Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 01:36
Anglo-saxons-blooddees.jpg

Londres et sa City,
un Etat criminel dans l'Etat, 
et très actif dans la mise en place
du Nouvel Ordre Mondial.
P
ar eva R-sistons


Qui sont les vrais acteurs des politiques planétaires - dans les coulisses ? Qui est à l'origine des politiques militaro-financières dévastant la planète ? On a l'habitude de désigner les Américains, les Francs-Maçons, les Sionistes, les sociétés secrètes comme les Bilderberg ou la Trilatérale, que sais-je encore. Et c'est vrai qu'une grande part des malheurs de l'humanité leur incombent, n'oublions d'ailleurs pas les faux culs bénis du Vatican, plus préoccupés des choses de ce monde (et je ne parle évidemment pas des penchants de certains d'entre eux) que des affaires du Ciel. Au moins dans les faits ! 

Quoiqu'il en soit, on oublie un acteur essentiel, sans doute même le plus essentiel: Londres et sa City. Pendant des siècles, les financiers anglo-saxons ont infesté la planète, à l'affût des bons placements et des richesses à exploiter. L'impérialisme anglais, cela vous rappelle des souvenirs ? Certes, les manuels d'Histoire des Isaac et Jacob sont tendancieux, mais quand même, nous avons tous appris que l'Angleterre de Sa gracieuse Majesté écumait les mers du monde à la recherche de juteuses opportunités... 

Que lit-on sur Wikipedia ?

" La Cité de Londres (« City of London » appelé plus communément la City) est le cœur historique de la ville de Londres, englobant largement en son sein le périmètre du Mur de Londres, ancienne enceinte ceinturant l'antique cité romaine de Londinium. C'est aussi la plus petite des circonscriptions administratives du Grand Londres, qui la distingue cependant des 32 autres districts londoniens, de par un statut Sui generis lui conférant à la fois le titre de « cité » et de comté cérémonial, dont le mode d'administration est unique en Angleterre.


vue aérienne de la Cité


La City, dont l'emblème est le dragon, comprend en son sein deux enclaves (Inner Temple et Middle Temple) qui ne sont pas administrées par les autorités du Lord-Maire. En revanche, celles-ci régissent certains parcs se trouvant hors de son territoire.


C'est aujourd'hui un grand quartier d'affaires européen. Il concentre les sièges sociaux de nombreuses banques, compagnies d'assurance et grandes entreprises multinationales. C'est également la 3e place financière au monde après New York et Tōkyō avec sa bourse que l'on appelle le London Stock Exchange.


Même si la Cité de Londres conserve de prestigieux monuments londoniens comme la cathédrale Saint-Paul, chef-d'oeuvre de Christopher Wren, construite après le grand incendie de 1666 qui ravagea la plus grande partie de sa superficie, on la reconnait aujourd'hui grâce aux gratte-ciel qui ont été construits ces dernières années. Ceux-ci écrasant quelques immeubles anciens rescapés des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. De nombreuses autres de ces tours ultra modernes qui sont actuellement en projet vont largement continuer à modifier l'aspect architectural du lieu dans les prochaines années.

(..) Un centre économique et financier


La Cité a gardé, depuis son origine, ses particularités financières ; elle est principalement composée de banques, de la Bourse de Londres, de compagnies d'assurance, de grandes entreprises et de journaux. Tout ceci fait d'elle un des points de rencontre du marché international ce qui favorise le tourisme d’affaires. La Cité représente 13 % du PIB britannique[1].

Les activités financières de la Cité ont été importantes historiquement mais avaient perdu de leur poids dans l'économie mondiale pendant l'entre-deux-guerres. Depuis le « Big Bang » de 1986, elle a gagné à nouveau du terrain, en particulier face à New York, handicapé par la loi Sarbanes-Oxley, plus restrictive[2]. Sur les échanges de dérivés de gré à gré, la part de marché de la Cité est passée de 27 % en 1995 à 43 % en 2004. Un cinquième des actifs des hedge fund sont gérés à Londres (dont 80 % des actifs des fonds européens), comparé à 10 % en 2002[3].

Aujourd'hui, Londres est la première place financière du monde en ce qui concerne les devises et son avance ne cesse de progresser selon le rapport trisannuel de la
Banque des règlements internationaux réalisé en avril et publié le 25 septembre 2007. Sur le marché des devises, sa part de marché est passée entre 2004 et 2007 de 31,3 à 34,1 % contre respectivement 19,2 et 16,6 % pour New York[4]. Néanmoins, les récents problèmes de Northern Rock ont pu faire naître des inquiétudes chez certains sur la fragilité de la place. "


Petit rappel historique

La puissance financière de Londres est ancienne, liée à l'aristocratie anglo-saxonne. Dès le XIIIe siècle, la Couronne britannique doit composer avec l'élite financière, marchande, commerciale, aux ambitions planétaires, et active par le biais de nombreux groupes de pressions (déjà les fameux lobbies) irrigant le Parlement comme les Médias et d'une façons générale, tous les centres de pouvoir. Dès le Moyen Age, aussi, les grandes Compagnies sillonnent les mers, c'est l'âge d'or de l'impérialisme britannique teinté de messianisme, toujours à l'affût des zones stratégiques (comme Hong-Kong ou Gibraltar), des secteurs clefs ou des richesses. De vastes territoires sont peuplés par les sujets de Sa Majesté, qui impriment leur marque en Amérique du Nord, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Afrique australe, et les voies de communication deviennent le fer de lance de la pénétration dans les terres, permettant l'exploitation de celles-ci... Le modèle anglo-saxon est exporté aux quatre coins de la planète ! Surtout, la puissance financière de Londres, reposant sur des banques performantes, ne cesse de s'affirmer, conquérante, arrogante, cupide, sans scrupules. Et terriblement prédatrice !

Petit aperçu, en Chine: 



"Quand vos autorités ont interdit l'usage et l'importation de l'opium en 1839, nous n'avons pas apprécié. Ce trafic était géré par nos amis britanniques, à partir de leurs possessions en Inde, de la province du Bengale plus précisément. Faire rentrer la drogue à partir du port de Canton (Guangzhou), était une véritable mine d'or pour beaucoup en Occident. Civils, militaires, politiciens...


Les promoteurs de ce trafic, à l'origine d'immenses fortunes personnelles, ainsi que de celle des politiciens européens qu'ils soudoyaient, méritaient d'être pendus. Ils ont été anoblis par la Couronne britannique... Une bonne partie de la Chambre des Lords actuelle est constituée, ainsi, des héritiers de ces trafiquants, de ces dealers. Nous, dans notre République, il n'y a plus de titres de noblesse, on donne des promotions, des décorations ou, mieux, des rentes de situation.


Les puissances occidentales ont considéré votre refus d'importer la drogue, produite et transportée par les occidentaux, comme une atteinte grave au "Libéralisme Economique". On n'a pas le droit d'interdire, dans le commerce international. C'est un blasphème. Du moins, quand l'Occident le décide...


Alors, on vous a fait la guerre, sachant que vous n'aviez pas les moyens de la soutenir. On vous savait en difficulté, à l'époque. C'était l'occasion idéale. Ce fut officiellement la "Première Guerre de l'Opium", de 1839 à 1842. L'essentiel, de l'effort militaire était assuré, initialement, par les britanniques. Etaient réunis dans cette coalition (l'OTAN n'existait pas encore), la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, les Etats-Unis et le Japon.


Les britanniques, par le traité de Nankin de 1842, vous ont donc obligé à importer la drogue, vous arrachant Hong-Kong par la même occasion. Tout le monde s'y est mis. Les Etats-Unis vous ont imposé le traité de Wanghia (ou Wangxia), en 1844. Nous, français, en avons profité pour vous imposer le traité de Whampoa (ou Huangpu), la même année.


Elle fut complétée par une "Deuxième Guerre de l'Opium", de 1856 à 1860. Pour confirmer la légalisation du commerce de l'opium sur le territoire chinois, arracher d'autres ports, concessions et sommes d'argent, par des traités spécifiques Tianjin et Aigun (1858) et, surtout, Convention de Pékin, du 8 octobre 1860. Finalité : déchiqueter votre pays, le rendre exsangue".
 (http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html)

Autre exemple: On doit aussi aux Anglais la reconnaissance d'un foyer juif en Palestine (Déclaration Balfour, du nom d'Arthur James Balfour homme politique britannique: "Le
2 novembre 1917, le Royaume-Uni publie cette lettre dans laquelle il se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif" - Wikipedia) (1)


Vers le Nouvel Ordre Mondial



Londres constitue un Etat dans l'Etat de Grande-Bretagne, la City constitue un Etat (financier) au sein de Londres, et les esprits les plus brillants accaparent tous les postes stratégiques, en politique, en économie, dans les médias, au sein de l'Armée... L'élite financière et commerciale a rapidement nourri des rêves de domination planétaire, aspirant à mettre sous la tutelle de la City, et de Wall Street, le monde entier. Les plans du Nouvel Ordre Mondial ont germé très tôt. Ils ont pris leur envol sous Cecil Rhodes, au 19 e siècle, convaincu de la supériorité des Anglo-Saxons pour mener à terme des projets hégémoniques sur la planète.

Le Nouvel Ordre Mondial doit être marchand, financier et commercial. L'humain ? Sacrifié ! La cupidité de l'aristocratie mercantile est sans limites... et la philosophie, les méthodes, les principes élaborés à la City sont implacables, d'ailleurs teintés d'eugénisme: La population mondiale devra diminuer pour être dominée plus facilement. Ainsi, le monde sera contrôlé par les Anglo-Saxons, de gré ou de force. Et même si la mise en place est progressive, quoiqu'accélérée depuis quelques temps (avec la crise et la pandémie), le Nouvel Ordre Mondial verra le jour. A peine élu Président du Conseil européen, le belge Herman Van Rompuy a d'ailleurs déclaré : "2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l'instauration du G20" (Discours d'acceptation, 13.11.2009).

L'objectif du NOM n'est pas de gouverner dans l'intérêt des peuples, comme il voudrait le faire croire, mais d'établir la domination définitive du capitalisme anglo-saxon sur le monde, d'étendre sa puissance tant financière que commerciale. Mais avec moins d'habitants, et plus soumis... 

La Grande-Brtagne est un acteur important dans la création de l'Union européenne, une UE de plus en plus inféodée à Washington (alliance euro-atlantique), en particulier via l'intégration à l'OTAN. Pour prévenir une nouvelle guerre ? Pas du tout. Ca, ce sont les objectifs officiels. En réalité, il s'agit de substituer aux Etats souverains, indépendants, une structure unifiée, tremplin pour le Nouvel Ordre mondial, pouvant s'intégrer plus facilement dans le cadre du gouvernement mondial. Vous voulez mon opinion ? L'Etat nazi sous direction allemande fait progressivement place à un super-Etat totalitaire aux couleurs anglo-saxonnes. Et pour le faire mieux accepter par l'opinion, on le présente écologique... C'est d'ailleurs le Prince Philips, le mari de la Reine d'Angleterre, qui a dirigé le WWF pendant une quinzaine d'années.

Derrière le Nouvel Ordre Mondial se dessine un contrôle total des populations et des richesses planétaires. Nous sommes loin de la présentation presque idyllique qui en est faite !


Londres, en quelques mots

Les grands événements mondiaux prennent leur source à Londres. Pas seulement culturels (comédies musicales, Théâtres, musées gratuits, créativité..), mais surtout dans le monde des Affaires. Pour mémoire, les meilleures banques et les plus grandes sociétés d'assurance ont leur siège à Londres. Les principaux échanges commerciaux et financiers passent par Londres. Dans cette ville séparée du reste du pays, il y a une concentration de richesse financière et de compétences, un dynamisme sans équivalents dans le monde. Mais s'agit-il d'un colosse aux pieds d'argile ? Pour Lyndon Larouche, "au sommet de la pyramide, la City de Londres réalise que son système financier est condamné, et elle est prête à déchaîner l'enfer sur terre" (Alterinfo.net). 

L'enfer sur terre ? Certes, avec le Nouvel Ordre Mondial en gestation. Mais un NOM lui-même précédé d'une longue histoire de prédations, de guerres de conquêtes, de crimes innombrables...aux quatre coins de la planète. Il est temps de démasquer les vrais coupables, il est temps de révéler au monde le vrai visage de Londres et de sa City, un cancer de l'humanité, édifiant de grandes fortunes sur le sang et la misère de millions d'individus.

Le passé de cet Etat dans l'Etat parle de lui-même. Nous savons que l'avenir dessiné par lui sera implacable, encore et toujours...

Eva r-sistons  

    

(1) La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), publiée le 2 novembre 1917 par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères, en accord avec Chaim Weizmann, alors président de la Fédération Sioniste et qui sera élu en 1948 Président de l'Etat d'Israël.

À l'aube de la Première Guerre mondiale, la Palestine fait partie de l'empire ottoman. Les troupes britanniques, emmenées par le Général Sir Edmund Allenby, s'engagent dans une campagne contre les Turcs en 1917. Le 31 octobre, les Britanniques remportent une victoire décisive, dans la ville de Beer-Sheva, ce qui conduit à la capitulation de l'empire ottoman. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_Balfour_de_1917



Articles récents

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche