Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 05:20

Monsieur Richard Attias aka “cœur d’or noir” au secours de toute l’Afrique ?

Publié le16 avril 2012

TRIBUNE LIBRE DE ELIHAOU ABEL

Cécilia et Richard Attias

Cécilia et Richard Attias


Dans un récent article[1] que l’on croirait tout droit sorti de la plume du puissant ex-mari de sa femme actuelle, Cécilia, l’homme d’affaires Richard Attias – publiciste et organisateur, entre autres, du “forum économique de Davos” depuis 1994 : c’est tout dire…–, nous brosse le portrait idyllique d’une Afrique à l’en croire bien près d’atteindre son PMP – Point de Maturité Politique – à l’aune des critères de la jet set des maîtres du monde. A l’origine de ce satisfecit : le succès de l’arbitrage mené par la CEDEAO, ayant abouti au désistement du capitaine Sanogo en faveur du président de l’assemblée nationale Dioncounda Traoré, dont le retour providentiel avait été curieusement “prophétisé” par le ministre français de la coopération Henri de Raincourt, lors d’une interview dans le cadre de l’émission “internationales” de TV5monde-Rfi-Le Monde, le dimanche 25 mars 2012. 

Commençant par une allusion émue au pauvre “Amadou Toumani Touré (ATT), qui était pourtant un exemple démocratique dans la région” – alors que, ce n’est un secret pour personne, les gouvernants français n’avaient pardonné à ce dernier ni ses sympathies pour le Président Gbagbo et sa modération lors de la crise ivoirienne, ni son refus d’installer une base militaire française à Sévaré –, Monsieur Richard Attias feint de s’émerveiller devant la “médiation ferme et efficace qui a permis, pour la première fois en Afrique, de faire plier (par le dialogue et des menaces de mesures de rétorsion), la junte qui avait pris le pouvoir à Bamako”, avant d’évoquer en termes judicieusement réprobateurs – sur l’air de “vous voyez, je n’ai rien à voir avec ces gens-là”– “le silence assourdissant du ministère des affaires étrangères français” à l’occasion de cette crise.


Il fait ainsi mine de croire à la fois que la France n’a rien à voir avec les bouleversements subis par le Mali, et que les initiatives de la CEDEAO échappent au contrôle dela France. Une France, pourtant, – la “leur”, celle des copains fortunés de son actuel Président, celle de BHL et de Monsieur Attias – dont nul n’ignore qu’au travers de son ignoble guerre du pétrole en Libye, elle a sciemment et puissamment contribué à armer la rébellion touaregue, et, par delà, les extrémistes musulmans d’Aqmi; une CEDEAO plus que jamais soumise aux “diktats” de l’Élysée, depuis qu’elle s’est vu imposer pour président un sous-préfet “ivoirien” qui est aujourd’hui à Nicolas Sarkozy ce que Philippe Pétain était au chancelier du Reich…

Monsieur Attias fait également mine de croire que le premier enjeu de la crise malienne résidait dans le coup d’État d’une “junte” dont il s’avère aujourd’hui qu’elle n’était qu’un leurre destiné à servir les intérêts stratégiques de la rébellion nordiste, en éliminant tout risque d’un éventuel échec dans sa prise de contrôle de la moitié du pays (régions pétrolifères incluses). En effet, tout le monde l’a compris, les pressions exercées parla France– par CEDEAO interposée – n’ont fait que porter le coup de grâce à toute velléité de résistance nationale à l’irruption d’une catastrophe annoncée, non seulement prévisible, mais ardemment souhaitée par les vautours que l’on sait.

Fidèle à la rhétorique du vœu pieux, – sédatif de prédilection d’une opinion internationale sous influence –, Monsieur Attias ne manque pas de nous servir l’impeccable couplet soulignant la nécessité de “restaurer la souveraineté nationale dans le nord du pays”, préoccupation soi-disant partagée par l’Europe et les États-Unis, deux entités prédatrices qui, de fait, unissent et multiplient actuellement leurs efforts pour accélérer le démantèlement par étapes de tous les états africains.

Tout cela ne serait évidemment rien si Monsieur Attias avait oublié de prononcer le mot magique : la “menace” liée à l’émergence d’Aqmi. Comme si les quelques otages occidentaux – évoqués à point nommé par ce chantre de la Cause confraternelle – pesaient plus lourd que les 100 000 morts de la récente tuerie occidentale en Libye, les 20 000 morts de la rébellion dirigée depuis plus de dix ans par le burkinabé Ouattara contre l’intégrité et la souveraineté dela Côte d’Ivoire, et les d’ores et déjà innombrables viols et assassinats objectivement commandités par les autorités Françaises – ces grandes pourvoyeuses de violence guerrière – au nord-Mali, sans parler des millions de morts d’Irak et d’Afghanistan.

Mais Monsieur Richard Attias ne s’en tient pas là. En comparant la “crise politique” malienne, née du renversement d’ATT par le capitaine Sanogo, et celle selon lui “imposée” àla Côte d’Ivoire par SEM le Président Gbagbo, Monsieur Attias réussit un double tour de force :

-mettre sur le même plan l’incontestable légitimité d’un président élu et officiellement reconnu par la plus haute juridiction d’un État souverain – confronté aux menées d’un putschiste soutenu par une “communauté internationale” prise en otage parla France et les États-Unis –, et l’anti-constitutionnalité foncière du coup d’État de Bamako;

- noyer au passage l’énorme poisson des criantes similitudes entre la rébellion Ouattaro-sorienne et la rébellion touarego-aqmienne, la seconde inscrivant son programme de déstabilisation, de purification ethnique et de destruction “sur commande” dans le sillage de la première.


Et que dire du vibrant plaidoyer auquel se livre Monsieur Attias en faveur d’une plus grande implication de l’Europe et des États-Unis dans la lutte des Africains contre le “terrorisme” – un terrorisme dont chacun sait que toutes les ficelles de démagogie manipulatrice sont depuis longtemps déjà tirées depuis Paris, Londres ou Washington, trois capitales d’un Empire qui fonde sa stratégie de prise de contrôle planétaire sur l’utilisation parfaitement cynique de ce commode épouvantail – ? Nul doute que des millions d’Africains sauront retrouver, dans ce “morceau de bravoure” d’hypocrite ironie, l’écho de leur pire cauchemar : celui de l’assassin protecteur, paternaliste en diable et humanitaire à souhait, dégoulinant de compassion feinte pour les quelques rescapés d’entre la masse anonyme de ses victimes.

En formulant le souhait que les États-Unis et l’Europe – entendez la France, exécutrice des basses besognes de l’Empire dans cette région du monde – “s’associent à la démarche” d’une Afrique “officielle”– désormais capable d’après lui “de se réunir pour faire face à des enjeux globaux”, Monsieur Attias demande en somme aux colonisateurs esclavagistes d’avant-hier, mués entre hier et aujourd’hui en tueurs et montreurs de sanglantes marionnettes – ces chefs d’état à la solde des maîtres, grassement rétribués en pourcentage sur les richesses volées à leurs propres peuples –, d’accroître la pression sur les Africains jusqu’à leur voler leur âme, celle au fond de laquelle résonne cette vérité fort simple : la première des menaces – bien réelle celle-là – à laquelle doivent faire face les peuples d’Afrique – une Afrique méthodiquement mise à sac par les mêmes prédateurs, et cela sans interruption depuis trois siècles et demi –, c’est précisément celle que font peser sur son avenir et sa simple survie ces “parrains” occidentaux prêts à tout pour entraîner dans la spirale infernale de leurs conquêtes mortifères des populations entières scientifiquement condamnées à disparaître.


Heureusement, et nous ne pouvons que l’en remercier, Monsieur Attias contribue à trahir les projets inavouables de ses frères de pouvoir. Au moment où il évoque “l’émergence d’Aqmi” et “ses liens avec les indépendantistes Touaregs”, Monsieur Attias lève un pan du voile sur ce qui aurait dû rester secret : contrairement à la version relayée par les médias des marchands d’armes  – celle d’une rébellion Touareg malencontreusement débordée par les extrémistes d’Al-Qaïda –, nous apprenons par sa plume que les deux ne forment qu’un seul et même “ennemi” : celui précisément dontla France a tout fait, depuis un an, pour favoriser la victoire, avant que ne vienne le moment de le brandir dans sa version “croque-mitaine-prêt-à-dévorer-nos-démocraties”.

Sous les dehors irréprochables d’un discours lénifiant, Monsieur Attias cache mal son jeu de représentant de commerce des terroristes en col blanc d’un Occident pillard assoiffé d’or noir ou jaune, de café et de cacao, de bois précieux et de métaux rares, comme du sang de tous ceux qui s’opposent à la réalisation de ses projets de domination sans partage de l’Afrique, cet immense coffre-fort de ressources naturelles. Souffrez, Monsieur Attias, que de cet “accompagnement” évoqué dans le titre de votre article, une immense majorité d’Africains, dès longtemps abreuvés des crimes de vos pairs, ne veuillent surtout pas. Car si l’effroyable cortège d’exactions, de mensonges, et les fleuves de sang qui ont précédé le début de cette ère nouvelle appelée de vos vœux caractérisent pour vous le temps de l’“absence” des occidentaux de la scène africaine, que pourrait représenter pour l’Afrique l’avènement d’un tel accompagnement, sinon la garantie à terme de son anéantissement pur et simple ?

Mais rassurez-vous : L’Afrique ne pourra plus longtemps faire l’économie d’une confrontation ouverte avec ses maîtres d’hier, grands sorciers d’aujourd’hui. L’Afrique ne se relèvera qu’au prix d’une union sans retour, passant par l’expulsion des chasseurs de sa chair; l’Afrique debout, c’est celle qui sera parvenue à interdire jusqu’au dernier d’entre ces arrogants l’accès à ses terres sacrées, terres depuis trop longtemps profanées, violées et piétinées. Alors, les cœurs de ses milliers de peuples et de langues battront à l’unisson de ses inépuisables ressources, sous le signe désormais inaltérable des promesses de Dieu pour elle.

Eliahou Abel

Jérusalem, le 15 avril 2012, 23 Nissan 5772


[1] “Il faut accompagner l’émergence de l’Afrique politique”

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche