Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 16:28

L'Euro est un système frauduleux


http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2010/10/BCE.jpghttp://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2010/10/BCE.jpg

L'euro est le plus important programme de fraude de l'histoire humaine réalisé en temps de paix.

PDF Imprimer Envoyer

Mardi, 17 Janvier 2012 16:41

 

La BCE prend en charge de plus en plus de mauvaises dettes en provenance des pays du Sud. Selon l'allemand Thorsten Kramer, un ancien membre du conseil de Freenet : "En observant le portefeuille de la BCE on voit qu'elle fait aujourd'hui partie des plus grandes "bad bank" du monde. L'euro est le plus important programme de fraude de l'histoire humaine réalisé en temps de paix."


Michaela Heine pour NEWS 26

Imprimer Envoyer

La BCE a mis massivement la main dans les marchés obligataires et achète agressivement des titres de la dette de l'Italie et de celle de l'Espagne. Les initiés sont inquiets qu'en 2012 près d'un billion d'euro seront fraîchement imprimés pour acheter de la dette auprès de banques et d'Etats en faillite. Ces actions d'achat de la Banque Centrale Européenne se produisent en cachette et les destinataires de cette manne d'argent ne sont pas connus. Cette pratique ne peut pas rester sans conséquences.

Cette orgie d'impression d'argent n'est pas perçue par le public et est présentée dans les médias comme une chose sans importance - cela ne peut en aucune façon rester sans conséquences sur l'avenir. Car l'argent que la BCE met à la disposition d'Etats en crise et de banques en grande difficulté est irrémédiablement perdu et ne pourra  jamais être remboursé. Ce fait est d'ailleurs connu du Président de la BCE.

Thorsten Kramer, un ancien membre du conseil de Freenet conclut ainsi: «Dans ce contexte on peut parler d'une mise en circulation en masse et légale d'une quasi monnaie de contrefaçon par le système de la BCE. Celui-ci met à disposition des montants croissants via des crédits irrécupérables envers des banques "club-med" en faillite.Il ne me reste plus alors qu'à revenir à mon observation de janvier 2010: L'euro est le plus important programme de fraude de l'histoire humaine réalisé en temps de paix "

Kramer était au milieu de l'année dernière, le seul critique parmi les  l'industriels allemands a remettre ouvertement l' € en question.


"Je pense en ce qui concerne cette question que la façon d'agir du gouvernement allemand et également celle de l'opposition parlementaire avec sa demande de créer des eurobonds relévent de la plus grande catastrophe économique et  politique de l'histoire de la République Fédérale. La perversion de l'Union monétaire est de s'être transformée en un club de renflouement. Ceci est une situation intolérable qui se perpétue encore aujourd'hui avec la création d'un "plan de sauvetage permanent."

On peut ajouter à l'échec de la politique, cette circonstance aggravante que la Banque Centrale Européenne a fait des transferts de ressources cachées en l'absence totale et pour cause d'autorisation parlementaire démocratique. Cela montre les éléments structurels des régimes totalitaires. En observant le portefeuille de la BCE on voit qu'elle fait aujourd'hui partie des plus grandes "bad bank" du monde.


http://www.news26.tv/econmie/1560-leuro-est-un-systeme-frauduleux.html

 

.

 

Article et vdeo 7 mn : O.DELAMARCHE . Equation du jour : EuroDebt ²+ Unicredit = Boum !

http://gold-up.blogspot.com/

 


.

.

AAA ou le triple échec de Nicolas Sarkozy

Posted: 16 Jan 2012 11:55 PM PST

 

 

Vendredi soir, Standard & Poor’s a annoncé la dégradation de la note de la France et d’autres pays européens. Par delà ce jugement à contretemps et le placement réussi de 8,59 milliards d’euros de bons du trésor, il signe un triple échec pour l’action du gouvernement et du président.
Un échec de communication
Comme le rapporte Le Parisien, le président avait pourtant fait de la conservation du précieux sésame des agences de notation un élément clé de son bilan, allant même jusqu’à dire « si on perd le AAA, on est mort ». Comme souvent, Nicolas Sarkozy a trop parlé, sans se soucier des conséquences à long terme. Bien sûr, le gouvernement et ses soutiens, comme Alain Minc, ont beau jeu de parler d’injustice en soulignant que l’objectif de déficit pour 2011 est plus qu’atteint.
 

Mais il est proprement sidérant de voir le premier ministre François Fillon riposter à François Hollande en lui proposant de faire noter son programme par les agences de notation. Comment un ancien séguiniste peut proposer à un candidat à l’élection présidentielle de passer son programme sous de telles fourches caudines ? Même Alain Madelin n’avait pas osé une telle perversion de la démocratie qui revient à placer la politique sous les ordres des marchés !

Un échec de plus au bilan
La lecture du jugement de l’agence montre que le problème est ailleurs. Il est double. Tout d’abord, les perspectives de croissance se sont fortement dégradées, ce qui pose bien entendu le problème de la solvabilité de la France. Ce n’est pas la même chose de rembourser une même dette avec 2% de croissance par an ou avec 1% ou moins. Pour le coup, le jugement de Standard & Poor’s n’est pas injuste et correspond à un véritable changement de circonstances.
L’autre point mis en avant est que, contrairement aux fables racontées à l’occasion de chaque sommet européen, la stabilité de la zone euro est toute sauf acquise. Les négociations sur la restructuration de la dette grecque sont au point mort et la France est caution de 159 milliards d’euros dans le FESF. Il n’est donc pas injuste d’en prendre compte. Enfin, les leçons de rigueur de Nicolas Sarkozy sont à relativiser par le rapport sévère que la Cour des Comptes avait émis début 2010.
Un échec dans les solutions
Mais ce qui est très intéressant ici, c’est surtout de constater à quel point le président n’a aucune véritable solution. Comme le soulignent les agences, une austérité sauvage n’est pas la solution, car, en dégradant l’économie, elle annule quasiment tout l’effet des plans de hausses d’impôt ou de coupes de dépenses, comme on le voit bien en Grèce, en Espagne ou au Portugal. C’est pourquoi l’objectif d’équilibre budgétaire en 2016 de François Bayrou est totalement suicidaire.
La solution, comme l’a bien expliqué Paul Krugman, consiste à lever en partie la contrainte budgétaire, pour ne pas casser la croissance, contrairement à ce qui est fait en Europe, en monétisant. En effet, la France serait protégée de l’avis des agences (voir même potentiellement mieux notée), si elle pouvait monétiser en partie sa dette (en revenant sur la loi de 1973 et l’article 123 du traité de Lisbonne). Paradoxalement, les investisseurs n’auraient plus à craindre un défaut…
Comme souvent, l’artificier de l’Elysée se prend les pieds dans ses annonces. Il a beaucoup joué sur la notation de la France, et une agence vient de faire de lui le premier président à perdre notre AAA. Une nouvelle pièce au dossier de son bilan calamiteux.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche