Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 01:30

LE RACISME ANTIMUSULMAN au service du projet de domination sioniste

Les islamophobes sont immanquablement du côté du plus fort, n'ont pas la décence de dire non à l'escroquerie intellectuelle qu'ils ont pris l'habitude de gober.


Thami BOUHMOUCH
Vendredi 23 Novembre 2012

«L'islamophobie est programmée et organisée par les services du sionisme international»

LE RACISME ANTIMUSULMAN au service du projet de domination sioniste
Le racisme est une des composantes majeures du monde moderne… L'article précédent a été axé sur la montée de l'islamophobie dans les pays de tradition chrétienne. (1) Il s'agit ici d'aborder des questions quelque peu occultées : pourquoi l'Islam est-il attaqué par les officines sionistes, partout et sans ménagement ? Comment expliquer ce besoin frénétique d'agresser les Musulmans, le soutien inconditionnel et exalté au judéo-sionisme ? Comment l'opinion publique occidentale est-elle manœuvrée ?
 
Incitation à la haine religieuse
L’islam est une religion dont les enseignements ne concordent pas avec les modes de pensée en vigueur en Occident. De fait, il est habilement associé au «terrorisme» et accusé de tous les maux de la terre.
 
En France, on se rappelle de la sortie de J.-F. Copé (d'origine algéro-roumaine) qui voulait, en 2011, imposer le français dans les mosquées. L'idée était d'instrumentaliser la langue nationale pour stigmatiser les citoyens musulmans, afin de rabattre les voix du FN sur le parti au pouvoir. Sur ce point, G. Gastaud écrit : «Voudrait-on faire haïr la langue de notre (de leur) pays par les Français d’origine maghrébine, qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! M. Copé exigera-t-il aussi dans la foulée que dans les synagogues les juifs ne lisent plus la Thora en hébreu, que les orthodoxes n’utilisent plus le grec ou le slavon, ou que les catholiques traditionalistes renoncent à dire la messe en latin ? Le chef de l’UMP compte-t-il aussi proscrire les messes en breton, en basque, en corse, en alsacien, en occitan, en flamand ou en catalan ?». (2) C'est ce même Copé, il y a un mois, qui a «entendu parler d’un enfant qui s’est fait arracher son pain au chocolat par des voyous, parce qu’on ne mange pas pendant le Ramadan». Il lui aurait été facile de s'assurer de la vraisemblance de son mensonge : cela fait deux ans que le Ramadan a lieu au milieu des vacances scolaires (et jusqu'en 2014). Comment alors un enfant peut-il prendre prétexte de ce mois de jeûne pour empêcher un autre de manger ?
Un délit commis par un délinquant de parents jadis immigrés doit être imputé, non pas à l'islam, mais bien à la violence sociale ; il est pourtant systématiquement attribué aux «islamistes» pas les médias. Ce qui amène D. Sieffert à s'interroger : «Cet islamisme à la française, que l’on semble découvrir, est-il autre chose qu’une délinquance bien de chez nous ? […]  Et cette violence, son origine n’est-elle pas plutôt dans la crise sociale qui frappe si durement nos banlieues ?» (3) V. Geisser se range à cet avis : «Lire à travers ce prisme religieux des phénomènes qui peuvent être assimilés à la délinquance ou à des attitudes déviantes, c’est déjà une lecture quasi-raciste. L’idée que l’appartenance religieuse expliquerait ces comportements ne tient pas compte des réalités sociales et politiques dans notre pays». (4) Pour se convaincre du cynisme de cet amalgame, il suffit de se rappeler le cas de ce sergent américain en Afghanistan (mars 2012), qui a eu plaisir à abattre deux familles paysannes (seize personnes), puis a mis le feu à leurs corps… Quelqu'un dans ce pays ou ailleurs a-t-il traité ce monstre de «terroriste chrétien» ? 
 
Les peuples musulmans connaissent bien les atrocités que les puissances réputées chrétiennes avaient commises dans le passé et commettent aujourd'hui, sans jamais pour cela s’en prendre au christianisme, ni ne le qualifient de religion terroriste… C'est le constat que fait A. Damoune : «Les chrétiens ont colonisé la moitié du globe, exterminé les Indiens en Amérique et les Aborigènes en Australie, ils ont capturé et asservi les Noirs d’Afrique, ils ont massacré à tour de bras lors des Croisades, sans raison valable, ils ont sévi contre le peuple andalou qu’ils ont chassé, pourchassé et finalement exclu de la péninsule, ils ont colonisé des pays entiers et ont pillé leurs ressources, ils ont usé de moyens de guerre illégaux comme les gaz chimiques, ils ont largué deux bombes atomiques sur des populations civiles… mais malgré cela, personne n’a jamais osé s’en prendre au Christ, car le christianisme est une religion saine, propre, qui a été mise à mal par ses adeptes qui ont tué, massacré, pillé, "génocidé" en son nom». (5)
En Europe, lorsque les temps sont durs (comme en ce moment), les citoyens musulmans servent de «variable d’ajustement». Sous cet angle, les masses font l'objet d'un véritable conditionnement et d'un lavage de cerveau intense. On travaille à créer au sein de la société une forte hostilité antimusulmane, en diabolisant l'islam par tous les moyens possibles et en propageant l'idée d'une guerre contre les tenants de cette religion. L'appareil de propagande dispose pour cela de moyens considérables.
 
Le projet sioniste
Les mensonges les plus improbables sont proférés pour inciter le citoyen occidental à abominer les Musulmans afin de lui faire accepter les massacres en Afghanistan et bientôt la guerre contre l'Iran… Ainsi, à chaque fois qu’un illuminé décide de devenir célèbre, il invente une avanie à l'encontre de l’islam de la manière la plus vile possible… Cela avait commencé avec un plumitif appelé Salman Rushdie, puis c'était le tour d’un obscure caricaturiste danois, suivi du journal Charlie Hebdo, pour finir par un cinéaste américain véreux en octobre dernier. Comment acquiescer à cette sacro-sainte liberté d’expression que les agitateurs invoquent quand elle les arrange ?   
Le fait est révélateur : à la sortie du film calomniant le Prophète («L’Innocence des musulmans»), médias et commentateurs occidentaux se sont tus sur l’implication sioniste ; ils ont plutôt insisté sur la présence d’un producteur copte, pour amplifier le différend confessionnel en Egypte… Il s'est révélé que le soi-disant cinéaste, promoteur immobilier de son état, qui avait des liens étroits avec des Chrétiens extrémistes comme le pasteur Terry Jones, avait pu réunir les cinq millions de dollars qu’a coûté son film auprès d’une centaine de bailleurs de fonds judéo-sionistes. La responsabilité des Etats et institutions est bel et bien engagée, car ces intrigants «n’auraient pu produire leur film satanique s’ils n’avaient été financés par l’alliance impérialo-sioniste et si, surtout, des lois fermes protégeaient l’islam comme sont protégées les autres religions, sur le territoire américain et dans les pays occidentaux plus globalement». (6) Le film n'avait donc rien à voir avec la liberté d’expression, mais avec une stratégie consciente au service de l’entité sioniste. C'est, d'après T. Meyssan, «à la fois un moyen de pression pour rappeler à l’ordre Washington, tenté de s’éloigner du projet de domination sioniste, et un moyen de poursuivre ce projet en blessant dans leurs croyances ceux qui lui résistent». (7)
 
Le matraquage islamophobe, qui porte aujourd'hui ses fruits en Occident, sert indubitablement le projet sioniste. Il s'agit précisément de diviser et d'opposer les catégories sociales selon une logique blancs/immigrés afin de délégitimer le soutien au peuple palestinien spolié. «Ainsi le néocolonialisme à l’œuvre dans les pays du sud se retrouve sous certaines de ses formes dans les quartiers populaires des pays du Nord, néocolonialisme qui permet de brimer les populations immigrées et de les isoler dans leur soutien à la cause palestinienne». (8) Et l'on arrive à comprendre le lien entre l’oppression coloniale en Palestine et l’oppression sociale en Europe qui légitime les menées racistes et les tartuferies islamophobes les plus infâmes.

L'Empire atlantiste, dont les visées géopolitiques sont bien connues, a bel et bien besoin de la doctrine du choc des civilisations. Le phénomène créé de toutes pièces appelé Al-Qaeda a permis justement de brandir cette doctrine pour justifier la démesure meurtrière de ses équipées. A cet égard, la publicité placardée partout à New-York est assez éloquente : «Dans toute guerre entre l'homme civilisé et le sauvage, soutenez l'homme civilisé. Soutenez Israël, anéantissez le djihad». (9) L'étasunien moyen a déjà tendance à être particulièrement ingénu, cette harangue pourrait l'achever…
 
En France, où l'islamophobie se durcit, il ne s'agit pas seulement de «neutraliser le potentiel contestataire des populations immigrées en France, en fabriquant l’image d’un Musulman antirépublicain, sexiste et violent, en marge du code culturel dominant» ; il s'agit désormais d'«ôter toute légitimité aux mouvements islamiques de résistance contre l’impérialisme et le sionisme à travers le monde, et à contrer toute forme de soutien en France aux peuples arabo-islamiques luttant pour leur émancipation, notamment au peuple palestinien qui combat le sionisme depuis plus de 100 ans». (10)

Le droit de liberté d’expression, accordé sur-le-champ à un journal publiant des caricatures outrageantes, est refusé à ceux qui se permettent de décrier le sionisme et l’islamophobie. Voilà pourquoi l'humoriste Dieudonné a été étiqueté ad vitam aeternam ennemi public numéro 1, Saïd Bouamama, Saïdou et Zebda sont dans le collimateur de la justice, Houria Bouteldja est poursuivie pour «racisme anti-Blanc»… Ce concept est bien commode : il criminalise systématiquement toutes les prises de position qui risquent d'égratigner le système de propagande sioniste. «Cette inversion des rôles de l’oppresseur et de la victime vise à étouffer toute parole d’opposition au racisme institutionnel. Il s’agit là d’une technique bien rôdée chez les sionistes, lesquels sont les principaux idéologues de l’islamophobie. Traquer systématiquement toute expression  qui pourrait fissurer la domination sioniste : telle est la fonction de cette chasse aux sorcières». (11)
Les attaques récurrentes contre l’islam sont en effet presque toujours le fait des agents du sionisme ou soutenues par les supporters fanatiques du sionisme… mais les Églises évangéliques implantées dans le monde musulman ne sont pas en reste. «C'est ainsi que les évangéliques sont les premiers à organiser, en liaison avec les néoconservateurs étasuniens dont on connaît les engagements pro-israéliens, des campagnes visant à assimiler l'islam au terrorisme, donc à l'Axe du Mal…». (12) Des prédicateurs nombreux ne se privent pas d'instrumentaliser les Arabes chrétiens (en Irak, Syrie, Liban, Palestine Egypte), en recourant à des méthodes sournoises, à l'insu des pouvoirs publics. Comme le note C. Saint-Prot, «au Liban, chaque été des missionnaires parcourent le pays, selon un itinéraire préparé en liaison avec l'ambassade des États-Unis. Ces activités s'accompagnent d'un fort prosélytisme antimusulman qui n'est pas pour rien dans la montée en puissance du confessionnalisme […] En Irak les missionnaires des sectes évangéliques sont arrivés dans les fourgons de l'armée étasunienne et ont désormais pignon sur rue». (13) C'est ainsi que dans ces pays est détruit progressivement le climat d'entente millénaire et que sont créées des tensions confessionnelles qui n'existaient pas auparavant. Tout est pensé et organisé pour diviser, déstabiliser, affaiblir
 
 
 
A la réflexion…
Etre hostile à une catégorie religieuse est un signe d'ignorance et de lâcheté. Ignorance, parce que l'animosité découle essentiellement de préjugés et de clichés malveillants. Lâcheté, parce que la catégorie en question est une minorité  au sein de la société ; elle est forcément vulnérable. Les islamophobes sont immanquablement du côté du plus fort, n'ont pas la décence de dire non à l'escroquerie intellectuelle qu'ils ont pris l'habitude de gober. Les subterfuges appelés «laïcité», «identité nationale», «racisme anti-blanc» sont aujourd'hui, à n'en pas douter, de véritables armes de guerre antimusulmane utilisées par les milieux sionistes et pro-sionistes.

 
 
Thami BOUHMOUCH
Novembre 2012
__________________________________________________
 
(1) Cf. T. B., "Racisme antimusulman à l'heure du recul du droit", in http://bouhmouch.blogspot.com/2012/11/le-racisme-antimusulman-lheure-du-recul.html  Novembre 2012.
(4) Vincent Geisser (entretien), http://www.michelcollon.info/Vincent-Geisser-Lutter-contre-l.html Juin 2011.
(5) Abdallah Damoune, Al Massae, 16/09/12. Traduction : http://www.panoramaroc.ma/fr/lis-par-abdallah-damoune/
(13) ibid.
 
Publié par Thami BOUHMOUCH
http://www.alterinfo.net/LE-RACISME-ANTIMUSULMAN-au-service-du-projet-de-domination-sioniste_a83954.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche