Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 14:48

Chine, Wikipedia

 

La Chine, première superpuissance verte ?

 

27 septembre 2010

Dezhou, située dans le Shandong, au Nord-Est de la Chine , est une ville pilote en matière d’énergies alternatives. « De l’éclairage des rues aux cars de touristes, l’énergie solaire est désormais devenue un élément à part entière de l’économie de la ville. Plus de 120 entreprises du secteur de l’énergie solaire », dont « le plus grand fabricant mondial de chauffe-eau solaires », se sont installées à Dezhou, écrit le Quotidien du Peuple. La Chine , qui prévoit de faire passer à 15% la part des énergies non fossiles d’ici 2020, a lancé la construction de 15 centrales solaires, délivrant une puissance totale de 280 mégawatts. Parallèlement, elle va installer des « réseaux électriques intelligents » qui devraient relier l’ensemble du territoire d’ici 2020. Le gouvernement prévoit également de piloter le développement des technologies de l’information de nouvelle génération, de la fabrication d’équipements de pointe, des véhicules à énergies nouvelles, de la protection de l’environnement et des économies d’énergie. Dernier point : si le problème des distorsions de concurrence est évoqué par le quotidien, la préoccupation principale reste celle des industries nationales, pas l’OMC. --- S’il est souvent de bon ton en Occident de stigmatiser la Chine pour sa pollution, le réveil pourrait s’avérer douloureux. Dans sa course vers la modernité, la Chine en est déjà à l’étape suivante, intègre désormais largement les préoccupations du développement durable, et aura sans doute sous peu une longueur d’avance sur l’ouest, toujours prompt à donner des leçons, nettement moins à passer à l’acte. Certes, il est plus aisé d’innover sur une page blanche. Mais en Chine comme ici, la clé d’un développement maîtrisé, c’est le pilotage public. Et sur ce plan, en termes d’avantages comparatifs, si chers aux économistes, nos nations partent avec un très lourd handicap. Celui de s’être dessaisies de leurs prérogatives et souveraineté, au bénéfice du court termisme d’un secteur privé dominé par un actionnariat prédateur, par nature incapable de conduire un changement structurel coordonné. Contre Info.

 

  

http://contreinfo.info/IMG/arton3067.jpg

 

Illustrations : Centre de conférence de Dezhou - 95% de l’énergie du bâtiment est fournie par les panneaux solaires

Quotidien du Peuple, 27 septembre 2009

Dezhou, une ville située dans la Province du Shandong, dans le Nord-Est de la Chine , est depuis longtemps célèbre dans le pays pour sa spécialité culinaire, le poulet mijoté à la mode de Dezhou. Mais aujourd’hui, elle veut aussi se faire connaître comme Ville Solaire de Chine, un centre d’utilisation de l’énergie verte d’importance nationale.

Et en effet, de l’éclairage des rues aux cars de touristes, l’énergie solaire est désormais devenue un élement à part entière de l’économie de la ville. Plus de 120 entreprises du secteur de l’énergie solaire ont investi à Dezhou, en faisant un pôle de la fabrication d’équipements de technologies propres, a dit Li Xixin, Vice-maire de la ville.

Grâce à l’utilisation de l’énergie solaire, 640 000 tonnes d’équivalent-charbon sont économisées chaque année. Et les émissions de gaz carbonique (CO2) ont également été réduites de 1,71 millions de tonnes par an, a t-il précisé.

Située à Dezhou, le Himin Solar Energy Group est le plus grand fabricant mondial de chauffe-eau solaires. « L’énergie solaire est en train de changer le paysage de notre ville. J’espère que cette énergie pourra aussi être pleinement utilisée partout ailleurs dans le pays », a dit Huang Ming, Président de l’entreprise.

Outre Dezhou, de nombreuses autres villes de Chine misent aussi sur le développement de l’énergie verte en tant que moteur de la croissance économique. Par exemple le nouveau District de Binhai de la Municipalité de Tianjin a budgété 130 milliards de Yuans cette année pour la création de projets respectueux de l’environnement.

Le développement des énergies nouvelles est devenu l’industrie la plus dynamique de Chine. « Bien que comparés aux énergies traditionnelles comme le charbon et le pétrole elles soient encore des secteurs de petite taille, ces industries prennent de l’importance à un rythme jamais vu auparavant », a dit Li Junfeng, Directeur général adjoint de l’Institut de la Recherche sur l’Energie (IRE), qui dépend de la Commission Nationale du Développement et de la Réforme.

 

 

http://contreinfo.info/IMG/jpg/denzhou_sun-power-sundial-solar-china_inside.jpg

 

La Chine a fait déjà preuve de remarquables progrès dans certaines industries, comme l’énergie nucléaire et éolienne, a dit M. Li. D’après l’Administration Nationale de l’Energie (ANE), la Chine compte à l’heure actuelle le plus grand nombre de réacteurs nucléaires en construction au monde.

Le pays est en effet en train de construire 25 réacteurs, d’une capacité totale de 27,73 gigawatts. Le Gouvernement a également donné son accord pour la construction de 34 autres réacteurs, qui auront une capacité combinée de 36,92 gW, d’après l’ANE.

Le développement des énergies nouvelles est indispensable pour que le pays puisse atteindre ses deux objectifs de base en matière d’environnement et d’énergie, disent les spécialistes. La Chine a affiché comme objectif de faire monter à hauteur de 15% l’utilisation des énergies non fossiles dans sa consommation d’énergie primaire d’ici 2020. Elle s’est aussi engagée à réduire son intensité en carbone de 40 à 45% d’ici 2020, en prenant comme base les niveaux de 2005.

Le pays a réaffirmé son intention de faire la promotion de sept nouvelles industries stratégiques ce mois-ci, dont les énergies nouvelles et les biotechnologies. Le Conseil des Affaires de l’Etat, le Gouvernement chinois, a annoncé le 8 septembre dernier qu’il piloterait le développement de ces industries en formulant des critères industriels et en créant un solide environnement de marché.

Les cinq autres industries sont les technologies de l’information de nouvelle génération, la fabrication d’équipements de pointe, les véhicules à énergies nouvelles, et la protection de l’environnement et les économies d’énergie.

« Cette initiative peut sans aucun doute stimuler plus encore le développement des industries des énergies nouvelles, mais cela montre aussi qu’il y a eu de nombreux problèmes dans le secteur », a dit M. Li de l’IRE.

Un problème de coût-efficacité

Faisant écho au point de vue de M. Li, quelques connaisseurs de l’industrie ont mentionné le rapport coût-efficacité comme un des problèmes de l’industrie.

La Chine a lancé un appel d’offres pour sa deuxième série de centrales solaires en août dernier. Cette deuxième série de marchés comprend 13 projets photovoltaïques, d’une capacité totale de 280 mégawatts.

Un total de 50 entreprises ont soumissionné quelque 135 propositions de projets. Les soumissions gagnantes vont de 0,7288 Yuans à 0,9907 Yuans le kWh, soit moins que la somme de 1,1 Yuan à laquelle s’attendaient quelques membres de l’industrie avant le début du processus de soumission.

Cette année, plus de 70% des propositions gagnantes sont venues de grandes entreprises publiques. China Power Investment Corp a dominé la competition avec sept propositions gagnantes.

« Des prix de soumission aussi bas auront bien du mal à rapporter le moindre profit pour les investisseurs. Un prix raisonnable de l’électricité devrait tourner aux alentours de 1 Yuan », a commenté Meng Xiangan, Directeur de la Société des Energies Renouvelables de Chine.

En 2009, la Chine a aussi lancé un appel d’offres pour sa première série de projets d’énergie solaire, un projet de 10 mW à Dunhuang, dans la Province du Gansu. Il a été octroyé à une offre comprenant le deuxième prix de soumission le plus bas, à 1,09 Yuan le kWh.

Mais, ont averti les experts de l’industrie, un prix bas va écarter de nombreuses entreprises privées du secteur de l’énergie solaire, car elles n’ont pas les reins aussi solides financièrement que les entreprises publiques.

Astronergy, l’unité de fabrication de modules solaires du Chint Group, entreprise privée, s’est portée candidate pour développer cinq projets d’énergie solaire sur treize au total.

Cette société du secteur de l’énergie solaire, basée dans le Zhejiang, qui fait 85% des ses affaires sur les marchés de l’étranger, a dit qu’elle ne pourrait gagner les projets en essayant de se tenir à des prix de soumission bas, qui pourraient affaiblir le développement de l’industrie.

« La position actuelle de la Chine sur le plan de subventions est à l’heure actuelle incertaine, ce qui entrave le développement de l’industrie », a dit au China Daily Hu Wanshu, Directeur du marketing d’Astronergy.

Mais Shi Jingli, chercheur à l’IRE, ne partage pas le point de vue selon lequel des prix bas pourraient conduire à un monopole dans l’industrie.

Un problème de capacité des réseaux

Les entreprises de l’industrie de l’énergie solaire devraient travailler ensemble pour réduire leurs coûts. Si le Gouvernement utilise les appels d’offre, c’est pour essayer d’obtenir une gamme de prix raisonnables, déclare Mme Shi.

Mais la capacité actuelle du réseau chinois est aussi un problème majeur, qui gêne la croissance de l’industrie des énergies nouvelles, d’après de nombreux analystes.

Par exemple, l’électricité générée par de nombreuses centrales éoliennes situées en Région Autonome de Mongolie Intérieure ne peuvent être connectées au réseau, ce qui non seulement constitue un vaste gaspillage de ressources, mais aussi porte atteinte à l’industrie, disent-ils.

« Les problèmes liés au réseau ne devraient pas être résolus sur le court terme, mais la situation devrait s’améliorer avec le temps grâce au développement des investissements dans les réseaux intelligents », prévoit M. Li de l’IRE.

La Chine va définir des stratégies claires pour le développement des réseaux intelligents dans son 12e Plan Quinquennal (2011-15) en faveur de l’industrie de l’énergie, qui constitueront une partie de ses efforts pour encourager l’utilisation de davantage d’énergies propres.

Le principal opérateur de réseau d’énergie du pays, State Grid Corp of China, a déjà préparé ses plans de développement des réseaux intelligents. L’entreprise va commencer la construction de projets de réseaux intelligents sur une grande échelle de 2011 à 2015. Un système complet de réseaux intelligents, mettant en oeuvre des technologies de pointe, devrait être mis en place dans le pays d’ici 2020.

L’Institut de Recherche de State Grid et le leader mondial de l’énergie éolienne Vestas sont actuellement en train de conduire une étude conjointe sur le développement coordonné de l’énergie éolienne et du réseau électrique. Ce projet de recherche combine ensemble une expérience de niveau international avec une expertise chinoise locale, afin de chercher à développer des solutions tactiques holistiques pour résoudre les défis actuels que présentent les réseaux d’énergie chinois.

En tant qu’acteur de niveau mondial de l’industrie de l’énergie éolienne, Vestas dispose d’une expérience substantielle sur de nombreux marchés différents. Et en tant que partie intégrée de l’industrie chinoise de l’énergie éolienne, il est important que l’entreprise utilise son expérience acquise dans le monde pour contribuer au développement futur de l’industrie chinoise de l’énergie éolienne, déclare Jens Tommerup, Président de Vestas Chine.

Publication originale Quotidien du Peuple

 

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3067

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche