Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 09:24

http://alain-piriou.net/index.php?2006/11

 

 

Evènement : aujourd’hui sort le nouveau livre de Jean-Pierre Chevènement, « La France est-elle finie ? ». J’ai eu la chance de le recevoir en avant-première et j’ai donc pu le lire pendant les vacances. Un livre essentiel dont je vous recommande vivement la lecture.


Une histoire économique et européenne


C’est toujours avec un immense plaisir que j’écoute ou lit Jean-Pierre Chevènement. Ce n’est pas pour rien qu’il fait partie des références de ce blog. Lui et Philippe Séguin ont été les deux personnes qui ont le plus compté dans ma construction intellectuelle au début des années 1990, lors de la campagne référendaire sur le traité de Maastricht et du débat sur l’autre politique (opposée au franc cher, dit « fort »). Paradoxalement, je n’ai véritablement découvert le Général de Gaulle qu’après et grâce aux citations qu’ils en faisaient dans leur combat contre cette Europe supranationale et monétariste.

Ce livre ressemble un peu à une réactualisation de son testament politique, où le vieux lion de Belfort, que j’aurai tant aimé voir accéder à l’Elysée en 2002, résume à nouveau tout ce qu’il a tiré de sa vie politique. Cet essai remet en lumière l’évolution de la construction européenne et de la libéralisation économique qui s’est accélérée en France à partir de 1983. Jean-Pierre Chevènement nous montre à quel point l’influence de la seconde guerre mondiale a joué dans la construction d’une Europe supranationale conçue avec une volonté farouche d’affaiblir les nations.

Le président d’honneur du MRC revient également sur le virage de 1983 et la conversion des socialistes à l’orthodoxie. Il montre bien à quel point le Parti Socialiste est coresponsable de la déréglementation généralisée de l’économie des trente dernières années. Et, à le lire, on a surtout l’impression que la frange souverainiste et interventionniste du PS a toujours été minoritaire et que la parenthèse du programme commun était seulement une tactique mitterrandienne puisque les ténors d’alors (Rocard, Mauroy, Delors) n’avaient rien à envier à DSK ou Manuel Valls…


Un gaulliste qui croit être un socialiste ?


On retrouve encore dans le discours de Jean-Pierre Chevènement cet espoir que la gauche en général et le PS en particulier se décident enfin à comprendre les ravages de la globalisation néolibérale. Cependant, le portrait qu’il fait de son ancien parti ne laisse guère d’espoir. Quand on constate que Pierre Mauroy faisait partie des « orthodoxes », on se dit que le centre de gravité du PS a toujours penché beaucoup plus à droite qu’on ne le pense sur les questions économiques.

En outre, l’universalisme des socialistes les conduit à une méfiance innée dans la nation et à une croyance naïve que la globalisation est une bonne chose malgré l’accumulation de preuves du contraire, notamment dans les classes populaires, qu’ils ont abandonnées de toutes les façons. De manière significative, l’ombre du Général de Gaulle hante ce livre. Il est très souvent évoqué, toujours de manière positive, sur d’innombrables sujets (international, économie, Résistance…).

On en vient à se demander (mais je suis un peu de parti pris) si, en fait, il n’est pas un gaulliste qui s’ignore, un gaulliste qui croît être socialiste. Car sur les thèmes qui lui sont chers (la nation, la déréglementation, la politique industrielle, l’éducation…), il semble presque toujours en décalage avec la pensée de la majorité des socialistes mais bien proche des idées du Général. Ne cherche-t-il pas inconsciemment à transformer les socialistes en gaullistes (de gauche) ?

La perspective d’une candidature de Dominique Strauss-Kahn n’en devient que plus intéressante car elle trancherait clairement le débat. Que feront nos frères républicains du MRC dans un tel contexte ? En tout cas, j’espère que la voix de Jean-Pierre Chevènement continuera à porter.

 


http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/

Partager cet article

commentaires

L'âne rouge 14/01/2011 22:50



Intéressant votre rapprochement entre Chevènement et le gaullisme. Personnellement je vais plus loin que vous, j'ai toujours considéré JPC comme un gaulliste de gauche à part entière. Chevènement
a en effet un très grand nombre de points communs avec les gaullistes, et notamment l'indépendance de la Nation, le républicanisme et l'importance de la politique sociale forte. Il y a à vrai
dire peu de différences entre la gauche républicaine dont est issu Chevènement, et la "droite" gaulliste, sinon que la première est plus progressiste et la seconde plus conservatrice. Mais les
deux sont tout à fait compatibles et Chevènement, même s'il ne se revendique pas "gaulliste", n'a jamais renié ses nombreuses convergences de point de vue avec le gaullisme (voir les articles
publiés sur son blog à l'occasion de l'anniversaire de l'appel du 18 juin).


J'espère que 2011 et 2012 verront enfin le sursaut tant attendu de la république et que Chevènement sera présent aux grands rendez-vous !



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche