Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 03:41

 

 

Eclipsée par les événements arabes, la crise de l'euro pointe à nouveau le bout de son nez, dans les pays déjà concernés en 2010, mais dans d'autres aussi.

 


Ainsi, les dernières livraisons de statistiques en Grèce nous démontrent que le plan de soutien "UE/FMI/DSK", mis en place en juin dernier, ne fonctionne pas.

Non seulement il constitue une régression économique et sociale sans précédent (baisse des pensions de 7% par exemple), mais en plus nous savons désormais qu'il ne produit pas les effets escomptés sur la dette, qui atteindra 153% du PIB cette année, contre 128% en 2009 ! Sur 8% de déficits publics grecs, 6,5% correspondent au paiement des intérêts.

L'échec est tellement évident que le FMI, dans une fuite en avant dont il est coutumier, vient de réclamer une accélération du proccessus de privatisation dans le pays, ajoutant 50 milliards d'euros supplémentaires aux projets initiaux.

 

Il apparaît en réalité de plus en plus évident que la Grèce ne pourra jamais rembourser sa dette, d'autant que de nouvelles émeutes viennent rappeler aux responsables politiques l'opposition de la population à cette vaste saignée.

D'après les experts, la Grèce très probablement sera amenée dans les semaines qui viennent à annoncer une restructuration de sa dette, ce qui provoquera une nouvelle panique des marchés et la chute de nouveaux pays de la zone euro. Déjà, les taux réclamés par les investisseurs pour acheter de la dette grecque ont renoué avec leur niveau d'avant plan de soutien UE/FMI/DSK, à 11,8%.

Retour à la case départ, la casse sociale en plus.

 

En Irlande, la crise rebondit également, et s'est déjà traduite par la victoire dans les urnes du parti d'opposition Fine Gael, lors des législatives de février 2011. Ce parti s'est fait élire sur la promesse d'exiger une "renégociation immédiate" du plan de soutien UE/FMI/DSK, notamment son taux d'intérêt jugé "punitif".
Là-bas non plus, on ne voit pas le bout du tunnel, bien au contraire. Et le peuple légitimement s'agace.

 

Mais désormais la crise de la zone euro dépasse le cadre de ces deux pays. Au Portugal et en Espagne, les taux d'intérêt exigés sur la dette atteignent ces dernières semaines des niveaux dignes de la précédente crise, respectivement 7,4% et 5,4%, bien au-dessus des taux allemands.

 

Le dernier G20 ministériel en février à Paris ne parlait que de cela : la prochaine défaillance du Portugal, certainement bientôt contraint de se tourner lui-aussi vers le plan de soutien de l'UE et du FMI.

 

L'Espagne, elle, attend son tour, et voit tremblante l'ombre menaçante du directeur du FMI s'approcher de la péninsule ibérique.

 

Cette nouvelle crise de l'euro, qui couvait depuis des mois, est une nouvelle preuve de l'absurdité des choix actuels.

Tant que les élites dirigeantes européennes refuseront de voir la réalité en face, et de poser la vraie question, celle de la viabilité de l'euro, elles continueront de faire porter l'ajustement sur d'autres variables que la monnaie : salaires, services publics, pensions, aides sociales et taxes, bref sur les peuples.

 

On sait chaque jour davantage que ce choix du sacrifice des peuples sur l'autel de l'euro, vache sacrée d'un système qui refuse de mourir, engendre drames sociaux, révoltes, misère et ne règle en rien le problème du sur-endettement.
Nombre d'économistes le disent, sans qu'aucun gouvernement en place dans la zone pour l'heure n'accepte de les écouter.

 

Espérons que cette nouvelle crise de l'euro permettra enfin le changement nécessaire.

 

http://www.levraidebat.com/article-la-crise-de-l-euro-est-de-retour-68430641.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans La crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche