Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 01:32

La bourse ou la vie ? L'Europe a choisi

Laurent Pinsolle - Blogueur Associé | Jeudi 25 Novembre 2010 à 18:03 | Lu 7247 fois


La crise économique secoue l'Europe et les plans d'aide accordés aux différents pays en déroute laissent penser à une solidarité toute européenne pour soutenir les siens. Vaste fumisterie selon Laurent Pinsolle. L'Europe protège ses banques et sa monnaie, en aucun cas les pays membres.



Ce qui se passe aujourd’hui en Irlande est particulièrement grave. Comme d’habitude, on nous présente le nouveau plan concocté cette fin de semaine comme un plan d’aide au pays. Mais les réactions des marchés et de la presse montre bien qui sont les véritables gagnants…

Un nouveau plan pour les banques

En réalité, ce plan n’est absolument pas un plan pour sauver l’Irlande. Comme l’explique Frédéric Lordon dans cette vidéo postée par Yann, c’est un nouveau plan d’aide pour les banques. En effet, l’Europe ne vient pas au secours des pays membres. Elle cherche uniquement à protéger les créanciers des Etats, à savoir les banques, et sauver l’euro. Tout ce qui est entrepris aujourd’hui a pour unique objectif d’assurer que les créances détenues par les banques seront totalement honorées.

En soi, honorer les créances est sain. Mais quand ce sont ces mêmes banques qui ont provoqué la crise, qu’il a fallu aider à coups de milliards d’argent public et qui sont aujourd’hui les véritables bénéficiaires de ces nouveaux plans d’aide, on peut être pris d’envies révolutionnaires… Nous sommes tout de même dans un système totalement ubuesque où les établissements financiers obtiennent le beurre, la crème, la crémière, la petite sœur de la crémière et son mari comme esclave !

En effet, dans les années 2000, la finance a engrangé des profits de plus en plus importants en spéculant en dépit du bon sens (le précédent de 2001 était pourtant récent). Ces excès ont plongé le monde au bord d’un cataclysme économique. Les Etats ont donc apporté l’argent qu’il fallait pour sauver le système financier, déséquilibrant un peu plus des finances publiques mises à mal par la crise. Et voilà qu’aujourd’hui les banques, qui font à nouveau des profits colossaux, exigent et obtiennent que le remboursement des créances devienne la priorité politique numéro 1 !

Une autre voie possible

Il y a pourtant d’autres solutions. Les Etats les plus en difficulté (Grèce et Irlande) pourraient monétiser ou faire défaut, au moins partiellement. C’est la voie qu’a choisi l’Argentine en 2002 et on voit bien que cela n’a pas eu les conséquences apocalyptiques que certains annoncent. Car qui peut croire un instant qu’Athènes pourra honorer les dettes qu’elle accumule aujourd’hui ? Il faut préparer une autre solution car, en les « aidant » de la sorte, on ne fait que repousser le problème, en le faisant grossir…

Un Etat ne fait pas faillite. Il fait « seulement » défaut, à savoir qu’il n’honore pas ses engagements financiers. Le problème est que le continent européen est soumis à une terrible complication : l’euro. En effet, si l’Argentine a pu rebondir après son défaut de 2002, c’est aussi parce que le peso a été fortement dévalué. Mais la Grèce et l’Irlande, membres de l’euro, ne peuvent pas dévaluer pour relancer leur économie et sont donc prises dans le piège de la déflation.

C’est ainsi qu’alors que le plan Irlandais garantit les paiements dus aux banques, il propose de baisser le SMIC de plus de 11% ! Les contribuables sont doublement perdants : ils paient le plan de sauvetage et voient leur salaire baisser (les entreprises poussant pour que l’impôt sur les sociétés ne bouge pas… ). Dans quelques décennies, les économistes se pencheront sans doute avec un certain ahurissement sur cette priorité ubuesque et inhumaine donnée à la finance sur les hommes.

Heureusement, les nations peuvent encore défaire ces plans iniques. Les peuples ont perdu une bataille, mais ils n’ont pas perdu la guerre. La résistance pourrait bien commencer en janvier à Dublin la rebelle. En attendant, souvenons-nous que nous sommes tous des Irlandais en puissance.

Je vous invite à lire les très bons papiers de Frédéric Lordon sur la crise européenne (partie 1 et partie 2 )


Retrouvez tous les articles de Laurent Pinsolle sur son blog
http://www.marianne2.fr/La-bourse-ou-la-vie-L-Europe-a-choisi_a200032.html

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche