Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 22:35

 

Lombric

  http://www.observatoire-environnement.org/OBSERVATOIRE/tableau-de-bord-pesp1356.html

 

http://www.theuprightone.com/Tarrier/

 

 

LHUMANITÉ SURVIVRA AU TIGRE ET AU PANDA,

MAIS PAS À LA DISPARITION DU LOMBRIC ET DU BOUSIER !

 

Même mal aimée, la biodiversité est aussi sous terre !

Mobilisons-nous contre la mort biologique du sol !

 

 

Préambule

Dans lart et la manière de faire la quête au profit des espèces, les deux facteurs fondamentaux sont : choisir un animal sympathique pour le grand public et, même si lon sait pertinemment que sa situation est désespérée, exceller dans le faux espoir en communiquant un max sur le « tout nest pas perdu ! ». Le filon de la biodiversité ne va pas sans marketing. Nous sommes très loin de la science. La faute nen incombe nullement aux trusts protecteurs, mais à la méconnaissance crasse des gens en matière de zoologie et décologie vraie.

 

Comme notre connerie est immense, nous ne voulons pas pleurer sur le lombric et le bousier et nous préférons nous consoler sur un tigre en peluche ou tout autre éco-toy. Résultat de cette infantilisation de la cause : ceux qui croient avoir accompli leur bonne action verte en participant à un semblant de sauvegarde dun sympathique mammifère emblématique mais écologiquement subsidiaire se sentent dispensés du moindre militantisme à légard du ver de terre et perdent toute responsabilité à lendroit des espèces vraiment prépondérantes. On a déjà donné.

 

CEST UNE GRAVE ERREUR DE PROTÈGER CE QUON AIME ET PAS CE QUIL FAUT VRAIMENT PROTÉGER.

 

Je ne plaide pas le désintéressement et labandon du panda ou de lours blanc, mais je dis que quand il sagit de sauvegarder, CEST TOUT QUIL FAUT SAUVEGARDER, et pas seulement les espèces enchanteresses. Lécologie nest pas une excroissance de chez Disney.

 

Dans léchelle des valeurs, les nobles décomposeurs et autres aérateurs du sol jouent un rôle inestimable parce quils constituent les intestins de la terre. Que le tigre ou léléphant viennent à disparaître, cest effrayant, mais quand on nous annonce le déclin des lombrics, cest purement et simplement la fin du monde quon nous annonce.

 

Comme toute la faunule endogée, les lombrics sont la clé de la fertilité des sols, qu'ils façonnent, qu'ils aèrent, en ingérant et en digérant les particules organiques. Avec les gastéropodes et bien d'autres, ils constituent les agents essentiels de l'humification , responsables de la structure grumeleuse par la construction vivante du sol. Le lombric ayant la faculté de se nourrir de plantes en décomposition et de les transformer en compost, en traversant son tube digestif la matière organique s'enrichit aussi d'une flore microbienne très active qui favorise la fabrication des phytonomes indispensables à la croissance des plantes. Mais les lombrics et tous les décomposeurs primaires n'abondent que dans des terres saines.

 

Vieux de centaines de millions dannées, les vers de terre sont vraiment les contributeurs majeurs à la richesse naturelle et illustrent la première biomasse du sol. Leur extinction, notamment par empoisonnement pétrochimique et compaction du substrat terrestre, bio-indique une mort biologique des sols, une perte galopante dhumus et de fertilité. Encore davantage que celle des abeilles et autres pollinisateurs, leffondrement de leffectif des vers de terre  nannonce rien dautre quune grande famine à venir.

 

MAIS TOUT LE MONDE SEN FOUT PARCE QUUN VER DE TERRE, CEST « DÉGUEULASSE » !  Et le citoyen lambda, druckérisé, bovinisé, avachi, ne verserait pas une thune si le WWF communiquait pour la sauvegarde dune « sale bête ». Mais je vous en assure, même si cela vous amuse, si notre société était adulte c'est pour les gluants vers de terre ou de maudits invertébrés que DiCaprio donnerait son million de dollars, et non pour les gentils tigres. Seulement voilà, nous sommes immatures et irresponsables quand il s'agit d'écologie, de la vraie.

 

Dégueulasse le ver de terre ? Dégueulasses nous-mêmes avec nos canons de beauté, nos niaiseries, nos peluches à la con !

 

Lire aussi :

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2199_compost_lombrics_agriculture.php

 

 

Du même auteur,

non-aligné :

 

 

  
DICTATURE VERTE
  
Faites du buzz autour d'un livre qui ne choque que les complices et les endormis !
  
 
Voulez-vous lire et faire connaître un guide des initiatives contre l’extermination globale du Vivant, contre l'épuisement programmé des ressources, voulez-vous tout savoir de la future stratégie de survie au pied du mur ?

N'ayez pas peur, lisez Dictature verte !

  

Pourquoi lécologisme est-il de gauche

tandis que les lois implacables de la Nature s

embleraient plutôt devoir inspirer une posture de droite ?

 

Attention, ce billet ne cherche pas la polémique politique, il pose plaisamment, et donc sans prétention, un petit problème contradictoire quant à notre mentalité, à nous dits écologistes.

 

Nul nignore que le mouvement écologiste (idéologique, philosophique…) est un courant de pensée qui se situe nettement à Gauche et qui en France prit sa source dans une contre-culture contestataire très gauchisante (Pierre Fournier, Larzac, anti-nucléaires, tiers-mondisme, René Dumont, etc.).

Seul lenvironnementalisme conventionnel, que je considère comme une dérive perverse puisque très emprunte danthropocentrisme, peut être taxé de Droite. Hitler était un environnementaliste, oui, oui…, révisez vos notions et là, ça fait mal ! Dailleurs, dans Mein Kampf, il écrit toujours le mot Nature avec une majuscule (comme moi !).

 

Le clivage bipartisan et manichéen Droite/Gauche, que lon voudrait suranné, nest ici mis en exergue que pour simplifier la discussion, et ce, dans le sens de la Gauche à la française et qui sous-entend : égalité, solidarité, changement et insoumission, par opposition à une Droite identifiée par des valeurs de conservatisme, de méritocratie, dordre et de sécurité. Nentrons pas ici dans le thème des déviances totalitaires du communisme… ! Les gens de Droite montrent, majoritairement et jusquà preuve du contraire, une tendance rigide, intolérante, très réaliste, tandis que ceux dits de Gauche, sont le plus souvent perçus comme plus idéalistes, se réclamant de progressisme, de tolérance, de compréhension et donc dun petit bonus de cur, de partage et dhumanité.

 

Quen est-il de la Nature, quen est-il dans la nature ?

 

Eh bien, loin des histoires à dormir debout que lon veut bien se raconter et hormis les cas mutualistes et symbiotiques, la Nature est pour lessentiel cruelle, impitoyable, parfois féroce et sanguinaire ! Ici ne règne que la lutte pour la survie, un opportunisme exacerbé dont est tributaire toute existence, toute subsistance, une farouche et imparable loi de territorialité. Pour parler un peu stupidement en anthropomorphiste que je ne suis pas, cest dans cette vie naturelle que triomphe la somme de toutes les « injustices » (au sens humaniste de léquité), tous les racismes, tous les spécismes, tous les sexismes, jusquà certaines obligations « infanticides » programmées chez bien des espèces, notamment en cas de disette. Je viens ainsi dégrainer tout ce qui concoure aux lois de lévolution et de la sélection naturelle : que le plus fort gagne ! Ce qui peut nous bouleverser dans léthologie animale est bien entendu induit par la biologie et en sont exclus les actes de cruauté gratuite et mûrement pensée qui sont propres à lhomme. Le procès de sadisme fait, par exemple, aux félins jouant avec leur proie nest évidemment quune vision de notre affect.

 

Nos inégalités sociales, notre esprit de conquête et tout notre cortège dirrespect serait donc dordre biologique et afférant à la sélection naturelle. Un inévitable déterminisme ouvrirait ainsi toutes les portes des circonstances plus quatténuantes, puisque naturelles, à toutes les exactions. Cette absence daltruisme, dempathie, de sollicitude, de compassion, de bienveillance, que lon observe dans le milieu naturel, nest-ce pas emblématique des sociétés humaines les plus rigides, les plus sévères, les plus conservatrices, sans même parler des dérives totalitaires ? Comme les gens de droite, la Nature ne fait pas de cadeau au plus faible. La vision lamarckienne, le darwinisme social dont on peut accuser Malthus dans certains de ses plus regrettables écrits, la loi du plus fort, la survie du plus apte sont des principes naturels qui iraient donc comme un gant à ceux qui étonnement naiment pas la Nature et ne se montrent guère partisans de lécologisme. La droite aurait ainsi raté le coche en ne saccaparant pas lécologisme !! Fabuleux paradoxe ! Nous savons évidemment que les raisons du dédain du capitalisme et du socialisme industrialiste à légard de la morale écologique ne sont inspirées que par les désirs dexploitation et dappropriation.

 

Alors, l'homme serait- il contre-nature en aidant les faibles ?

 

Si la loi de la jungle est naturelle, pourquoi donc Eva Joly saffronte aux injustices et à la corruption ? Pourquoi, de façon générale, lécologisme se veut-il si respectueux de lhumanité, si enclin à la compréhension des autres, à la lutte contre les privilèges indus, à la défense des classes et des peuples opprimés ? En voulant vivre selon des principes pacifiques de respect universel tels que ceux des Bishnoïs, les écologistes sont peut-être dans une contre-vérité car la Nature na de morale que celle de lintelligence des instincts et des tropismes.  

 

Les images un peu lénifiantes de soi-disant empathie animale, dune sphère souvent plus domestique que sauvage, que jai parfois divulguées ne sont que les exceptions qui confirment la règle dune lutte sans merci pour la survie, ou bien se limitent à des rapports « familiaux » exceptionnels, et sont bien loin dêtre la règle. 

 

Telle est la réflexion succincte, peu argumentée et sans prétention dun écologue, dun zoologiste, dun naturaliste de terrain et dun libre-penseur rousseauiste. Avocat du diable ou de la civilisation ? Parce que tout commentaire, toute explication qui pourra surgir de la question posée tournera autour du mot « civilisation ». Mieux dit : de quoi la civilisation est-elle le nom ?

 

On peut y réfléchir, en discuter ou en rire.

  

 


Michel Tarrier

Écologue, écosophe

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Tarrier

http://fr-fr.facebook.com/profile.php?id=100000511504781

http://www.amazon.fr/Dictature-verte-Tarrier-Michel/dp/2812701404

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche