Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 16:49

fotolia_21254483_xs.jpg&w=620&h=350&mode  

L’Espagne, victime de l’euro austérité

Posted: 29 Mar 2012 11:55 PM PDT

 

Hier, Mariano Rajoy affrontait sa première grève générale, comme le rapporte le Figaro. La crise économique qu’affronte le pays est violente. Les conservateurs, récemment élus, ont décidé de mettre en place un plan sévère d’économie et une libéralisation du marche du travail.
Madrid, victime de l’euro
Avant de revenir sur la situation actuelle, il faut revenir aux racines de la crise espagnole. Le pays a connu une énorme bulle immobilière, qui lui a permis de croître au rythme de 3 à 4% par an. Au point le plus haut, l’Espagne construisait plus de logements que la France et l’Allemagne réunis, qui comptent plus de trois fois plus d’habitants à elles deux. Mais les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et la bulle a explosé. Aujourd’hui, un million de logements sont inoccupés.
On pourrait croire qu’il s’agit simplement d’une mauvaise gestion du pays. Mais les banques avaient des normes contra-cycliques (elles devaient mettre plus de réserves de côté, du fait de la croissance) et le budget du pays était en excédent de 2005 à 2007, faisant de l’Espagne le pays le moins endetté de la zone euro (moins de 40% du PIB). La raison de cette bulle est assez simple : une politique monétaire inadaptée et inadaptable aux caractéristiques du pays.
En effet, avec la monnaie unique, l’Espagne s’est vue imposée un taux d’intérêt beaucoup trop faible pendant les années 2000. Les taux de la BCE, à 4%, rendaient l’argent bien trop bon marché pour le pays. La faible croissance dans le reste de la zone euro ne permettait pas des taux plus élevés alors que l’Espagne en avait absolument besoin pour stopper cette bulle. Avec la peseta, l’Espagne aurait pu monter ses taux et éviter la bulle… et une telle crise.
Gueule de bois ibérique
 

L’effondrement de la bulle immobilière a eu des conséquences très négatives pour le pays puisque le chômage est passé de 8% en 2007 à plus de 20% aujourd’hui. Et près d’un jeune sur deux est sans emploi. Le PIB devrait être plus bas de 5% fin 2012 par rapport à 2008. La dette s’est envolée, passant de 36% en 2007 à 74% à la fin de l’année, comme le rapporte le Figaro. Et le déficit budgétaire devrait dépasser 8% du PIB cette année, bien plus que prévu.

L’ajustement est donc sévère pour un pays où près d’un quart de la population devrait être au chômage d’ici la fin de l’année. Les coupes budgétaires sont sévères et pour relancer la croissance, Madrid se soumet à un régime néolibéral inspiré par Bruxelles, à base de dérèglementation du marché du travail. Alors que le salaire minimum est de seulement 640 euros par mois, l’Espagne envisage d’importer les « mini jobs » allemands à temps partiel à 400 euros
Le problème est que ces emplois existent déjà puisqu’un jeune sur six est déjà à temps partiel. Bref, l’Espagne semble prendre la même voie que la Grèce, certes, de manière un peu moins violente. Mais en tout cas, la question qui se pose est de savoir comment l’Espagne va bien pouvoir croître. Car les coupes dans les budgets et les salaires auront un impact négatif, y compris sur les recettes fiscales. Madrid est en train de s’enferrer dans la même impasse qu’Athènes.
Les syndicats européens ont raison de souligner que la remise en cause du modèle social européen remettra en cause l’idée d’Europe même. Mais ils oublient de souligner que la mondialisation ne peut être domestiquée que par les Etats nations. L’Europe n’a jamais fait que lui faciliter le travail.
_________________________________________________
Dernières nouvelles du Liesi :

31 mars 2012 – Publication du NUMERO 251 DE LIESI

liesilogolettre4.jpg?w=645

Sommaire des numéros de LIESI 1 à 251 (cliquer)

ABONNEMENT OU ACHAT AU NUMERO (cliquer)

 

Sommaire de ce numéro :   Le complot des oligarques de l’Ouest contre l’Iran – Une odeur de pétrole et de pétrodollar – Mise en condition – Parallèles entre les années 1970 et 2010 – Substituer le pétrodollar au dollar – Mise en pratique : le 6 octobre 1973 – 2012 : des préparatifs en pagaille – Le système transatlantique est en faillite et la BCE frôle la banqueroute – L’opposition se renforce contre une attaque de l’Iran – L’oligarchie veut sa guerre contre l’Iran ainsi qu’une flambée des prix du pétrole.

Tout dernièrement, dans le numéro 249, LIESI a pu prouver qu’Henry Kissinger n’était pas qu’un simple homme politique américain, mais qu’il appartient à des réseaux d’influence se situant au-dessus des Etats-nations. C’est pourquoi, par exemple, on le retrouve toujours, malgré son âge très avancé, présent à toutes les réunions des sociétés secrètes de l’Ouest. Il sera ainsi très probablement présent lors de la prochaine réunion du Groupe Bilderberg à Haïfa (Israël), à l’Hôtel des Rothschild. Sans surprise, Henry Kissinger est aussi un homme d’influence au sein de l’administration Obama, comme l’est aussi Adolf Volcker (ancien président de la Banque centrale américaine), un employé du clan Rockefeller. Cela dit, rappelons cette phrase si instructive prononcée par Henry Kissinger :

« Qui contrôle la nourriture contrôle les populations, qui contrôle l’énergie contrôle les nations et celui qui contrôle la monnaie contrôle le monde ».[1]

Le rôle joué depuis plusieurs décennies par les multinationales agro-alimentaires (surtout Monsanto) en matière de contrôle des populations n’est plus à démontrer. Que dire encore des manœuvres ourdies, au moins depuis la décennie des années 70, par le cartel bancaire sur le rôle monétaire des banques centrales, et surtout de l’endettement des nations en vue d’une faillite de l’Etat-nation ! Aujourd’hui, à la lumière des événements du Moyen-Orient, actuels et attendus, nous allons tout particulièrement développer le sujet du contrôle de l’énergie. […]


[1] Ce que traduit Henry Kissinger est un paradigme fondé sur une conception oligarchique d’un monde de ressources limitées qui mène inéluctablement à la lutte géopolitique pour les matières premières et à la guerre.

 

 
16 Comments

Publié par liesiletter le 31 mars 2012 dans Non classé

 

Par Menthalo – APPLE et la loi de NEWTON

Je suis un fan de Mac depuis mon premier Macintosh en 87.
APPLE par sa créativité mérite amplement son succès…
apple-10ans.jpg?w=645
Mais, quel que soit la réussite de ses produits, il y a des cours de bourse qui me font penser à la loi de Newton.
apple-6mois.jpg?w=645
APPLE est passé de 85$ en février 2009 à 200$ en décembre de la même année, puis à 400 en décembre 2011.
Avant de passer de 400 à 600  de janvier à mars 2012… et ce, sans consolidation.
Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et  les pommes tombent des arbres, quand elles sont mûres.
Cette pomme-là pourrait se décrocher et chuter lourdement de 100$, quel que soit l’excellence de son bilan.
Les initiés savaient que la direction d’Apple allait changer la politique de Steve Jobs, hostile à toute distribution de dividendes.
L’annonce officielle a été faite le 18 mars. La firme a également annoncé un programme de rachat d’actions, ce qui était favorable à une hausse des cours.
Le 23 mars, un gros pataud a voulu prendre ses bénéfices, en donnant probablement un ordre “au marché”…
provoquant un flash-krach de 598$ à 540$.
La banque de ce gros pataud était peut-être Goldman Sachs, qui avec son programme de nanotrading, pouvait provoquer la baisse en vendant en bloc les actions de son client, avant de racheter les titres un millième de seconde plus tard, pour les vendre à “valeur limitée” sur le marché… nous ne le saurons pas.
20120323_aapl.png?w=645&h=354
Je vous ferai grâce de la loi de Newton, mais la loi de Fibonnacci s’appliquera à APPLE sous peu.
Si avec ce beau temps, vous deviez vous mettre en short, c’est probablement sous le pommier d’apple qu’il faudrait placer son panier.
Mais prudence, néanmoins, le temps des pommes pourrait venir au “temps des cerises”, avec les déferlantes du mois de mai.
 
4 Comments

Publié par liesiletter le 31 mars 2012 dans Non classé

 

Marchés & Politique – Scénario fiction de Menthalo

avatar-menthalo6.jpg?w=645Le coupable désigné à la vindicte populaire, s’est tu à jamais. Je vous laisse découvrir l’excellent article de Rivarol à ce sujet. Toute cette histoire pue les “services spéciaux” de A à Z, sans que l’on puisse démêler l’odeur la plus forte entre celle du Mossad, de la CIA ou du réseau Gladio, dont le fondateur Wiesner a, comme on le sait, des liens familiaux étroits avec qui vous savez.

A qui profite le crime ?

Mais ne glosons pas plus avant sur ce sujet, qui reviendra bien assez tôt à la “Une” des médias.

Il se pourrait que ces élections jouent un rôle majeur sur les marchés.

L’Euro très logiquement baisse. Comme on le voit sur le graphe ci-dessous, il forme une figure en Epaule-Tête-Epaule.

Par un copié-collé, j’ai reproduit à droite l’un des mouvements possibles, avec des bougies blanches. Dans un premier temps, l’Euro devrait consolider sa jambe de hausse précédente et pourrait rebondir sur les 1,315 pour aller faire une dernière hausse, qui idéalement lui permettrait de toucher la grande oblique baissière LT (en gras). Pour que cela soit possible, il faudrait accélérer le mouvement.

En effet l’agenda est serré et les élections se rapprochent. Certains candidats aimeraient pouvoir montrer qu’ils ont, somme toute, bien travaillés, en défendant l’Euro et l’économie française.

La hausse de l’Euro amènerait une hausse du CAC, qui lui aussi après sa consolidation actuelle  soit à 38% de la hausse vers 3295, soit à 50% vers 3195-3200, ”devrait” remonter pour aller toucher l’oblique baissière vers 3605. Pour des raisons électoralistes, cela serait bien que ce point haut advienne avant le premier tour des présidentielles, vous l’aurez bien compris.

20120329euro-ete.jpg?w=645&h=448

Ce premier tour risque d’être très défavorable au candidat-président, qui ne manque pas d’imagination pour essayer de retourner la situation en sa faveur. Entouré de spécialistes en tous genres, il saura rebondir sur l’actualité.

Cette date du 23 avril est importante pour les marchés qui nous intéressent. En effet l’expiration des options du Comex étant le 26 avril, nous pourrions avoir conjointement une baisse de l’Euro, des marchés et des Métaux Précieux, par une attaque sanglante comme les banksters savent les mettre en scène.

L’Euro re-testerait le support à 1,26 qui a tenu en janvier, permettant le long rallye haussier qui s’achèvera bientôt. Il est probable que la chute amènera la devise européenne sur le bas du canal à 1,23.

 
24 Comments

Publié par liesiletter le 30 mars 2012 dans Non classé


 

Traer Noé – Analyse du 30 mars 2012

trader252.jpg?w=645Le Future CAC 40 est arrivé sur sa zone support 3380-3390.
Désormais la rupture des 3370 permettrait une nouvelle phase baissière vers les supports 3270-3280.

La valeur Crédit Agricole revient sur le pivot des 4.6 euros. Quelle magnifique synchronicité ! Sous ce niveau c’est une accélération vers 4-3.9 euros. Le scénario est le même à chaque fois.

Pour l’instant nous en sommes encore à la phase “pause dynamite”.

Ensuite, cela risque de partir dans tous les sens. Entre la Grèce puis un autre pays asséché prochainement, des chutes vertigineuses sur les marchés, etc…
La situation deviendra instable telle la chambre magmatique de Yellowstone.

Pour le Brent la tendance reste très haussière, il faudra franchir les 128 pour valider sa flambée. Actuellement il consolide et une évolution entre 115-121 ne ferait que lui donner de la puissance pour les évènements à venir.

Le Bund évolue au-dessus des 138, nous surveillons désormais les 140-141.

Pour EDF, un lecteur nous avait demandé si le scénario était remis en question lorsque que le cours était à 19.5 environ début mars. Nous lui avions répondu que cela ne remettait pas en question notre scénario.
Actuellement le cours vient de tester le support des 17 euros.

Petit rappel de ce que nous avions écrit le 30 mai 2011. “Le titre EDF se rapproche du support des 27.9. Une clôture sous ce niveau créerait une accélération probable de la baisse vers les 26.5 euros. Sous ce palier, le support principal se situe à 15.2 euros.
Pour invalider cette baisse il faudrait que le titre clôture dans un premier temps au-dessus des 29.7 euros”.

De même le titre Société Générale évolue sous le seuil des 23 euros. Nous surveillerons les supports 20.5-18 et 13.8. Sous ce seuil une accélération pourrait se déclencher vers 12-4.7 euros.

 
26 Comments

Publié par liesiletter le 30 mars 2012 dans Non classé

 

Un problème devenu universel : les créances douteuses des banques

avatar28.jpg?w=645Le sujet des créances douteuses concerne également la Chine. Aujourd’hui, il est bien difficile de se fier aux résultats publiés par les banques pour se faire une juste idée de leur solidité financière. Parmi nos lecteurs, les informations abondent pour conclure que les plus grosses banques françaises cotées en bourse entretiennent une réelle illusion sur leurs propres résultats.

agricultural-bank-of-china.jpg?w=645Les hauts cadres de ces dernières nous font des confidences à ne pas répéter, mais qui en disent tellement long ! Nous en concluons que l’on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut, et la qualité des créances ou obligations détenues par une banque devient, surtout aujourd’hui, très aléatoire. Comme les banquiers ne sont pas dupes et que les plus avertis sont au courant du jeu de massacre qui se prépare, d’aucuns ont le souci, tout de même, de préparer la prochaine tempête en faisant des provisions sur les « créances douteuses » de demain. C’est ce que vient de faire, par exemple, Agricultural Bank of China (AgBank). Tout un symbole !

Quand une banque chinoise de cette stature annonce un résultat très inférieur à ce qui était attendu, on peut raisonnablement en déduire que la qualité des actifs détenus par les banques chinoises, dans leur ensemble, commence à effrayer les autorités financière pékinoises… ainsi que les Occidentaux.

doutedettes.jpg?w=645Dans le jeu de dominos qui tombent à cause du problème subitement soulevé (ne l’oublions jamais !) des dettes souveraines, le doute va progressivement s’installer sur la qualité des créances obtenues en fonction de certains prêts. Toutes les métastases du système de l’économie virtuelle se propagent désormais au sein de l’économie réelle. Chez nous, de nombreuses banques continuent à spéculer avec l’argent de la BCE, voire les économies de leurs clients, et cela dure depuis des lustres. Pourquoi aucun expert auprès des gouvernements n’a-t-il évoqué le danger ? Ce n’est pas sur ce blog qu’une réponse doit être donnée. Experts, politiques et banquiers marchent ensemble, de concert, sous la baguette de ce chef d’orchestre, que F.D. Roosevelt et bien d’autres ont appelé cartel bancaire.

On sait que cette crise chirurgicalement préparée doit servir à introduire ce Nouvel Ordre Mondial en passant par la mort de l’Etat-nation, la suppression de plusieurs milliards d’individus (ils l’ont écrit en plusieurs langues sur le Stonehenge US) essentiellement au moyen d’une future guerre bactériologique (les grippes aviaire, porcine, ou autres, étant des essais permettant de cadrer le gros coup), sans oublier une bonne guerre contre l’Iran, acte catalyseur à une future Troisième Guerre mondiale annoncée par Albert Pike dans le document publié par l’agent du renseignement canadien W.G. Carr dès 1954. [Lire DES PIONS SUR L’ECHIQUIER]

Le sujet économique nous situe dans le cadre de la fin de l’Etat-nation. Il s’étend sur des mois et des mois alors que l’on pense parfois que les choses pourraient aller plus vite. C’est tout l’intérêt des analyses de Trader Noé, qui donne des POINTS clés à partir desquels des stratégies sont mises en place. Nous suivons ces points depuis une bonne année maintenant et ils marchent à la perfection. Seulement, il faut rester froid par rapport à eux et ne pas laisser l’émotivité l’emporter. Le suivi de ces points et l’étonnante danse des cours à leur approche, est significatif de marchés totalement manipulés. La rigueur mathématique de ces analyses met en évidence le jeu des manipulations sur les marchés par certaines « forces » qui s’entendent sur les fameux points pivots. En tout cas, la prochaine tempête sur les bancaires et les marchés viendra. C’est une certitude ! Suivons les « points » de Trader Noé, qui du haut de sa vigie, nous fournit les « signaux d’intervention ». Ce que les banques chinoises sont en train de mettre au grand jour n’est certainement pas anodin dans ce timing que nous ignorons.

actifsbanqueschinoises.jpg?w=645Les subites dépréciations d’actifs des banques chinoises soulèvent une question : quelle fiabilité doit-on avoir avec celles et ceux qui donnent une impression de sécurité ? L’Agefi rappelait récemment que « la CBRC, tutelle du secteur, aurait indiqué le mois dernier aux banques chinoises que celles-ci ont classé par erreur 1.800 milliards de yuans de concours aux gouvernements locaux dans la catégorie de prêts la plus sûre, sous-estimant ainsi leurs risques ». D’un autre côté, on peut y voir le souci des autorités de Pékin de chercher à contrôler son propre système bancaire. C’est ainsi que voient les agences de notation américaines : « les banques chinoises cherchent à assainir leur bilan ». Mieux vaut dans un contexte où ces deux dernières années le crédit a littéralement explosé. On estimait cette somme à 17.000 milliards de yuans mi-2011, soit 25% des crédits totaux. Mais qu’en est-il des crédits consentis par la finance de l’ombre dont on ignore tout, sinon qu’ils sont très nombreux ?

 
3 Comments

Publié par liesiletter le 30 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 29 mars 2012

trader253.jpg?w=645Comme nous l’avions proposé hier, l’indice E-mini SP 500 est revenu au niveau des 1394 points permettant à l’indice Future France CAC40 de suivre et de se rapprocher à son tour des 3390 points.
La rupture de ce seuil puis des 3370 déclencherait une correction vers le support majeur des 3290-3280 points.
Ensuite, cela serait vraiment les ruptures successives des 3160 et 2850 points qui déclencheraient un retour vers les 2700-2500 et 2300 points.

Concernant l’EURUSD, la résistance des 1.34 reste toujours très importante ainsi que le pivot des 1.324. Le fond reste baissier et sous ce seuil nous reverrons les supports 1.265-1.235.

Pour le BUND, nous surveillerons toujours la résistance des 138. Si elle est franchie, nous nous intéresserons aux résistances 139 et 140.5.
Sous les 138, la reprise s’affaiblirait et nous nous intéresserions à nouveau au pivot 135.

Pour le Silver, nous avions proposé la correction dès la rupture des 34.5.Désormais les ruptures des 32-31 nous inciteraient à surveiller les supports 28-26-23.5
De même pour le Gold spot il faudra surveiller les supports 1650-1627-1570-1525 et éventuellement 1300-1250 en cas de ruptures successives. Pour éviter un tel scénario, il faut que le Gold spot franchisse la résistance des 1700 dollars l’once dans un  premier temps. Pour le Silver, ce niveau correspond approximativement au niveau des 34 dollars l’once.

 
116 Comments

Publié par liesiletter le 29 mars 2012 dans Non classé

 

Japon : le retour de l’inflation

banquecentralejapon.jpg?w=645Les autorités bancaires japonaises font le pari d’un retour de l’inflation. Pour preuve, elles réitèrent ce qui n’avait pas été fait depuis juin 2008, à savoir des émissions d’obligations indexées sur l’inflation (JGBi). A ce jour, les banquiers centraux japonais sont réputés pour pratiquer une politique monétaire d’assèchement du marché. Précisons que l’objectif de l’inflation retenu par la banque centrale est seulement de 1% !

De toutes les façons, précise une étude de Bank of America : «Compte tenu du haut niveau de dette au Japon, à un certain moment, les taux devront augmenter lorsque la démographie ne fournira plus assez d’épargne pour soutenir le marché obligataire». Les autorités monétaires sont bien conscientes que ce retournement va peser sur le prix des obligations détenues de 6.300 milliards de yens (58 milliards d’euros) pour les banques japonaises. Voilà sans doute la raison pour laquelle la même banque américaine avertit  que «les pertes et le risque élevés ont fortement entamé la capacité des banques à prendre un surcroît de risque».

 
18 Comments

Publié par liesiletter le 29 mars 2012 dans Non classé

 

Goldman Sachs : une des pièces maîtresses du cartel bancaire – Partie 4

avatar27.jpg?w=645Goldman Sachs et Les Associés de la Firme

Extraits du numéro 243 de LIESI – Suite de cet article Partie 1Suite de cet article Partie 2. Suite de cet article Partie 3.

llyodblankfein.jpg?w=645L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il « fait le métier de dieu ». Spécialiste de la prédation financière, de la tromperie de ses propres clients, de pratiques malhonnêtes, l’entité Goldman Sachs manœuvre le CHAOS d’où doit émerger l’ORDRE grâce à des ASSOCIES couverts par la classe politiques des Etats-Nations.

Les Associés de la Firme sont prêts à tout pour imposer les vues du Grand Patron. Nous évoquions le lynchage politique et médiatique de Silvio Berlusconi, mais les gens n’ont pas réfléchi au signal envoyé, après le meurtre de M. Kadhafi. Ce qui arrive à Belusconi est dans la logique de notre analyse du numéro 242.

On retrouve plusieurs des employés de la Firme dans des sociétés secrètes, comme le CFR (pour les Américains), voire le Groupe Bilderberg ou/et la Commission Trilatérale pour les Européens. Rien d’étonnant à cela dans la mesure où ces sociétés secrètes sont sous la coupe du cartel bancaire qui possède Goldman Sachs, au même titre que la Réserve fédérale américaine.

Le message d’Hollywood

associedudiable.jpg?w=645LIESI a voulu montrer que les hommes choisis pour créer les conditions de la prochaine GUERRE CIVILE EUROPEENNE, sont orgueilleux, ambitieux et égoïstes. Ils font penser au jeune Kevin Lomax du film Associés du Diable[1], avec Al Pacino.

Pour devenir associé de la Firme Goldman Sachs, il faut savoir passer outre ses convictions. Une fois le test réussi, c’est l’engrenage ! Dans le film que nous évoquons, le jeune avocat Kevin Lomax franchit le pas en défendant John Milton, dont il sait qu’il est coupable d’abus sexuels sur une mineure. En devenant un acteur du mensonge, Kevin Lomax devient l’employé du banquier de Lucifer. Et où se situe le quartier général de John Milton (Al Pacino) ? Dans les propres murs de la Firme Goldman Sachs ! En effet, toutes les scènes d’intérieur du film, c’est-à-dire le siège du « banquier de Lucifer » dans les Associés du Diable furent tournées au siège même de Goldman Sachs !

Quel message !

Ainsi apparaît le « secret » du succès des opérations financières de Goldman Sachs, chargé de vendre les bons du Trésor US. Les concurrents sont éliminés ; à chaque fois, la Firme encaisse une commission juteuse et le jeu continue… Les paris se font sur la ruine de l’Occident.


De la finance à la géopolitique

 On pourrait alors faire des rapprochements inquiétants entre cette situation et le scénario joué par la Haute finance de Wall Street avec l’Allemagne, à la suite de la crise de 1929. Mais cette fois, ce sera bien différent ! Pour LIESI, il ne fait aucun doute que les parrains de Goldman & Cie vont perdre la partie. L’un de leurs objectifs n’est pas seulement d’ordre financier. Si l’argent est le nerf de la guerre, l’objectif est le POUVOIR, ce qui nous amène au gouvernement mondial, c’est-à-dire au règne de l’Antéchrist (d’où le projet de pucer les hommes, envisagé par l’administration Obama à partir de 2013. Projet évoqué d’ailleurs devant A. Russo par N. Rockefeller). Or cette conquête du Pouvoir absolu passe nécessairement par la géopolitique et, bien évidemment, la mystique. Ce qui nous ramène au document explicité dans le précédent numéro de LIESI :

« Dès 1982, la revue de stratégie sioniste Kivounim publiait ce programme en hébreu… Le drame du Liban et de l’Irak y étaient évoqués, puis la dislocation de l’Egypte, enfin : ‘‘Une fois l’Egypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye et le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution’’ ». Lisons Syrie et Iran.

Les fossoyeurs de l’Etat-nation et architectes du Nouvel Ordre Mondial, savent que les musulmans sont hostiles à ce projet. Ils créent donc les conditions d’une prochaine guerre mondiale opposant le bloc occidental (autour d’Israël) au monde islamique. L’affaire de TOULOUSE devrait bien évidemment être analysée sous cet angle.

[Sommaire des numéros de LIESI]


[1] L’Associé du Diable (The Devil’s Advocate) est un film américain réalisé par Taylor Hackford en 199, d’après le roman The Devil’s Advocate d’Andrew Neiderman.

 
110 Comments

Publié par liesiletter le 28 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 28 mars 2012

trader25.jpg?w=645Le franchissement des 1394 points aura permis à l’indice E-mini SP 500 de se rapprocher de la première résistance à 1410.
Le 26 mars nous avions précisé qu’il fallait d’abord franchir 1394 puis que le cours se maintienne au-dessus des 1410 (désormais 1415) pour que la hausse se poursuive.
Pour l’instant nous sommes toujours dans le scénario de début janvier, la vague d’impulsion baissière se fera sur la résistance des 3600 points.
Tout se met en place pour se scénario.

Bien sûr, s’il s’agissait de gagner encore un peu de temps il faudrait que le cours franchisse les 3600 points pour donner l’impulsion vers les 3850-3900 points ce qui devient aujourd’hui de moins en moins probable.
Si le scénario d’impulsion des 3600 est confirmé à l’approche des élections, l’indice pourrait retourner vers 2300 points environ cette année, puis poursuivre vers 1700 points en 2013.
L’explosion des cours du pétrole paralysera l’économie globale et les transporteurs exerceront péniblement leur travail ou plus du tout du fait des marges trop réduites.
Il faut bien préciser que lorsque les évènements au Moyen-Orient commenceront, le brut pourrait rejoindre 250-300 dollars le baril. On peut estimer 3.6-3.8 le litre.

D’autre part, les bouleversements climatiques actuels risquent de peser lourdement sur les récoltes. On parle déjà de sécheresse en France, des récoltes de blé moins bonnes…
Ce qui est rare devient cher et comme les actifs papiers deviendront obsolètes, les institutionnels se rabattront probablement sur les matières premières. Les tremblements de la zone euro affaibliront davantage cette monnaie, l’hyperinflation de certains produits de base nécessaires-alimentaires s’intensifiera.
La crise provoquera des vagues de licenciement telles que les cadres ne pourront même plus rembourser leurs achats immobiliers. Le piège est là, devoir rembourser un bien immobilier alors que son prix aura perdu entre 30 et 70 % par endroit.

Les taxes pleuvront, les propriétaires asséchés paniqueront mais personne sera prêt à acheter dans des villes en effervescence. D’où l’accélération de la chute.
La machine à laver à essorage 1300 tours minutes sera redoutable. Il n’y a là aucun excès de pessimisme, croyez-le bien.

Pour le Future CAC 40, nous surveillerons attentivement le support des 3430. La rupture de ce seuil permettrait à l’indice de se rapprocher des 3390 poins un support ascendant qui date de mi janvier.
Si le E-mini ne parvient pas à se redresser au-dessus des 1410 points il pourrait venir combler son gap vers 1394-1390 points.

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Les pays en crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche