Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 08:32

 

 

 

inv
Pour en finir avec les (vrais) négationnistes du 11 septembre

 

 

Note d'eva R-sistons


On me signale la parution de ce post plein d'humour sur


- La fable du 11 septembre

- Les dissidents, les non-alignés qualifiés

de "conspirationnistes", de "négationnistes", de "bruns-rouges"

- Les atlantistes furieux

- Les Partis interchangeables

- La prétendue Elite (de dégénérés)

- Les merdias

- Les cerbères aux points névralgiques §

 

§ Comme les Wikipéteux

(à distinguer des Wikipédistes, voir ici

 sur les contributeurs de Wikipedia) :

Le vrai Bachar-el-Assad, à contre-courant + vidéo Bachar à visage découvert

Merci à l'encyclopédiste malicieux de Wikipedia qui m'a transmis ce dessin


W-TB-rats_encyclopediestes-et-encyclopeteux-.gif

Il y a les encyclopédistes sincères, honnêtes, et les encyclopéteux...

 

 

.


Pour en finir avec les (vrais)

négationnistes du 11 septembre


 

Disjecta

 

.

Et si on arrêtait de s'avaler toutes les couleuvres de la propagande atlantiste ? Et si ceux qui la soutiennent comprenaient enfin ce qu'ils défendent vraiment ?


Onzième anniversaire de l'attentat le plus meurtrier et le plus spectaculaire (à retenir) qu'ait connu l'humanité. On a beau admettre que les précautions du site Reopen 911 puissent avoir un sens, il y a un moment où la probité intellectuelle minimale réclame d'un tant soit peu hausser le ton :

Le 11 septembre est l'oeuvre directe d'une petite clique de parasites installés frauduleusement au pouvoir, partie prenante des lobbies de l'armement et de la finance, qui a trouvé dans cet événement organisé de A à Z par ses soins les moyens de relancer ses activités habituelles (les bombes, le pétrole). Une caste passée par les plus grandes écoles (du coup ça ne sert à rien de recompter les bulletins de vote quand on les élit), dont les diplômes réservés aux nantis n'ont pas peu contribué à en faire des fous furieux imbus d'eux-mêmes et d'une cupidité sans égal, qui continuent aujourd'hui à se pavaner en toute liberté pendant que la caste médiatique (à peu près issue du même sérail, IvyLeague, SciencePo, etc.) défend à coups de bec et de peaux de banane l'incohérent, le non-scientifique, le fumeux, l'attrape-nigaud.


Attention ! Le paragraphe précédent contient des "dérapages complotistes rouges-bruns".


Le 11 septembre n'est pas un complot. Le 11 septembre est une "machination" ourdie par Ben Laden réfugié dans des grottes high-tech d'Afghanistan, appuyant par ses milliards quelques islamistes fanatiques en possession d'armes de destruction massive (des cutters) et d'un diplôme pour faire voler un petit biplan. Le 11 septembre n'est pas un complot. Il est un plan secret. Une conjuration. Une intrigue. Pas un complot. Ou alors, si l'on veut, un complot qui ne dit pas son nom (c'est fourbe comme pas deux un islamiste).


Le 11 septembre est l'explosion sur elles-mêmes de trois tours en à peu près le temps de la chute libre, pour des raisons de béton pas solide, d'acier fondant à 600°C, du phénomène très probant dit de "la pile de crêpes" et aussi, ne négligeons pas ce fait, d'un peu de vent ce jour-là. Le 11 septembre est quelque part un soufflé : deux tours s'effondrent sur elles-mêmes plus une troisième (dont on évitera généralement de trop parler) à cause d'avions bourrés de terroristes et de cutters (sauf pour la troisième, dont on évitera de trop etc.).


Les effondrements du WTC ne sont pas dus à des explosifs. Pourquoi ? - Parce que. - Mais encore ? - Parce que le gouvernement de la plus-grande-démocratie-du-monde ne peut pas tuer son propre peuple. - Ah... - C'est réservé aux tyrannies du Moyen-Orient... - D'accord...


Le 11 septembre est une affirmation. On sait le soir même qui a tout fait. Les journalistes sont immédiatement informés par AFP et Reuters. Même le premier témoin pris au hasard dans la rue sait tout de suite que l'effondrement des tours est dû aux avions et à une défaillance d'ordre structurel. On pouvait pas prévoir ce qui allait arriver (sinon vous pensez bien que...) mais deux heures après on sait déjà qui a tout fait.


Le 11 septembre est une négation. Georges W. Bush n'est pas un menteur compulsif qui a affabulé sur les armes de destruction massive pour reprendre la guerre d'Irak là où l'avait laissée son père (accessoirement entre 100 mille et 1,5 millions de morts - la fourchette est large car par principe on ne compte pas les morts d'une guerre faite par la plus-grande-démocratie-du-monde). Dick Cheney n'est pas l'ancien PDG d'Halliburton, société liée à l'industrie pétrolière et fournisseuse de l'armée étasunienne. Les ripoux au pouvoir n'ont pas écrit le manifeste du PNAC où ils annoncent tout ce qu'ils feront lorsqu'ils arriveront à la tête de l'état (et les moyens qu'ils vont se donner pour imposer leurs folies guerrières). Le degré de fusion de l'acier n'est pas 1500°C mais plutôt 600 à 900°C (un feu de bureau quoi). Les vidéos où Ben Laden dit qu'il est coupable de tout et que ce n'est pas la peine de chercher ailleurs ne sont pas bidons. Les familles des victimes n'ont pas touché des millions pour se taire et toutes veulent qu'on les laisse en paix avec ces ridicules histoires d'explosifs, afin de pouvoir honorer dignement la mémoire de leurs proches. La commission d'enquête n'était pas une commission présidentielle dépourvue de moyens et ayant escamoté 70% des questions gênantes (moyenne basse). Il n'y a aucune trace dans les poussières du WTC prouvant l'utilisation d'explosifs (Des recherches ont été faites ? demande-t-on au NIST. - Non, répondent-ils, car l'hypothèse a été jugée irrecevable. C'est comme ça qu'on sait qu'il n'y a pas eu d'explosifs... - D'accord...). Les tenants de la thèse du False-flag ne sont pas des architectes, des pilotes d'avion ou des universitaires mais des adolescents boutonneux qui se masturbent dans leur garage en faisant des vidéos et en allant sur des sites d'extrême-droite.


La presse française est négationniste. La presse française n'est pas complotiste (1). La presse française pense qu'il s'agit d'une "machination" d'Al-Qaida. Ou une "conjuration". Mais pas un complot. Elle est donc "conjurationniste". La presse française est une honte. Et une merde.

____________

(1). Ce mois-ci (septembre), il y a de quoi se perdre avec le Monde Diplo. Un article (reprise d'une analyse de 1964) faisant le lien entre théories du complot et ultraconservatisme étasunien donne la définition suivante pour caractériser le "style paranoïaque" : "l'existence d'un complot organisé autour d'un vaste réseau international, procédant de façon insidieuse, doté d'une efficacité surnaturelle et visant à perpétrer des actes diaboliques." Ce qui, ramené au 11 septembre, peut être compris de la manière suivante : "un complot organisé autour d'un vaste réseau international (Ben Laden et Al Qaida), procédant de façon insidieuse (des avions détournés, des cutters), doté d'une efficacité surnaturelle (trois tours effondrées sur elles-mêmes avec deux avions, l'avion invisible du Pentagone qui rentre ses ailes pour mieux passer dans un trou) et visant à perpétrer des actes diaboliques (les islamistes jalousant l'opulence étasunienne et cherchant à la détruire)." Compte tenu de la ligne éditoriale du journal jusqu'à présent, il n'est pas certain que ce soit ce qu'ait voulu laisser entendre la rédaction dans cet extrait...

 


Notes : Offensive tous azimuts des atlantistes :

le cas de René Balme


11 septembre, armes de destruction massive, crise économique, Tarnac, Libye, Syrie. Cela fait un moment que la presse française se goure à peu près sur tout. Mais s'agit-il vraiment d'idiotie ?


Devant la crise européenne des dettes publiques, ce qui surprend le plus l'esprit éclairé c'est la propension des élites à aller droit dans le mur. L'austérité pour combattre le déficit des budgets étatiques est de fait la pire solution qui soit, ou plutôt la pire option économique qui soit étant donné l'impropriété lexicale du mot "solution" dans le cas présent. Le principe du cercle vicieux faisant que l'attrition des dépenses publiques conduit nécessairement à une perte de recettes fiscales et donc à un endettement de l'état plus important n'est pas seulement une évidence pour tout économiste digne de ce nom, il a surtout été démontré sur le terrain à peu près cent mille fois. Qu'est-ce qui alors empêche les dirigeants les plus en vue de l'Europe de comprendre une telle évidence et d'adopter par rapport à elle les politiques de relance qui s'imposent ?


On donne généralement à cette question deux réponses. Les élites au pouvoir, autant de gouvernement que médiatiques, n'ont pas les moyens de comprendre l'évidence d'un tel cercle vicieux, gorgés qu'ils ont été - dans les "grandes écoles" qui les ont formés - des théories néo-libérales les plus ineptes. En somme, l'horizon intellectuel qui leur a été inculqué, et qui leur a permis d'atteindre la position sociale qui est la leur, ne peut simplement pas être dépassé. C'est parce qu'ils ont soutenu avec conviction les thèses ridicules de Hayek et consorts durant tout leur parcours politique ou professionnel qu'ils en sont arrivés là où ils sont (cf. les "grands" éditorialistes français ou les principales figures actuelles du PS - sans parler évidemment de l'UMP). Il est somme toute assez légitime pour eux de se conformer aux données intellectuelles qu'on leur a inculquées, puisque c'est à elles qu'ils doivent leur place. Peu importe que celles-ci soient des inepties tant qu'on leur reconnait encore une autorité suffisante. Et de fait, la crise des quatre dernières années - en soi une dénonciation complète des orientations préconisées par les ultra-libéraux - n'a absolument pas diminué l'influence des héritiers de Hayek. En Allemagne, en Angletterre, en Espagne (en France ? le point d'interrogation est probablement de trop), les thuriféraires de l'école de Chicago ont connu le succès électoral, alors qu'on installait en Italie ou en Grèce des semi-déments du même tonneau. Et l'on n'a pas vu, que l'on sache, de profonds bouleversements au sein du monde médiatique, particulièrement français. Ce n'est pas faute pourtant pour celui-ci de professer systématiquement les pires âneries.


Une seconde manière d'approcher la question de la faillite intellectuelle de nos élites est de considérer que celle-ci n'est pas seulement fortuite mais qu'elle participe d'un plan concerté. Que François Hollande, Pierre Moscovici, Marisol Touraine, Aquilino Morelle, Arnaud Montebourg et Najat Vallaud-Belkacem aient tous été des Young Leaders de la French American Foundation et soient aujourd'hui à la tête du gouvernement français, cela donne un poids indéniable à l'approche. Au moins cela laisse songeur. Le problème d'une telle approche ne manquera cependant pas de vite apparaître. Elle rend son porteur très vulnérable à l'accusation "décisive" et parfois définitive de (tremblez dans les chaumières) "conspirationniste".


Pour n'avoir aucune valeur intellectuelle (que dénonce vraiment ceux qui l'utilisent ?), l'accusation de "complotiste" est une grande mode journalistique et politique depuis pas mal de temps. Elle est généralement accompagnée de la certitude que la destruction de trois tours un certain 11 septembre par une petite bande de terroristes à cutter dirigée par un milliardaire réfugié dans des grottes high-tech qui n'existent pas au fin fond de l'Afghanistan ne constitue d'aucune manière, elle, une thèse complotiste. Ceux qui prétendent le contraire sont (outre des "complotistes" donc) des négationnistes qui nient la valeur historique insurpassable de la Commission d'enquête américaine convoquée par le président Bush (connu pour sa probité dans "l'affaire" des ADM) ; commission qui publia le 22 juillet 2004 un rapport "définitif" sur les événements du 11 septembre, quoique les rédacteurs dudit rapporteur aient eu l'indécence de déclarer deux ans plus tard que la commission qu'ils présidaient n'avait été mise en place que pour "échouer". Dénoncer un rapport aussi probant d'un point de vue historique, cela s'appelle du négationnisme en France.


Alors ? Faut-il considérer nos élites comme de simples ahuris passés à la moulinette de SciencesPo ou de Harvard, ou bien des traîtres en puissance ? La propension de la Commission Européenne, dont les membres sont tous passés par les plus grandes écoles, à nous amener tous dans le mur, est-ce le fruit d'une éducation de décérébration permanente de longue haleine n'ayant perdu au moment d'être appliquée aucun de ses pouvoirs de nuisance, ou bien a-t-on affaire à quelques individus parfaitement conscients des conséquences des politiques qu'ils préconisent ou qu'ils appliquent(paranoïa feinte concernant les dettes publiques, offrant l'opportunité de démolir les avancées sociales obtenues au cours du 20ème siècle par les "gueux") ?


Entre deux explications, pourquoi choisir forcément ? L'affaire René Balme offre en tout cas un éclairage intéressant sur la question. Suspecté d'abriter les thèses "conspirationnistes" de Thierry - brrrr - Meyssan sur son site Oulala, René Balme (candidat pour le Front de Gauche aux dernières législatives) a finalement choisi de quitter le Parti de Gauche après lesdites élections. Prenant acte du fait, le Parti de Gauche crut bon de déclarer, en guise d'explication et avec le courage qu'il faut pour tenir de tels propos aujourd'hui en France, "que nous ne partageons en rien les théories « complotistes » d’individus comme Thierry Meyssan. Et même, nous les condamnons." Ceci expliquant cela, c'est-à-dire le peu de conviction que l'on eut pour défendre René Balme durant cette fameuse affaire.


Mais le plus intéressant n'est pas tant la pusillanimité des dirigeants du PG, qui ne font que céder à l'omerta générale de rigeur en France lorsque sont évoqués les événements du 11 septembre (qui équivalent à peu près aujourd'hui à la crucifixion du Christ, par rapport à laquelle il convient seulement de dire "amen"). Le plus intéressant c'est de relever d'où l'attaque est venu, et nous n'avons pas affaire là à une inconnue. Ornella Guyet s'est déjà distinguée pour sa charge, autant inepte que bruyante, contre le site Le Grand Soir. Lequel a le malheur de ne pas avoir exactement les mêmes idées que le président des USA concernant (au choix) l'Irak, l'Iran, la Libye, Israël, la Palestine, Chavez, Castro, la Syrie (à peu près tout en somme). Idées qu'il convient de qualifier, selon la terminologie remarquable de rigueur d'Ornella Guyet, de "rouges-brunes".


En soi, rien d'extraordinaire finalement. Encore une atlantiste de plus, complètement illuminée mais a priori pas encore trop méchante. Il ne faudrait cependant pas mésestimer l'adversaire. Et ne pas avoir trop de doutes quant aux maîtres-chiens qui nous l'envoient. L'intrusion des services secrets étasuniens dans les milieux progressistes des pays jugés trop indépendants n'est pas une nouveauté, pour ceux qui ont lu le livre Les Guerres scélérates de William Blum (cf. notamment le chapitre 16 "La CIA et ses syndicats mafieux" ; lire aussi les Armées secrètes de l'OTAN de Danièle Ganser). Qu'on soit sûr que la France n'échappe pas aujourd'hui à une telle infiltration et que le Front de Gauche, pour ce qu'il a pu représenter durant les dernières élections, soit surveillé de très près.


De l'aveuglement des dirigeants du PG jusqu'au travail de sape réalisé par une Ornella Guyet un temps infiltrée au sein d'Acrimed, ce ne sont là que les deux faces d'un effort de propagande qui part de loin et qui se donne tous les moyens pour parvenir à ses fins. D'une part, maîtriser le champ d'intellection dans les limites duquel ceux qui visent le pouvoir auront le droit de s'exprimer (enseignement de Hayek à SciencesPo et à L'ENA). D'autre part, poster quelques cerbères aux points les plus névralgiques (les grands médias mais aussi les médias dits "contestataires") dont les aboiements ("complotiste", "négationniste", antisémite", "ouaf") suffiront en principe, sinon à ramener les brebis égarées au sein du troupeau, du moins à les garder loin du troupeau si celles-ci ne font pas amende honorable.


Reste évidemment à définir ceux qu'un tel effort de propagande intéresse. Un premier indice ici.
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/07/15/237-henri-guillemin-silence-aux-pauvres-1989

.

 

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EFuZpAEEyljpECUAtK.shtml, 8 9 12

 

.

11-9-imposture-copie-1.jpg

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche