Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 02:35
Le Monde diplomatique

L'ART D'IGNORER LES PAUVRES

de John Kenneth Galbraith.

Ce texte, suivi de deux autres documents consacrés à la guerre contre les pauvres, constitue le premier volume de la collection Prendre parti, une sélection d'articles issus des archives du Monde diplomatique abordant les questions cruciales d'aujourd'hui et de demain.
Une coédition Le Monde diplomatique et Les Liens qui libèrent.

 

Pour commander en ligne :

http://www.monde-diplomatique.fr/prendreparti

 

.

L'Art d'ignorer les pauvres

 

« Je voudrais livrer ici quelques réflexions sur l'un des plus anciens exercices humains : le processus par lequel, au fil des années, et même au cours des siècles, nous avons entrepris de nous épargner toute mauvaise conscience au sujet des pauvres », explique John Kenneth Galbraith dans L'Art d'ignorer les pauvres. Ce texte, suivi de deux autres documents consacrés à la guerre contre les pauvres, constitue le premier volume de la collection Prendre parti, une sélection d'articles issus des archives du Monde diplomatique abordant les questions cruciales d'aujourd'hui et de demain. Disponible dans notre boutique et en librairies, il est introduit par une préface de Serge Halimi dont voici les premiers paragraphes.

« Il y a deux manières de favoriser le retour au travail des chômeurs, expliquait en 2010 l'hebdomadaire libéral The Economist. L'une est de rendre inconfortable ou précaire la vie de ceux qui reçoivent une allocation chômage ; l'autre consiste à faire que la perspective d'un emploi devienne viable et attirante. » La question de la « viabilité » d'une recherche d'emploi est cependant posée quand le taux de chômage atteint ou dépasse les 10 %. Et l'« attrait » du travail salarié décline quand les rémunérations se tassent, quand le stress et les pressions se multiplient. Reste alors à rendre encore plus « inconfortable ou précaire » le sort des chômeurs.

Telle est la stratégie que les libéraux au pouvoir et les organisations économiques internationales poursuivent depuis une trentaine d'années. Les articles de John Galbraith et de Laurent Cordonnier le rappellent avec une ironie ajustée au cynisme qu'ils exposent. Avec le texte bien antérieur de Jonathan Swift (1729) qui conseillait aux pauvres d'échapper à la misère en saignant leurs enfants afin de les commercialiser sous forme de « nourrisson de boucherie », plutôt que de se saigner eux-mêmes à élever leur progéniture au risque de la voir ensuite déraper dans le crime et servir de gibier de potence, on passe de l'ironie à l'humour sardonique.

L'intérêt d'un tel registre tient à ce qu'il nous éclaire en nous épargnant l'emphase indignée, les émollientes pleurnicheries. Car qu'il s'agisse des propriétaires fonciers irlandais, des économistes de l'école de Chicago entourant Ronald Reagan, ou de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), leur opposer une protestation morale, faire appel à leurs sentiments n'aurait guère de sens. Riches, instruits, intelligents (le plus souvent...), c'est en effet en connaissance de cause qu'ils défendent une philosophie sociale conçue à leur avantage et qui, sans qu'on la caricature trop, se résume presque toujours ainsi : les riches seraient plus entreprenants s'ils payaient moins d'impôts ; les pauvres seraient plus travailleurs s'ils recevaient moins de subsides.

Des parrains aussi anciens que prestigieux fondent cette doctrine. Emissaire de la révolution américaine à Paris et rédacteur de la Déclaration d'indépendance, Benjamin Franklin estimait dès 1766 que, « plus on organise des secours publics pour prendre soin des pauvres, moins ils prennent soin d'eux-mêmes et, naturellement, plus ils deviennent misérables. Au contraire, moins on fait pour eux, plus ils font pour eux-mêmes, et mieux ils se tirent d'affaire. » En somme, abandonner les indigents à leur sort serait un moyen de leur rendre service. L'avarice devient ainsi une forme intellectuellement avancée de générosité humaine voire, osons le mot, d'aide sociale.

En temps ordinaires, une théorisation aussi aboutie de l'égoïsme serait déjà presque irrésistible. Que dire alors des temps de crise, des moments où la plupart des gouvernants nous serinent que « les caisses sont vides », qu'un endettement croissant menacerait « l'avenir de nos enfants » ? Instruit du danger collectif, de l'urgence de « faire des sacrifices », chacun imagine alors assez volontiers que, même en période d'austérité, il serait, lui, mieux remboursé de ses soins (lorsqu'il tombe malade), mieux compensé au cours de ses périodes d'inactivité (quand il devient chômeur), si d'autres, forcément moins méritants, ne l'étaient pas autant.

On le sait assez : sitôt que la confiance en l'avenir se lasse, que les murs se referment sur eux, les gens se dressent les uns contre les autres - surtout s'ils se côtoient et se concurrencent pour un même type d'emploi, de logement, d'école. Le soupçon que son niveau de vie médiocre ou le montant excessif de ses impôts s'expliqueraient par les avantages innombrables dont bénéficieraient les « assistés » alimente un baril de ressentiments que la moindre étincelle peut faire exploser. Les pyromanes ne manquent pas. En un sens, les rationalisations distinguées du Fonds monétaire international (FMI), de l'OCDE, des « boîtes à idées » ou de la Banque centrale européenne ont pour vocation d'encourager les gouvernants et les journalistes à frotter l'allumette.

Alors, sus aux parasites ! Le « devoir d'informer » va se charger de nous détailler la vie de château qu'ils mènent. « Quand on est RMiste, relevait ingénument Le Point du 28 septembre 2006, on a aussi droit à : l'allocation-logement à temps plein ; la suspension de ses dettes fiscales ; l'exonération de sa taxe d'habitation, de sa redevance, de sa cotisation à la couverture-maladie universelle ; l'accès gratuit à la complémentaire santé de la CMU ; la prime de Noël ; le tarif téléphonique social ; la réduction dans les transports, la gratuité des musées, diverses allocations supplémentaires (en fonction de son lieu d'habitation). » (...)

Lire la suite de cette préface de Serge Halimi : http://boutique.monde-diplomatique.fr/preface-galbraith

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche