suivants vous permettront de consulter un site régulièrement mis à jour.

.

Haïtipressnet

infohaïti

.

L’espoir réside dans la force du peuple haïtien et sa capacité à surmonter les épreuves.

.


0000419142-0_w_230_h_230.jpg

 

http://lewebpedagogique.com/parlonsen/tag/haiti-histoire-12-janvier-2010-seisme/

 

 

Aider Haïti,

ou l'occuper ?

 

Ingérence américaine

 

En Haïti, l'armée américaine reste toujours objet de suspicions... Mardi 19 janvier, ses hélicoptères se posent en force devant les ruines du palais présidentiel à Port-au-Prince, afin de sécuriser l'hôpital de campagne qui y est installé. L'image choque immédiatement. Parmi les sinistrés qui campent sur la place présidentielle, les nerfs sont à fleur de peau. "Nous sommes dans une situation de précarité alimentaire et sanitaire, et on nous envoie des soldats !" lance un jeune homme, le regard révolté. "Haïti n'est pas en guerre ! Nous avons besoin de nourriture, de solidarité, et non d'occupation !"


Sous les encouragements, trois hommes partent à l'assaut des grilles du palais pour y accrocher le drapeau national. " Les Américains apportent des armes, des avions blindés, des hélicoptères, ils essaient de contrôler les ports et les aéroports ", s'emporte un sinistré. En choeur, le groupe entonne en français, puis en créole, La Dessalinienne, l'hymne national : " Pour le pays, pour les ancêtres, marchons unis. Dans nos rangs point de traîtres, du sol soyons seuls maîtres ... "


Rouleau compresseur


La présence des Etats-Unis est " généralement bienvenue ", explique Rotchild François Junior, un journaliste haïtien. Dans les rues de Port-au-Prince, il n'est pas rare ainsi de voir des tee-shirts à l'effigie de Barack Obama. " Les Américains sont très utiles pour le moment. On se demande comment on ferait sans eux ", ajoute le journaliste, reconnaissant toutefois que " certains Haïtiens se demandent s'ils ne sont pas là pour nous occuper définitivement ".


Lorsque l'armée américaine a pris, au lendemain du séisme, le contrôle du minuscule aéroport de Port-au-Prince, rétablissant le trafic aérien, elle a privilégié ses propres avions, au détriment de l'aide humanitaire. " Il s'agit d'aider Haïti, il ne s'agit pas d'occuper Haïti ", a alors lancé le secrétaire d'Etat français à la coopération, Alain Joyandet. Même le commandant des casques bleus, le général brésilien Floriano Peixoto Vieira Neto, s'est irrité du rouleau compresseur américain.


Depuis, la diplomatie a fait son oeuvre. Dimanche 24 janvier, casques bleus brésiliens et GI américains se sont retrouvés au petit matin dans le bidonville de Cité Soleil, pour procéder, devant les caméras, à une distribution de nourriture. Habitués du quartier, les commandos brésiliens contrôlent la foule et organisent les files d'attente, pendant que les soldats américains distribuent des rations estampillées " Cadeau des Etats-Unis d'Amérique ".


" Il y a plein de nourriture, restez calmes ! ", lance un soldat américain que personne ne semble comprendre. Un autre ne sait que faire de deux enfants qui marchent à peine et qu'un père lui a confiés, pour mieux progresser dans la file d'attente. Observant la scène sur le côté, le général Peixoto et son homologue américain, le général Keen, font assaut d'amabilités.


Trop présentes, les forces américaines ? " Nous sommes ici à l'invitation du président Préval ", explique le gradé américain. " Mais nous avons besoin des troupes et de la logistique. Ce serait une tragédie, si nous n'avions pas assez de forces pour nourrir les gens ", insiste-t-il.


Andrew Salamo, un officier originaire du Midwest, qui commande 142 hommes, semble détendu. " Je me promène sans arme, sauf mon pistolet, et c'est pour ne pas le perdre car je serais dans la m... ", dit-il. "L'histoire entre les Etats-Unis et Haïti, n'a pas toujours été jolie, mais nous sommes ici pour aider", assure l'officier. " Dans les rues, les gens nous voient comme des rock-stars, s'amuse-t-il, mais, on veut gagner leur respect en les aidant. "


Au large de Port-au-Prince, sur l'USNS Comfort, un immense navire-hôpital blanc, la présence américaine offre un autre visage. L'officier Mill Etienne, un neurologue de la marine, officie en créole auprès de Haïtiens blessés, qui ont été héliportés. Sa famille a fui l'île alors qu'il avait 5 ans. Passé par Yale et Columbia, il a rejoint l'armée après les attentats du 11 septembre 2001. " C'est un honneur de revenir aider le pays ", explique-t-il. La salle des urgences, impeccable, grouille de blessés dont les membres ont été écrasés. " On doit faire beaucoup d'amputations ", regrette le jeune neurologue.


Robert Fetherston, un chirurgien qui coordonne les salles d'opération, est au bord des larmes. " Je n'ai jamais vu ça... Je soigne des enfants qui ont le même âge que les miens... Parfois, je dois me cacher pour pleurer. " Plus loin, une infirmière militaire pousse une couveuse qui abrite un minuscule bébé. Son prénom est Esther. " Sa maman avait des os brisés, on a dû sortir le bébé pour la soigner, raconte-t-elle. Elle est née un mois avant terme mais elle s'en est bien sortie, et la maman aussi. C'est génial de pouvoir aider, et c'est ce qu'on fait. "


PS : Ce dossier, réalisé par Philippe Bolopion, a été publié dans l'édition du quotidien Le Monde en date du 28 janvier 2010.

Voir également sur ce blog :  Haïti : l'Union européenne décide l'envoi de trois cents gendarmes ainsi que les articles qui y sont mentionnés.

 

http://www.regards-citoyens.com/article--l-ingerence-americaine-dossier-special-haiti---le-monde--43776627.html

(Dossier spécial Haïti Le Monde, Par De La Boisserie)

 

3760_haiti%202-2%20309.jpg

 

L'ingérence étrangère et la « démocratie haïtienne » : Quels sont les enjeux ?

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21669

.

 

 

Haiti, ingérence humanitaire ou intervention hégémonique ?

http://ufpweb.org/etudes/haiti.htm

.

.

 

 

HAARP: Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par l'armée des États-Unis


Par Michel Chossudovsky, publié dans la revue The Ecologist et sur Global Research

« HAARP est une arme de destruction massive, capable de déstabiliser des systèmes agricoles et écologiques au niveau mondial. »

« "La guerre climatique" est susceptible de menacer l'avenir de l'humanité, mais elle a été exclue des rapports du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2007. »

 

HAARP: Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par l'armée des États-Unis
Rarement reconnu dans le débat sur le changement climatique mondial, les conditions météorologiques dans le monde peuvent maintenant être modifiées dans le cadre d'une nouvelle génération d'armes électromagnétiques sophistiquées. Les États-Unis et la Russie ont développé la capacité de manipuler le climat à des fins militaires.

Des techniques de modification de l'environnement ont été appliquées par l'armée US pendant plus d'un demi-siècle. Le mathématicien étasunien John von Neumann, en lien avec le Département de la Défense des États-Unis, a débuté ses recherches sur la modification des conditions météorologiques à la fin des années 1940, au plus fort de la Guerre Froide, et il prévoyait des « formes de guerre climatique encore inimaginables. » Pendant la guerre du Vietnam, les techniques d'ensemencement des nuages ont été utilisées à partir de 1967 dans le cadre du projet Popeye, dont l'objectif était de prolonger la saison des moussons et de bloquer les voies d'approvisionnement ennemies le long de la route de Ho-Chi-Minh-Ville [NDT : À l’époque de la guerre du Vietnam, Ho-Chi-Minh-Ville était connue sous le nom de Saigon].

L'armée US a développé des fonctionnalités sophistiquées qui permettent de modifier les conditions climatiques de manière sélective. La technologie, qui est actuellement perfectionné dans le cadre du programme HAARP, High-frequency Active Auroral Research Program [En français : Recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales], est un appendice de l'Initiative de Défense Stratégique, « la Guerre des Étoiles. » D’un point de vue militaire, HAARP est une arme de destruction massive, qui opère à partir de l'atmosphère externe et qui est capable de déstabiliser des systèmes agricoles et écologiques partout dans le monde.

La modification des conditions météorologiques, selon le document de l'US Air Force intitulé AF 2025 Final Report, « offre aux combattants de guerre un large éventail d'options possibles pour faire échec ou pour contraindre un adversaire, » des capacités, dit-on, de déclencher des inondations, des ouragans, des sécheresses et des tremblements de terre: « La modification des conditions météorologiques va devenir un élément de la sécurité intérieure et de la sécurité internationale et elle pourrait se faire de manière unilatérale… Elle pourrait avoir des applications offensives et défensives et pourrait même être utilisé comme moyen de dissuasion. La capacité de générer des précipitations, du brouillard et des tempêtes sur terre ou de modifier la météo spatiale … de même que la création de conditions météorologiques artificielles sont une partie d'un ensemble intégré de technologies [militaires]. »

En 1977, une Convention Internationale a été ratifiée par l'Assemblée générale des Nations Unies qui interdit, « un usage militaire et toute autre forme d’utilisation hostile des techniques de modification environnementale ayant des effets étendus, durables ou graves. » Elle a défini « les techniques de modification environnementale » comme « toute technique pour changer, grâce à une manipulation délibérée des processus naturels, la dynamique, la composition ou la structure de la terre, y compris ses biotes, sa lithosphère, son hydrosphère et son atmosphère, ou de l'espace intersidéral. »

Bien que le fond de la Convention de 1977 a été réaffirmé dans la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) signée au Sommet de la Terre à Rio en 1992, le débat sur la modification météorologique à des fins militaires est devenue un tabou scientifique.

Les analystes militaires sont muets sur le sujet. Les météorologistes n’enquêtent pas sur cette question et les écologistes se concentrent sur les émissions de gaz à effet de serre en vertu du Protocole de Kyoto. Il n'est pas non plus question de la possibilité que les manipulations climatiques ou environnementales fassent parties d'un agenda militaire ou des service de renseignement, alors qu’il est tacitement reconnu qu’elles font partie du débat plus large sur les changements climatiques sous l'égide de l'ONU.
haarp-alter.jpg

Le Programme HAARP

Créé en 1992, HAARP, basé à Gokona en Alaska, est un réseau d’antennes de forte puissance qui transmettent par ondes radios haute fréquence, d'énormes quantités d'énergie dans l'ionosphère (la couche supérieure de l'atmosphère). Leur construction a été financée par l'US Air Force, l'US Navy et l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense [Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA)]. Exploité conjointement par le Laboratoire de recherche de l'Air Force et le Bureau de la recherche navale, HAARP constitue un système de puissantes antennes capable de créer «des modifications locales contrôlées de l'ionosphère». Selon son site Internet officiel, www.haarp.alaska.edu , HAARP sera utilisé « pour induire un petit changement localisé dans la température de l'ionosphère afin que les réactions physiques puissent être étudiées par d'autres instruments située sur le site ou à proximité du site de HAARP. »

Mais Rosalie Bertell, la présidente de l'Institut international des affaires de santé publique [International Institute of Concern for Public Health],a déclare que HAARP fonctionne comme « un gigantesque appareil qui peut causer d'importantes perturbations dans l'ionosphère, ce qui crée non seulement des trous, mais de longues incisions dans la couche protectrice qui empêche les radiations mortelles [en provenance de l’espace sidéral] de bombarder la planète. »

Le physicien Dr Bernard Eastlund l’a appelé « le plus grand appareil de chauffage de l’ionosphère jamais construit. » HAARP est présenté par l'US Air Force en tant que programme de recherche, mais les documents militaires confirment que son objectif principal est « d’induire des modifications ionosphériques » en vue de modifier les conditions météorologiques et de perturber les communications et les radars.

Selon un rapport de la Douma d’État russe: « Les plans étasuniens visant à réaliser des expériences à grande échelle sous le Programme HAARP [et] de créer des armes capables de rompre les lignes de communication radio et les équipements installés sur les engins spatiaux et les fusées, provoquent de graves accidents dans les réseaux d'électricité et dans les oléoducs et les gazoducs et ils ont un impact négatif sur la santé mentale de régions entières. »

Une analyse des déclarations émanant de l'US Air Force nous fait penser à l'impensable: les manipulations clandestines de phénomènes météorologiques, des communications et des réseaux d'électricité comme arme de guerre mondiale, permet aux États-Unis de perturber et de dominer des régions entières. La manipulation météorologique est l'arme préventive par excellence. » Elle peut être dirigée contre des pays ennemis ou des « pays amis » à leur insu et être utilisée pour déstabiliser les économies, les écosystèmes et l'agriculture. Elle peut également déclencher des ravages sur les marchés financiers et les marchés de produits. La perturbation dans l'agriculture crée une plus grande dépendance de l'aide alimentaire et des grains de céréales de base importés des États-Unis et d'autres pays occidentaux.

HAARP a été élaboré dans le cadre d'un partenariat anglo-étasunien entre Raytheon Corporation qui possède les brevets de HAARP, l'US Air Force et la compagnie British Aerospace Systems (BAES).

Le projet HAARP est l'un des nombreux projets de collaboration dans le domaine des systèmes d'armement entre les deux géants de la défense. Le projet HAARP a été lancé en 1992 par Advanced Power Technologies Inc (APTI), une filiale de la société Atlantic Richfield (ARCO). APTI et ses brevets HAARP ont été vendus en 1994 par ARCO à E-Systems Inc. E-Systems Inc, engagé par contrat pour la CIA et le Département de la défense des États-Unis, est équipé du « Doomsday Plan [NDT : le plan de l’Apocalypse], » qui « autorise le Président à gérer une guerre nucléaire. » Le tout a été par la suite acquis par Raytheon Corporation, une compagnie qui compte parmi les plus importants fournisseurs de renseignement dans le monde. La compagnie British Aerospace Systems (BAES) a été impliquée dans le développement plus sophistiqué du réseau d’antennes HAARP, dans le cadre d'un contrat signé en 2004 avec l'Office de la Recherche Navale [Office of Naval Research].

L'installation de 132 émetteurs de fréquence élevée a été confiée par BAES à sa filiale étasunienne, BAE Systems Inc. Selon un reportage publié en juillet par Defense News, le projet a été entrepris par la division de Guerre Électronique de BAES. En septembre, elle a reçu de l’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) la principale récompense pour la réalisation technique de la conception, la construction et l'activation du réseau d'antennes HAARP. Le système HAARP est pleinement opérationnel et à bien des égards, il éclipse les systèmes d'armes stratégiques conventionnels existants. Bien qu'il n'existe pas de preuve formelle de son utilisation à des fins militaires, les documents de l'US Air Force laissent entendre que HAARP fait partie intégrante de la militarisation de l'espace. Par ailleurs, il est vraisemblable que les antennes ont déjà été soumises à des tests d’essai.

En vertu de la CCNUCC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a pour mandat « d'évaluer les informations scientifiques, techniques et socioéconomiques utiles pour la compréhension des changements climatiques. » Ce mandat comprend une guerre écologique. « La géo ingénierie » est reconnue, mais les applications militaires implicites ne sont ni l'objet d'analyse politique ni l’objet de recherche scientifique dans les milliers de pages des rapports du GIEC et des documents connexes, qui pourtant sont appuyés sur l'expertise et les contributions de quelque 2500 scientifiques, décideurs et écologistes. « La guerre climatique » est susceptible de menacer l'avenir de l'humanité, mais elle a été exclue des rapports du GIEC, qui a reçu le Prix Nobel de la paix en 2007.

Michel Chossudovsky est professeur d’économique à l’université d’Ottawa au Canada et il est le directeur du Centre de recherche sur la mondialisation www.mondialisation.ca en anglais www.globalresearch.ca

Traduction de Dany Quirion pour Alter Info

L’article original anglais est publié dans la revue The Ecologist de décembre 2007. Il est aussi publié sur ici : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=7561

http://www.alterinfo.net/HAARP-Il-faut-se-mefier-des-experimentations-de-guerre-climatique-realisees-par-l-armee-des-Etats-Unis_a14598.html

Partager cet article

commentaires

eva R-sistons 15/11/2010 01:54



Je vais aller voir, merci, eva



Robert Paris 14/11/2010 19:53



pour le peuple travailleur d'Haïti, j'accuse


 


lire ici :


 


http://www.matierevolution.fr/spip.php?breve355



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche