Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 15:55



La BCE s’affole et l’euro se meurt
20 janvier 2011 - 10:42
   

20 janvier 2011 (Nouvelle Solidarité) – Au rythme de ces 15 derniers jours, la zone euro ne passera pas le printemps !


La semaine dernière les dirigeants européens se glorifiaient de voir les taux des obligations espagnoles, portugaises, italiennes et grecques ne pas crever les plafonds, y voyant un signe de fin de crise. Eh bien l’on sait désormais comment ce petit miracle s’est accompli : la BCE a acheté en cinq jours pour 10 milliards d’euros de ces obligations « PIIGS » sur le marché secondaire, soit l’équivalent en valeur de 90% des émissions souveraines émises entre les 10 et 15 janvier. Sans cela les taux auraient crevé les plafonds.


Conclusion : la BCE est une « bad bank », malgré les dénégations de M. Trichet en conférence de presse la semaine dernière.


Surtout qu’en Irlande, la BCE, qui maintient sous perfusion les banques depuis 2 ans, vient de passer le relais à la Banque centrale irlandaise (BCI) pour les renflouer en cash. La BCI vient d’avouer qu’elle était en train d’imprimer elle-même, en accord avec la BCE, 51 milliards d’euros pour alimenter un programme de prêts d’urgences au banques du pays ! De la pure création monétaire… et bientôt de la pure inflation…


Et cet argent n’est pas exclusivement destiné aux banques irlandaises (les deux-tiers), dont les banques privées européennes détiennent 500 milliards d’euros de créances, mais également aux banques étrangères installées à Dublin pour le tiers restant.


Les peuples d’Europe n’ont plus qu’une solution : Face à la dette, Glass-Steagall !

.

http://www.solidariteetprogres.org/article7352.html

 

 

.

 

La fin de l’euro pourrait tarder…

 

Il y a quelques jours, Jacques Sapir et Emmanuel Todd annonçaient la fin probable de la monnaie d’ici à un an, diagnostic confirmé par Jean-Luc Gréau. Le GEAB, toujours aussi sombre, annonce lui aussi un cataclysme pour cette année. Et si cela prenait plus de temps ?

 

Les raisons pour une crise rapide

A dire vrai, les raisons qui pourraient provoquer une crise rapide sont nombreuses. Après tout, il suffirait que les marchés s’emballent sur les taux des dettes souveraines espagnoles et italiennes pour mettre à bat l’ensemble de l’édifice de défense de l’euro mis en place au printemps 2010. Parallèlement, il suffirait qu’un peuple se rebelle contre les plans d’austérité et décide de porter au pouvoir des alternatifs pour fragiliser le château de cartes monétaire qu’est l’euro.

Quand on constate la grande divergence entre l’Islande (qui a choisi de ne pas sauver ses banques et les créanciers étrangers) et l’Irlande, on se dit que ce dernier pays pourrait bien choisir une voie audacieuse lors des élections qui sont à venir. On ne peut pas négliger la possibilité d’une sortie de l’Irlande de l’euro pour sortir de la tutelle humiliante du FMI et de Bruxelles. Concernant le GEAB, si leurs arguments sont réels, ils prédisent un peu trop souvent une apocalypse imminente.

Enfin, comment ne pas constater à quel point la situation de la Grèce est intenable. The Economist rappelle cette semaine que, du fait de la baisse de 4% du PIB en 2010, le poids de la dette a atteint 140% du PIB en Grèce, ce qui signifie que les intérêts de la dette représentent, la somme extravagante de 7% du PIB ! En 2015, malgré un ajustement budgétaire brutal de 10 points du PIB, elle atteindra 165% du PIB, un montant ingérable que l’hebdomadaire appelle dès aujourd’hui à restructurer.

 

Et si l’agonie durait plus longtemps ?

Malheureusement, la messe n’est pas dite. Les fédéralistes veulent sauver l’euro coûte que coûte, quel qu’en soit le prix à payer par les peuples. Ils savent bien qu’une fin de l’euro hypothèquerait pour plusieurs décennies le modèle d’une Europe supranationale qu’ils construisent depuis 25 ans. Et les pays de la périphérie de l’Europe sont sans doute retenus par le fait que l’Europe leur a apporté beaucoup de subsides et qu’ils ne veulent pas paraître ingrats aujourd’hui.

Mais cela serait insuffisant sans l’intervention de la BCE. En effet, depuis quelques mois, la Banque Centrale Européenne recourt de plus en plus à une monétisation des dettes des pays en difficulté pour éviter d’activer une nouvelle fois le fonds européen. Comme le raconte la Chronique Agora, ce ne serait pas moins de 90% des émissions de bons du trésor Portugais, Espagnol et Italien des derniers jours qui auraient été achetées par la BCE et réduire la pression sur les marchés.

Bref, les autorités européennes sont prêtes à tout pour sauver l’euro, y compris à contredire la lettre des traités. Du coup, entre les 500 milliards encore disponibles dans le Fonds, la capacité gigantesque de monétisation de la BCE, l’aide de la Chine et la possibilité de restructurations, il est possible que les contradictions de l’euro soient protégées des marchés pour quelques années. Il faudrait alors qu’un pays décide volontairement de partir pour faire exploser la monnaie unique.

Bien sûr, la crise va se poursuivre. Mais comme pour les banques, les autorités européennes semblent prêtes à tout pour sauver l’euro, quelques soient ses carences. C’est pour cela qu’il faudra sans doute attendre un peu plus longtemps pour revenir au franc…


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche