Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 02:26

Bientôt un krach boursier plus grave qu'en 2008

SLATE CONSEILLE
Le péché originel
«Les politiques n'ont plus de solutions»

Les soubresauts de l’été n’étaient qu’un avant-goût du désastre à venir et il faut désormais s’attendre à un krach boursier plus grave encore que celui de 2008, prévient le Telegraph.

Ce qui a mis la puce à l'oreille du journal britannique, c'est le coût de l'assurance sur la dette de plusieurs grandes banques européennes. Celui-ci a atteint des records historiques, «encore plus haut» qu’au moment de la crise financière, après la faillite de Lehman Brothers en 2008.

Ainsi, les dérivés de crédit ou CDS (credit default swaps), une sorte d'assurance qui permet de se protéger du risque de défaut de paiement d'un crédit en payant une prime, sur les obligations de la Royal Bank of Scotland (RBS), de BNP Paribas, de la Deutsche Bank, d'Intensa Sanpaolo et d’autres banques, ont «flambé» mercredi 24 août.

Assurer les obligations de la RBS coûte ainsi plus cher qu’au moment du sauvetage de la banque écossaise par l’Etat britannique en octobre 2008. Cela «montre qu’il y a une baisse spectaculaire de la confiance des investisseurs vis-à-vis des banques», affirme le Telegraph. Un dirigeant anonyme d’une banque basé à Londres a déclaré au journal:

«C’est le manque de liquidité qui cause des problèmes aux banques. C’est le même ressenti qu’en 2008.»

Un banquier spécialisé dans le crédit au sein d’une grande banque européenne y va, lui, de sa prédiction:

«Je pense que nous nous dirigeons vers un choc des marchés en septembre ou octobre qui ne ressemblera à rien de ce qu’on a connu auparavant.»

La calme avant la tempête

Selon le quotidien britannique, la remontée des actions bancaires de ces derniers jours est le signe d’un «décalage grandissant» entre les investisseurs en capitaux propres et ceux qui investissent dans le crédit. En Europe comme aux Etats-Unis avec Bank of America, «la remontée des cours ne reflète pas l’état des marchés du crédit», affirme le journal britannique.

Pour le moment, les investisseurs attendent avec impatience les retours de la conférence annuelle de la banque fédérale américaine qui a lieu du 25 au 27 août à Jackson Hole dans le Wyoming, rapporte Dow Jones relayé par le Wall Street Journal. «Le discours de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale [américaine], sera suivi de près», explique l’agence de presse financière.

«C’est peut-être le calme avant la tempête, estime Haisatsune Kobayashi, stratégiste à SMBC Nikko Securities, même si la plupart des acteurs du marché ne s’attendent pas à ce que Ben Bernanke lance de fortes mesures d’assouplissement quantitatif ["quantitative easing" ou QE], les investisseurs seront néanmoins déçus s’il ne fait rien.»

 

Photo: Burning Money/purpleslog via Flickr CC.
.

Le Coup de pied de l’âne des Américains…

Par Menthalo – Suite de l’article L’OR DE CHAVEZ
Chavez ayant récupéré l’Or du Vénézuela, privant les Banksters de la City et de WS d’une très grosse part de leurs réserves dans leur jeu suicidaire, ils n’ont pas tardé à se venger. Standard & Poors a dégradé les notes du Vénézuela, d’une part sur ses réserves pétrolières, d’autre part, sur ses réserves d’Or… prétextant que le fait que les réserves d’Or du Vénézuella n’étant plus stockées chez un tiers honorablement connu (traduisez Bank of England, JP Morgan, … etc ), personne n’est plus en mesure de certifier que cet or existe réellement….
C’est à mourir de rire !
Que ces Banksters qui vendent à découvert 50 fois plus d’or qu’ils n’en détiennent réellement, puissent dénigrer ainsi ceux qui ont sécurisé leur physique, c’est le monde à l’envers !
(NB. Si vous souhaitez apporter des commentaires, je vous demande de respecter le sujet traité afin que tout le monde en profite.)
 
32 Comments

Publié par le 26 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Flash Futur SP500

Surveillez de très près les 1155 points sur le Emini SP 500.
Une accélération baissière pourrait s’amorcer si l’indice casse ce niveau.

 
61 Comments

Publié par le 26 août 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse du matin

Pour les indices, nous restons sur notre avis précédent avec des résistances qui tiennent bien.
La majorité des vendeurs à découvert en France ont dû  déboucler leur position en se « rachetant »; c’est probablement la raison pour laquelle les indices et bancaires en particulier ont remonté fortement.
Nous restons très prudents et cette remontée très molle depuis quelques jours pourrait se présenter comme un très grand piège d’autant plus que la tendance fond est baissière.

En supposant que le discours de ce soir ne convienne pas, c’est-à-dire sans QE3 et/ou sans un plan de relance économique valable, le marché pourrait paniquer et dévisser très rapidement pour rejoindre les 2500 – 2380 points sur le CAC 40.

Dans notre article du 18 août, nous avions parlé de l’indice DAX. Celui-ci était proche des 5900 points. Depuis, l’indice a baissé d’environ 6 % (entre le 18 et le plus bas atteint hier).
Suite à de fausses rumeurs, (abaisser la note de l’Allemagne et interdire en totalité la vente à découvert sur les produits financiers allemands), l’indice a corrigé fortement hier par rapport aux autres places boursières.
Nous pensons que sous les 5360 et 5241, celui-ci pourrait poursuivre sa baisse avec une accélération vers 4850 et 4350 comme supports.
Tant que le Bund évolue au-dessus des 133.4, la tendance reste haussière. Cependant, pour donner une dynamique, il faudrait maintenant dépasser la résistance des 136.5.
(Plus ce contrat progresse et plus les taux diminuent. Cependant, ceux-ci ne peuvent pas baisser indéfiniment).

Tant que le cours évolue sous 17 euros, Audika reste dans une tendance baissière avec 15.5 – 14.5 et 12 euros comme supports. La rupture des 12 euros amplifierait malheureusement cette tendance avec un premier support phare à 10 euros. Le dépassement des 17-18 euros permettrait au titre de souffler un peu.

 
8 Comments

Publié par le 26 août 2011 in Non classé

 

Deux rumeurs qui font des dégâts…

Hier, la bourse de Francfort a effectué un brusque décrochage de 4% en quelques minutes. Explication de Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets : « Il y a une rumeur d’abaissement de la note de l’Allemagne ». « Une autre selon laquelle l’Allemagne sapprêterait à interdire totalement les ventes à découvert », a ajouté Markus Huber, opérateur de marché chez ETX Capital. Même si ces rumeurs furent immédiatement démenties, ceux qui les propagent savent très bien ce qu’ils font…

Un banquier nous communique cette information. Ils s’attendent à quelque chose de bien plus grave que toutes les secousses que nous avons eu ces dernières années sur les bourses. Ce qui confirme l’expression « lame de fond » de Trader Noé.

BaFin: Transparency system for net short-selling positions extended

The Federal Financial Supervisory Authority (BaFin) on 31 January 2011 extended its General Decree of 4 March 2010 under which market participants must notify BaFin of net short-selling positions in selected financial stocks of a threshold of 0.2 % or more and publish the same of a threshold of 0.5 % or more.
The provision relates to all transactions which, in terms of the holder’s aggregate economic interest, result in a net short-selling position in shares of the following companies:

AAREAL BANK AG
ALLIANZ SE
GENERALI DEUTSCHLAND HOLDING AG
COMMERZBANK AG
DEUTSCHE BANK AG
DEUTSCHE BÖRSE AG
DEUTSCHE POSTBANK AG
HANNOVER RÜCKVERSICHERUNG AG
MLP
AG

MÜNCHENER RÜCKVERSICHERUNGS-GESELLSCHAFT AG

The provision will apply until 25 March 2012, 24.00 hrs. (Source)

Commentaire ALEX : Pour faire simple, il faut rendre compte aux autorités de surveillance des marchés financier allemand en cas de vente à découvert à partir d’un seuil de 0,2% sur les titres mentionnés.

 
23 Comments

Publié par le 26 août 2011 in Non classé

 

L’art de la politique en Allemagne

Depuis le début de l’affaire grecque et les propos apaisants exprimés à côté de Nicolas Sarkozy, Angela Merkel est confrontée à des critiques. Avec les marchés financiers qui commencent à craquer et face aux mauvaises nouvelles économiques générales, ces critiques prennent une ampleur inattendue. Le 24 août, le président de la République fédérale, cantonné normalement à un rôle honorifique et qui garde traditionnellement une grande discrétion sur les sujets politiques, a surpris la Chancelière, mais a satisfait plusieurs politiciens allemands. Christian Wulff, qui appartient au même parti politique qu’Angela Merkel, a osé s’en prendre directement à la Banque centrale européenne. Il a estimé « discutable sur le plan légal l’achat massif d’obligations de certains pays » par les banquiers de la BCE. Il fallait oser ! Christian Wulff s’exprimait devant des lauréats du Nobel d’économie. On relèvera que le président allemand s’est exprimé juste avant que la Chancelière A. Merkel réunisse ses troupes « pour adouber l’élargissement des compétences du fonds de secours européen, le FESF ».

La manœuvre va être délicate en Allemagne pour rester dans l’EURO. Le 23 septembre, les députés du Bundestag doivent voter pour la question du rachat d’obligations, qui doit être confié au FESF afin d’en décharger la BCE. « Cette réforme est critiquée par certains députés conservateurs, dont au moins un poids lourd, le président de la Commission des affaires intérieures, Wolfgang Bosbach. Pour ne rien arranger, Mme Merkel, qui a subi mardi soir un “grand oral” de politique européenne de plus de trois heures devant les députés conservateurs, a dû remettre à sa place sa ministre du travail, Ursula von der Leyen ». Celle-ci s’est dite favorable à des garanties comme des réserves d’or ou des participations industrielles pour les Etats qui contribuent au FESF.

Même si selon le quotidien économique Handelsblat, Angela Merkel n’a pas trop de souci à avoir sur ce prochain vote, on attend cependant le commentaire de la Cour constitutionnelle qui, le 7 septembre, doit rendre un jugement très attendu sur la première aide à la Grèce du printemps 2010, et plus généralement sur les mécanismes d’entraide en Europe. De l’avis des experts, les juges pourraient justement exiger que les procédures d’aide prévoient un rôle plus important du Parlement allemand.

Derrière ces faits et couacs, les dirigeants allemands ne préparent-ils pas un autre scénario « SURPRISE ». LIESI s’est exprimé sur ce point dans l’un de ses derniers numéro

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche