Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 20:38

 

L’Amérique latine après Chávez

Luiz Inácio Lula da Silva

L’histoire confirmera, à juste titre, le rôle joué par Hugo Chávez dans l’intégration de l’Amérique latine et l’importance de ses quatorze années de présidence pour les pauvres du Venezuela, où il est mort mardi (5 mars) après une longue lutte contre le cancer.

Toutefois, avant de permettre à l’histoire de nous dicter son interprétation du passé, nous devons disposer d’une compréhension claire de la signification de l’oeuvre de Monsieur Chávez, à la fois dans le contexte politique national et international. Ce n’est qu’ensuite que les dirigeants et les peuples d’Amérique du Sud - on peut d’ailleurs affirmer que celle-ci constitue aujourd’hui la région la plus dynamique au monde - pourront définir clairement les tâches qui nous attendent. Et ce, afin que nous puissions consolider les avancées vers l’unité internationale réalisées ces dix dernières années. Ces tâches ont acquis une importance nouvelle maintenant que nous sommes privés de l’aide apportée par l’énergie sans limite de Monsieur Chávez, par sa confiance profonde dans le potentiel d’intégration des nations d’Amérique latine, et par son engagement en faveur des transformations sociales nécessaires au soulagement de la misère de son peuple.

Les campagnes sociales de Monsieur Chávez, notamment dans les domaines de la santé publique, du logement et de l’éducation, ont réussi à améliorer le niveau de vie de dizaines de millions de Vénézuéliens.

Personne n’est obligé d’être d’accord avec tout ce qu’a dit ou fait Monsieur Chávez. Il ne fait aucun doute qu’il était un personnage controversé qui laissait rarement indifférent. Il ne refusait jamais le débat. Pour lui, aucun sujet n’était tabou. Je dois avouer que j’ai souvent eu le sentiment qu’il aurait été plus prudent pour lui de ne pas dire tout ce qu’il a dit. Mais c’était une de ses caractéristiques et elle ne devrait pas, si peu que ce soit, porter le discrédit sur ses qualités.

Chacun peut également être en désaccord avec l’idéologie de Monsieur Chávez et avec un style politique que ses contempteurs qualifiaient d’autocratique. Il n’a jamais fait des choix politiques faciles et n’a jamais hésité dans ses décisions.

Cependant, toute personne un tant soit peu honnête - même parmi ses opposants les plus virulents - est obligée de reconnaître le haut niveau de fraternité, de confiance et même d’amour qu’éprouvait Monsieur Chávez pour les pauvres du Venezuela et pour la cause de l’intégration latino-américaine. Des nombreux personnages influents et responsables politiques que j’ai côtoyés dans ma vie, peu ont autant cru dans l’unité de notre continent et de ses populations diverses – Indiens indigènes, descendants d’Européens et d’Africains, immigrants récents – que lui.

Monsieur Chávez a joué un rôle de premier plan dans le traité de 2008 qui a établi l’Union des nations sud-américaines (Unasur), une organisation intergouvernementale composée de 12 pays qui pourrait, un jour, faire avancer le continent vers le modèle de l’Union européenne. En 2010, la Communauté des États d’Amérique latine et de la caraïbes (Celac) a franchi le pas de la théorie à la pratique en offrant un forum politique continentale parallèle à l’Organisation des États américains (OEA). Elle n’inclut pas les États-Unis et le Canada, contrairement à l’OEA. La Banque du Sud, nouvel organisme de prêt, indépendant de la Banque mondiale et de la Banque inter-américaine de développement, n’aurait pas non plus vue le jour sans l’initiative de Monsieur Chávez. Enfin, il a également démontré un vif intérêt pour le renforcement des relations entre l’Amérique latine, l’Afrique et le monde arabe.

Si un personnage public disparaît sans laisser d’idées, son héritage et l’esprit qui l’animait disparaissent aussi. Ce n’est pas le cas de Monsieur Chávez, figure forte, dynamique et inoubliable, dont les idées seront discutées pendant des décennies dans les universités, les syndicats, les partis politiques, et partout où les gens s’intéressent à la justice sociale, au recul de la misère, et à une distribution plus juste du pouvoir entre les peuples du monde. Peut-être ses idées serviront-elles d’inspiration aux jeunes dans l’avenir, comme la vie de Simón Bolívar, le grand Libertador de l’Amérique latine, a inspiré Monsieur Chávez lui-même.

Son héritage dans le domaine des idées demandera encore du travail pour que ces dernières deviennent une réalité dans le monde brouillon de la politique, où les idées sont débattues et contestées. Sans lui, le monde aura besoin que d’autres dirigeants fassent preuve des mêmes efforts et de la même volonté pour que ses rêves ne subsistent pas que sur le papier.

Pour maintenir vivant cet héritage, les partisans de Monsieur Chávez au Venezuela ont encore beaucoup de travail devant eux afin de construire et renforcer les institutions démocratiques. Ils devront aider à rendre le système politique plus intégré et plus transparent ; à rendre la participation à la vie politique plus accessible ; à renforcer le dialogue avec les partis d’opposition ; et à consolider les syndicats et la société civile. L’unité du Venezuela, et la survie des succès durement obtenus par Monsieur Chávez, l’exigeront.

C’est sans aucun doute le souhait de tous les Vénézuéliens – qu’ils soutiennent ou s’opposent à Monsieur Chávez, qu’ils soient militaires ou civils, catholiques ou évangélistes, riches ou pauvres – que se réalise le potentiel d’une nation aussi riche de promesses que la leur. Seules la paix et la démocratie peuvent faire que ces aspirations deviennent réalité.

Les institutions multilatérales que Monsieur Chávez a contribué à créer aideront aussi à parvenir à la consécration de l’unité sud-américaine. Il ne sera plus présent aux sommets sud-américains, mais ses idéaux, ainsi que le gouvernement du Venezuela, continueront à être représentés. La fraternité démocratique entre les dirigeants de l’Amérique latine et des Caraïbes est la meilleure garantie de l’unité politique, économique, sociale et culturelle que veulent nos peuples, et dont ils ont besoin.

Dans ce mouvement vers l’unité, nous avons atteint un point de non-retour. Mais aussi déterminés que nous soyons, nous devons l’être plus encore quand nous négocions la participation de nos nations dans les forums internationaux comme les Nations unies, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Ces institutions, nées sur les cendres de la Deuxième guerre mondiale, ont insuffisamment répondu aux réalités du monde multipolaire d’aujourd’hui.

Charismatique et singulier, capable de forger des amitiés, de communiquer avec les masses comme peu d’autres dirigeants avant lui, Monsieur Chávez nous manquera. Je chérirai toujours l’amitié et l’esprit de partenariat qui, pendant les huit années où nous avons travaillé ensemble comme présidents, ont amené tant d’effets positifs pour le Brésil et le Venezuela, et pour nos peuples.

Luiz Inácio Lula da Silva
président du Brésil de 2003 à 2010, est président honoraire de l’Institut Lula, dédié aux relations entre le Brésil et l’Afrique.

Ce texte a été traduit du portugais (vers l’anglais) par Benjamin Legg et Robert M. Sarwark et publié sur le site du New York Times : http://www.nytimes.com/2013/03/07/opinion/latin-america-afte...

Traduction française : Bernard Leprêtre
Edition : Mémoire des luttes http://www.medelu.org/L-Amerique-latine-apres-Chavez

URL de cet article 19896
http://www.legrandsoir.info/l-amerique-latine-apres-chavez.html
Sur ce site,

Thierry DERONNE
Qui connaît le peuple vénézuélien sait que son arme la plus redoutable est le grand rire rabelaisien qui se moque des humiliations du patron, le rire souterrain qui libère l’énergie des retruques, ces revanches contre l’Histoire que voudraient écrire à sa place les grands médias ou les « experts en politique ». Le candidat bolivarien Nicolas Maduro en campagne, c’est d’abord cet humour populaire, à rebours des faire-parts occidentaux de fin de la révolution ou de luttes fratricides entre chavistes. Issu (...) lire la suite
Contre la doctrine du libre-échange
Karl Albrecht Schachtschneider
L’Union européenne a échoué. Son instabilité économique et politique est devenue évidente. On ne veut pas en voir les raisons ou on les nie. L’Union n’a jamais eu l’occasion d’atteindre ses objectifs ronflants, contenus dans le Processus de Lisbonne de l’année 2000, notamment de faire de l’UE « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une (...) lire la suite
AVIC
Octobre 1956. Vous en avez certainement entendu parler ou, peut-être les anciens s’en souviennent-ils. C’était le début de ce que l’on a appelé et qu’on appelle encore pudiquement l’expédition de Suez. Un voile de pudeur semble vouloir recouvrir cet évènement, et l’on en comprend les raisons. Mais cacher une partie de l’Histoire, c’est volontairement décider de ne pas en tirer les leçons. Elles sont pourtant très intéressantes. Si on revoit froidement les faits, on peut considérer qu’ils constituent un (...) lire la suite
Bahar KIMYONGUR
Vous ne le saviez sans doute pas. Et pour cause. Dans ce pays-là, il y a eu 250.000 disparitions forcées en 20 ans dont 34.467 entre 2005 et 2010. Dans une seule fosse commune située près d’une caserne militaire, pas moins de 2000 corps ont été retrouvés. Des opposants politiques ont été donnés en pâture aux caïmans, des rebelles jetés vivants dans des fours crématoires, des syndicalistes éliminés par milliers, des villages bombardés par l'aviation, des jeunes ramassés dans la rue, emmenés en forêt, (...) lire la suite
Hervé HUBERT
Les peuples ont été fortement touchés par la mort d’Hugo Chavez. Les réactions ont été extraordinairement fortes, dépassant le territoire du Venezuela et de l’Amérique latine, pour concerner d’une manière ou d’une autre, l’humanité dans son ensemble. C’est un phénomène qui peut être qualifié d’historique. Le Chavisme dépasse l’effet du charisme : ces réactions faites de douleur et d’émotion concernent ceux qui savent ce que l’angoisse sociale veut dire dans le concret de leurs vies ou dans le concret de la vie (...) lire la suite
Chroniques du Yéti
Tous aux abris ! La panique règne à la Banque centrale européenne (BCE) dirigée par Mario Draghi, suppôt comme chacun sait ou devrait savoir de la tristement célèbre Goldman Sachs. Alors les assiégés dressent les barricades pour sauver leurs coffres en péril. Deux éléments nouveaux viennent conforter cette impression, révélés l’un par l’allemand Deutsche Wirtschaftsnachrichten, l’autre par Mediapart. C’est quoi, cette embrouille Les Deutsche Wirtschaftsnachrichten (en clair, Nouvelles économiques (...) lire la suite
Série : Banques – Peuples : les dessous d’un match truqué !
Éric TOUSSAINT
« Les marchés sont devenus trop grands et complexes et ils évoluent trop vite pour être assujettis à la supervision et aux réglementations du XXe siècle. Il n’est pas surprenant que ce Léviathan financier mondial dépasse la pleine compréhension des acteurs du marché, fussent-ils les plus avisés. Les régulateurs financiers sont chargés de surveiller un système beaucoup plus complexe que ceux qui existaient quand on rédigea les réglementations régissant encore les marchés. » |1| Cette affirmation d’Alan (...) lire la suite
Esther VIVAS
On nous dit que notre alimentation n’a jamais été aussi sûre qu’aujourd’hui, que les aliments n’ont jamais été aussi contrôlé jusqu’à maintenant. Cependant, de manière périodique surgissent de nouveaux scandales alimentaires, le dernier en date étant celui de la viande chevaline. L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments est, théoriquement, chargée de veiller à la sécurité sanitaire de ce que nous mangeons. Mais qu’y a-t-il derrière cette agence qui joue un rôle clé dans l’autorisation de milliers de (...) lire la suite
Abolition des classes, disparition du pouvoir d’Etat, fonctions gouvernementales transformées en fonctions administratives.
Michel PEYRET
DES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE : L’ETAT ET LE SYSTEME CAPITALISTE « Ces deux écrits (« Introduction à la critique hégélienne du droit » et « A propos de la question juive ») constituent à vrai dire un seul manifeste où Marx désigne une fois pour toutes et condamne sans restriction les deux institutions sociales qu’il voit à l’origine des maux et des tares dont la société moderne pâtit et dont elle pâtira aussi longtemps qu’une nouvelle révolution ne viendra les abolir : l’Etat et l’Argent. » C’est la (...) lire la suite
Paul CRAIG ROBERTS
L’héritage de la « guerre au terrorisme » est la mort de la liberté Il y a dix ans aujourd’hui, le régime Bush envahissait l’Irak. On sait que la justification pour l’invasion n’était qu’un paquet de mensonges orchestré par le régime néoconservateur de Bush afin de tromper les Nations Unies et le public étasunien. Le secrétaire d’État de l’époque, le général Colin Powell, a regretté avoir été utilisé par le régime Bush pour tromper les Nations Unies avec de faux renseignements, ce que les régimes de Bush et (...) lire la suite
Santiago ALBA RICO
Cela fait deux ans en ce mois de mars qu’à débutée la révolution syrienne et il y a très peu de choses à fêter. La férocité criminelle du régime, qui combine dans la meilleure tradition impérialiste les bombardements aériens et les escadrons de la mort ; l’ignominieux soutien de la Russie et de l’Iran ; la moins ignominieuse stratégie de « régulation de la douleur » de la part des Etats-Unis et de l’UE en faveur d’Israël ; l’incapacité de l’opposition à représenter quelque chose de plus que les intérêts (...) lire la suite
Chems Eddine CHITOUR
Jeudi 21 mars 2013 « Je pense que l’on ne peut mettre en doute les faits qui nous ont conduits à ce vote fatal. Saddam Hussein est un tyran qui a torturé et tué son peuple... Les rapports des services d’intelligence prouvent que Saddam Hussein a reconstruit son stock d’armes chimiques et biologiques, ainsi que sa capacité de lancement de missiles et son programme nucléaire. Il a aussi offert aide, protection et refuge aux terroristes et à ceux d’al-Qaîda. » (Sénatrice Hillary Clinton, 10/10/02). (...) lire la suite
Le libéralisme est un totalitarisme
La réalité devient de plus en plus insoutenable, l’aspiration au « changement » est de plus en plus répandue. La question du « changement » soulève trois grandes questions : celle du type de « changement » auquel on aspire, celle des structures qu’il faut modifier pour parvenir au changement souhaité, celle de la voie à suivre pour parvenir à ces transformations sociales. Pour l’instant, c’est bien la contre-révolution capitaliste qui est en marche. Ses projets sont défendus aussi bien par la droite « (...) lire la suite
David Swanson
Le Musée National de l’Histoire des Etats-Unis et le multi-milliardaire qui vient d’y financer une nouvelle exposition, voudraient vous faire croire que nous allons devoir faire plus de guerres si nous voulons être libres. Peu importe que nos libertés semblent se réduire chaque fois que nous sommes en guerre. Peu importe que des quantités d’autres pays bénéficient de plus de liberté que nous sans avoir fait la guerre. En ce qui nous concerne, la guerre est le prix de la liberté. C’est pourquoi cette (...) lire la suite
AVN - Cuba Si France Provence
Caracas, 20 mars AVN – Le Ministre des Relations Extérieures, Elias Jaua, a annoncé ce mercredi qu’était suspendu pour le moment le canal de communication pour améliorer les relations avec les Etats-Unis, après les attaques de la fonctionnaire nord-américaine Roberta Jacobson contre le pouvoir électoral au Venezuela. « Ce canal de communication est suspendu à partir de maintenant tant qu’il n’y aura pas un message clair disant quel type de relations veulent les Etats-Unis avec la République du (...) lire la suite
Luiz Inácio Lula da Silva
L’histoire confirmera, à juste titre, le rôle joué par Hugo Chávez dans l’intégration de l’Amérique latine et l’importance de ses quatorze années de présidence pour les pauvres du Venezuela, où il est mort mardi (5 mars) après une longue lutte contre le cancer. Toutefois, avant de permettre à l’histoire de nous dicter son interprétation du passé, nous devons disposer d’une compréhension claire de la signification de l’oeuvre de Monsieur Chávez, à la fois dans le contexte politique national et international. (...) lire la suite
Gennaro Carotenuto
...Bergoglio vient de loin et, bien qu’il n’ait pas eu un rôle de premier plan dans l’église argentine complice de la dictature, il émerge de cette histoire avec un passé qui pourrait affaiblir son autorité et qu’il est utile de connaître, en dehors de toute démonisation ou sanctification. Pour commencer par les démonisations, la photo qui tourne depuis des heures sur Internet et qui fait en ce moment l’ouverture du site de l’hebdomadaire mexicain Proceso [Processus], où l’on voit un prélat donner la (...) lire la suite
Naomi Spencer
Jeudi dernier, dans une déclaration faite devant un tribunal militaire, le soldat Bradley Manning a plaidé non coupable à l’accusation de « collusion avec l’ennemi », la plus sévère d’une liste de 22 chefs d’accusation portés contre lui pour avoir prétendument rendu publics des documents secrets à l’organisation de dénonciation WikiLeaks. Par l’entremise de son avocat David Coombs, Manning a plaidé coupable à 10 chefs d’accusation liés à la diffusion de documents faisant état de crimes de guerre. Lisant une (...) lire la suite
Alexa O’Brien
Reflets a joué au traducteur. La presse française est silencieuse sur le procès de Bradley Manning alors qu’il a des répercussions insoupçonnables. Voici donc sa déclaration devant la commission d’enquête préparatoire visant à déterminer si un accord sur la base du plaider coupable est possible. Nous avons traduit les notes de Alexia O’Brien que vous trouverez ici en anglais. Greetz : Reflets remercie tous ceux qui ont participé à la relecture de la traduction pour l’expurger des erreurs. Il ressort (...) lire la suite
R. Mahmoudi
Le gouvernement français se trouve désormais seul, avec Londres, après le grand virage que connaît la crise syrienne depuis deux jours, suite à la déclaration du secrétaire d’État américain John Kerry qui a finalement décidé d’adhérer à l’option russe, laquelle préconise un dialogue ouvert et sans préalable entre les belligérants, en écartant, pour la première fois, la condition du départ du président Al-Assad. Paris a d’abord tenté de faire pression sur l’Union européenne pour obtenir la levée de l’embargo sur (...) lire la suite
Jean-Guy ALLARD
18 Mars 2013 - Les révélations faites par le président en charge du Vénézuéla, Nicolás Maduro, autour d’un complot destiné à assassiner l’opposant Henrique Capriles confirment des informations provenant de Miami et indiquent comment les anciens hauts représentants des États-Unis, Otto Reich et Roger Noriega, tous deux liés à la CIA, se sont concertés avec l’extrême droite vénézuélienne pour fomenter un plan destiné - entre autres - non seulement à éliminer Capriles, mais encore à en faire un (...) lire la suite
Alexis Tsipras
Il est totalement évident maintenant que les leaders de l’UE suivent une voie qui va ouvertement à l’encontre des peuples européens. La stratégie du gouvernement allemand, avec la bénédiction du capital financier spéculatif en Europe, est une stratégie de colonisation de tout le sud de l’Europe, en particulier de la Grèce et de Chypre. Un instrument clé pour la mise en œuvre de cette stratégie est l’extorsion basée sur la dette, la même dette qui dévaste le sud du continent avec les politiques (...) lire la suite
Série : Banques – Peuples : les dessous d’un match truqué !
Éric TOUSSAINT
Des déclarations du FMI qui heurtent les dirigeants européens En octobre 2012, le FMI a fourni une clé d’explication de l’approfondissement de la crise en Europe. Son service d’étude a affirmé que chaque euro de réduction de dépenses publiques entraînait une réduction du Produit intérieur brut (PIB) comprise entre 0,9 et 1,7 euro. Wolfgang Münchau, éditorialiste au Financial Times, en déduit qu’en ces temps de crise, un ajustement budgétaire de 3% (c’est-à-dire une réduction de dépenses publiques de 3%) (...) lire la suite
Des Oscars très politiques ...
Julie Lévesque
« L’une des tendances les plus répandues dans la culture occidentale au 21e siècle : Black Hawk Dawn, Zero Dark Thirty et Argo, ne sont que quelques unes des productions récentes démontrant comment l’industrie cinématographique actuelle promeut la politique étrangère étasunienne. Le 7e art a toutefois été utilisé depuis le début de 20e siècle et la coopération d’Hollywood avec le département de la Défense, la CIA et d’autres agences gouvernementales n’est pas une nouvelle tendance. En laissant Michelle Obama (...) lire la suite

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche